En Algérie, il n’y a pas d’archives pour accuser quelqu’un

saadi.jpgBenotmane Mostefa pour « Algérie Politique »

L’écriture de l’histoire d’un pays n’est pas une propriété intellectuelle privée d’une personne, d’un groupe ou d’une nation. Ce n’est pas un brevet ou un secret d’Etat. L’écriture de l’histoire d’un pays est universelle. Chacun a le droit d’écrire. L’historien, le Moudjahid, le harki, le nazi, le bandit, et le bédouin du désert ont le droit d’écriture. Interdire à un artiste de peindre relève de la violation des droits de l’homme, et d’une discrimination. Nous remercions Mr Said Sadi pour avoir amener une brèche, en publiant son livre, dans l’histoire de l’Algérie. Et le reste, c’est au lecteur d’en apprécier et d’en juger le contenu. Mais dire, qu’il n’a pas le droit d’écrire sur la révolution algérienne, est une aberration d’un ignorant. On vous excuse !

Quant au passé de son père, cela ne regarde que le père de Mr Said Sadi et lui-même. La guerre est finie depuis 1962. En Algérie, tout le peuple algérien est Moudjahid. Si vous estimez que son père est un harki, alors il faut le faire via la justice algérienne. Tout le monde sait que les témoignages ne sont pas des éléments crédibles et fiables. Les attestations communales sont pleines de faux témoignages. En Algérie, il n’y a pas d’archives pour accuser quelqu’un. Toutes les archives sont en France. Vous, en tant que Moudjahid de dernière heure, qu’attendez-vous pour réclamer et faire venir toutes les archives en Algérie, et qu’elles soient mises à la disposition du public et de la justice.

A la mémoire des vrais des Moudjahids,

A la mémoire des personnes anonymes assassinées injustement par le FLN
A la mémoire des harkis dont les parents ont été exécutées sommairement par le FLN
A la mémoire des personnes militantes, et usurpées financièrement par le FLN
Mostaganem
Benotmane Mostefa

Commentaires

  1. Dieu merci ! dit :

    Vous êtes un héros,monsieur Benotmane. Merci beaucoup de vous être donné tout ce mal !
    A de Suisse

  2. AMAROUCHE dit :

    Bonjour !

    A mon humble avis, les archives peuvent uniquement être dupliées par celle ou celui qui les sauvegarde, par celle ou celui qui les déforme.

    Autrefois, quand on lit un journal papier, en tant que lécteur, l’on ne peut même pas formuler un droit de réponse et dans les rares cas où cela est possible, la publication se fait par tirage au sort par hasard.

    Au jour comme aujourd’hui, voilà que ce merveilleux outil scientifique et téchnique permet à chacun de nous de faire un commentaire, formuler une critique ou user de son droit de réponse virtuelle.

    Il y a un grand risque d’être diffamé dans un journal papier en arabe comme en français sans le savoir tout simplement parcequ’on ne peut pas acheter chaque matin tous les journaux et les lire de bout en bout à la lumière de tous ces océans de mensonges se faisant autour de nous.

    L’Algérie compte aujourd’hui lors du dernier recencement de la population 35 millions d’habitants.

    En 1962, elle n’en comptait que 9 millions d’habitants. Peut-on les faire défalquer par branches d’âges, afféctations de tel ou de tel à tel ou tel sécteur d’activité primaire, secondaire, tertiaire, les malades, les handicapés mentaux physiques ou mentaux, les libérateurs du pays, les veuves de martyrs, les soldats de l’ANP, le nombre de gendarmes, de policiers, les enfants nouvellement scolarisés, ceux qui se trouvent à la croisée des chemins parceque sortis des écoles pour motifs de changements d’institutions, le nombre d’émigrés rentrés au pays et ceux des villes regagnant leurs villages respéctifs, les nouveaux exodes ruraux en ces débuts du recouvrement de la liberté et de l’indépendance de l’Algérie, le nombre d’orphelins ordinaires, les veuves à faire sciender en deux, les divorcé(e)s, étc, étc, étc…..

    La démocratie véritable ne se limite pas seulement aux échéances politiques ou aux éléctions mais aux droits à la différence dans les débats d’idées dans des cadres légaux et pacifiques ne voulant pas forcément dire sucrés comme des bonbons ou des figues bien mûres encore accrochées de bon matin aux arbres figuiers.

  3. Yamina dit :

    Salam,
    C’est vrai qu’en Algerie, il n’y a pas archives. Durant la guerre de liberation, les services de renseignements francais et les militaires notaient tout et enregistraient. Apres leur depart, ils ont tout pris avec eux. Ce sont tous ces archives que le peuple doit reclamer, et les avoir a disposition. Chez nous, apres l’independance, on accusait les gens de bouche a oreille. Meme les attestations communales pour etre Moudjahid sont fausses, car les temoignages sont faux. Tout est faux et base du faux, mensonges et delation. Pour avoir des preuves sur le passe d’un Moudjahid ou d’un presume harki, il faut piocher dans les archives. L’Algerie ne va pas les ramener, car si on met le nez, on va decouvrir de grandes surprises. Et ce n’est pas beau pour notre generation. Chez nous, il y a des prophetes, ils savent juste qui sont les Bons et les Mechants. Et ce sont eux qui font le beau temps ou la pluie dans ce pays. Le souhait de tout algerien (algerienne) est que l’on ferme, une fois a jamais, cette boite de Moudjahid/Harki, et que nos dirigeants nous parlent un peu du developpement de ce pays, de la justice de ce pays. C’est bien d’avoir des generaux-major, et apres…..

  4. ghir dit :

    Monsieur Said Saadi n’a rien dit de nouveau,mais il a eu le courage d’écrire noir sur blanc ce que nous pensons tout bas.Bien avant la sortie de son livre sur les ColonnelS Amirouche et Si El Haoués,un autre livre parlait comment ces 2 Chouhada ont étaient accroché par l’Armée Française.Le livre en question a était écrit par un ex Capitaine des transmissions de l’Armée des frontiéres dont le titre est:LA TOILE D’ARAIGNE,et sur lequel il est dit; à partir du territoire tunisien des messages en clairs étaient adréssés à la colonne de ces 2 Chouhada tout en sachant que le territoire Algerien etait entouré de station d’écoute ennemi.Ce livre est sorti dans les librairies algeriennes vesr les années 1990 et étaait en vente libre.Avec les écrits de Mr Saadi nous savons aujourd’hui comment ont était abattus ces Chouhada.Si le pouvoir Algerien avait prédit la sortie du livre de Mr Saadi,il aurait interdit le livre du Capitaine des transmissions.En écrivant ce paragraphe,je n’est fait que transmettre ce que j’ai lu,et je n’ai pas la prétention d’accuser qui que ce soit.L’HISTOIRE elle meme accuse.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER