L’implantation d’Orascom en Algérie

sawiris.jpgB. Amar pour « Algérie Politique »

Extrait d’un article adressé le 28/07/2008 au quotidien Le soir d’Algérie qui, malheureusement n’a pas été publié.

Et voilà que toute l’Algérie a été roulée par un astucieux «missri» qui s’est sucré sur le dos des Algériens avec un strict minimum en capital risque. Cet opérateur a aussi roulé toute la presse en achetant son silence avec quelques spots publicitaires. En attente de lever les voiles, ce frère opérateur cédera sa place à nos ex ancêtres les gaulois sans contrainte aucune. Je ne suis pas en train d’écrire à partir du néant ni donner libre cours à mon imagination. Les recoupements des articles de presse me confortent dans mon analyse.

En 2007, le groupe du «missri» a bel et bien vendu ses deux propriétés industrielles – cimenteries – au groupe «Gaulois», revenant en conquérant pour une (modique !) somme dépassant les 8 milliards d’Euros. Quelle est la somme en devises investie initialement par le groupe du «missri» ? Quel est le montant de la plus value dégagée par cette transaction ? Quel est le montant transféré à l’extérieur par l’opérateur du bip et de la tchatche ? Des questions pour lesquelles, malheureusement je n’ai pas de réponses.

Le patron du groupe «missri» s’est fait une fortune en Algérie et bat ainsi le record d’Afrique des milliardaires en dollars: Il est venu avec rien, il repartira avec des milliards de dollars. Je laisse le soin à nos experts et économistes d’évaluer convenablement toutes les opérations qui dépassent le milliard, pas uniquement en Dollars et Euros, mais aussi en dinars algériens. La rumeur en a trop dit sur cet opérateur, certains sont allés jusqu’à dire que de hauts responsables sont associés dans cette affaire juteuse.

Je ne crois pas aux rumeurs non fondées mais ça reste toujours un point d’interrogation en raison des facilités accordées à ce pseudo investisseur, à qui les banques algériennes ont ouvert leurs coffres. Après tout, ce n’est qu’un téléphone qui véhicule nos voix. Nos paroles sont parties en l’air et nos dollars aussi. Nous avons semé du vent et récolté la tempête. Il n’est donc pas nécessaire de pleurnicher ou de se payer les services des pleureuses. Les affaires sont les affaires, le « missri » nous a eu, « bsahtou » comme on dit chez nous. Je suis entièrement d’accord avec le DG de la Sonelgaz lorsqu’il a déclaré que le coût des communications téléphoniques par foyer dépasse de loin le montant de la facture d’énergie électrique. Ce n’est qu’un parallèle et non une raison, pour faire saigner d’avantage le porte- monnaie du citoyen.

Commentaires

  1. kader dit :

    OUi, l’enfoiré a entubé des millions d’algériens, a coup de pub mensongères et en achetant presque tout le monde à commencer par la presse dite indépendante.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER