Farid Aissani revient cette semaine

pointdinterrogationthumb5511362.jpg

El Mouhtarem  « Algérie Politique »

Farid Aissani est là ! Il est encore là, il n’est pas fatigué ce militant, ce résistant, cet ancien secrétaire national du FFS, cet homme attaché aux textes du parti, ce militant discipliné qui apprend par coeur les articles des Statuts et du règlement intérieur du FFS, cet enseignant de Maths qui sait compter le nombre de militants  qu’il a réussi …à écarter de la structure du FFS-I.

Attaché à la « tradition et aux US kabyles », Aissani aime s’entourer de vieux, il a horreur des jeunes militants. D’ailleurs, ces derniers lui ont rendu la monnaie de sa pièce en refusant de l’élire au Conseil d’administration du FFS-I, il y a de cela quelques années. Depuis, il passe son temps à dénoncer le « fonctionnement antidémocratique » du FFS et de son président Hocine Aït-Ahmed. Le même fonctionnement qui a fait de lui un membre dirigeant du parti après l’exclusion de Tarik Mira et les autres responsables du FFS-I.

Dans sa « propagande » contre les instances du Parti, (loin de moi l’idée de défendre les directions du FFS parce que moi-même, j’ai toujours dénoncé les dysfonctionnements, même si parfois, je dis qu’il faut plutôt rendre hommage à ses dysfonctionnements qui ont fait de nous et de beaucoup d’autres encore des dirigeants du FFS), Farid Aissani ne s’est pas contenté de dénoncer «les pratiques antidémocratiques» des dirigeants du FFS et de son président Hocine Aït-Ahmed, à l’intérieur des instances du parti. Non. Farid Aissani a écrit de longues, de très logues lettres aux partis membres de l’Internationale Socialiste (IS) pour leur parler des problèmes internes du FFS.

Je ne peux pas imaginer un instant, un seul instant, un militant de la section de Blois du Parti Socialistes français passer une nuit blanche derrière son Laptop en écrivant une lettre à Hocine Aït-Ahmed, président du FFS, dans laquelle il va se plaindre des pratiques antidémocratiques de Martine Aubry !

J’ai vu Farid Aissani pour la dernière fois en d’août 2009 à Ighzer Amokrane dans la wilaya de Béjaia. C’était à l’occasion de la commémoration du 53ème anniversaire du Congrès de la Soummam, si ma mémoire est bonne. Il tenait un caméscope entre ses mains pour, sans doute, immortaliser l’évènement. J’étais scandalisé en voyant des militants du parti lui demander gentiment de ne pas filmer le meeting du premier secrétaire du FFS. J’étais scandalisé et j’avais, en même temps, de la peine pour Aissani qui a donné l’occasion à des militants, qui, probablement, ne le connaissent même pas, de lui interdire de filmer une activité publique de son ancien parti.

Ma réaction d’aujourd’hui, que certains qualifieront de méchante voire d’inutile, est venue en réponse à un mail que Farid Aissani* a adressé à des camarades du FFS dans lequel il a dénoncé la «Censure sur le blog Algérie politique». Il écrit ceci : «d’Amin, je n’ai pas résisté à commenter le texte ci-dessous … En vain. Les censeurs de l’opposition démocratique ont fait des « petits »… Je vous fait parvenir le commentaire censuré!… Salutations militantes. Farid ». Dans son commentaire signé avec le pseudo Amin, Aissani, s’est attaqué au Président du FFS, Hocine Aït-Ahmed. Extrait du commentaire de Amin alias Farid Aissani: «Une fois de plus, en se donnant la prérogative de coopter les membres de cette commission, Ait Ahmed se situe à tort au dessus de la mêlée, alors qu’il est comme à son habitude « juge et partie »…».

Enfin, je sais que cette polémique est inutile, mais c’est plus fort que moi… On a demandé  à un fou qui crie à chaque fois qu’on le provoque de faire semblant de ne pas entendre les provocateurs, le fou a répondu avec sagesse:  « Mais Llah Ghaleb je les entends ».

* Il a envoyé un mail à tout le monde sauf au modérateur du blog ! Je veux bien voir Aissani réagir à ce qui se passe à Paris (création du GPK, par exemple)

Commentaires

  1. nassim.s dit :

    un conseil monsieur el mouhtarem:ne te rabaisse pas pour un pseudo-militant du ffs. on connais tous la valeur de ce gus et laisse beton stp et n’oublie pas de cliquer sur la touche ignorer a chaque fois qu’on parle de lui! salut .

  2. karim75 dit :

    Enfin, je sais que cette polémique est inutile, mais c’est plus fort que moi… On a demandé à un fou qui crie à chaque fois qu’on le provoque de faire semblant de ne pas entendre les provocateurs, le fou a répondu avec sagesse: “Mais Llah Ghaleb je les entends”. ainsi parlait Hassane pour ceux qui ne le connaissent pas c’est un habitant de TIMIZART. voila vous pouvez demandez à n’importe qui, il va vous raconter des trucs assez sympa sur lui. mais n’oublie pas que Mohand AHTHOUTH de SIDI AICHE a raconté aussi des trucs qui peuvent donner un peux de bon sens à mr AISSANI.

  3. djeroualou dit :

    Ben non! les comiques troupiers doivent être applaudis car ils amusent la galerie. Revenu de sa traversée du désert vous dites? Quelle bonne nouvelle; nous allons de nouveau apprécier les prouesses du fils à étaler son beurre sur du sable

  4. kader dit :

    A force de trop etreindre le FFS, aissani veut l’étouffer. Il est comme cela. Au fond, il n’y a rien à dire vu que le gus n’est pas un génie politique, juste un tchatcheur qui a le corps en algérie, et, le coeur la bas.

  5. azarzour dit :

    Il ne faut rejeter personne, il faut écouter tout le monde,meme HASSANI d’ailleurs ! Chacun d’entre nous a ses propres défauts et ses qualités mais on ne peut nier à certains d’entre eux leur vrai amour pour le Parti.A partir de là, il faut essayer d’etre un peu cool et finir par s’accepter les uns et les autres!
    Les peites manigances et les petits calculs politiciens ne font jamais les grandes ambitions!

  6. Omar dit :

    En tant que sympathisant du FFS dans l’immigration je connais ce militant. Je ne comprends pas cette agressivité contre lui. Il exprime une opinion, où est le problème. D’ailleurs El mouhtarem aurait dû la reproduire dans son intégralité.Que se passe-t-il? Je suis déçu de ces comportements.

  7. Omar dit :

    De quel texte s’agit-il lorsque Aissani dit: « je n’ai pas résisté à commenter… » je cite El mouhtarem.

  8. fayrouz dit :

    Farid « Aissa-nie » être un agent des sévices, nous lui répondons: « Aissa-non », tu l’est malheureusement pour eux!

  9. Tout le monde vole dit :

    Actualités : OFFICE NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU LAIT (ONIL)
    Détournement de plusieurs milliards de dinars

    Plusieurs sociétés privées spécialisées dans la transformation de lait sont impliquées dans des affaires de détournement des subventions accordées par l’Etat à travers les mécanismes de l’Office national interprofessionnel du lait (ONIL). Grâce à des complicités dans l’administration, des responsables d’une laiterie située dans la wilaya de Boumerdès ont réussi à détourner plusieurs milliards de dinars. Une grande partie de cette somme a été transférée illégalement vers l’étranger.
    Tarek Hafid – Alger (Le Soir) – L’Office national interprofessionnel du lait est — sans jeu de mots aucun — une véritable vache à lait. Une catégorie «d’opérateurs» activant dans cette filière a réussi à détourner d’importantes sommes d’argent allouées par l’Etat afin de subventionner le lait, un des principaux aliments de base des Algériens. Créé le 8 juillet 1997, l’Office national interprofessionnel du lait a été placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture et du Développement rural. A l’époque, les pouvoirs publics tentaient de mettre en œuvre une politique de développement de la filière. «En tant qu’instrument essentiel de l’Etat et agissant pour son compte, l’Office a pour mission d’organiser, d’approvisionner, de réguler et de stabiliser le marché national du lait et des produits laitiers. A ce titre, il est chargé : de participer à la préparation de la réglementation relative à l’organisation et à la gestion de la filière lait et d’en assurer l’application ; de proposer l’ensemble des actions tendant à l’orientation, l’amélioration et au développement de la production, du stockage, de la commercialisation et de l’utilisation de lait et des produits laitiers et de veiller à sa mise en œuvre ; d’évaluer les disponibilités et les besoins nationaux en lait et en produits laitiers et de définir, en concertation avec les institutions et les organismes concernés, le programme national d’approvisionnement et de veiller à sa mise en œuvre sur la base de cahier des charges (…) de participer à la définition d’une politique nationale de stockage de lait et des produits laitiers et de veiller, en collaboration avec les organismes concernés, à sa mise en œuvre notamment par la gestion de réserves stratégiques (…) de proposer les mécanismes de détermination de prix de lait et des produits laitiers», stipule l’article 5 du décret exécutif n°97-247 portant création de cet office. Mais à l’époque, le manque de moyens financiers et de vision stratégique ne permettra pas à l’Office d’accomplir pleinement ses missions. Inactif, l’ONIL sera rangé durant plusieurs années dans les placards de l’administration.
    Crise
    Mais en 2007, l’Algérie est confrontée à une grave crise du lait. Le prix de la poudre de lait, matière première utilisée par les unités de transformation, connaît une augmentation vertigineuse sur le marché international. Les transformateurs privés sont frappés de plein fouet par cette crise. Ils crient à l’asphyxie financière et exigent un soutien urgent de l’Etat sans quoi, le consommateur ne pourra plus acheter le sachet de lait au prix de 25 dinars. Le dossier est traité au plus haut sommet de l’Etat. L’ONIL est réactivé en urgence et est chargé de gérer un mécanisme de subventions. Le gouvernement Belkhadem ouvre grand les vannes du Trésor public : 10, 6 milliards de dinars sont immédiatement alloués aux opérateurs privés pour compenser le différentiel entre le prix du lait sorti d’usine et son prix administré. La Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA), organisation patronale qui représente la majorité des transformateurs de lait, applaudit la décision des pouvoirs publics. Outre les subventions, l’ONIL se charge également d’importer des quantités de matière première qu’elle met à la disposition des transformateurs. Ces derniers bénéficient donc d’un double mécanisme de soutien. Cependant, ce système, trop «souple», présente d’énormes failles. Certains «opérateurs» ne tarderont pas à en profiter en s’appuyant, bien entendu, sur la complicité active de certains «cercles».
    Détournement
    Le cas le plus éloquent est sans nul doute celui d’une laiterie de la wilaya de Boumerdès. Arrivée dans la filière lait sur le tard, cette entreprise a réussi, pour la seule année 2007, à bénéficier d’une subvention de plus de 970 millions de dinars algériens. «Cette somme représente l’équivalent d’une production de 60 millions de litres de lait. Cette entreprise s’est hissée en quelques mois parmi les premiers producteurs de lait en Algérie. Mais tous ces chiffres n’étaient, en fait, que virtuels. Les équipements de son unité n’étaient pas adaptés à une telle capacité de production», confie une source proche de l’ONIL qui a requis l’anonymat. En 2008 et 2009, la laiterie se voit attribuer 18 872 tonnes de poudre de lait pour une subvention totale de près de 3 milliards de dinars (2 857 252 416 DA). Selon notre source, une enquête interne a démontré que cet opérateur a mis en œuvre une organisation «complexe et efficace» pour opérer des détournements de matière première et de fonds alloués par l’Etat à la filière industrielle du lait.
    Entreprises fictives
    Pour revendre les grandes quantités de poudre de lait en surplus, les responsables de la laiterie de Boumerdès créent une entreprise fictive. Installée dans la banlieue- est d’Alger, cette structure faisait office de «grossiste en produits laitiers ». Elle a permis d’écouler la matière première subventionnée sur le marché parallèle. Un de ses clients n’est autre qu’une seconde entreprise fictive spécialisée dans «la production industrielle de lait». Fait étonnant, les responsables du secteur ne se rendent même pas compte que cette unité «industrielle » s’étend sur 45 m2 et quelle ne dispose d’aucun équipement de production ! Mieux, ses propriétaires n’ont jamais occupé les lieux. Au-delà de l’aspect financier, l’objectif final de toute cette organisation «virtuelle» consiste à permettre le blanchiment des sommes détournées de l’ONIL. La revente de poudre de lait subventionnée a permis à la «grossisterie/ blanchisserie» de générer 1 598 193 936 dinars algériens. Ces fonds ont été remis dans le circuit financier grâce à un compte ouvert auprès d’une banque publique dont l’agence est située à Hussein-Dey, Alger. La seconde entité, «l’unité industrielle», a eu deux fonctions: générer de nouveaux fonds grâce au circuit de l’importation et permettre le transfert illicite d’une partie des avoirs vers l’étranger.
    Transfert illicite
    La technique utilisée était d’une simplicité enfantine. Les «gérants» de cette entreprise ont procédé à l’importation de grandes quantités de poudre de lait et de produits dérivés auprès d’une entreprise fictive (encore une) installée à Londres. Le «fournisseur» faisait en sorte de jouer sur les tarifs (majoration/minoration) pour augmenter au maximum le flux des transferts vers un compte ouvert à Genève. La laiterie de Boumerdès a usé du même subterfuge. De 2007 à 2009, cette entreprise a importé divers produits (beurre, fromage, film d’emballage) pour 5.405 431 d’euros et 2.777 125 de dollars américains. L’achat d’équipements était également l’occasion de procéder à des transferts massifs d’argent «blanchi». Là aussi, le recours à la majoration des prix était systématique. A titre d’exemple, un système de production d’eau glycolée a été acquis à 4 millions d’euros auprès du fournisseur londonien alors que son prix réel n’est que de 57 000 euros ! En l’espace de deux années, la laiterie de Boumerdès a importé l’équivalent de 9,2 millions d’euros de matériels surfacturés. Il est important de préciser que toutes ces opérations ont été réalisées grâce aux avantages fiscaux accordés par l’ANDI. Détournements de fonds, faux et usage de faux, transferts illicites… il est aujourd’hui évident qu’une telle organisation criminelle n’a pu être mise en place sans des complicités solides à tous les niveaux. Le préjudice subi par le Trésor public est impossible à chiffrer. La justice, qui s’est saisie de ce scandale et d’une multitude d’autres affaires dans le secteur de l’industrie laitière, aura à déterminer les responsabilités. Mais ce scandale remet, surtout, en cause le recours au système de subventions allouées par l’Etat. Un système décrié aujourd’hui par la Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA). Les responsables de cette organisation patronale estiment que ce système n’a bénéficié qu’à quelques «privilégiés».
    T. H.

  10. Kader ZERROU dit :

    Pourquoi tu ne laisses pas Farid Aissani exprimer ses opinions comme bon lui semble ! Il ne faut pas pratiquer la censure quand on la dénonce ailleurs…

    Je n’apprécie pas cette façon de vous attaquer aux personnes quand vous avez l’avantage de le faire sur un blog aussi fréquenté ! Je vous invite donc à accorder un droit de réponse à M.Aissani s’il souhaite bien sûr le faire..

    Cordialement
    Kader ZERROU.

  11. Dr. Amina/Amin dit :

    l’ami Farid Aissa-nie, une veille connaissance d’antan… l’on se rappelle du IIIeme congrés du FFS oú tout avait ete comploté/preparé par un « certain mini groupe FFS exterieur » pour saborder la decision finale du III congrés qui avait obligé dans la nuit tard de faire venir le Dr. Hocine Ait-Ahmed afin d’exposer son projet au vote de tous les congressistes á main levée.

    EN EFFET LA GRANDE MAJORITÉ DES CONGRESSISTES (plus de 1200 delegués venus de toutes les wilayas du pays) Á MAIN-LEVÉE AVAIENT DIT HAUT ET FORT « OUI » Á AIT-AHMED HOCINE

  12. ighzer amokrane dit :

    el-mouhtarem, dans ton texte tu as dis ceci: J’ai vu Farid Aissani pour la dernière fois en d’août 2009 à Ighzer Amokrane dans la wilaya de Béjaia. C’était à l’occasion de la commémoration du 53ème anniversaire du Congrès de la Soummam, si ma mémoire est bonne. Il tenait un caméscope entre ses mains pour, sans doute, immortaliser l’évènement. J’étais scandalisé en voyant des militants du parti lui demander gentiment de ne pas filmer le meeting du premier secrétaire du FFS. J’étais scandalisé et j’avais, en même temps, de la peine pour Aissani qui a donné l’occasion à des militants, qui, probablement, ne le connaissent même pas, de lui interdire de filmer une activité publique de son ancien parti.
    je voudrais apporter mon temoignage car ce mr qui tenais un camescope et qui a etait interpelé non par les militants du FFS mais d’abord par le maire FFS d’ighzer amokrane n’est autre qu’un simple militant de la section d’adekar et non farid aissani que je ne connais meme pas, ç moi meme qui as intervenu aupres du maire et de quelques responsables du parti, qui l’ont confondu avec ce mr aissani. je vous prie de publier cette mise au point venant d’un militant simple du FFS .

  13. Jeff dit :

    Je trouve ce débat absurde et contre productif. Je connais Farid depuis longtemps. Il est FFS dans l’âme et jusqu’aux ongles. Il ne supporte pas l’ambiguïté politique de son parti de toujours. Si non, comment se fait-il qu’on réclame à cor et à dia au pouvoir usurpateur d’appliquer les règles démocratiques mais qu’on bafoue allègrement ces même règles au sein de sa structure partisane. Après tout, il n’a fait qu’ajouter sa contribution par la critique qui est par essence le vrai moteur de la démocratie.

  14. fayrouz dit :

    Farid « Aissa-nie » avoir souiller l’image du FFS, nous lui répondons: »Aissa-non » le FFS est intouchable!

    Arwel a Paris athaya Aissa-nie!

  15. thamgharth thazmnith dit :

    Assa Azeka l’FFS yella yella!

    Farid Aissani n’a rien à voir avec notre cher parti. Les vrais militants ne s’attaquent jamais à leurs deuxième maison(FFS).

  16. Dr. Amina&Amin dit :

    Hakim S. militant FFS residant en europe temoigne:

    notre cher ami Farid Aissanie que nous gardions un « interessant » souvenir du remarquable IIIeme congrés du FFS.

    Nous etions une centaine du FFS emigration (france et rest-europe), la majorité determinée pour la reussite de ce congrés et aussi pour porter son experience des autres pays democratiques au parti FFS (qui etait et est l’unique á s’ouvrir au peuple) et au pays. Bref!

    Nous nous sommes rencontrés á Paris pour faire le voyage ensemble. L’ambiance etait au top (amicale, joyeuse et bon enfant mais conscient de la tache qui nous attend cad le parti, le pays, les contraintes et problemes qui nous guettent du drs).

    Le dernier jour du congrés etait crucial pour le parti, il y’avait une importante motion du president dont dependait la survie du parti MAIS « certains delegués » de l’exterieur voulaient IMPOSER une autre á tout prix pour saborder le congrés si ce n’etait l’intervention de Mr. Ait-Ahmed Hocine qui fut obligé de venir tard la nuit s’expliquer aux 1200 delegués venus de toute l’algerie et á main-levée voter librement et democratiquement OUI ou NON.

    Vers 02:30 du matin, le resultant etait clair, la grande majorité de la salle avait levé sa main OUI et les quelques 20-aines de « NON » etaient decus pour avoir echouer dans leur mission de sabotage et ils se sont auto devoilés/decimés avec leur petitesse…

    Notre cher frere Farid Aissanie etait-il au courant de ce groupe?

    C’etait lui le responsable du FFS exterieur.

    Deja dans les differents ateliers de travail, nous avions constaté ces groupes qui se sont regroupés d’une facon remarquable pour nous « influencer » leur projet destructif … meme une amie Nadia m’avait dit:
    « incroyable, on dirait que le DRS est parmi nous, en effet il est parmi nous, repliqua Linda. »

    Nous esperons que notre frere Farid A. se manifeste ici, ou bien faites lui parvenir cet article pour nous eclaircir un peu plus sur ce fameux groupe.

    *PS:
    encore une nieme fois le DRS avait comme á son habitude echoué de destabiliser ce grand parti FFS d’opposition.

    Il y’a aussi d’autres temoignages sur ce fameux IIIeme congrés que ces miltants du FFS exterieur peuvent apporter sur les methodes d’intimidations du DRS.

    Il y’a aussi le fameux chahutage des 2 freres « istes » de LeSoir d’algerie,…

    Il y’a aussi les cameras du DRS qui etaient dans le lycée sur la crete au dessus de la salle du congrés,…

    Il y’a aussi l’eclairage de la salle du congrés qui s’allumait et s’eteindait,…
    le drs avait oublié que le FFS avait des bougies.

    Tendrement votre.

  17. Benderouiche dit :

    A ighzer amokrane, je persiste et signe: il s’agit bel et bien de Farid Aissani.

  18. Kader ZERROU dit :

    Je suis d’accord avec toi Jeff. Sans trop se focaliser sur ce cas précis de Farid Aissani..Je voudrai juste souligner qu’au FFS, des milliers de militants qu’on persiste, plutôt qu’on s’acharne, à présenter comme des « ex-militants » sont dans la même situation alors qu’ils sont profondément attachés à ce parti et jaloux de son devenir.

    Je ne sais par quelle grâce, d’aucuns s’autoproclament comme la seule conscience qui vaille dans le parti et s’accordent le droit de choisir les bons et les mauvais militants, les actuels et les ex…etc !

    Pourtant, le FFS a besoin de tout le monde, de tous ses enfants pour se reconstruire et constituer l’alternative démocratique tant espérée à ce régime maffieux et assassin. Et surtout, pour aller au-delà de la timidité affichée par son actuel premier secrétaire, lors d’un entretien filmé avec un animateur connu de la télé algérienne, qui a donné une image d’un parti faible, qui n’est qu’un petit élément de la solution alors qu’il est la seule force autour de laquelle peuvent s’agréger les forces sincères du changement (s’il en existe !).
    Cordialement.
    Kader ZERROU.

  19. khaled tazaghart dit :

    azul a notre camarade d’ighzer.
    je suis parmi les militants qui ont demaparmi lescelui a qui nous avons demandé de ne pas filmer est Farid Aissani

  20. kamel dit :

    farid a bien reagi sur l,autonomie de Kabylie et c’est dans l’émission que vous pouvez écouter sur kabyle-fm.com une emission débat émission n 6 ,ou il repondait a quelqu’un faisait dire des déclarations nom officielle du Mr ait ahmed sur l’autonomie en ripostant , ne faite pas dire a ait ahmed ce qui il na pas dis . messieurs Fardi aissani est un bon militant qui a défendu les thèses du parti , l’exclusion ne fais pas l’interet du parti , même said khelil a ete pousse a quitte le parti lorsque on la bloque pour le deuxième congres et ce n’est pas qui il été contre les résolutions de rome comme le voulait dire le groupe de djedai qui a designe par ait ahmed , si il est elue au congre c’est grace au tiers designe par le president du parti dont tous le monde a approuvée le texte ,, mais je demande a ces gens de structurer le ffs en dehors de la kabylie . écouter je suis sympathisant , mais je connais le parti bien , mais c’est il faut réhabiliter tous les militants sincere du parti , le clanisme ne profite en aucun cas pour l’intérêt de la démocratie et pour en finir je dirai une phrase de Amar imache dite dans son message :ce qui détruisent l’union dans un parti , détruisent l’union dans une nation et merci.

  21. ighzer amokrane dit :

    persiste et signe, moi je n’ai fait que mon devoir de militant de dire ce que j’ai vu lors de cette manifestation, c’est aux militants d’analysés, merci.

  22. Khaled Tazaghart dit :

    -A notre camarade d’Ighzer Amokrane.
    -A notre camarade El Mouhtarem.
    Permettez-moi de vous informer que je suis parmi les militants qui ont demandé gentiment à Mr Farid Assaini d’arrêter de filmer et que je ne regrette absolument pas, même si notre ami el Mouhtarem dit qu’il été scandalisé en voyant des militants du parti lui demander de ne pas filmer le meeting du premier secrétaire du FFS. Chacun de nous est conscient que le parti n’a rien à cacher mais aussi, chacun de nous est conscient que chaque action nécessite un certain nombre de mesures organisationnelles pour assurer la réussite totale de la dite action. Rien de plus et Rien de moins.

  23. mustapha dit :

    a l’occasion puisque on parle de farid aissani, je tiens a apporter mon temoignage qu’a ighzer amokrane le gas qui voulais filmer c’etais bien farid aissani cet homme que je suis convaincu qu’il est des services,aussi je veux apporter une mise au point par rapport a ce qu’il a ete dit sur farid et la section FFS de bejaia au mois d’aout dernier que farid aissani est venu au siege du FFS de la section de bejaia et qu’il etait resu par les militants de bejaia et du premier secretaire karim bourai chaleureusement.alors c’est faux c’est tout a fait faux car farid aissani est entrer au siege de la section ou il ya deux ou 3militants qui le connaissent et les autres pour eux c’est un inconnu dont meme le premier secretaire de la section ne le connais que du nom et ne le connais pas de vue,mais apres avoir etais informer que c’est farid aissani qui etais a la salle du siege car le premier secretaire karim bourai etais dans son bureau personnel, farid aissani etais solliciter de quitter le siege,et que le premier secretaire de section l’informe qu’il n’est pas la bienvenue.alors chapeau a monsieur bourai que malgres qu’il n’a rien contre farid aissani mais tout simplement comme il a dit le premier secretaire de section que par ethique et par amour pour ce parti je ne peux pas laisser les hypocrites s’entrainer dans le siege du parti.c’est pour cela que monsieur karim bourai l’a fait sortir.alors il n’etais pas resu par les militants de la section

  24. Jeff dit :

    J’ai vu défilé auprès de Farid AISSANI les Mira, SAADI, Amara BENYOUNES et j’en passe. Ces rapaces ont toujours fait de la récupération et de recyclage de militants leur métier de prédilection. En pensant que Farid est en rupture de banc avec son parti de toujours, ils ont vite constaté qu’ils étaient devant un homme de conviction et de principe. J’ai connu Farid au début des années 90, ensuite durant la compagne présidentielle de 1999. Je le fréquente toujours nonobstant nos différents bords politiques nous partageons l’amour de notre pays, de son destin. Nos partageons également les inquiétudes sur son devenir. Farid restera un ami intime quel que soit nos différents idéologique.

  25. saci nasser dit :

    Le congrès de mars 2000 etait crucial pour le parti, des militants de FFS immigration en alliance avec les étudiants de Tizi (alliance nécessaire pour rejeter le projet de statut de la direction) . Évidement, farid aissani et ses sbires ont rendu la monnaie aux étudiants de Tizi, on soutenant la candidature de leader des étudiants pour qu’il passe tete de liste durant le vote des candidats au conseil national (quota tizi-ouzou)

    Dans l’atelier statut et organisation Farid aissa en harmonie avec les étudiants de tizi très actif et présent dans la commission ont tout fait pour imposer leurs points de vue , oui tous les coup étaient permis : intimidation intellectuelle, prolonger les débat pour pousser les gens à l’sure et à la fatigue. Heureusement, à la demande d’ait Ahmed, 90 % des congressistes ont clarifié la ligne, c’était un vote historique pour contre carrer le travail de sap de FFS immigration et de la section universitaire ali mecili. Les deux groupes étaient vraiment des relais des services et de la DRS.
    Nasser,

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER