Yazid Zerhouni au centre de divergences ?

zerhouni.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

Selon des sources autorisées, des «divergences» sont apparues en haut lieu concernant les prérogatives qui seront attribuées au tout nouveau vice Premier ministre Yazid Zerhouni ce qui explique le retard pris dans l’élaboration du décret présidentiel.

 

Plus d’un mois après sa fin de fonction ministérielle, l’ex ministre d’Etat et de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, en poste depuis plus de dix ans continue d’alimenter les rumeurs. En effet, son départ du Palais du gouvernement paraît surprenant et étonnant à la fois pour celui qui fut presque le bras droit du président Bouteflika. Avec la manière peu cavalière avec laquelle il est parti, celle-ci ne sonne-t-elle pas comme un aveu d’échec ?

 

Pour l’heure, il est difficile d’indiquer avec exactitude les raisons du départ de celui que la presse avait fini de qualifier d’«inamovible» en raison notamment de sa longévité à la tête de ce département. A-t-il démissionné ou a-t-il été remercié comme tout semble l’indiquer ? Les supputations vont bon train.

 

Aujourd’hui, force est de constater que les «ennemis» de Zerhouni se sont finalement payés sa tête. L’«inamovible» quitte ainsi le gouvernement pour être promu au poste de vice-Premier ministre, une fonction nouvelle pour cet ancien «malgache» qui a passé sa majeure partie au sein de la toute puissante sécurité militaire au temps du parti unique.

 

Pour l’instant, le décret présidentiel devant définir ses missions et ses attributions de nouveau vice-Premier ministre, Noureddine Zerhouni, tarde à voir le jour. Ce dernier qui a pris place dans les bureaux de l’ex ministre du MSP, Aboudjerra Soltani attend les missions qui lui seront attribuées. Selon des sources autorisées, des «divergences» sont apparues en haut lieu concernant ses attributions. Une partie veut lui donner de larges prérogatives qui vont au delà de l’aspect sécuritaire avec notamment un œil sur ce que font les autres ministres.

 

Dans cette nouvelle configuration, il devient pratiquement l’alter-ego d’Ahmed Ouyahia. Or, l’autre partie redoute que ses nouvelles compétences vont empiéter sur le travail du Premier ministre et créer ainsi un statut quo préjudiciable à la bonne marche de l’action gouvernementale ? Aussi cherche-t-on à le confiner dans une mission strictement sécuritaire.

 

Dans cette période difficile pour lui, l’ancien patron de l’Intérieur a défendu sa maison et cela ne lui a pas valu que des amis dans les cercles très influents en haut lieu. Malheureusement, pour ceux qui ne sont ni proches du cercle présidentiel ni encore moins des gens avertis, il est peut être difficile de comprendre les enjeux qui se jouent actuellement.

Commentaires

  1. belle epoque dit :

    bizar tout est bizar

  2. kada dit :

    Sincerement qu`a fait ce Monsieur pour le Ministere de l`interieur pendant dix ans?
    Un Monsieur qui convoque un inspecteur de police pour l`entendre sur une affaire banale de drogue decouverte a Oran, dispose manifesteéent d`un emploi de temps vide!

  3. ALGERIE LIBRE dit :

    beaucoup de degats

  4. EL WAHRANI dit :

    il sera toujours là …pas facile ce MONSIEUR ?????

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER