• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 31 mai 2010

Archive pour le 31 mai, 2010

L’ex-wali de Constantine assassiné par son propre fils


mediummeurtre2.jpgL’ex-wali de Constantine, qui occupait aussi le poste de responsable des relations publiques à la Présidence avant de prendre sa retraite, a été poignardé à mort par arme blanche avant-hier. L’auteur n’est autre que son fils, un cadre au ministère de la Jeunesse et des Sports. Le nommé Brahim Bessallah, 59 ans, natif de Médéa, ex-wali de Constantine, a été assassiné par arme blanche (un couteau) en son domicile à Dar El-Beïda à Alger. Selon les premiers éléments de l’enquête dirigée par la division est de la Police judiciaire de la sûreté de la wilaya d’Alger, l’auteur du parricide, qui souffrait de troubles psychologiques, aurait décidé d’interdire à sa femme de travailler, en lui exigeant de démissionner de son poste. Chose qui a dégénéré en un conflit conjugal étendu à la belle-famille, surtout que l’auteur a séquestré sa femme pendant 4 jours.

 

 

(Lire la suite)

Rachid Tlemçani qualifie le pouvoir du DRS de moderniste !

medienemohamed.jpgDans un entretien accordé au quotidien El Watan samedi, le politologue algérien Rachid Tlemçani a expliqué le dernier remaniement ministériel par la lutte des clans au sein du gouvernement. Pour M. Tlemçani, deux clans d’affrontent:  un pouvoir monarchique, de type tribal, et un pouvoir sécuritaire, de type moderniste. « Comme autre élément de la grille de lecture, cela renvoie à l’affrontement des clans qui existe au sein du gouvernement algérien, entre deux groupes fondamentaux: la présidence et le service sécuritaire, entre un pouvoir monarchique, de type tribal, et un pouvoir sécuritaire, de type moderniste », a déclaré M. Tlemçani.

A la mémoire de Hamid Haniche

Il y a neuf ans jour pour jour, un militaire tirait sur un jeune manifestant à Alger. Hamid Haniche, 17 ans, originaire de Frikat dans la wilaya de Tizi Ouzou a été lâchement assassiné, alors qu’il participait à une marche pacifique organisée par le Front des Forces Socialistes (FFS), le 31 mai 2001. « Un jeune marcheur vient d’être blessé par balle à la tête alors qu’il quittait le lieu de la manifestation à bord d’un camion. Il est actuellement à l’Hôpital Mustapha. Des témoins sont actuellement entendus au commissariat «cavaignac» d’Alger centre », a affirmé le FFS dans une déclaration publique. El Mouhtarem

Caricature de notre ami R.Z

barkatbenbouzid.jpg

Rapport d’Amnesty International sur l’Algérie

amnestyinternational.jpgDes personnes soupçonnées d’actes de terrorisme ont été arrêtées et incarcérées sans contact avec le monde extérieur; certaines ont été jugées dans le cadre de procès ne respectant pas les normes d’équité. Les autorités ont harcelé des défenseurs des droits humains, des avocats et des journalistes, dont certains ont fait l’objet de poursuites pour avoir critiqué des responsables gouvernementaux. Une nouvelle loi érigeant en infraction la migration clandestine a été adoptée. Cette année encore, les autorités n’ont pris aucune mesure pour élucider le sort des milliers de personnes qui ont été victimes de disparition forcée, entre autres atteintes graves aux droits humains commises par le passé, ni pour traduire les responsables en justice.

Contexte

Le 9 avril, le président Abdelaziz Bouteflika a été réélu après qu’une modification de la Constitution adoptée en 2008 l’eut autorisé à briguer un troisième mandat. Le 19 avril, il a exprimé son engagement à poursuivre le processus de «réconciliation nationale» démarré lors de son accession au pouvoir en 1999. En vertu de ce processus, le gouvernement a proclamé une amnistie ainsi que d’autres mesures qui institutionnalisent l’impunité pour les atteintes massives aux droits humains commises dans le cadre du conflit interne des années 1990 et qui privent les victimes de leur droit à connaître la vérité, à obtenir justice et à recevoir une réparation appropriée. Durant sa campagne électorale, le président Bouteflika a proposé la proclamation d’une amnistie pour les groupes armés.

Des groupes armés ont poursuivi leurs attaques; celles perpétrées sans discrimination contre des civils ont toutefois diminué par rapport aux années précédentes. Quelque 30 civils et 90 membres des forces de sécurité auraient trouvé la mort dans de telles circonstances, essentiellement lors d’attentats à l’explosif dans des lieux publics. Plusieurs dizaines de membres de groupes armés présumés auraient été tués par les forces de sécurité au cours d’affrontements ou d’opérations de ratissage. Dans la plupart des cas, les circonstances étaient peu claires et on craignait que certains de ces homicides n’aient été des exécutions extrajudiciaires. Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) était, semble-t-il, le principal groupe islamiste armé actif en Algérie.

(Lire la suite)

Un dirigeant du RCD vole une vache

vache.jpgUn membre de l’exécutif national du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) a été arrêté par la gendarmerie de Sidi-Aich  (Béjaia) le 29 mai pour avoir volé une vache. Selon le maire de Tinebar, Braham Benadji, le dirigeant du RCD (N.H) a passé la nuit au niveau de la brigade de gendarmerie  de Sidi Aich avant d’être libéré le lendemain suite à l’intention d’un député du parti de Sadi. « Ce n’est pas une blague mais c’est la triste vérité », a déclaré M. Bennadji. El Mouhtarem

 

12

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER