• Accueil
  • > Affaire Mecili
  • > Urgent/ Samraoui: « Les propos rapportés par l´article paru dans Rue 89 sont authentiques »

Urgent/ Samraoui: « Les propos rapportés par l´article paru dans Rue 89 sont authentiques »

sam.jpgJe publie ce texte que nous a adressé M. Mohamed Samraoui. El Mouhtarem 

« Je tiens à répéter pour la dernière fois que je n´ai JAMAIS adressé quoi que ce soit au président Bouteflika ou à un quelconque service de la Présidence de la République.

Je suis d´ailleurs surpris que malgré un démenti, le journal Le Matin continue dans ses délires.

Si la première et la seconde partie de l´article que publie ce journal peuvent être considérées comme fondées, la troisième par contre n´est que pure affabulation, à moins que l´auteur dudit papier ne soit victime d´intoxication ; et alors je suis en droit de me demander à quel dessein cherche-t-on à induire en erreur l´opinion publique ? Pourquoi tant d´amalgames et de mensonges éhontés ? Est-ce dans le seul but de me nuire et de me discréditer ?
S´il s´agit de provocation, alors c´est raté ! La guerre des clans entre mafieux ne me concerne ni de près ni de loin.

Dans le cadre de l´affaire Mecili, je ne me tiens qu´à ma conscience, et les tentatives du DRS cherchant à modifier mon témoignage n´auront aucun impact sur ma volonté et ma quête de vérité et de justice.
Je tiens aussi à préciser que je n´ai jamais rencontré en Allemagne ou ailleurs ce Mourad Halouane (que je ne connais d´ailleurs pas), pour la simple raison que ma rupture avec le DRS est consommée depuis belle lurette. Si mes souvenirs sont exacts, la dernière fois que j´ai rencontré un cadre du DRS remonte à juillet 2002 lors du fameux procès de la « sale guerre ».

Brader mes principes contre une amnistie ! Ca se voit que le journaliste qui a commis l´article ne me connaît pas.
Je confirme enfin que les propos rapportés par l´article paru dans Rue 89 sont authentiques.
Sachant que l´affaire Mecili est toujours en cours d´instruction, je ne peux malheureusement pas révéler l´identité de « Mustapha » qui est un ami de longue date pour qui j´ai du respect et de la considération.
Ce dernier m´avait contacté sur insistance des généraux Toufik et Attafi, mais je suis resté inflexible à l´appel des sirènes ou pour être plus précis, tant « à la carotte qu´au bâton ».
Je jure devant Dieu en ce mois sacré du Ramadhan que tout ce qui est écrit ci-dessus est vrai. »

Le 28.08.2010.
M. Samraoui

Commentaires

  1. SITTING BULL dit :

    En football , »Hadarate » SAMRAOUI , on appelle cela : une « passe téléphonée » !

    Les doutes émis depuis hier par de rares internautes , dont votre serviteur « SITTING BULL » se sont avérés JUSTIFIES !

    Vous concevez Nos « SRABESSES » se faire piéger comme des débutants via des « écoutes téléphoniques » ?? ça fait DESORDRE , n’est-ce pas « Hadarates » TEWFIK et ATTAFI ???

    Maintenant reste à savoir à qui profite , EN ALGERIE (je précise !) ce rebondissement dans l’affaire HASSENI ?
    Sur un autre site , un forumiste a avancé (?) que c’est pour faire « PAN ! sur la g….. de SARKOZY » …..
    Je pense que cet « internaute » a vraiment été VAINCU PAR LE RAMADHAN , aujourdhui !!! Ha ! Ha Ha !!!

    SAHA F’TOURKOUM , AMIGOS !!!!

  2. zaemazaema dit :

    TENTATIVE PAR DES PERSONNALITES OFFICIELS D’INFLUENCER UN TEMOIN ? C KWA CA ?

  3. The Kbil dit :

    El Mouhtarem, azul et saha ftourek. mon texte a figuré puis été avalé. Je me permets de le trandmettre à nouveau car il me parait important de contribuer à la relance du débat afin que jailisse la lumière et rien qu’elle . Merci

    Hé bien, mon colonel, pour une sortie, c’est, en effet, une sortie !

    On ne vous suis plus dans vos élucubrations mathématiques: d’abord du 99 %, puis du 5O %, et là, on a le tournis car il faut revenir à 99 % !
    Mais c’est que vous êtes une vraie girouette! on n’arrive plus à vous suivre…

    je vais essayer de détricoter tout cela, bien gentiment:

    Au départ, vous accusez, tout le monde et n’importe qui, au point même de désigner une personne qui avait pour seul point commun avec Mohamed Ziane hasseni d’être son boss aux AE.Et c’est en fait, ce qui vous a abusé car vous étiez loin de supposer qu’il y avait plusieurs responsables du protocole.

    Ensuite, et au lieu de vous faire oublier, vous fanfaronnez en vous faisant fort de prouver la culpabilité du mis en examen.

    Vous vous révélez incapable de tenir vos promesses de gascon et vous vous donnez en spectacle devant les juges d’instruction.

    Vous n’avez, ensuite, réflexe de la bête acculée, pour autre choix que celui de vous déjuger et de reconnaitre que vous n’êtes, en fait, sur de rien du tout.
    Tout ça parce que vous, le tartufe qui invoque Dieu à tout bout de champ, n’avez pas le courage de reconnaitre votre implication dans l’assassinat de A. Mecili.

    De fait, désigner votre collègue, le vrai rachid Hassani, reviendrait à vous faire hara kiri, donc pas folle la guêpe!
    Et là, pour en revenir à la caution apportée à l’article de José Garçon, vous manquez singulièrement d’intelligence: en reconnaissant que ces écoutes existent vraiment vous venez de vous démolir car les constats qui s’imposent sont que:

    - vous êtes toujours tordu, chassez le naturel, il revient au galop, puisque vous ne pouvez, en toute logique, qu’être celui qui a placé ces écoutes.

    - je n’aimerais décidément pas vous avoir comme ami car c’est vraiment le baiser de judas que vous avez donné à , et je vous cite:”« Mustapha » qui est un ami de longue date pour qui j´ai du respect et de la considération.”.

    Maintenant, pour en revenir aux généraux que vous citez, pour moi c’est du bluff; Vous cherchez encore à attirer l’attention et à donner l’impression que vous comptez encore. Vous êtes nu car toutes les compromissions et les traitrises vous les avez commises et vous n’avez plus rien à donner; Alors de là à ce que les responsables cités cherchent à vous contacter, même pas dans vos rêves!!!

    Et, puis, pour finir, en insinuant que vous avez été touché pour revoir votre témoignage, vous voulez faire croire que ce dernier avait de la consistance, or nous savons qu’il n’en a rien été et que l’instruction du mis en cause a été menée sans concession aucune durant plus de deux ans.

    Je dois reconnaitre que votre formation de manipulateur en chef a été bonne puisque des décennies après votre défection vous n’avez pas perdu la main.

    n’est-ce pas Mahmoud ?

  4. Slimane dit :

    ils’agit de l’affaire Mecili et non de l’affaire Hasseni , il n’existe pas d’affaire hasseni,

    c’est mecili qui est tué.

  5. Idir16 dit :

    IL convient en cette affaire, de ne pas se laisser piéger par ces manifestations « collatérales » qui n’ont pour autre but que celui de nous faire perdre de vue l’essentiel: à savoir que le colonel Samraoui s’est avéré être…ce qu’il n’a jamais cessé d’être au fond: un manipulateur qui a été à bonne école et excelle encore dans ces travers qui semblent être devenus une seconde nature.

    Basons-nous sur les faits et seulement eux et voilà ce que cela donne:

    - Il n’a pas témoigné spontanément, alors même qu’il en avait eu l’occasion, par exemple lors de son passage à Paris pour le procès Nezzar.

    - Le fait qu’il ait désigné, en aout 2008, une toute autre personne que celle qui venait d’être interpellée en déclarant au journaliste de Médiapart ne nourrir aucun doute sur son identité.

    - Le fait de reconnaitre de dos une personne qu’il prétendaitn’avoir rencontré qu’une fois et ne plus avoir revue depuis plus de 20 ans. Or nous savons que le véritable Rachid Hassani il le connaissait bien puisqu’il était son collègue.

    – Il a été à Skikda avec le commanditaire présumé pour y rencontrer l’assassin, le truand Amellou. Cela s’appelle, en droit, de la complicité d’assassinat, même s’il était en service commandé.

    - Contrairement à ses engagements, il n’a pas répondu à la convocation du juge d’instruction en décembre 2008 parce qu’il savait que le déplacement en France était risqué, non pas en raison du mandat d’arrêt lancé par les autorités algériennes, mais parce qu’il appréhendait une inculpation pour complicité d’assassinat. En ce cas, il savait pertinemment que le bénéfice de la convention de Vienne sur les réfugiés politiques ne jouerait pas.

    - Lors de la confrontation, par voie de visio-conférence, en juin 2009,il n’a tenu aucun de ses engagements sur les preuves censées être détenues par lui pour confondre le mis en examen. Bien au contraire, il s’était rétracté à 50%.

    - Pour en revenir à cette histoire d’écoutes, elle sent trop le coup monté. Il piège un ami, pour lequel il déclare néanmoins nourrir du respect et de la considération. Curieuse conception de l’amitié, en vérité! Il s’arrange pour faire ce montage, préalablement à la confrontation et transmettre cela pour noyer le poisson car il savait qu’il allait être en grande difficulté ce jour là. Alors, il a manifestement pensé à cette histoire de menaces pour se sortir d’affaire et tenter de sauver la face.

    - Étant l’auteur de ces écoutes, il a parfaitement contrôlé ses réponses et ses réactions, car il savait l’usage qu’il allait en faire. Par contre, sa „victime“, qui ne savait pas piégée, s’exprimait en toute bonne foi et ce qui frappe dans ses propos c’est l’innocence du diplomate Hasseni. Il tente de ramener Samraoui à la raison et ce dernier qui savait sa position intenable après toutes ses bévues et contradictions parlent d’autres personnes qui auraient reconnu le mis en examen. Dans ce cas pourquoi ne se sont-elles pas fait connaitre ?

    Il faut arrêter de prendre ce guignol machiavélique au sérieux car il y va de la vie et de l’honneur d’une personne innocente.

    Et ce n’est pas ainsi que la vérité sera connue sur l’assassinat de feu A. Mecili, paix à son âme.

  6. Mohis dit :

    Cet article paru dans un quotidien national, et dont j’avais le souvenir ,nous éclaire sur ce qui s’est passé lors de la confrontation entre le mis en examen et le témoin à charge et explique pourquoi, à l’issue de cette confrontation, le diplomate algérien a vu les charges retenues contre lui être abandonnées. Il n’est plus désormais que témoin assisté en cette affaire.

    En voici des extraits:

    « Affaire Mohamed Ziane Hasseni : Mohamed Samraoui fait machine arrière

    Publié 10/06/2009

    L’affaire Mecili entre dans une nouvelle phase avec la tenue de la fameuse confrontation entre le diplomate algérien, Mohamed Ziane Hasseni et les deux témoins de cette affaire, à savoir le colonel Mohamed Samraoui et l’ancien capitaine Hichem Aboud.

    Au terme de cette confrontation de quatre heures et à laquelle Samraoui assistait via une visioconférence à partir de l’Allemagne, la défense de Ziane Hasseni a marqué un point décisif vers l’acquittement de son client.

    C’est qu’aujourd’hui, Mohamed Samraoui, principal accusateur de Hasseni, est revenu en partie sur ses accusations.

    Les détails de la confrontation:

    Jeudi 4 juin, la salle des confrontations au Tribunal de grande instance à Paris. Le juge à Samraoui : « Est-ce que la personne que vous voyez à l’écran est bien le capitaine Hassani ? » « En émettant un léger doute, répond Samraoui, il s’agit de lui. »

    A son tour, Mohamed Ziane Hasseni soutient qu’il ne connaît pas Mohamed Samraoui, qu’il ne l’avait jamais rencontré auparavant. Durant une heure et demie d’échanges, la confrontation tourne à l’impasse.

    Entre alors dans la salle des confrontations le deuxième témoin, Hichem Aboud. Aboud maintient ses propos. Depuis l’arrestation en août 2008 de Mohamed Ziane Hasseni, il soutient que ce dernier n’est mêlé ni de près ni de loin à cet assassinat. Jeudi 4 juin, sa version initiale n’a pas bougé d’un poil : le capitaine Rachid Hassani est bel et bien le commanditaire du crime et non le diplomate Hasseni.

    Lorsque le juge demande à Hichem Aboud s’il connaissait la personne assise à sa droite, en l’occurrence Ziane, Aboud répond par l’affirmative.

    Le juge : « C’est pas lui le capitaine Hassani Rachid ? »

    Aucun doute, ce n’est pas lui répond Aboud. C’est que ce dernier connaît également le capitaine Rachid Hassani dont il est cousin, originaire comme lui d’Oum El Bouaghi, dans les Aurès. « Il ne peut pas y avoir la moindre confusion entre les deux hommes », tranche Aboud.

    Au bout de trois heures de dialogues, Samraoui évoque un détail qui constituera un tournant dans le dossier.

    Au juge, il dira en substance : « Pour protéger son cousin, Hichem Aboud n’a pas mentionné que le capitaine a été en poste à Bamako en 1988. » Le juge demande alors à Aboud si son cousin le capitaine Rachid Hassani était effectivement en poste au Mali en 1988. « Affirmatif », répond-il. Le magistrat se tourne vers Mohamed Ziane Hasseni pour lui demander s’il a séjourné au Mali comme diplomate ou comme touriste à la date indiquée par Samraoui. Hasseni répond par la négative. Il ne s’est jamais rendu en 1988 au Mali ni en qualité de diplomate ni pour un séjour privé.

    A ce moment de la confrontation, le témoignage de l’ex-colonel prend du plomb dans l’aile. Le juge relance Samraoui : « Maintenant qu’il est établi que Mohamed Ziane Hasseni n’a pas été en poste au Mali en 1988, est-ce que vous maintenez que Ziane est le vrai capitaine Rachid Hassani ? »

    Là, intervient le tournant. Samraoui parle : « En entrant aujourd’hui dans cette salle j’avais 99% de certitude que c’était bien lui. J’ai laissé 1% pour le doute.

    Maintenant, je suis à 50-50, parce que j’ai des doutes sur le timbre de la voix et non la physionomie… » L’assistance éclate de rire. Commentaire d’un des avocats de Hasseni : « Nous avons gagné 50% du chemin. »

    Antoine Comte, avocat de la partie civile, rectifie le tir en soulignant que Samraoui s’est montré honnête dans la mesure où il a émis des doutes sur l’identification de Mohamed Ziane Hasseni.

    Le juge fait remarquer à Mohamed Samraoui que depuis le début de cette affaire, son témoignage est basé sur des déductions plutôt que sur des convictions et qu’il s’est souvent trompé sur la physionomie des gens et des documents qu’on lui a présentés.

    L’ancien colonel explique alors à l’assistance avoir subi des pressions, du chantage et des tentatives de corruption pour témoigner en faveur de Mohamed Ziane Hasseni. De quelle nature sont ces pressions ? Il n’en dira pas davantage… »

  7. Ahmed dit :

    La vraie question, puisque Samraoui confirme que le rapport d’écoute publié par rue 89 est authentique est:
    M.Samraoui est-il devenu moins sur après cette discussion passant de 99% de certitude à 50? Considère la discussion avec ce type qu’il dit respecter une pression qui a fait de l’effet et l’a amené à être moins sur que Hasseni est bien Hasseni?

  8. SITTING BULL dit :

    @ Slimane

    Tiens, Tiens ! MERCI pour ton Info. exclusive : Tu viens de nous apprendre que HASSENI a désormai changé d’avocats et les a remplacé par un seul en la personne de Maître « Slimane » ????

    J’espère que M° « Slimane » va le tirer d’affaire , car avec les dernières révélations de « Hadarate » SAMRAOUI, HASSENI s’enfonce DAVANTAGE !!!!
    M°  » Slimane » , tu as du pain sur la planche , j’espère que tes honoraires sont à la hauteur de la tête de ton « client » !!!
    Résultat des courses :ce MARDI 31 / 08…..

  9. Dr. amina&amin dit :

    avec la famille Mecili, ses enfants et leur avocat nous irons droit au tribunal de JUSTICE europeen et pour tous les europeens sans exception et/ou international si la justice francaise OFF-icielle traine toujours et s’avere incapable de rendre une vraie justice á la famille Mecili. Point á la ligne.
    … le reste n’est que du tintamare car tot ou tard la verité triomphera et le coupable s’ecroulera.
    « elli K’tel Er-rouh win Trouh! »
    Tendrement votre

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER