• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 15 juillet 2010

Archive pour le 15 juillet, 2010

Le fils de Belaiz sous contrôle judiciaire ?

belaiz.jpgSelon une source informée, le fils de Tayeb Belaiz, ministre de la Justice, serait placé sous contrôle judiciaire à Oran pour une affaire de contrat avec Naftal.  El Mouhtarem

Les Algériens en tête des immigrants en France

france.jpgDans sa dernière édition du rapport annuel du Système d’observation permanente des migrations internationales (Sopemi), l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) affirme que les ressortissants algériens restent les premiers immigrants en France, devant les Marocains et les Tunisiens.

(Lire la suite)

Ain Temouchent: Le port du pantacourt interdit dans les adminisrations publiques

pantacourt.jpgPlusieurs administrations publiques à l’échelle de la wilaya d’Aïn Témouchent ont affiché une note de service interne instruisant leurs agents de sécurité et plantons de refuser l’accès à toute personne habillée en pantalon court.

Voilà comment Benbouzid fabrique des résultats qui l’arrangent

sqd.jpgMed Ousalem Sadali* pour « Algérie Politique » 

Je n’aime pas trop revenir sur un même sujet, mais, je n’aime pas que mes propos soient déformés pour servir d’assise à des prologues à mille lieues de mes intentions !

Concernant le BAC, pour ceux qui font encore semblant de croire aux taux de réussite des examens scolaires, je vous cite quelques artifices dont use le ministère de l’Education nationale pour atteindre les résultats qui doivent cacher l’échec de la “réforme” qu’il a engagée seul, sans aucune concertation des concernés (enseignants, parents, élèves, spécialistes,…):

1. Alors que le nombre de candidats par salle a toujours été de 20, cette année, il a été de 25.

2. Les sujets n’ont porté que sur les cours des 1er et 2e trimestre.

3. L’élève a le choix entre deux sujets dans toutes les matières (chose qui était une exception lors de la première année de la “réforme” est devenue une règle).

4. Dans toutes les matières, l’élève a bénéficié de 30 mn supplémentaires.

5. Les barèmes de corrections sont faits sur mesure, il arrive même qu’ils soient changés au milieu de l’opération de correction.

6. Alors que les délibérations se faisaient dans les centres régionaux de correction, depuis deux ans, toutes les notes sont envoyées au niveau national où se fait le calcul des moyennes et la confection des listes des admis…

M LAMROUS, prétextant le manque de conscience professionnelle chez certains enseignants, se donne le droit de pourfendre une écrasante majorité d’enseignants qui, malgré les conditions de travail et de vie intenables, assument leur noble métier avec un dévouement qui les honore !

Quant à voir en le SATEF un syndicat mercantiliste lui qui dénonce le “syndicalisme du tube digestif”, Mr LAMROUS, vous semblez confondre les actions et déclarations du SATEF avec celles d’un autre syndicat.

Enfin, tout le monde a lu dans la presse, les difficultés que rencontrent déjà les bacheliers pour s’inscrire à l’université, malgré leurs très bonnes moyennes (Il n y a pas longtemps, avec 12/20 de moyenne au BAC le bachelier avait la possibilité de s’inscrire dans la filière de son choix, aujourd’hui, avec 14 /20 de moyenne la majorité sont envoyés vers des spécialités qu’ils n’ont pas choisi).

Voilà comment le ministère de l’Education fabrique des résultats qui l’arrangent et des bacheliers avec peu de chance de réussir leurs études universitaires. Savez vous qu’une grande proportion d’étudiants repassent le BAC qu’il ont pourtant en poche !!

* SG du SATEF

En Algérie, il n’y a pas d’archives pour accuser quelqu’un

saadi.jpgBenotmane Mostefa pour « Algérie Politique »

L’écriture de l’histoire d’un pays n’est pas une propriété intellectuelle privée d’une personne, d’un groupe ou d’une nation. Ce n’est pas un brevet ou un secret d’Etat. L’écriture de l’histoire d’un pays est universelle. Chacun a le droit d’écrire. L’historien, le Moudjahid, le harki, le nazi, le bandit, et le bédouin du désert ont le droit d’écriture. Interdire à un artiste de peindre relève de la violation des droits de l’homme, et d’une discrimination. Nous remercions Mr Said Sadi pour avoir amener une brèche, en publiant son livre, dans l’histoire de l’Algérie. Et le reste, c’est au lecteur d’en apprécier et d’en juger le contenu. Mais dire, qu’il n’a pas le droit d’écrire sur la révolution algérienne, est une aberration d’un ignorant. On vous excuse !

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER