Son site est censuré en Algérie: Le mouvement Rachad saisit l’ONU

internetcensorship.gifUne plainte officielle a été déposée le 11 mai 2010 par le mouvement Rachad auprès du Rapporteur spécial de l’ONU sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, concernant la censure du site Internet du mouvement (rachad.org) y compris la page de sa télévision en ligne Rachad TV (tv.rachad.org).

Pour rappel, le gouvernement algérien a pris la décision, sans aucun motif valable ni aucune notification d’un préavis, de censurer le site de Rachad à partir du 1er janvier 2010. Depuis cette date, le site est devenu inaccessible à partir de l’Algérie.

Cet acte de censure, d’un autre âge et faisant fi des lois nationales et internationales qui imposent des obligations à l’Etat algérien, s’inscrit dans une politique visant à étouffer toute voix discordante (personnalité ou organisation) qui milite pour l’exercice effectif des droits fondamentaux des citoyens algériens. Après les partis politiques, la presse, les syndicats, les militants des droits de l’homme et de manière générale les associations civiles, le régime de Bouteflika s’en prend aujourd’hui à l’Internet pour faire rentrer l’Algérie le club très fermé des pays qui censurent l’Internet.

Par ailleurs, la question de la censure du site du Mouvement Rachad a aussi été exposée dans le Rapport alternatif aux troisième et quatrième rapports du gouvernement algérien sur l’application du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, soumis à l’ONU le 4 avril 2010 conjointement par le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), le Comité international de soutien au syndicalisme autonome algérien (CISA) et l’Institut Hoggar (1).

Dans ses observations finales, rendues publique le 21 courant (2), le Comité onusien sur les droits économiques et sociaux n’a d’ailleurs pas manqué de relever de nombreuses questions préoccupantes en Algérie sur les plans socioéconomique et culturel, notamment la corruption généralisée, le chômage, les niveaux indécents des bas salaires, la pénurie de logement, les graves déficiences de l’éducation et de la santé, les problèmes vécus par les déplacés internes, la répartition inéquitable de la richesse nationale, etc.

Le mouvement Rachad continuera pour sa part à user de tous les moyens légitimes à sa disposition pour lutter contre la censure de son site afin de rétablir son droit à faire entendre sa voix et celle de tous les hommes libres de notre pays.

Secrétariat du Mouvement Rachad 28 mai 2010

Commentaires

  1. POSH dit :

    La liberté d’expression est l’une des droits les plus fondamentaux que les individus jouissent. Elle est fondamentale pour l’existence de la démocratie et les droits de l’homme. elle est également l’une des droits les plus dangereux, parce que la liberté d’expression signifie la liberté d’exprimer son mécontentement à l’état et l’ aspiration de changement. et voilà la liberté d’expression est devenue l’une des droits les plus menacés dans les pays du tiers monde particulièrement. L’Algérie a bien suivi sa voisine la Tunisie ils visent bien à écourter ce droit. le proverbe dit.( la fenêtre là où entre le vent il faut la fermer et reste tranquille). Pas de télé, pas de radio, pas de journal et pas d’Internet. malgré tout ça nous ne somme pas tout à fait étouffés, car on peut chuchoter entre nous. Mais il faut être vigilant ; ( La foret à des oreilles).

  2. Amghar Azzamni dit :

    Un grand dommage que l’union du PRS et du FFS ne s’était pas concrétisée alors que le pays fut la proie d’aventuriers qui ont spolié la souveraineté d’un peuple pourtant sorti d’une guerre affreuse contre l’occupant français.
    La lettre de Mohammed Boudiaf à Hocine Ait Ahmed, ne nous dit pas quelles sont les véritables origines du blocage de cette heureuse mais caduque union PRS – FFS. Cette Union, aurait pu interropmpre la prise de pouvoir cogitée et organisée avec violence par un groupe de militaires venus de l’extérieur.
    Aujourd’hui malheureusement il ne subsiste dans notre pays, qu’un seul parti d’opposition qui méne une résistance , bien que farouche, ne parvient pas à rassembler ses forces pour faire tomber le régime bien organisé autour d’une plutocratie dévorante. L’on constate aujourd’hui à une dilapidation féroce des richesses du pays sans que personne ne régisse!Le pays est mis à sac avec la connivence d’un mercenariat étranger qui en profite avec beaucoup de sagacité.
    Le mal qui ronge le FFS, pourtant unique parti d’opposition, est l’intrusion en son sein d’éléments stipendiés pour le saborder de son intérieur.
    Ma derniére remarque , est le fait que certains membres fondateurs du FFS et du projet de fusion malheureusement avortée avec le PRS sont encore vivants et ont rejoint le clan du régime maffieux à l’origine de la déconfiture politique du pays.
    Cependant, il reste encore un grand espoir à vivre: l’initiative du Président du FFS qui tente de réunir autour de lui les classes intellectuelle et ouvriéres pour relancer activement un nouveau combat  » Libérateur « .
    Un appel aux consciences nationalistes irait dans le sens d’un éveil pour une lutte pacifique sans effusion de sang algérien pour la réalisation d’un état démocratique!
    S’il est visiblement vrai que le pouvoir empeche les algériens de faire de la politique, de l’autre coté , il serait dangereux pour le pays , d’abdiquer et de laisser l’oligarchie décider du sort de notre patrie!
    Le projet visionnaire du président du FFS , Hocine AIT AHMED,est plein d’espoir si toutefois tout un chacun réfléchissait aux moyens à mettre en oeuvre pour sortir le pays de la crise politique qui le ronge depuis le premier coup d’état qu’il a subi au lendemain de l’indépendance en ayant supplanté avec violence le premier gouvernement provisoire démocratique que l’Algérie a constitué!

  3. zeidoun dit :

    la liberté d éxpréssion est la piéce maitresse sur laquelle repose la personnalité de l individu , si, elle s affecte , tout l organisme s affectera , c est un mal psychologique inaccéptable parce que l etre humain est né libre , tant qu il est en vie l instinct de liberté ne le quitte absolument pas si on lui impose un interdit de s éxprimer il se révolte sur ses interditeurs pour arracher sa liberté , lorsque ce phénomè s amplifie et deviendra général nous assisterons à une réponse globale que la rue l éxhibera au visage de la tyrannie , à l instar de se qui s est déroulé dans des pays arabes , dont l algerie ne fera pas éxcéption si elle continue d ignorer ce droit à ces populations ainsi que la levée de toutes entraves avant qu il ne sera trop tard , l algerie a ete libérée par le peuple ceux qui ont lui confisqué ce droit , ils doivent inconditionnellement le lui en remettre .

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER