Le champ politique algérien est dépassé par les évènements depuis 1999

e0dpartispolitiquesalgerie.jpg

B. Amar pour « Algérie Politique » 

Le champ politique algérien est des plus ambigus, miné, obsolète et dépassé par les évènements depuis l’année 1999. Le constat est ainsi fait, et la suite des opérations programmées a démontré que la date marquante du 5 octobre 1988 qui a donné naissance à un espoir démocratique a été tout simplement trahie par les partis qui se prétendaient faire l’opposition au cruel pouvoir qui nous gouverne. Le constat est amer et, on ne peut cacher qu’en dehors du FIS dissout et a un degré moindre, le FFS, il n’y a aucune opposition crédible, capable de faire obstacle au régime actuel.

Le pouvoir actuel fait et défait la politique de son régime selon son bon gré, et ce en raison de l’acoquinement des partis clientélistes qui se prétendent lui faire une opposition politique pacifique. Une fois encore, il est nécessaire de rappeler qu’il n’existe pas d’opposition réelle en Algérie, mais juste une façade de partis pour embellir la vitrine politique en faisant semblant d’émerger du lot, afin de paraître parmi les pays démocratiques de la planète. Aucune organisation, ni même tous les partis réunis, ne pourront venir à bout de la coalition qui a fait allégeance au Président de la République pour la réalisation du programme promis pendant la campagne électorale.

Le jeu est buté d’avance, car le triangle FLN-RND-MSP est un espace dont le périmètre est hermétiquement fermé à toute politique qui n’épouse pas l’idéologie du système. Ce n’est donc pas par hasard, que M. Abdelhamid Mehri, un mentor de la politique algérienne, avait déclaré que « le changement politique en Algérie ne pourrait provenir que de l’intérieur du système ».

Commentaires

  1. Haich-Maich dit :

     » …..qu’en dehors du fis et un degré moindre le ffs, il n’y a aucune opposition crédible, capable de faire obstacle au régime actuel. »
    ??!!
    Le FIS a été dissous par le pouvoir sans la moindre résistance de ses partisans ! Donc il n y a pas d’opposition. Ses militants ont rejoint les partis islamistes et certains d’entre eux le système!
    Quant ffs, ses militants font de l’opposition interne,car le pouvoir n’a jamais été inquiété!Bien au contraire, c’est le pouvoir qui dirige la manoeuvre à l’intérieur du parti.

  2. koulhoum dit :

    LE TRIANGLE DU DIABLE…..!!!

  3. ano uno dit :

    ces figures sont-elles vraiment des politiciennes?
    Ils sont des pions, cafards et retardataires de l’humanité qui font des crimes contre l’humanité jours et nuits depuis leur miserable naissance jusqu’á leur fin.

  4. s.lamrous dit :

    Je ne crois pas à la thèse que c’est expressément le militaire qui dicte la politique de l’Algérie , par contre on peut penser que ceux qui la dirigent sont désignés par lui.A partir de là,on peut aisément supposer que se sont formés des groupes d’intérêts qui, par le biais de clans situés au plus haut niveau de l’institution militaire, se livrent une bataille de leadership du pouvoir central.Aussi, dire que le changement pourrait provenir de la grande muette serait une grosse erreur.Par contre, le seul qui peut apporter ce changement espéré et œuvrer pour ce que l’on peut appeler « deuxième république », c’est la société avec son élite intellectuelle! Là c’est une histoire car faut-il que cette Dernière ait un sursaut d’orgueil pour sauver ce qu’il reste à sauver!

  5. abassourdi dit :

    Depuis 1962 on chante la même chanson et rien ne change. On gaspille de l’encre et on se fatigue les yeux devant son micro. C’est ça l’Algérie.

  6. romero dit :

    c’est quoi d’abord l’opposition?est ce que c’est juste un slogan ou une demarche?si nous voulons que sa change ce n’est nullement a travers les declarations qu’on redige dans des salons de luxe et qu’on faxe a la presse nationale?
    un militant socialiste,c’est celui qui pense aux autres avant de penser a soi.
    merci

  7. s.lamrous dit :

    Oui Roméro, un militant socialiste est tout d’abord celui qui pense aux autres avant qu’il ne le fasse pour soi même!La question de nos jours, avons-nous des personnes de ce type ? Il me semble qu’au jour d’aujourd’hui, l’intérêt personnel passe avant tout ce qui rend difficile de parler de Socialisme dans le monde!Plutôt parler de bienfaisance serait plus juste!

  8. romero dit :

    tu as peut etre raison,mais les socialistes existent tjs,peut etre ils sont minoritaires.

  9. s.lamrous dit :

    La politique ne peut en aucun cas être considérée comme une Guerre comme elle est dans notre pays!Bien au contraire, elle doit être prise tel un Combat d’idées destiné à faire avancer les choses!Dan ce domaine, on n’a pas le droit de se faire de cadeaux que cela pourrait plutôt plus nuire à notre pays que lui faire du bien.Le combat d’idées ne nuit pas à la conservation de la fraternité.On peut considérer confortablement son vis à vis sur le plan des relations typiquement humaines sans lâcher un seul iota de ses idées que l’on croit porteuses de richesses à son pays dans tous les domaines,économiques,social,culturel ou autres!
    Le rôle de la vraie démocratie est justement de mettre en premier lieu un combat d’idées serein et non une forme de totalitarisme pervers qui déstructure politiquement notre société.

  10. sonia dit :

    Une république de suceur de dollars par la vache pétrolière algérien pour ses charognards qui nous gouvernent.
    L’état et Nation d’après le regretté Mustapha lacheref ,ce n’est pas le cas que le peuple algérien a rêver de voir depuis l’indépendance: nous sommes gouvernées par un état tribale , mensongère,corrupteur ,falsificateur de faux moudjahidine, éducation bafouée par un syteme arabo islamique alors que vos enfants fonts des etudes a l’etranger losqu’on abois de nationalisme quelle nationalisme qui nous reste dans ce pays que vous avez quiner depuis 1962 a ce jours gloire a nos martyrs qui n’ont rien vue.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER