Inédite: Lettre de Mohamed Boudiaf à Hocine Aït-Ahmed (Septembre 1964)

haa.bmpLe 29 septembre 1964

Cher Houcine

Je t’écris cette lettre de Paris où je suis arrivé il y a environ une vingtaine de jours. Ma sortie a été décidée en accord avec Si Moussa pour des raisons majeures. Il a été question de t’informer en temps utile de l’événement mais le manque de liaison joint aux difficultés inhérentes aux débuts de l’action ne nous l’ont pas permis.

Comme tu as dû le savoir, Si Moussa (1) et moi-même forts de l’accord intervenu lors de ta rencontre avec la délégation que nous t’avons envoyée, lequel accord a été confirmé par ta lettre manuscrite, nous avons décidé de passer à l’action le 6 juillet dernier sans plus attendre avec l’idée de te rencontrer après, comme tu l’as suggéré en vue de régler les problèmes de coordination et d’arrêter d’un commun accord une position sur le seul point resté en suspens entre nous et se rapportant à l’inclusion du frère Saddek (2) dans le comité, point sur lequel nous étions en principe tous les deux d’accord. A cette occasion, un appel signé de Si Moussa a été diffusé et jamais en notre esprit nous n’avions pensé que ses termes contredisaient en quoi que ce soit l’optique générale.

En prenant donc le chemin de l’extérieur, je m’attendais à trouver les frères unis et travaillant ensemble comme je m’attendait à commencer immédiatement le travail sérieux en partant d’une situation claire et normale. Hélas ! il n’en était rien. A deux reprises, j’ai pris contact avec Daniel (3) qui maintient tout ignorer du CNDR (4) comme de tout ce qui touche à ce problème essentiel de l’Union.

Excipant du principe que tant que le pays, autrement dit toi, ne lui donnerait pas de directives précises il continuerait à activer séparément au nom du FFS. J’ai, personnellement, la nette impression qu’il en sait beaucoup plus et que les fameuses directives ne sont qu’un prétexte derrière lequel il s’abrite pour se refuser à engager la discussion sur l’Union qui doit, comme entendu, nous faire dépasser les vielles et fausses contradictions de chapelle et de sigle. Il m’a laissé également entendre que les contacts du pays (sic) ne signifient aucunement la fusion. Nous revoilà chacun de son côté !

Ce rapide historique fait, je me permets de te signaler que le temps presse et que le monde nous observe et attend de nous des décisions dignes de patriotes que rien ne doit plus séparer pour engager dans l’Union et la confiance, le dernier combat contre la dictature du gang de Bebella. Par ailleurs, je suis maintenant convaincu que si par malheur chacun continuera à se revendiquer de telle ou telle appartenance il y a lieu de s’attendre à un échec certain pour tous. Nos adversaires sont nombreux ainsi que nos détracteurs pour sous-estimer leur force ou faire semblant de les ignorer. Un autre danger et non des moindres est représenté par tous les pêcheurs en eau trouble qui ne manqueraient pas de profiter de la confusion pour multiplier les manœuvres, et accentuer les divisions de ceux qui, sur le terrain et ailleurs, sont affrontés aux mêmes difficultés et partagent les mêmes responsabilités.

Du côté du Constantinois, du nord au sud, la volonté est unanime de parvenir à l’Union qui signifie la fusion à tous les niveaux et dans les tous les domaines. Pour notre part, conscients de cette profonde aspiration des masses et des militants, nous ferons tout pour que cette Union se réalise le plus rapidement possible.

Sache que depuis longtemps et surtout depuis la concrétisation de la formule d’Union, il n’a plus été question du PRS pour mes amis et moi-même; aujourd’hui je suis en droit de me  poser la question s’il en est de même pour les autres. Imagine un instant que chacun s’amuse à se cantonner dans son fief, si fief il y a, et à se réclamer d’une étiquette politique particulière ? Je me refuse à formuler la réponse ni à concevoir, même en pensée, une telle éventualité parce qu’elle est synonyme de trahison et de fatalité.

J’espère avoir tout dit et j’attends de toi une réponse nette allant dans le sens de cette Union sacrée que notre peuple attend avec impatience. Je m’excuse si mon langage te parait dur par contre je te donne l’assurance que mon voeu le plus cher est que tous nous nous mettions à l’oeuvre sans arrière-pensée et sans calcul.

Il reste à préciser que le CNDR, sigle que nous avons adopté en tenant compte de tes remarques n’est pas en réalité notre création propre ni encore moins la propriété de tel ou tel personne.

En notre âme et conscience, nous l’avons arrêté en partant de l’idée maîtresse de dépasser les questions de personne et de région qui ont, qu’on le veuille ou non, été les écueils sur le chemin de l’entente et de la compréhension.

Salutations fraternelles. M.B  (FIN)

(1) Le commandant Moussa avait dirigé les forces de l’opposition dans l’Oranie. 

(2) Le colonel Saddek, membre fondateur du FFS

3) Daniel: Mohand Akli Benyounes, fondateur du FFS, actuellement sénateur du tiers présidentiel de Bouteflika

(4) CNDR: Conseil national pour la défense de la république

Commentaires

  1. Amghar Azzamni dit :

    Un grand dommage, que la compréhension n’aie pu se concrétiser entre le PRS de M.BOUDIAF et Le FFS de Hocine AIT AHMED .
    Cette lettre de Mohammed Boudiaf à Hocine Ait Ahmed, ne nous dit pas qui a été à l’origine du blocage de la fusion PRS-FFS tant sur le plan de la politique qu’organisationnel.
    Il aurait fallu, à cette époque où le pays était en danger face à une prise de pouvoir par la violence, s’unir trés rapidement et sans tergiverser pour mener des campagnes d’explications et réagir avec celerité.Aujourd’hui bon nombre d’amis influents du PRS et du FFS ont disparu malheureusement tandis que certains d’entre eux ont carrément rejoints le clan des mafieux qui avait violemment pris le pouvoir et usurpé la souveraineté du peuple devenu malgré lui allergique à la politique.
    Evidemment, beaucoup d’aventuriers se sont infiltrés avec sagacité au sein du seul FFS qui reste dans l’opposition. C

  2. amghar azzamni dit :

    Que d’hommes ont purement et simplement trahi l’union du prs DE Boudiaf et du FFS de Hocine Ait Ahmed!
    Mais aussi quel grand dommage que le combat du PRS et du FFS ne fut pas commun à cette époque de l’histoire de l’Algérie indépendante!Aujourd’hui malheureusement de cette union avortée ne subsiste forcément que le FFS comme parti d’oppostion au clan des putchistes de 1962 qui nous gouverne avec beaucoup de mépris.
    La spoliation de la souveraineté du peuple algérien qui a pourtant beaucoup souffert pendant les dures années de la guerre de libération nationale, a débuté lors du premier coup d’état perpertré par le clan des militaires venus hors de nos frontiéres en 1962 lors de l’indépendance contre le premier gouvernement démocratique du pays, en l’occurence le GPRA.
    Seul le FFS continue de résister politiquement nonobstant toutes les pressions que lui exerce le pouvoir .
    Malheureusementdes instrusions au sein meme de la famille politique du FFS, agissent sournoisement et avec beaucoup de sagacité pour saper ce seul opposant au pouvoir.Que de péripéties dangereuses pour sa stabilité a subi le FFS et malgré cela, il persiste et résiste grace à la vision extraordinaire de son chef charismatique.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER