Algérie: L’objectif de 200 000 policiers sera atteint

ha.jpgLa Direction générale de
la Sûreté nationale vient de lancer un programme de recrutement de plus 20 000 policiers, tous grades confondus. Il s’agit de plus de 16 000 agents d’ordre public, 2 000 inspecteurs de police et plus de 900 officiers de police.
Selon Le Jour d’Algérie, l’effectif global de
la Sûreté nationale atteindra, bel et bien, les 200 000 policiers comme cela a été prévu par le défunt Ali Tounsi, ex-DGSN. L’objectif fixé en 1999 est aujourd’hui atteint à près de 90%, l’effectif actuel étant de près de 180 000 éléments.

Commentaires

  1. improvisateur dit :

    Les adeptes de MASSU !

    Alors que toutes les mauvaises langues se demandaient à longueur de temps du devenir de l’importante cagnotte en devises amassée par les pouvoirs en place. Et ceci très légitiment, car ni investissements productifs, ni début de résolution à l’épineux problème du chômage qui assomme toute une société, n’ont eu les faveurs de ces milliards de dollars, bien à l’abri dans des banques étrangères. Enfin un début de réponse…..

    En effet, une information de taille vient d’être annoncée pour faire taire tous les « déclinologues » et autres sceptiques de la chose politique. L’état et sa parcimonie légendaire vont enfin puiser dans cette manne pour équiper leur police des fameux pistolets électriques. Une fierté, encore une, car nous allons entrer dans le giron des 66 pays au monde qui ont déjà adopté ce révolutionnaire instrument de travail. Le Taser X26, un nom très ramanesque, sera d’ici peu au service de nos services de sécurité.

    Une aubaine pour les jeunes, qui n’ont pas connu, les joies de la gégène pratiquée avec dextérité par Massu et ses acolytes. Désormais, ils seront en première ligne pour apprécier les bienfaits des impulsions électriques distribuées, j’en fais le pari, sans modération et avec beaucoup d’excès de zèle.

    Même le président des « droits de l’homme » de ce pays à la pointe de toutes les technologies bienfaitrices, à l’air de s’excuser en demandant aux flics d’utiliser leurs pistolets dans le cadre du respect du corps humain. Un vrai déconneur doublé d’un bout en train cynique le défenseur de vie à l’algérienne. Contraint de force à l’humour noir, sinon les premières rasades de milliers de voltages brûlants lui seraient réservés en premier à titre expérimental.

    Dormez en paix chers concitoyens, le pouvoir veille sur vous, surnombre de flics, caméras de surveillance installées un peu partout et matériels performants pour notre police républicaine.

    Mais à l’avenir s’il vous semble apercevoir trop d’éclairs artificiels accompagnés de baves fumantes des « criminels » de la misère, illuminer un peu trop souvent vos rues délabrées, sachez que c’est pour votre bien et uniquement pour votre quiétude. Car ici, on ne badine pas avec le droit et ses différents alinéas inscrits par la sang sur les tablettes de nos lois hautement démocratiques.

  2. Haich-Maich dit :

    Souak ya Louiza, zoured lethnaien !!

  3. s.lamrous dit :

    Il faut bien remettre de l’ordre dans un pays en désordre depuis 1962!Les pauvres algériens ont le droit à la sécurité; ils ont le droit d’être protégés des malfaiteurs d’où qu’ils viennent!Ils ont aussi le droit de vivre paisiblement sans être dérangés par le souffle de déflagrations tonitruantes entendues par ci et par là , tout comme ils ont le droit de vivre dans une économie protégée de tous les malfrats de la finance et ceux de la dilapidation sans commune mesure!
    MAIS, il faudrait tout de même plus de rigueur et de discipline pour décourager tous ceux qui utilisent leur statut de policier pour agir avec mépris et dans l’impunité totale! La police des polices existe-t-elle dans notre pays comme elle existe dans les états développés où la justice n’est pas exécutée à deux vitesses ? Cela est une autre paire de manches car nous sommes loin, même trop loin de nous soustraire de l’arbitraire et hélas, le phénomène de la Hogra et celui du piston devenu traditionnel chez nous perdurera encore longtemps si un arrêt si brutal qu’il soit n’est pas à l’ordre du jour dans notre pays!Nous devons rejoindre les états qui pratiquent l’équité et ceci est tout d’abord le rôle de la justice qui doit être rendue indépendante du pouvoir exécutif!
    Pour rétablir l’ordre dans un désordre explosif, il ne suffit point de multiplier le nombre fulgurant en policiers déjà existant mais, plutôt inculquer le savoir vivre à tous nos compatriotes tout en rendant une justice saine dépourvue de toute ingérence de la « connaissance » (El Ma3rifa )

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER