Le HCI* qualifie l’interdiction infligée aux éditeurs égyptiens de « décision déplacée »

hci.gifQuelques titres de la presse nationale ont fait état de l’éventuelle interdiction des éditeurs égyptiens qui ne pourront pas participer au Salon international du livre d’Alger (SILA) en octobre prochain à Alger. Au-delà du fait que personne n’a le droit de s’ériger en conscience du peuple algérien, cette décision déplacée, prise de façon individuelle, soulève des questions légitimes qui nécessitent des réponses.

1. La crise avec l’Algérie, née à la suite d’un simple match de football, fut alimentée par des médias et certains artistes et intellectuels égyptiens. D’autres intellectuels et artistes de renom ont dénoncé cette hystérie et appelé à la sagesse et au bon sens. Pourquoi alors cette punition collective ?
2. Existe-t-il des preuves mettant en cause nommément des maisons d’édition dans cette malheureuse affaire ? Dans l’affirmative, c’est ces maisons-là qu’il faudrait sanctionner.

3. Cette exclusion des éditeurs égyptiens va forcément priver les lecteurs algériens des ouvrages édités en Egypte. Or, personne ne peut contester l’apport de ce pays à la culture arabo-musulmane. N’oublions pas aussi que nous avons des rapports très étroits avec ce pays frère et que ce sont les Algériens qui ont construit la prestigieuse Université d’Al-Azhar. Faut-il interdire donc Taha Hussein, Tawfik Al-Hakîm, Al-Akkâd, Mohammed Abdoû, Ahmed Amine et combien d’autres noms illustres !
4. Faut-il donner le monopole uniquement aux livres techniques et scientifiques au détriment des sciences humaines et sociales qui jouent un grand rôle dans le développement de la personnalité du citoyen et des lecteurs en général ?
5. Une autre idée étrange surgit de temps à autre sous la plume de tel et tel journaliste. Il s’agit d’exposer exclusivement les ouvrages dont l’édition date de moins de trois ans. C’est là un choix arbitraire que rien ne justifie ou alors il ne faut plus éditer Platon, Aristote, Saint Augustin, Ibn Rochd, Al-Ghazali et combien d’autres penseurs, savants et écrivains de réputation mondiale.
En conclusion, il y a lieu de signaler que cette décision, si elle venait à être prise, ne serait pas dans l’intérêt de la culture en général et des lecteurs en particulier, loin s’en faut.

Alger, le 18/08/2010.
Pour la Cellule de communication du H.C.I,

Messaoud Boudjenoun. 

* Haut conseil islamique

Commentaires

  1. balak dit :

    c ‘est quoi HCI ?????

  2. Ran-Gate dit :

    Pourquoi est- ce une décision déplacée?
    Quand le HCI organisera  » quelque chose », il est libre de les inviter!
    Les institutions de la République doivent apprendre à se respecter. Le H.C.I doit être rappelé à l’ordre!!

  3. Messabih dit :

    Je me souviens qu’à une époque vers 1974 ,etant jeunes nous faisions tres souvent le voyage avec des copains lyceens etudiants en france ,Marseille,Paris ,Nimes.Nous faisions les vendanges ,et on gagnait pas mal d’argent.Nous achetions des bandes dessinées et des disques des Beattles,les doors,les rolling stones.
    Nous venions d’une generation qui a vecu les affres de la guerre ,pourtant il n’y'avait aucune haine envers les français ,l’Europe et les etats- unis .
    Au contraire nous etions dessinateurs et aimions lire des Bandes Dessinees Americaines ,Françaises ,Espagnoles et Italiennes -entre autres TARZAN,TERRY AND THE PIRATE,BRICK BRADFORD,LE PHANTOM ,MANDRAKE ETC…
    (A suivre…

  4. Messabih dit :

    ….
    Donc à cette epoque nous faisions la comparaison deja entre le travail immense que realisaient les editions Françaises ,en traduisant en repertoriant et en proposant une large gamme de lecture pour les tranches d’age qui vont de 4 ans jusquà l’age adulte,si ce n’est de 7 à 77 ,dans le domaine des LITERRATURES DE JEUNESSE,codifié et legiferé par des loi de publication pour la jeunesse ,une parfaite tradition de 3 à 4 siecle de lecture qui allie loisir,et pedagogie .
    c’est à travers les editions Françaises qu’on a connu les ecrits de tous pays,litteratures ,peinture,dessin,icones
    fresques,linguistique ,sciences,atome,
    conquetes de l’espace etc..
    (A suivre)

  5. Messabih dit :


    Et par un quelconque MAUVAIS SORT,les gouvernements de cette epoque,syrianiste,cubanistes,egyptianistes et iraquistes,decident du jour au lendemain de traiter l’edition pour la jeunesse,comme si cela n’etait qu’un simple passage d’une langue vers une autre et que le probleme pour eux a été « reglé par la guerre »,malgres les protocoles d’accord entre la france de DE GAULLE ET POMPIDOU ,et les milliers de techniciens et cooperants français
    à qui on doit rendre un vibrant hommage pour avoir enseigné et formé des generations d’ingenieurs ,de cadres administratifs,de cadre dans le tourisme
    Et par un quelconque mauvais sort,les prommoteurs de politique de la terre brulée…

  6. Messabih dit :


    Et par un quelconque ,les prommoteurs de la politique de la terre brulée avaient decidé de remplacer ,toute cette tradition de l’edition pour la jeunesse,tout ce savoir,cette cognitivité ,cette discurcivité,la creation des vocation,l’emploi et sa creation,les enjeux des societes mediterraneennes ,culture et integration dans ce monde qui nous appartient …par quoi dites vous ?…par une simple question d’achat à des societes d’edition egyptiennes miteuses et nulles, de livres
    coraniques et grossierement fait qui empestaient la haine du savoir et de la connaissance…

  7. Messabih dit :


    Et par un quelconque mauvais sort ces gouvernements deciderent du jour au len demmain de remplacer toute cette literrature de jeunesse,ce savoir,ces connaissances ,cette ecole ,cognitivité
    discurcivité …par quoi,dites vous ?
    par une simple question d’importation de livres coraniques ,de livres doctrinaires
    qui distille la haine du savoir ,commandés à qui? à des maisons d’edition egyptiennes nulles et arrieres,un pays où les gens n’ont meme pas de quoi acheter un morceau de pain !

  8. B. Amar dit :

    Décidément, je me demande pourquoi le « HCI » (Haut Conseil Islamique) s’ingère dans cette affaire ? Moi personnellement je considère l’Egypte comme un pays ennemi. Et comme l’ennemi ne nous fait pas de cadeaux, on doit forcément appliquer la loi de la réciprocité. Maintenant, si certains auteurs et maisons d’édition égyptiennes proclament haut et fort leur vraie amitié – et non celle hypocrite – à l’Algérie, ils seront les bienvenus pour ceux des algériens qui les réclament à cor et à cri.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER