«Comploter avec le diable, c’est être soi-même un diable»

ferhat.jpgYoucef Aouchiche  pour « Algérie Politique »

Sans verser dans l’insulte et l’invective, je pense que c’est les actes et les positions qui parleront de leur concepteur. Alors saisissons en premier lieu et jugeons par la suite. C’est pour cela que j’ai écrit cette modeste contribution, conçue pour apporter quelques éclaircissements et mises en gardes  en direction de ceux qui adhèrent et soutiennent Ferhat Mehenni dans son projet du Gouvernement provisoire de Kabylie (GPK).    

La responsabilité de la paupérisation des Algériens n’incombe pas aux seuls décideurs du pays. En effet, plusieurs «supplétifs» qui s’autoproclament démocrates, opposants et laïcs, ont participé activement à l’anéantissement du pays et à la mise à mort des luttes démocratiques. Ces « démocrates » ont toujours servi, pour certains consciemment pour d’autres viscéralement,  de bases arrière et de relais  au pouvoir central afin de mettre en oeurve ses stratégies diaboliques notamment, en Kabylie.

Le « Grand » Ferhat, pas moins célèbre que son ancien guide Said Sadi, n’est pas moins responsable que ses paires dans ce marasme. Pour ceux qui la mémoire semble restreinte, je tiens à faire remarquer que le président du controversé GPK était l’un des concepteurs de la haine et de la division entre Kabyles. Comment peut-il alors appeler à l’union de ce qu’il a divisé et ruiné hier ?

Ayant pris part à la création du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) du Dr Saïd Sadi, dont tout le monde connaît les origines, (crée dans le bureau du général Larbi Belkhir, le «légendaire  » chanteur de la cause Amazigh s’est rabaissé, sans le savoir peut-être (?),  au statut, permettez -moi de le dire, de simple serviteur du pouvoir algérien.

Le RCD dont il était membre dirigeant durant plusieurs années, a épaulé la junte militaire durant et après son coup d’Etat anti-constitutionnel de janvier 1992. Il a servi avec ses compatriotes d’alibi de taille au régime en place pour l’interruption du processus électoral.

Par ailleurs, j’invite ceux qui soutiennent que la démarche acteulle de Ferhat est entremetteuse et rassembleuse, à revoir l’histoire. Il suffit juste d’un retour en arrière pour discerner le contraire. Ferhat et ses collègues, pour ne pas dire camardes, n’ont semé qu »animosité et haine en Kabylie. Sans eux, le pouvoir n’aurait jamais su comment se maintenir et s’implanter avec une telle rapidité.

Proclamer la mort d’un mouvement d’une telle ampleur que le MCB et annoncer la création du RCD qui prônait la mort du Front des forces socialistes (FFS),  comme seul et ultime objectif, est l’une de ses  grossières erreurs, que personne ne pourra pardonner.

Consciemment ou pas, l’erreur est impardonnable en politique. Ferhat avait, lui-même, reconnu dans un témoignage accordé au journaliste écrivain Arezki Ait Larbi à la faveur du livre qu’il a coordonné que Said Sadi a été recruté par la Sécurité Militaire en 1982, redoutables services secrets algériens, actuellement Département du renseignement et de la sécurité (DRS).

«En mars 1982, malgré la «liberté provisoire» qui empêchait les 24 détenus de sortir du territoire algérien, Sadi vint à paris et participa à un débat organisé à la fin de mon concert à Anthony par le professeur de psychologie Mohamed Lahlou. Il était venu proposer à Hocine Aï-Ahmed de rentrer le 5 juillet 1982, pour le 20ème anniversaire de la fête de l’indépendance ou de rompre, à notre insu, l’alliance avec lui. Sadi avait une proposition pour deux postes au Comité central du FLN; Aït-Ahmed refusa après avoir pris soin de consulter ses amis dont moi-même», avait-t-il Témoigné dans l’ouvrage intitulé Avril 80. Insurgés et officiels du pourvoir racontent Le «Printemps berbère», page 115.

Alors pourquoi composer avec une telle personne ? Pourquoi négliger une telle donne et accepter de marcher dans les combines de Sadi, si ce n’est pas une complicité volontaire et volontariste ?

Pis encore, le «démocrate laïc», ne s’est pas arrêté à ce niveau.  Il est allé plus loin dans ses stratagèmes. Qui parmi nous peut oublier le fameux boycott scolaire de 1994 ? Les séquelles  et les répercussions négatives y sont toujours à constater. Durant cet événement, et après la création du « MCB coordination », Ferhat Mehenni, a,  sans scrupules, appelé les écoliers à rejoindre les bancs de l’école, au moment où le spectre de l’année blanche hantait les détenteurs du pouvoir central.

Sans le concours de Ferhat les autorités auront du mal à se justifier auprès des instances et organisations internationales notamment l’UNESCO, qui a suivi de près ce dossier. Hélas, pour les élèves de la Kabylie de cette époque, la trahison est venue de chez eux. Comme disaient nos ancêtres « Thikhsi dhidhamnisse istyanghane».

Après avoir consommé cette tâche, Ferhat est revenu au devant de la scène, en compagnie de son parti et avec le concours malsain des autorités pour dénoncer, le contrat national signé à Rome qen 1995  et qui se voulait une alternative crédible à la crise politique qui a ensanglanté et endeuillé le pays.

Proclamer aujourd’hui un GPK ne signifie qu’une continuité de ce processus de destruction du pays et de la Kabylie.

Sans me verser dans l’insulte et l’invective, je pense que c’est aux actes et positions de parler de leurs concepteurs. Alors saisissons en premier lieu  et jugeons par la suite. 

Commentaires

  1. iziwech dit :

    c’est la triste verité

  2. amk-ssa dit :

    Franchement je suis pour le GPK et si je suis un diable vous etes plus qu,un autrement meme d’alhocine apris les armes,il a perdu plus de 400 hommes KABYLE par son ami ben bella avec qui quelque annees plus tard il a signer le pact de demoslimer l’algerie,tout homme n’est parfait sauf peut etre vous????vive le president du GPK,vive la Kabylie autonome et vive le peuple Kabyle.

  3. abderamane dit :

    Oh vous savez dès fois, il vaut mieux s’allier avec le diable qu’avec…..

  4. Amesfulman dit :

    Personne ne peut me convaincre qu’il faut renoncer à l’autonomie de la Kabylie sous le fallacieux prétexte que tel responsable du MAK a commis des erreurs dans son parcours politique.On a tous crù au pére noèl à un moment donné,c’est à dire le rève d’une Algérie libre et démocratique.Ferhat Mehenni a su tirer les leçons de plus de 40 ans d’opposition stérile et suicidaire dont le bilan est catastrophique pour la Kabylie et l’Algérie.Il y a une vérité que certains continuent à nier,à savoir la non adhésion de l’immense mjorité des arabes à l’alternative démocratique pronée par les partis dits démocratiquitiques.Le MAK a le mérite de casser les tabous et de montrer le chemin qui méne vers la libération du peuple kabyle alors qu’avant on tournait en rond.Je fais plus confiance au MAK qu’aux partis « kabyles » qui restent prisonniers de leur « algérianisme »suicidaire.

  5. S.LAMROUS dit :

    Je pense qu’il n’y a rien à rajouter au récit de notre auteur du texte publié ci-dessus.
    Toutes les vérités ont été données sur le sieur FERHAT MHENNI président putatif du MAK . Franchement ce monsieur ne manque pas de toupet en se propulsant président d’un gouvernement de kabylie que tout le monde ou presque ne reconnait pas et rejette en bloc!

  6. un militant du fis dit :

    vous pretendez vouloir juger un OPPOSANT qui de par son statut ne peut en aucun cas etre le responsable de la ruine du pays pour faire oublier au peuple les vrais coupables….personne ne vous prendra au serieux..ferhat n’est responsable que de ses acts et ne peut en aucun cas repondre ses acts des autres…OK LE RESTE chacun pour soi et dieu pour tous…..

  7. ferhat, PEUT TOUT FAIRE SAUF LA POLITIQUE dit :

    Une personne qui a peur et qui n’a pas le courage de defendre ses idées et de repondre a une convocation de justice quelque soit sa nature et quelque soit l’objet, oser decider au nom de tous les kabyles representant supreme , QUEL khortisme!!! ça, c’est de l’absurdité politique et un manque de respect , un bas niveau intellectuel et politique n’osera pas faire ça, alors ça c’est plus BAS que le BAS,aprés avoir echoué sur toute la ligne en politique comme le souligne Mr AOUCHICHE, ferhat essaye de se refaire une image auprés des KABYLES,A travers cet acte ferhat démontre clairement qu’en dehors de la chanson, c’est un BON à RIEN.

  8. ZdegRdeg dit :

    On voudrait bien, en guise de commentaires, nous faire connaitre l’alternative à Ferhat. Des contre-propositions pour sortir de ce marasme! Les insultes, les invectives,les préjugés etc….sont faciles. A moins que tout fonctionne à merveille !

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER