Tébessa: Deux parlementaires empêchent l’exécution d’une décision de l’APC

apn.jpgLes services de l’APC de Tébessa ont été empêchés,  ce dimanche, par un député et un sénateur, d’exécuter l’ordre de démolition d’une habitation anarchique, construite sur un lopin de 1000 m2 appartenant à la commune de Tébessa et destiné à être aménagé en espace vert. 

L’assiette a été squattée par le neveu d’un autre  parlementaire,  apprend El Watan auprès du P/APC de Tébessa, Belgacem Djamel. «La décision de démolition  a soulevé l’ire des membres des deux chambres qui nous ont barrés la route avec leur véhicule de type 4×4 malgré que nous les ayons informés de la démolition auparavant», ajoutera le maire.

Commentaires

  1. NETIZEN dit :

    Je veux seulement rappeler le grand titre de M. AIT-Ahmed sur le journal du FFS (un état hyper-centralisé, policier et mafieux) et cela explique qu’on ne peux pas appliquer une loi contre ou sans accord d’un délégué du pouvoir.
    ALCAPONE à son époque travaillait dans le discret, maintenant ce pouvoir travaille dans le concret.

  2. OUINA dit :

    Vivement qu’une puissance étrangère vient nous coloniser pour une 7 fois.
    On ne s’affirme en tant que « peuple que sous sous le joug.
    Avec l’avènement du » Bouteflikisme  » il est avéré que nous sommes biologiquement incapable de constituer une Nation et d’édifier un État.Ce qui se passe à Tebessa n’est qu’une goutte d’eau dans tous les océans réunis

  3. ouina dit :

    T. D. 339 lecture(s)

    Relevant de la daïra de Chemini,Wilaya de Bejaia, l’APC de Souk Oufella est composée de sept sièges. Au lendemain des élections du 29 novembre 2007, la Liste RCD en a pris trois, les deux listes des indépendants 2+1(trois) et le FFS un siège. Depuis, comme si le diable chante sur le toit de l’Assemblée, rien ne va plus.

    Dans une longue déclaration intitulée  » Souk Oufella, ou quand incompétence rime avec connivence… « , la section locale du FFS soulève d’épineux problèmes notamment :  » Le non respect de certaines dispositions du code de la commune ainsi que la collusion avérée avec l’administration « .
    De même, d’autres reproches ont été adressés à l’actuel édile :  » La non convocation de sessions trimestrielles ordinaires depuis son installation. Notre grief, poursuit la section, est donc bien légitime et fondé, puisqu’en date du 22 juillet 2010, il en a bien programmé une. Mais, c’était sans compter sur sa mauvaise foi et sa mauvaise intention. Il la voulait de pure forme « .
    Cependant, la dent de discorde entre le FFS et le maire (RCD) ne s’arrête pas à ce détail.  » D’emblée, le maire annonça que ce n’était pas nécessaire d’approuver le premier point de l’ordre du jour relatif au tableau des effectifs puisque celle-ci a déjà été entériné par le chef de la daira…. Sur ce point, nous avons été doublement dessaisis de nos prérogatives à la fois lors de l’élaboration et lors de son adoption « .
    Plus loin, et dans un souci de transparence, deux points ont été proposés, à savoir  » Le remaniement de l’exécutif vue la léthargie dans laquelle est plongée la commune et l’ouverture d’un audit pour dresser un état des lieux des affaires publiques de la commune… Après débat, continue la déclaration, les six points présentés par l’exécutif ont été adoptés à la surprise générale des présents (citoyens et journalistes) qui s’attendaient peut-être à une réaction négative de notre part. Le président de l’APC leva la séance, refusant de mettre à débat les deux seuls points proposés par nos soins. Mis dans tous ses états et bafouillant, il déclare : ‘ Je préfère violer la loi que de procéder à un remaniement de l’exécutif ‘ « . En ce qui concerne l’audit tant réclamé, la section lance un boulet interrogateur :  » Ne dit-on pas communément qu’il n’y a que celui qui a du foin dans le ventre qui a peur du feu ?  »
    Ceci dit, en prologue, la section du parti d’Aït Ahmed  » réitère son engagement aux citoyens qu’elle ne cessera jamais d’exiger une gestion saine et transparente des affaires publiques et une application rigoureuse de la réglementation « .

  4. elmouhtarem dit :

    Ouina, peux-tu m’envoyer la déclaration de la section ?

  5. Ouina dit :

    A El mouhtarem
    Suis sincèrement désolé, je viens à l’instant de découvrir ta demande de la déclaration de la section FFS de Souk-Oufella.je me ferais un plaisir de te l’envoyer aussitôt récupérée chez le résponsable

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER