Lahouari Addi remet à sa place « Abdelhafid Larioui »

addi.jpgDans un article* publié par le site Le quotidien d’Algérie, intitulé « Djazaïr az-Zaaf wad-Dokha: L’Algérie malade de ses élites », l’auteur, Abdelhafid Larioui, a mis tous les responsables politiques algériens dans le même sac et s’est attaqué aux dirigeants de l’opposition notamment le président du FFS, Hocine Aït-Ahmed. Je publie la réponse du sociologue Laouari Addi à l’auteur (Source Le quotidien d’Algérie).  

« Cet article participe de la confusion la plus totale. Il est nihiliste et participe de la démarche «tous pourris». Je retiens surtout les attaques mensongères et injustes contre Aït-Ahmed accusé de servir les desseins des militaires. Début janvier 1992, avant l’annonce de l’annulation du coup d’Etat, Nezzar a demandé une entrevue avec Aït-Ahmed pour lui demander s’il voulait être membre d’un comité d’Etat composé de Boudiaf et de BenBella. L’idée était que les trois ‘historiques’ vivants soient utilisés pour justifier l’annulation des élections. Aït-Ahmed a dit non à Nezzar, ajoutant que l’annulation des élections serait un coup d’Etat auquel il ne pourrait souscrire.

La manifestation monstre du 2 janvier 1992 du FFS était contre le pouvoir mais aussi montrait les potentialités d’une opposition légale au futur gouvernement islamiste issu des urnes. La position du FFS et de Aït-Ahmed a toujours été claire au sujet de l’annulation des élections. Aït-Ahmed avait des relations suivies avec le regretté Abdelkader Hachani en qui il voyait un islamiste crédible et politisé à la différence de Abbassi Madani qui a transformé l’islam en une tradition folklorique.

Dès 1994, Aït-Ahmed a participé à la première réunion de Sant’Egidio au côté du FLN, du FIS, du MDA… pour trouver une solution politique à la crise tout en se démarquant idéologiquement du FIS et du FLN. Une partie importante de l’article est consacré à Aït-Ahmed comparé de manière injuste à Bachir Boumaza.
Il faut savoir garder raison et s’informer avant de diffamer des gens. Je n’appelle pas cela un débat serein et équitable. » Lahouari Addi

*A la lecture de l’article que l’auteur (un islamiste ?) m’a envoyé, j’ai pris la décision de ne pas le publier. El Mouhtarem

Commentaires

  1. merigue dit :

    Pourquoi veulent-ils casser l’opposition démocratique et pour servir quels intérêts?
    Croient-ils réussir à ressusciter le FIS en cassant du FFS?
    D’ailleurs personne n’est épargné.A croire qu’ils sont les seuls prodiges et méritants de tous les égards dans ce pays.
    Ils ne se rendent pas encore compte qu’ils sont à l’origine de toutes les catastrophes et de tous les maux et n’ont fait que jouer le jeu du pouvoir en place.
    Ils sont la cause par laquelle ce régime s’éternise dans ce pays.
    M.Addi a tenté de rétablir l’ordre des choses,mais est-ce suffisant?

  2. Messabih dit :

    Les blindes et les transports de troupes etaient composés de soldats du contingents ou bien d’appeles Algeriens .
    Apres « GUEMMAR » force etait de constater que le FIS ,GIA et GSPC ,voulaient nous ramener à l’etat larvaires Mollahistes,et Saoudiste .

  3. merigue dit :

    Le tracteur à la dérive et son contrepoids.

    Je donne cet exemple technique pour expliquer certains phénomènes politiques auxquels je ne comprends pas grand-chose.
    L’exemple de ce tracteur , machine agricole de production par excellence , occupe une place importante dans la mécanique des mécanismes , seul domaine où je possède quelques rudiments de connaissance. Je le décris ici dans le seul but un phénomène physique qui est l’équilibrage. Tout le monde a vu un tracteur et connait grosso-modo de quoi il est constitué.
    Cette machine possède donc une force motrice ayant pour finalité de vaincre une charge qui est équivalente au travail à réaliser.
    Mais cette charge est concentrée le plus souvent sur la partie arrière de la machine .Le tracteur doit donc tirer et vaincre la charge ,sinon aucun travail ne peut être accompli.
    Et on met les gaz, plein gaz pour faire un maximum de rendement.
    Un tracteur possède quatre roues. La force des gaz est répercutée sur les roues arrières dans le but d’obtenir la traction voulue ,le travail utile en quelque sorte.
    Il possède également deux roues à l’avant. Celles-ci servent à diriger la machine, à la mener dans la direction voulue : rouler en ligne droite , tourner à gauche ou revenir à droite, à default de faire du sur-place.
    Seulement, à force d’augmenter la charge résistante concentrée sur la partie arrière de l’engin, l’effort moteur devient de plus en plus important et l’inévitable risque de se produire , la partie avant du tracteur se soulève et les roues directrices perdent tout contact avec le sol.
    Le résultat ne se fait pas attendre, le tracteur n’avance plus et se met à tanguer et à dériver. On ne peut plus le guider ni le contrôler. Il risque de se renverser et plus aucun travail utile n’est réalisé.
    Implacable loi de la mécanique !
    Un ingénieux technicien a donc inventé le balourd. Un balourd , c’est un contrepoids ,un grosse masse de métal d’ aucune utilité fonctionnelle , ou plutôt si : c’est une pièce primordiale dans un tracteur. Et out le monde a constaté cette pièce énorme à l’avant d’un tracteur et s’est demandé peut-être à quoi elle pouvait bien servir.
    Et bien son rôle est primordial ,messieurs-dames , elle sert à rétablir l’équilibre et à éloigner le danger en cas de nécessité, c’est tout simple. Elle sert à éviter à la machine de basculer , surtout quand la forte charge par derrière présente un danger imminent , quand cette charge devient insupportable.
    Morale de l’histoire….je vous laisse seuls juges.
    Mais Da Lho et le FFS ont été toujours là, en contrepoids de l’Histoire, avec un grand H.

  4. merigue dit :

    correction:
    ..dans le seul but d’étayer un phénomène….

  5. boudersa maamar dit :

    A vouloir se focaliser sur les étiquettes de l’emballage, on oublie le contenu. L’Algérie continue à vivre en crise. Les Algériens ne connaissent pas encore le chemin de sortie, s’il existe. L’histoire est là pour dévoiler ses secrets. Selon le témoignage de l’ancien chef du gouvernement, Abdelhamid Brahimi, c’est le pouvoir qui a contacté Ali Belhadj pour organiser une contre-manifestation, suite aux évènements d’octobre 1988, et le pouvoir a obtenu ce qu’il voulait (lire le livre de Brahimi sur le site de l’institut du Hoggar). En mai 1991, la grève politique du FIS a été inspirée par le pouvoir pour instaurer l’état de siège, en appliquant le principe de provoquer pour réprimer. D’autres ont transformé le principe de Schumpeter, économiste autrichien, de la destruction créatrice, devenu le principe des néocons américains, en régression féconde. A ce jour, nous vivons une régression stérile. Ait Ahmed a été trahi par ses alliés. On ne peut lui reprocher ce qui se passe en Algérie. Où est l’alternative ou la sortie de crise? Benbitour et les autres ne la proposent pas. C’est la diversion et la confusion qui sont recherchées.

  6. khaled tazaghart dit :

    Abdelhafid Larioui deviendra surement « Ministre des transports »

  7. kader dit :

    C’est qui Larioui ?

  8. OrO dit :

    A mon humble avis,la déontologie aurait commandé soit que vous postiez et l’article de A.Larioui et la réponse de L. Addi ou alors de les ignorer tous les deux.
    Nous avons plus que notre ration quotidienne d’informations tronquées avec les médias publics algériens.Si en plus on dévait subir le même traitement dans un blog supposé être le porte-voix de l’opposition….

  9. zara dit :

    Maamar Boudersa verse dans l’infamie et la provocation.
    Personnelement j’avais lu beaucousp de vos écrits et vos quelques livres edites au temps du parti unique,et aprés octobre 88.
    Vos idées ne cherchent pas de solutions aux différentes crises algeriennes mais stimulent des problémes qui n’ont pas de solutions.
    En parlant du FIS et de ALI BENHADJ,on a l’impression qu’ils vous dérangent car vos positions anti-islamistes sont connues.
    Cela ne m’étonne pas puisque vous êtes communiste « stalinien » ,prés à envoyer des milliers d’islamistes au goulag algerien,comme l’a fait ton cheri-bebe Staline.
    tous vos écrits sont là pour témoigner que vous avez la nostalgie d’une république stalinienne.
    souvenez vous pendant la periode de 1993 au temps de votre cher ami « Azayla »,Belaid Abdessalem,l’homme qui fait rier les géneraux:vous êtiez pour son programme dit : »Economie de guerre ».il a accepté de jouer le jeu pendant une année,uniquement pour faire plaisir aux putchistes et pour faire oublier au petit peuple l’assassinat de BOUDIAF.
    une année aprés c’est le FMI qui le balança et le remplaça par REDA MALEK.ce dernier dira plus tard: »il faut que la peur doit changer de camp. »
    et encore,la liste est longue…
    vous voyez ,ils sont tous des staliniens et éradicateurs en puissance,à la solde de putchistes(devenus milliardaires actuellement)et d’un pouvoir repressif,sanguinaire,criminel et ….
    et vous trouvez le culot de discrediter ALI BENHADJ.
    vraiment vous versez dans la confusion et la diversion,vous l’avez dîtes vous même.
    merci

  10. boudersa maamar dit :

    Réponse à Zara,
    Ce nom ne me dit absolument rien. Comme vous avez réagi à ma contribution en me collant des étiquettes nombreuses qui vous conviennent absolument. Merci pour toutes ces étiquettes commerciales politiques dans un pays, où seule la violence est mise en évidence. Je n’ai rien contre personne. Je ne suis pas subjectif. Le témoignage de l’ancien 1er ministre, Brahimi est là. Il relate la relation entre le pouvoir et Ali Belhadj en octobre 1988. Le FIS n’existe pas encore. Vous faites des déductions personnelles, selon lesquelles j’enverrai les « islamistes » au goulag. Tout le peuple algérien vit le goulag. Toute l’Algérie est un désert. Tout le peuple algérien est privé de liberté et de droit. Est-ce que le témoignage de l’ancien 1er ministre sur la relation pouvoir-Ali Belhadj vous dérange? Quant à l’économie de guerre, sachez que vous ne la comprenez pas. Elle est une réponse à l’économie du gaspillage. Le départ de Belaid Abdesselam a été décidé par Paris et exécuté en Algérie, car il refusait le rééchelonnement de la dette extérieure qui a consacré la vol des richesses nationales. Je n’ai pas écrit et publié durant le règne du parti unique, mais bien après. Je vous signale que je ne suis membre d’aucun parti boulitique. Je milite pour une solution pacifique et démocratique à la crise politique. Je suis contre l’accès au pouvoir par la terreur, la fraude et la violence, comme je suis contre le maintien au pouvoir par les mêmes méthodes. Au-delà des personnes, le FIS, ou ce qui reste est partisan de Bouteflika qui n’a résolu aucun problème, ni celui des disparus, ni celui des exilés,ni l’état d’urgence, ni la vérité et la justice, ni le jugement des criminels. Il a instauré l’impunité.Alors, documentez-vous, informez-vous à la source et n’écrivez pas ce que vous avez entendu sans avoir la preuve. Il faut respecter le lecteur et ne pas le tromper par des mensonges montés de toutes pièces ou des affirmations sans preuve, c’est-à-dire du dogmatisme.Un dogmatique est inaccessible à la raison. Et celui qui n’a pas la raison ne peut accéder à la vérité et à la justice. Si vous lisez les mémoires de Nezzar, vous apprendrez que c’est la France qui a décidé d’annuler le 2ème tour et ses valets ont exécuté la décision. Puisque vous semblez sympathiser avec le FIS, pourquoi il a trahi le contrat national?

  11. El assad dit :

    Ces derniers temps, nous avons constaté que le pouvoir tente de freiner le FFS « comme à chaque fois » ou ce dernier essaye de proposer des alternatives nouvelles dans le but de recréer le débat autour des vrais sujets , les vrais problèmes . Je suis pas le seul a pensé que le système s’est inscrit ces derniers mois dans un grand chantier visant à laminer la Kabylie en usant cette fois ci d’une campagne farouche qui consiste à faire ressusciter l’ogre islamiste dans cette région. L’affaire a entamé son chemin à partir de l’histoire des deux non-jeûneurs de Ain El Hemmam , passant par la mosquée d’Aghribs pour atterrir dans le berceau du congrès de la Soummam avec une affaire similaire à celle de Ain El hemmam.Ajoutant à cela, cette recrudescence rapide d’insécurité, d’attentats, de faux barrages et d’incendies.C’est le Kerkouk sans pétrole! Le pouvoir veut à tout prix anéantir cette partie de l’Algérie et anéantir avec elle un parti politique en l’accusant tantôt de faire l’apologie du Salafisme d’un coté et de forces démobilisatrices de l’autre. Le décor est entrain de se placer à ciel ouvert. Soyons attentifs et vigilants.

  12. SLAM dit :

    La réponse de Mammar Boudersa à ZAHRA est très explicite en elle-même!Pas besoin d’en rajouter, la dose d’argumentaires fournis par Mammar est suffisante!

  13. Anonyme dit :

    Monsieur,
    J » ai lu l’article de Mr Larioui queb je trouve très intéressant. Il ne faut pas oublier que c’est qu’ un article, ce n’est pas un texte religieux. Il contient des pts ^positifs comme des pts négatifs. pour ma part, je comprends votre souci. L’auteur critique méchamment Ait Ahmed. Ce n’est qu’un pt de vue parmi tant d’autres. Dans une perspective d’éducation politique, je pense que cette étude mérite sa publication dasn votre prestigieux site. pour rappel, votre site est lu pas tt le monde, militants du FFS et non militants.Mais l’auteur souligne un fait divers qui a attirté mon mon attention. Ait Ahmed a vendu sa villa que le pouvoir lui a octroyée à son retour d’exile. Le pb c’est qu’ il a vendu au prix coutant quand il a dsécidé de retourner à l’étranger. En tant qu’admirateur de Ait Ahmed, j’aurai souhaité qu’on aurait préservé cette belle batisse pour en faire une fondation Ait Ahmed. Ce moment de l’histoire et du militantisme mérite bien une fondation.

  14. thirga dit :

    Les marchands de religions ont été exploité à la mort de Boumediene pour continuer à dominer les Algériens. La contestation démocratique de 1988 a été récupéré par le compagnon de Messaadia, Abassi Madani. Lui et ses compagnons furent le cheval de Troie dans les batailles que se livrent les gens du Pouvoir à l’intérieur du cabinet noir pour perpétuer leur domination sur le Peuple et disposer des richesses de ce pays. La décantation est à sa fin. Les gens du FIS n’ont seulement pas été roulé en janvier 92 mais furent amené à commettre les plus grands crimes contre l’Humanité avec les bras armés (GIA, AIS, GSPC, MIA…) et surtout la religion avec leur laser du 5 juillet. Une opposition armée, aidée et installée par le pouvoir dans toutes les communes, aidés par les orientaux et l’occident mais qui n’a pu prendre le pouvoir est ridicule. Elle doit se taire à jamais en attendant le jugement de ses crimes une fois Bouteflika oublié…

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER