• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 4 septembre 2010

Archive pour le 4 septembre, 2010

Arrêtons de faire croire aux gens que tout le monde nous en veut !

alger.jpgEl Hadi pour « Algérie Politique » 

Abstraction faite du contenu du Petit Futé que je n’ai pas lu, abstraction faite des manipulations dont peut faire l’objet ce guide moyennant finances, je suggère aux journalistes algériens de faire preuve d’un peu plus de professionnalisme et de mener leurs propres enquêtes dans tous les domaines y compris celui du tourisme. Il est vrai qu’il y a un phénomène d’accoutumance à la médiocrité dans le pays, les gens ont inconsciemment “normalisé” l’anormal, banalisé l’aberration,valorisé les escrocs et marginalisé les compétences les honnêtes gens.

Vivant en France et faisant des pèlerinages presque tous les six mois à “Alger”, je m’aperçois avec un oeil non pollué et non corrompu de la dégradation des moeurs de l’état d’insalubrité et de l’inexistence d’autorité etc…

(Lire la suite)

Rabah Saadane a enfin démissionné

sadane.jpgLa Fédération algérienne de football (FAF) a rendu publique la démission de Rabah Saadane de son poste de sélectionneur de l’équipe nationale «A». « Le choix de M. Saadane a été entériné par le président de la Fédération Algérienne de Football, lequel a tenu a le remercier et à lui rendre hommage pour l’excellent travail accompli.  M. Rabah Saadane a su, jusqu’à lors, mener l’équipe nationale aux dernières phases finales de la CAN et de la coupe du monde 2010″, souligne le communiqué. www.faf.dz

Lahouari Addi remet à sa place « Abdelhafid Larioui »

addi.jpgDans un article* publié par le site Le quotidien d’Algérie, intitulé « Djazaïr az-Zaaf wad-Dokha: L’Algérie malade de ses élites », l’auteur, Abdelhafid Larioui, a mis tous les responsables politiques algériens dans le même sac et s’est attaqué aux dirigeants de l’opposition notamment le président du FFS, Hocine Aït-Ahmed. Je publie la réponse du sociologue Laouari Addi à l’auteur (Source Le quotidien d’Algérie).  

« Cet article participe de la confusion la plus totale. Il est nihiliste et participe de la démarche «tous pourris». Je retiens surtout les attaques mensongères et injustes contre Aït-Ahmed accusé de servir les desseins des militaires. Début janvier 1992, avant l’annonce de l’annulation du coup d’Etat, Nezzar a demandé une entrevue avec Aït-Ahmed pour lui demander s’il voulait être membre d’un comité d’Etat composé de Boudiaf et de BenBella. L’idée était que les trois ‘historiques’ vivants soient utilisés pour justifier l’annulation des élections. Aït-Ahmed a dit non à Nezzar, ajoutant que l’annulation des élections serait un coup d’Etat auquel il ne pourrait souscrire.

La manifestation monstre du 2 janvier 1992 du FFS était contre le pouvoir mais aussi montrait les potentialités d’une opposition légale au futur gouvernement islamiste issu des urnes. La position du FFS et de Aït-Ahmed a toujours été claire au sujet de l’annulation des élections. Aït-Ahmed avait des relations suivies avec le regretté Abdelkader Hachani en qui il voyait un islamiste crédible et politisé à la différence de Abbassi Madani qui a transformé l’islam en une tradition folklorique.

Dès 1994, Aït-Ahmed a participé à la première réunion de Sant’Egidio au côté du FLN, du FIS, du MDA… pour trouver une solution politique à la crise tout en se démarquant idéologiquement du FIS et du FLN. Une partie importante de l’article est consacré à Aït-Ahmed comparé de manière injuste à Bachir Boumaza.
Il faut savoir garder raison et s’informer avant de diffamer des gens. Je n’appelle pas cela un débat serein et équitable. » Lahouari Addi

*A la lecture de l’article que l’auteur (un islamiste ?) m’a envoyé, j’ai pris la décision de ne pas le publier. El Mouhtarem

Ahmed Benbitour, un opposant à l’opposition !

benbitour.jpg«Je ne crois pas à l’efficacité des partis politiques aujourd’hui, car ils se sont inscrits dans la logique du système. Leur fonctionnement n’est pas du tout démocratique, ils ont fini par reproduire les même méthodes que celles du régime», a affirmé jeudi l’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour lors d’une rencontre organisée par le quotidien Djazair News.

« Chargé » tout comme Hamida Layachi, l’organisateur des « mille et une news », d’occuper les espaces pour mieux les polluer, Benbitour semble oublier qu’après le retrait de six candidats à l’élection présidentielle d’avril 1999, laissant seul Abdelaziz Bouteflika, il a été nommé chef de gouvernement. Sa démission de la tête de l’Exécutif ne peut pas malheureusement faire de lui un opposant à un système qui l’a produit. Pour preuve, c’est Ahmed benbitour qui a préfacé le dernier « livre » du général à la retraite, Khaled Nezzar. El Mouhtarem    

Lettre ouverte à Monsieur Samraoui

sam1.jpgMonsieur,
Malgré toute la considération que je vous porte je ne voudrais pas être à votre place. Après les moments douloureux que vous avez traversés, après votre itinéraire professionnel de militaire, isolé, en exil, sous la menace permanente des services avec lesquels vous gardez encore des relations (comme cela a été transcrit dans une conversation avec un honorable correspondant) nous ne savons pas la vie que vous menez aujourd’hui.

Je vous souhaite de trouver la paix au sein de votre famille que vous avez le devoir de protéger et de prendre du recul par rapport aux problèmes de votre pays pour lesquels vous ne pouvez rien maintenant dans votre posture.

(Lire la suite)

Achat de Djezzy et écoutes téléphoniques

djezzy.bmpBastos El Bombardi pour « Algérie Politique »

La décision de l’Etat algérien à acheter Djezzy a soulevé des questionnements sur la stratégie publique en matière des technologies de télécommunications. Il est des raisons à croire que le contrôle des réseaux de télécommunication permettrait à la police politique en Algérie de racheter sa faute et éviter de se faire prendre sur une faute bête de débutants: écoutes téléphoniques.

Citons deux exemples pour illustrer l’importance du contrôle des réseaux des télécommunications.

La question géopolitique fondamentale au Proche Orient est centrée autour de la capacité du Hizbollah à résister contre le démantèlement de son propre réseau de télécommunication.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER