• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 8 juin 2010

Archive pour le 8 juin, 2010

عبد الرزاق بوكبة : بيان غلق الإضراب

ph28boukeba2.jpgوقعت اليوم الثلاثاء 08 جوان 2010 عقد العمل في مؤسسة التلفزيون الجزائري وهو المطلب الذي كان وراء إضرابي عن الطعام الذي علقته يوم 08 ماي الفارط، وعليه أعلن عن غلق قوس الإضراب منحنيا بامتنان كبير أمام كل أشكال الدعم التي حظيت بها من الجميع في الداخل والخارج راجيا للجميع حياة سعيدة وثرية ومذكرا أيضا بأني تلقيت المستحقات المالية المترتبة على القناة الأرضية « 23شهرا » والقناة الثالثة « 06أشهر » بمعدل ثلاثة ملايين سنتيم عن الشهر الواحد وكل ترويج لمبلغ اخر محض إشاعة

Algérie: Chaouchi finalement suspendu…à cause de la selection algérienne !

chaouchi.jpgLe portier titulaire de l’équipe nationale, Faouzi Chaouchi, ne pourra pas disputer les deux premières rencontres du Modial, affirme Football.fr. Chaouchi avait en effet été sanctionné de trois matches de suspension après avoir été expulsé lors de la demi-finale de la CAN. Son premier match de suspension était le match pour la troisième place de cette Coupe d’Afrique des nations. Il restait donc encore deux rencontres de suspension et les dirigeants algériens décidèrent de le faire jouer deux rencontres avec les A. Tout semblait donc en règle mais la sélection algérienne a tout simplement oublié de déclarer à la FIFA que le joueur avait purgé sa suspension… Chaouachi est donc suspendu pour les deux premiers matches de la Coupe du monde, au grand désespoir des supporters algériens.

 

Farid Aissani revient cette semaine

pointdinterrogationthumb5511362.jpg

El Mouhtarem  « Algérie Politique »

Farid Aissani est là ! Il est encore là, il n’est pas fatigué ce militant, ce résistant, cet ancien secrétaire national du FFS, cet homme attaché aux textes du parti, ce militant discipliné qui apprend par coeur les articles des Statuts et du règlement intérieur du FFS, cet enseignant de Maths qui sait compter le nombre de militants  qu’il a réussi …à écarter de la structure du FFS-I.

Attaché à la « tradition et aux US kabyles », Aissani aime s’entourer de vieux, il a horreur des jeunes militants. D’ailleurs, ces derniers lui ont rendu la monnaie de sa pièce en refusant de l’élire au Conseil d’administration du FFS-I, il y a de cela quelques années. Depuis, il passe son temps à dénoncer le « fonctionnement antidémocratique » du FFS et de son président Hocine Aït-Ahmed. Le même fonctionnement qui a fait de lui un membre dirigeant du parti après l’exclusion de Tarik Mira et les autres responsables du FFS-I.

Dans sa « propagande » contre les instances du Parti, (loin de moi l’idée de défendre les directions du FFS parce que moi-même, j’ai toujours dénoncé les dysfonctionnements, même si parfois, je dis qu’il faut plutôt rendre hommage à ses dysfonctionnements qui ont fait de nous et de beaucoup d’autres encore des dirigeants du FFS), Farid Aissani ne s’est pas contenté de dénoncer «les pratiques antidémocratiques» des dirigeants du FFS et de son président Hocine Aït-Ahmed, à l’intérieur des instances du parti. Non. Farid Aissani a écrit de longues, de très logues lettres aux partis membres de l’Internationale Socialiste (IS) pour leur parler des problèmes internes du FFS.

Je ne peux pas imaginer un instant, un seul instant, un militant de la section de Blois du Parti Socialistes français passer une nuit blanche derrière son Laptop en écrivant une lettre à Hocine Aït-Ahmed, président du FFS, dans laquelle il va se plaindre des pratiques antidémocratiques de Martine Aubry !

J’ai vu Farid Aissani pour la dernière fois en d’août 2009 à Ighzer Amokrane dans la wilaya de Béjaia. C’était à l’occasion de la commémoration du 53ème anniversaire du Congrès de la Soummam, si ma mémoire est bonne. Il tenait un caméscope entre ses mains pour, sans doute, immortaliser l’évènement. J’étais scandalisé en voyant des militants du parti lui demander gentiment de ne pas filmer le meeting du premier secrétaire du FFS. J’étais scandalisé et j’avais, en même temps, de la peine pour Aissani qui a donné l’occasion à des militants, qui, probablement, ne le connaissent même pas, de lui interdire de filmer une activité publique de son ancien parti.

Ma réaction d’aujourd’hui, que certains qualifieront de méchante voire d’inutile, est venue en réponse à un mail que Farid Aissani* a adressé à des camarades du FFS dans lequel il a dénoncé la «Censure sur le blog Algérie politique». Il écrit ceci : «d’Amin, je n’ai pas résisté à commenter le texte ci-dessous … En vain. Les censeurs de l’opposition démocratique ont fait des « petits »… Je vous fait parvenir le commentaire censuré!… Salutations militantes. Farid ». Dans son commentaire signé avec le pseudo Amin, Aissani, s’est attaqué au Président du FFS, Hocine Aït-Ahmed. Extrait du commentaire de Amin alias Farid Aissani: «Une fois de plus, en se donnant la prérogative de coopter les membres de cette commission, Ait Ahmed se situe à tort au dessus de la mêlée, alors qu’il est comme à son habitude « juge et partie »…».

Enfin, je sais que cette polémique est inutile, mais c’est plus fort que moi… On a demandé  à un fou qui crie à chaque fois qu’on le provoque de faire semblant de ne pas entendre les provocateurs, le fou a répondu avec sagesse:  « Mais Llah Ghaleb je les entends ».

* Il a envoyé un mail à tout le monde sauf au modérateur du blog ! Je veux bien voir Aissani réagir à ce qui se passe à Paris (création du GPK, par exemple)

Le citoyen ordinaire, le fils du général Atailia, est sous mandat de dépôt

elkhabar1.jpgNous apprenons d’une source informée que le magistrat instructeur près le tribunal de Bir Mourad Rais à Alger a ordonné, aujourd’hui, la mise sous mandat de dépôt du « citoyen ordinaire », Chahredine Atailia, fils du général Mohamed Atailia, qui a foncé dimanche, avec son véhicule, sur un barrage de police près de la présidence de la République. 

Les Algériens déplorent le silence de la presse sur cet incident grave. Pis, des journaux ont tenté de manipuler l’opinion en présentant le conducteur du véhicule comme un citoyen ordinaire, qui a agi sous l’effet de l’alcool, avant de le présenter comme un dépressif. Le quotidien Liberté a, pour sa part, affirmé que le conducteur s’est trompé de route. Finalement, les sources de la presse algérienne ne donnent pas d’informations aux journalistes, mais des instructions. El Mouhtarem 

Les deux versions d’Ennahar: De l’ivresse à la dépression !

Article publié aujourd’hui


قالت مصادر قريبة من التّحقيق في قضية الشاب الذي حاول أول أمس   اقتحام مقر رئاسة الجمهورية، أنّ هذا الأخير قد تم إخضاعه للتّحقيق بمقاطعة شاطوناف بالعاصمة، وقد أثبتت

التّحريات الأولية أنّه مواطن عادي يبلغ من العمر 45 سنة، مقيم بالعاصمة، أصيب بنوبة غضب فتوجه إلى الرئاسة، وحاول اقتحام قصر الرئاسة في حدود الساعة التاسعة من صباح أول أمس الأحد، متجاوزا الحاجز الأمني الأول والثاني، إلى أن وصل إلى باب الرئاسة، على متن سيارة « أودي آ 4″ رمادية اللون، ترقيم ولاية جيجل « 18″، أول تاريخ سير لها سنة 2008، وأضافت المراجع التي أوردتنا المعلومة؛ أنّه وفور وصول المعني إلى باب الرئاسة، رفض الإنصياع لأوامر مصالح الأمن القاضية بالتوقف، بالنظر إلى نوبة الغضب التي كانت تسيطر على أفعاله، مما استدعى تدخل أعوان الحرس الجمهوري الذين أطلقوا النار على العجلات، من أجل توقيف السيارة، ليتم بعدها توقيف المعني واقتياده للتّحقيق.

 وأوضحت المراجع التي أوردتنا المعلومة؛ أن هذا الأخير قد تم إخضاعه لتحقيق نفسي للوصول إلى ملابسات القضية، بعد أن أكدت التّحريات الأولية أن دخوله إلى قصر الرئاسة يعود إلى إصابته بنوبة غضب مفاجئة، وأشارت المراجع إلى أن المعني لا علاقة له مع الجنرال السابق عطايلية لا من قريب أو من بعيد  أو أي مسؤول سام في الدولة، مثلما ذهبت إليه بعض الأوساط فور وقوع الحادثة.

Article publié hierالجاني لم يكن يعي شيئا والمخدرات كانت تسيطر على أفعاله

كشفت مصادر مقربة من حادثة إطلاق عيارات نارية على سيارة مشبوهة بالقرب من مقر رئاسة الجمهورية، أن صاحبها كان تحت تأثير المواد الكحولية أو مواد مخدرة أفقدته وعيه، حسب ما أثبتته التحقيقات الأولية حول ملف الواقعة. وأشارت ذات المصادر إلى أن المناورات التي قام بها الجاني بالقرب من محيط قصر المرادية، جعلته تحت المراقبة، واستدعى الأمر إيقافه في النهاية للتأكد من هويته ودوافعه، قبل أن تبين التّحريات الأولية أن الحادثة كانت تحت وقع المواد الكحولية، وهو الشيء الذي كان يمكن تفسيره منذ البداية، بعد رفضه الإستجابة لأوامر أعوان الأمن على مستوى الحاجز الأمني، وكذا حراس البوابة بالمدخل الرئيسي لقصر المرادية، فضلا عن التصرفات المفضوحة التي أظهرها، والتي كانت توحي منذ البداية أن السائق لم يكن في كامل وعيه. 

Saïda: La famille du défunt Nadri Nordine saisit la justice

torture.jpgSuite à la mort dans les locaux du commissariat de police de son fils Nadri Nordine, âgé de 31 ans, marié, laissant derrière lui une femme enceinte, la famille du défunt a porté plainte devant le procureur de la République, hier matin. Elle était munie d’un certificat médical attestant que le défunt était un peu malade et qu’il était exposé à des crises permanentes. Cette décision a été prise après que l’autopsie a révélé que la victime a été battue soit à l’extérieur soit à l’intérieur dudit commissariat, rapporte La Voix de l’Oranie.

(Lire la suite)

Sonatrach: Le secrétaire général démis de ses fonctions

sonatrach1.jpgLe secrétaire général de Sonatrach, Abdelmalek Zitouni, a été démis de ses fonctions dimanche, a rapporté la presse. M. Zitouni a occupé plusieurs postes au ministère de l’Energie et des Mines pendant vingt ans avant d’être nommé à la tête du secrétariat de Sonatrach.  Le secrétariat général a été confié à la directrice de la planification et de la stratégie.

Kheireddine Ameyar: Cérémonie de recueillement

ameyar.jpgA l’occasion de la 10ème année de la disparition de Kheireddine Ameyar, une cérémonie de recueillement aura lieu le 9 juin 2010 à 9h30 au cimetière d’El Kettar, (côté hôpital). Le  directeur de la publication du journal La Tribune qu’il avait fondé en 1994 s’est suicidé en juin 2000, à son domicile de la résidence de Club des Pins à Alger, à l’âge de 55 ans.

Ni “révolution”… et encore moins de PRODUCTION !

mercedes1.jpgImprovisateur pour « Algérie Politique »

Mao après sa longue marche à la gloire de son culte personnel qui a débouché sur son règne “glorieux”, avait lancé contre toute attente, son fameux slogan: “non à la production oui à la révolution”. Et, depuis nous connaissons tous les dégâts faits par sa célèbre révolution culturelle qui a essayé par la torture et le meurtre de rééduquer plus d’un milliards d’individus.

“Heureusement”, que quelques temps plus tard, la même devise a été reprise mais sensiblement modifiée, pour mettre définitivement l’empire Chinois sur la rampe de lancement du développement. Un décollage foudroyant, qui est en train de donner des sueurs froides à toutes les nations.

Chez nous, par contre, point de révolution ni de production. L’homme nouveau que Boumediène, voulait façonner brutalement dans les années 70 est enfin parmi nous. Une sorte de mutant, ni révolutionnaire et encore moins productif.

Une race nouvelle, stéréotypée et semblable en tous points dans ses aspirations et comportements, a vu le jour sous le regard médusé de nos pauvres sociologues comportementalistes.

(Lire la suite)

Souvenirs d’ex Lycéens

amirouche.jpgRamdane Sadi pour « Algérie Politique »

Je suis intervenu sur ce forum, plus ou moins accidentellement, je l’ai dit, pour donner à entendre qu’Ali Mécili était impliqué dans la mobilisation de la jeunesse algérienne, étudiante et militant dans le domaine culturel en particulier, bien avant 1978. S’agissant d’un témoignage «express» et à chaud, dont je ne renie rien quant au fond, je me suis, par «devoir de vérité», pour reprendre une formule qui devrait dire quelque chose à plus d’un(e), volontairement limité aux faits et évènements dont j’ai été le témoin direct et/ou partie prenante, essentiellement dans mes relations avec Ali Mécili: chacun(e) pourra comprendre que je ne puisse pas évoquer des souvenirs ne m’ayant pas concerné directement, sans avoir pris le temps de vérifier les implications des uns et des autres.

Un certain nombre d’abonnés à ce blog ont trouvé là une occasion à leurs yeux opportune de détourner le débat sur mon propos et mon humble personne. Des abus patents ayants été avancés, tant au fond que dans la forme, d’ailleurs, j’ai fait une mise au point, qui semble en avoir convaincu certains, mais pas tous.

Ainsi «Amghar» revient à la charge avec des maladresses qui me font me demander ce qu’il a bien pu avoir retenu de l’enseignement de référence du «Collège Moderne et Classique» de Tizi-Ouzou, futur «Lycée Amirouche», dont les plus dignes représentants ont émargé à des «Concours Généraux» et remporté des Coupes d’Algérie (en football «scolaires») etc. Au cas où il aurait pu en avoir bénéficié, s’entend.

Alors permettez, lecteurs, lectrices, que je mette ce qui, je l’espère, sera un point final à ces lamentables dérapages, en répondant ceci à «Amghar»:

a) QUI TU(E) QUI ? C’est vrai que les «Sages», dans notre haute tradition, sont honorés du titre de «Amghar», qu’ils ne squattent pas d’autorité, eux, mais pour lequel ils espèrent patiemment que la collectivité le leur décerne, le moment venu et à son appréciation. Mais alors, ils le portent dignement, et à visage découvert. Pas comme une burqa permettant de gloser à longueur de colonnes dans un espace sans autres bornes d’interdits que le bien élastique libre arbitre de quelques uns.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER