Archive pour août, 2010

Le sit-in des familles des disparus empêché

disparus11300x224.jpgLes familles de disparus regroupées, devant le siège du Palais du peuple à Alger, ont été dispersées mercredi par les forces de sécurité. «Chaque mercredi depuis 12 ans, à Alger, les mères et les proches de disparus se rassemblent pour demander vérité, justice et réparation pour les disparus des années 1990. Ce rassemblement hebdomadaire, devenu symbole de revendication et de résistance, a subitement été interdit le 4 août 2010», souligne un communiqué du Collectif des familles de disparus. 
  

 

El Bayadh: Un citoyen torturé dans un commissariat de police !

hamel1.jpgLe Bureau de la LADDH de la Wilaya d’El-Bayadh a reçu la plainte de la famille Djelaili habitant le quartier de Ouled Yahia, dans la ville de l’El-Bayadh, au sujet de la torture subit par l’un de ses membres de fait des agents de la police.

En effet, le vendredi 13 août 2010 correspondant au troisième jour de Ramadhan, et au moment de la rupture du jeûne, huit policiers sans uniformes ont investi la maison familiale en fracassant la porte d’entrée à la recherche d’une drogue qui n’ont pu trouver sur les lieux. Les policiers n’ont pas présenté de mandat de perquisition, ni la nature de leur opération.

(Lire la suite)

Maître Ksentini: la paix sans mémoire et l’armée sanglante sans repentance

ksentini1.jpgEl Erg Echergui pour « Algérie Politique »

C’est le temps des désillusions et de panique pour maître Ksentini. Avec ses exclamations sentencieuses, et ses critiques insensées et méprisantes à l’égard des associations des familles des disparus, ce grand commis de l’Etat ne sait plus sur quel pied danser pour terminer sa délicate mission sans trop de dégât. Il est en train de brûler ses dernières cartouches en tant que personnalité crédible et respectable pour représenter le pouvoir pour affaires des droits de l’homme et surtout pour les dossiers des disparitions forcées.

En effet, si aucune solution finale n’arrive rapidement pour régler le problème épineux des disparus, dont les dossiers sont restés vides, et pour contenter leurs familles sans satisfaire leur condition de la vérité, c’est le président Bouteflika qui va se retrouver sur la sellette. Toute sa politique de réconciliation nationale imposée à grands frais va être remise en cause.

(Lire la suite)

Le P/APW de Béjaia animera une conférence le 26 août 2010

hamid.jpgLe président de l’APW de Béjaia, Ferhat Hamid, animera le jeudi 26 août 2010 à 21h30 une conférence suivie d’un débat au niveau de la maison de la culture de Béjaia. Le thème: « Développement économique de la wilaya, constat et perspectives ». L’activité est organisée par la section du FFS de Béjaia. Par ailleurs, selon le premier secrétaire de la section FFS de Béjaia, Karim Bourai, la conférence sur  »la gestion des collectivités locales » qui devrait avoir lieu le même jour au siège de la section du parti est reportée au 27 août 2010 à 21h30. El Mouhtarem

Imbroglio autour de la date de l’audition du ministre de la Télécommunication

aps.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

Fausse audition, erreur de communication des services de la présidence de la République ou bourde monumentale de l’agence APS qui a donné dans la même journée et le compte rendu de son audition par le président Bouteflika et son déplacement à Ain Defla pour une visite de travail ? Emballé c’est pesé ? Pas si sûr. Au risque de jeter le doute sur les autres auditions… L’agence officielle APS a cru bien faire en balançant le compte rendu de l’audition du ministre avant-hier soit le 23 août le jour même où il se trouvait à Ain Defla pour une visite de travail (une autre dépêche de l’APS faisant foi).

(Lire la suite)

650 couffins de Ramadhan disparaissent de l’APC d’Oum El Bouaghi

couffin.jpgLes services de police de la ville d’Oum El Bouaghi ont reçu une plainte émanant de l’APC sur la disparition de 650 couffins de Ramadhan entreposées dans un hangar du parc communal, en attendant d’être distribués aux nécessiteux. La quantité de produits alimentaires qui nécessite un gros moyen de transport et de gros bras pour les charger ainsi que le fait que la marchandise ait disparu en plein jour suscitent beaucoup d’interrogations au sein de l’opinion locale, surtout que l’année passée déjà, un vol similaire a eu lieu de l’intérieur de l’APC et a été étouffé dans l’œuf avec un règlement «à l’amiable».

Draâ El Mizan: Les citoyens ferment la RN25 au centre-ville

pourssiere.jpgHier, les habitants du quartier jouxtant l’ancien hôpital de Draâ El Mizan (Tizi-Ouzou) ont procédé à la fermeture de la RN25 à cause de la poussière qui se dégage à chaque passage de véhicule. En effet, peu avant dix heures, les jeunes du quartier étaient nombreux à barricader la route avec des pierres et autres objets métalliques.  Selon Le Temps, «le P/APC de Draâ El Mizan a affiché dans plusieurs quartiers de la ville que cette route sera fermée à la circulation du 12 au 15 août pour travaux de réfection mais à ce jour rien n’est fait. C’est absurde !», s’est exclamé un jeune citadin.

Oran: Des travailleurs d’Orascom ammoniac bloquent la RN11

sawiris.jpgPrès de 600 travailleurs contractuels de l’entreprise Orascom Ammoniac, filiale du groupe dirigé par le magnat égyptien Sawiris, sont sortis hier dans la rue pour exiger de leur employeur le règlement de leurs primes de congé et de zone avant l’expiration des contrats les liant à cette entreprise. Un premier attroupement a été organisé aux abords de la zone industrielle d’Arzew. Les travailleurs se sont dispersés dans le calme avant de revenir, hier, aux environs de 7h30, plus nombreux et déterminés à bloquer la RN11 pour faire aboutir leurs revendications.  Cinq travailleurs ont été arrêtés par les services de sécurité.

Constantine: Un policier tire sur un chauffeur de taxi

Un policier en civil a tiré deux coups de feu blessant gravement un chauffeur de taxi dans la nouvelle ville Ali Mendjelli. Alors que le policier a pris la fuite, la victime a été transférée en urgence vers le CHU de Constantine où elle a été placée sous surveillance.

PORT D’ORAN: Une année de prison pour le DG

Le tribunal d’Oran a prononcé hier une peine d’une année de prison ferme à l’encontre du directeur général de l’entreprise portuaire d’Oran (EPO), pour négligence menant à la dilapidation des deniers publics. Le tribunal a prononcé également une peine de trois années de prison ferme à l’encontre d’un caissier de l’entreprise accusé de détournement, d’un gérant d’une société fictive et d’une troisième personne se trouvant en état de fuite.

123456...21

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER