Un journaliste algérien fait rire un joueur américain

rire.jpegSo foot était présent à la conférence de presse de la sélection
américaine qui a eu lieu dimanche dans l’après-midi. Ce site français qui utilise un langage satirique dans ses écrits, n’a pas raté
l’occasion d’écorcher un journaliste algérien qui a eu toutes les
peines du monde à poser une question à l’Américain, car ne maitrisant pas l’anglais.

Voici le commentaire de ce site «Le climat de la conférence arrive en toute fin: un journaliste algérien tente une question en anglais et s’humilie devant toute l’assistance. L’entraineur américain lui demande de répéter et au bout de la
troisième tentative, le joueur BOB n’arrive pas à contenir son rire étouffé». Voilà où certains journalistes conduisent l’image de l’Algérie».

Paru dans compétition.

Commentaires

  1. algerien d'en bas dit :

    le silence et d’or

  2. Taous dit :

    Pourquoi un joueur américain se moquerait-il d’un journaliste algérien qui lui, au moins, arrive à baragouiner dans la langue de Shakespeare?

    En général, les américains sont connus pour être monolingue. Ils sont nuls en langue, en géographie et en histoire et cela est bien connu.

    Donc, ce journaliste aurait du lui parler en arabe ou encore en français et on aurait vite vu les limites linguistiques de ce joueur. S’adresser à lui dans sa langue, fusse de façon maladroite, était une marque de déférence!

  3. elhouta dit :

    @Taous,
    Je dirais qu’il s’agit plutôt d’un profond complexe que d’une «marque de déférence». Et puis, c’est vrai qu’il y a de quoi rigoler et se dialter la rate lorsqu’on parcoure les articles de certains quotidiens du genre echourouk, dont le style a de toute évidence beaucoup de succès puisqu’il est de plus en plus singé par el-khabar et bien d’autres….

  4. taous dit :

    elhouta, je n’ai pas bien saisi votre propos.

    je disais pour réagir au jugement de valeur émis sur le fait que le joueur yankee se serait payé la tête de notre infortuné journaliste qu’il n’y avait vraiment pas de quoi surtout si l’on a présent à l’esprit le fait que les américains dans leur très grande majorité sont des personnes incultes et sont monolingue.

    Donc, qu’un algérien s’adresse à lui dans sa langue, fusse maladroitement, ne m’a pas paru risible, bien au contraire.

    Car après tout, ce journaliste combien de langues parle-t-il ?

    Pourquoi parler de complexe ? nous sommes comme nous sommes et qui nous sommes et nous n’avons pas à être complexés du tout.

    Je ne lis pas la presse arabophone, car je ne sais pas du tout lire l’arabe mais pour le journal Echourouk, le fait qu’il se soit investi totalement lors des évènements contre l’Égypte, l’a fait grimper dans mon estime. Il a même été piraté à plusieurs reprises par des hackers égyptiens, c’est quand même la preuve qu’il n’est pas aussi risible que vous le dites.

  5. langerien dit :

    Depuis deux jours, c’est la guerre des communiqués entre la direction générale de la radio algérienne et le syndicat d’entreprise. Ce dernier après avoir été rabroué par le DG, après une fin de non recevoir à sa demande d’augmentation des salaires misérables des travailleurs, il appel à une assemblée générale extraordinaire pour décider des suites à donner à ce refus. De son coté, Toufik Khelladi, le DG de la radio placarde lui aussi une note dans laquelle il tente de convaincre les travailleurs que sa démarche est mal comprise. Qu’il a de bonnes intentions et qu’il compte augmenter les salaires sans donner de délais ni le montant. Dans cette note, il accuse « une poignée de personnes de vouloir créer la zizanie au sein de l’entreprise ». Fidel à lui même. Une menace à peine voilée en direction des travailleurs. D’ailleurs, des directeurs de chaînes n’ont pas hésité à faire de même avec les travailleurs. Voilà qui promet.

  6. E'serry dit :

    Ce n’est pas une question de qui parle la langue de l’autre pour répondre à taous.

Laisser un commentaire