El Bayadh: Un citoyen torturé dans un commissariat de police !

hamel1.jpgLe Bureau de la LADDH de la Wilaya d’El-Bayadh a reçu la plainte de la famille Djelaili habitant le quartier de Ouled Yahia, dans la ville de l’El-Bayadh, au sujet de la torture subit par l’un de ses membres de fait des agents de la police.

En effet, le vendredi 13 août 2010 correspondant au troisième jour de Ramadhan, et au moment de la rupture du jeûne, huit policiers sans uniformes ont investi la maison familiale en fracassant la porte d’entrée à la recherche d’une drogue qui n’ont pu trouver sur les lieux. Les policiers n’ont pas présenté de mandat de perquisition, ni la nature de leur opération.

Suite à ça, les policiers interpellent M. Djelaili Belaid Ouadi, un des membres de la famille pour l’emmener au poste de police pour être roué de coups par 6 policiers alors qu’il était menotté à la rampe d’escaliers du poste. Ces coups lui ont causé des blessures importantes au visage, et la victime risque de perdre l’usage de son œil.

Par la suite la victime a été emmenée au commissariat central, et ce n’est qu’ au quatrième jour de son arrestation, le mardi 17 août, que M.Djelaili sera présenté au procureur de la république contrairement ce que stipule la procédure judiciaire. Aussi, une foi examiné par le médecin légiste, la victime a été auditionnée par le juge d’instruction lui et ses deux frères à la suite du dépôt d’une plainte par deux policiers pour violence.

Par ailleurs, et selon les déclarations de M.Djelaili, ce dernier était présenté chaque jour à un médecin de l’hôpital de la ville qui rédigeait un certificat médical qu’il remettait au policier sans ausculter le patient ni même lui adresser la parole, alors même que les traces des coups paressaient apparentes sur le visage du patient. Cette attitude peut s’apparenter à un comportement contraire aux règles de déontologie et à la loi.

La LADDH dénonce l’intrusion brutale et non justifiée des agents de la police dans le domicile des Djelaili et leur comportement contraire à la loi. Elle condamne avec force la torture pratiquée dans le commissariat avec la participation de plusieurs policiers.

La LADDH demande aux autorités judiciaires l’ouverture d’une enquête sérieuse concernant les circonstances de cette affaire, et de poursuivre tous ceux qui ont participé à ce comportement hors la loi.

Elle demande aussi aux autorités judiciaires et celles de la santé, une enquête sur la pratique qu’auraient certains médecins, qui délivrent des certificats médicaux à la demande des policiers sans examiner les personnes ramenées.

Alger le 25 août 2010
Le Comité Directeur

Commentaires

  1. B. Amar dit :

    C’est désolant !

  2. zino dit :

    si n’importe quelle criminel peu poser une plainte contre les policiers alors les policiers feront jamais leur travail et less citoyen serons pas proteger. en voi maintenenant des agression en plein jour. sans personne intervient.*
    alors donner l’autorité au policier et vous verrez la régrission de la criminalité

  3. zino dit :

    le criminel a plus de droits que les honnete gens, moi je suis contre la grace présidentille, chaque fois il y’a des criminels relachés il ya des vols et agressions

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER