Archive pour mai, 2010

Mise au point de LNR

imgpdfdujour.jpgEn politique, une déclaration d’un haut responsable d’un parti politique est sujette à une interprétation, à une analyse et à une critique qui ne font que créer un débat constructif. Maintenant que les critiques sont considérées comme une atteinte nécessitant une levée de boucliers, cela ne peut que nous donner une idée sur la maturité d’une scène politique qui a tout à gagner à écouter un autre son de cloche. Concernant, les positions de notre journal, nous les avons toujours affichées et assumées publiquement. Dans ce cadre, c’est au tour de celui qui s’est lancé dans l’invective à l’encontre de notre journal de rendre public son nom. Quant au “faible tirage” de notre journal, nous sommes honorés de vous compter parmi nos lecteurs et sûrement notre site web vous a renseigné sur le nombre de visiteurs qu’il reçoit chaque jour. De même, vu que nous avons bouclé nos 12 ans d’existence, cela vous renseigne, aussi, sur la qualité de notre édition qui ne vit pas des deux pages de publicité institutionnelle utilisée dans tous les pays comme une aide à la presse. Comptant sur votre sens démocratique, nous nous imaginons mal que cette mise au point ne sera pas publiée.

Azouaou Mehamel est, jusqu’à preuve du contraire, le DG de Mobilis

benha.jpgDans un entretien accordé au quotidien Le Temps d’Algérie, le PDG d’Algérie Télécom, Moussa Benhamadi, a déclaré au sujet de la démission du DG de Mobilis que ce dernier a été proposé au conseil d’administration de l’entreprise qui l’a élu. « Quels que soient les petits problèmes qu’il a rencontrés et qui l’ont poussés à un certain moment à déposer sa démission auprès du ministre de la Poste et des Technologies de l’information, il reste le responsable devant le conseil d’administration qui est seul à décider de l’avenir de ce DG. Il est en place. Il gère Mobilis. Il a engagé des programmes de développement. Il a réuni le conseil d’administration. Récemment, lors du séminaire qui a réuni les cadres du secteur, il a présenté le programme de Mobilis pour l’année 2010. Il a présenté également le bilan 2009. Il est en place. Jusqu’à preuve du contraire, il est le DG de Mobilis. »

Boumédienne a rendu l’Algérie malade, dit l’autre

boumediennehouari12.jpgNarmotard pour « Algérie Politique »

Effectivement dis-je, en ajoutant que dans cette infestation, il a été encouragé par toutes celles et tous ceux qui, sans y renoncer ou démissionner à ce jour, continuent de profiter de son régime biaisé politiquement, juridiquement, économiquement, culturellement et socialement. Ce régime s’est basé fallacieusement sur l’inaugurale corruption officielle sélective incarnée par la honteuse “Attestation communale”. C’est pourquoi ces profiteurs-là ont ainsi admis et adopté le comportement de non-assistance à peuple algérien en danger. Rares sont celles et ceux qui, à l’instar du véritable révolutionnaire Hocine AÏT-AHMED, se sont opposés sincèrement au régime liberticide, contre-révolutionnaire, anti national et antidémocratique du Bureau politique du parti unique dit du FLN, de Ben Bella, Boumédiene, Bentobbal, Boussouf, Kafi et de nombreux autres.

 

Boumediene El houari répétait souvent: “Nekhlaq âbd jadid” c’est-à-dire “je vais créer un homme nouveau”, sur un ton inqualifiable et dans l’espoir que la génération ainsi “clonée” serait à son image. Elle le sera malheureusement ! Si Boumediene avait lamentablement échoué dans ses trois révolutions, culturelle, industrielle et agricole, dont il espérait tirer un titre qui lui manquait de “véritable révolutionnaire”, ses “créatures” ne feront pas mieux.

(Lire la suite)

La brigade de gendarmerie «LNR» tire sur le FFS

djakoune.jpgEl Mouhtarem « Algérie Politique »

LNR ? Il ne s’agit pas de l’ANR, l’ancien parti de l’ancien chef de gouvernement Réda Malek, mais de La Nouvelle République, un quotidien national qui boucle ses pages à 12h00. Son tirage ne dépasse pas 7000 exemplaires/jour, alors que les invendus sont de l’ordre de 8000 exemplaires. Il est dirigé par Abdelouahab Djakoune, un vrai clown qui fait rire les journalistes à la Maison de la presse Tahar Djaout. La célèbre phrase de Djakoune est: «Mon journal n’a pas de ligne éditoriale mais une ligne téléphonique», pour dire qu’il reçoit des ordres, pas de Benaknoune vu son statut, mais de Cheraga, c’est-à-dire du commandement de la Gendarmerie nationale. Le véritable rédacteur en chef de LNR ? Posez la question à n’importe quel journalistes il vous répondra.

J’ai fait cette introduction pour présenter aux internautes un «journal» qui se permet, grâce  à la publicité de l’ANEP, d’insulter le Front des Forces Socialistes (FFS) et ses dirigeants. Dans un article publié aujourd’hui par LNR, le journaliste Mussa. A qui n’est autre que Moussa Acherchour, un mercenaire originaire de Sidi Aich (Béjaia), a tiré à boulets rouges sur le FFS qui, selon lui, s’est vendu au Maroc. Et pour cause, le mercenaire Mussa. A est revenu sur la dernière interview du premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, à la chaîne marocaine 2 M. Le mercenaire Moussa Acherchour a déformé les propos de Karim Tabbou au sujet de la question sahraouie. «Sur la question sahraouie, l’impénitent Karim Tabbou soutient que les Sahraouis seraient mieux considérés sous le joug marocain…», alors que le premier secrétaire du FFS ne s’est jamais prononcé sur cette question. Il a seulement dit qu’en Algérie, cette question intéresse plutôt une certaine presse.

Plus loin, le mercenaire Moussa Acherchour est revenu sur la mise au point de Hocine Aït-Ahmed à Hassain Heykal qui avait fait état, sur Al Jazeera, d’une complicité de Hassan II avec les services français lors du détournement d’un avion marocain, transportant les cinq dirigeants algériens. Il faut reconnaître tout de même une certaine honnêteté à Acherchour Moussa qui a souligné dans son papier que Hocine Aït-Ahmed faisait partie des cinq dirigeants historiques (MDR Mort de dire. MST, Mutegh Si Tadsa). Moussa Acherchour, qui vit à Sidi Aich, affirme, par ailleurs, que les observateurs, à Alger, commencent à s’interroger sur le timing choisi pour lancer cette campagne anti algérienne à partir du Maroc…El Mouhtarem est en droit de s’interroger sur le timing choisi pour lancer cette campagne anti FFS à partir de Sidi Aich pour le compte de la brigade de gendarmerie LNR.    

« لعن الله من منحك رتبة ضابط »

وأذكر أنني رأيت الشهيد عميروش عندما دخلنا البيت الذي أقيم في المؤتمر، جالسا في ركن يرتدي قشابة ومنكمشا على نفسه، وكان المرحوم عبان رمضان الذي أراه لأول مرة يهينه ويشتمه بالقبائلية لأنه فر وترك الوفد في مواجهة الجيش الفرنسي، ومما قال له بالأمازيغية: « لعن الله من منحك رتبة ضابط »، ولم يرد عميروش بكلمة واحدة، وقلت في نفسي كيف له أن يقبل بشتم كهذا، وزيادة على ذلك، فإن الملازم الأول آنذاك، قاسي، هو الذي كلف باستقبال وفد الولاية الثانية عند حدود الولاية وليس عميروش،

Ali Kafi/ Source El Fjedjr

Le journaliste de l’ENTV suspend sa grève de la faim

boukeba.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

 

 

 

Le journaliste-animateur de la télévision nationale, Abderezak Boukebaa qui a observé une grève de la faim depuis le 1er mai à l’extérieur de la Maison de la presse Tahar Djaout pour «dénoncer le refus de la télévision nationale de le recruter», cinq ans après avoir animé et conçu plusieurs émissions et talk-shows culturels, a décidé de suspendre vendredi son action. A l’issue d’un rassemblement de soutien au journaliste organisé à l’intérieur de la Maison de la presse, Boukebaa a publiquement annoncé son désir de «cesser durant une semaine la grève de la faim» après avoir obtenu de la part de la direction générale de l’ENTV des assurances pour sa réintégration: «je tiens à vous informer publiquement que j’ai eu une rencontre jeudi matin avec le directeur des ressources humaines de l’entreprise qui s’est soldée par une décision ferme. Ce responsable m’a demandé de lui fournir un dossier administratif. Je lui ai exigé de me donner des garanties officielles. Chose qu’il a refusé. Finalement, j’ai accepté mais j’ai répliqué que cela pouvait prendre du temps. Finalement, un accord a été trouvé. J’ai donc décidé de surseoir à la grève de la faim afin de me déplacer à Bordj Bou-Arréridj pour préparer les documents nécessaires à mon dossier» a-t-il notamment affirmé lors de ce rassemblement qui a réuni des journalistes de divers horizons, des syndicalistes et des artistes. Pour rappel, une pétition nationale a été signée par plus d’une centaine de journalistes. Le gréviste de la faim a été transporté d’urgence jeudi après –midi à l’hôpital Mustapha Bacha. Son état de santé s’est nettement détérioré.

 

 

Ali Kafi: « Celui qui a rendu l’Algérie malade c’est Boumediène »

boumedien.jpgAli Kafi: «Celui qui a rendu l’Algérie malade c’est Boumediène, il nous a laissé un héritage désastreux qui nous gouverne actuellement. Boumediene était un personnage complètement effacé. Il était inconnu. Il était complètement à la marge, il évoluait à l’ombre de Boussouf. De ce fait, il ne pouvait pas comploter contre un géant comme Amirouche. Boumediène ne savait pas où a commencé l’histoire», a indiqué Ali Kafi. «En disant cela, je ne défends pas Boumediène d’autant plus que je ne partage rien avec lui. Bien au contraire, nous n’avons jamais été d’accord. Il a réuni autour de lui la clique de la France et le reste tout le monde le connaît», a affirmé A. Kafi. Source El Watan

Ali Kafi: « Après la faillite du RCD, Sadi veut rebondir en salissant la mémoire des honorables hommes »


saidsadi.jpgLe chef historique de la Wilaya II et ancien président du Haut comité d’Etat (HCE), Ali Kafi a tenu à «faire de mises au point» après la polémique suscitée par le livre de Saïd Sadi. «Je ne réponds pas à Sadi, car il n’est pas historien et il est loin de la marche historique de la Révolution. C’est le timing choisi qui a attiré mon attention. La sortie du livre intervient au cours de cette campagne que mène la France contre les moudjahiddine et ce qu’on appelle communément la famille révolutionnaire.» «Le deuxième point est lié au document criminalisant le colonialisme qui a provoqué une secousse en France. Y a-t-il un rapport ?» «Ou s’agit-il de la faillite de son parti et qu’il veut rebondir en utilisant des figures célèbres et salir la mémoire des honorables hommes ?», a regretté Ali Kafi. «C’est irresponsable le fait de douter du patriotisme des révolutionnaires et de jeter l’anathème sur la révolution». Ali Kafi a rejeté catégoriquement l’idée défendue par Sadi dans son livre qui consiste à dire que « Amirouche a été livré aux Français par Boussouf et Boumediène». Source El Watan

L’Algérie fût et est un cimetière de mensonges jusqu’à aujourd’hui !!!!

moudjahidines.jpgOuriachi Malik (Tlemcen) pour « Algérie Politique »


L’Algérie fût un cimetière de mensonges, d’intrigues, durant la guerre et aussi après l’indépendance. Aucun Parti politique n’a la compétence, ni l’ambition, ni la volonté, de faire sortir le cadavre du placard, pour au moins une fois, dans l’histoire de ce pays, le peuple et le monde entier connaîtront la vérité. La vérité n’est pas bien à savoir, en général, car elle est nue et crue, et difficile à digérer. En contraposée, le mensonge n’est pas l’idéal, car le mensonge est toxique, engendre des effervescences sociales, la hogra, la corruption, et la harraga, et cela pourrit toute la nation entière. Et c’est ce qui passe de nos jours. Une fois la vérité mis à nue, avec un travail de fond de la justice, cela permettrait au peuple de faire table rase sur son histoire, d’assainir les bases, de faire la réconciliation nationale, de faire le deuil, et finalement de prendre en main son destin, et de bâtir cette nation si jeune, si fragile, mais avec d’énormes potentialités. Jusqu’à maintenant, c’est la maladie du silence et des mensonges qui fait état de Cité.

 

Le problème majeur de l’Histoire de l’Algérie est l’histoire de cette famille révolutionnaire, et celle des Harkis. Depuis des décennies, on nous bourre le crâne avec les faux Moudjahidine, les faux Harkis, les Authentiques Moudjadine, etc…..Qui va-t-on croire ? Qui est capable de dire tel est un Harki et tel est un Moudjahid ? Personne. Le Ministre des Moudjahidine. Non. C’est une institution qui a été érigée par le FLN, pour camoufler les intérêts du FLN, et dissimuler certains dossiers comme bon leur semble. C’est une institution qui n’est pas fiable, ni transparence. Elle doit être abolie, et être remplacée d’abord par une Commission nationale, composée de juges et avocats. Et toute famille, qui se sent concernée, doit entamer une procédure juridique pour faire valoir ses droits de Moudjahid ou de harkis.

(Lire la suite)

Algérie: Plaider en faveur d’une dispersion des énergies, c’est voter en faveur de la pérennisation du statu quo

bouteflikacherchell.jpgNarmotard pour « Algérie Politique » 

Monsieur Mohand, je vous présente toutes mes excuses, si par inattention j’ai pu vous offusquer, en ayant utilisé des mots dans leur juste sens me semble-t-il.

J’ai lutté au milieu de mon peuple, pour l’indépendance de l’Algérie. (J’ai refusé de solliciter la fameuse “attestation communale” que je considère comme étant l’inauguration de la première corruption officielle du régime à clientèle de la RADP).

Nous avions gagné une première bataille, celle de l’indépendance que nous devons consolider chaque jour. Même si, hélas, cette indépendance ainsi que l’Etat-Nation des Algériennes et Algériens, ont été confisqués, temporairement, par la truanderie du régime politique de la RADP. C’est grâce à cette indépendance que la nationalité “Français-musulman” ou bien “Indigène musulman non naturalisé français” n’existe plus sur nos cartes d’identité, remplacés par la fière “nationalité algérienne”.
Bien que les exactions du régime de la RADP s’acharnent sur les Algériennes et Algériens pour les en écœurer et nous pousser à rechercher une autre nationalité d’appoint.

(Lire la suite)

1...131415161718

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER