Le wali de Boumerdes: «Je suis entouré par une vraie association de malfaiteurs»

labellesante.jpg«Je suis trahi par mes proches collaborateurs et entouré par une vraie association de malfaiteurs (…)

Je suis responsable de mes propos», a déclaré le wali de Boumerdès, Brahim Mered, en marge de l’ouverture de la session ordinaire de l’APW. «Je suis en possession d’un dossier volumineux et des détails vous seront communiqués lors de cette session», a-t-il ajouté. Selon lui, des mesures conservatoires ont été prises à l’encontre de certains de ses proches collaborateurs, entre autres, le secrétaire général, le chef de cabinet, le directeur de la réglementation et des affaires générales (Drag) et le directeur des domaines.  

Le groupe Labelle mis en cause:

L’affaire remonte au mois de mars 2010. Le wali était en congé et l’intérim fut assuré par le secrétaire général. Le Drag a présenté un arrêté d’expropriation de trois parcelles de terres agricoles d’une superficie de 30 hectares appartenant à l’EAC

«Boumediene Omar» de Ouled Moussa au profit d’un investisseur connu dans la région, en l’occurrence le groupe Dahmani La Belle, arguant qu’il s’agit d’un projet d’utilité publique pour la construction de logements et d’équipements publics. Or, la réalité est tout  autre puisque les 30 hectares de terres agricoles cédés étaient destinés à la construction d’un marché de gros privé du genre Rungis en France. Un projet de grande envergure, réglementé après décision prise par le Conseil des ministres. Le marché de gros, faut-il le rappeler, dispose de 450 carreaux qui seront cédés à raison de 2 milliards l’unité, soit un profit de 900 milliards.

La direction des domaines, sans attendre l’avis du Conseil des ministres comme le prévoit le décret 09/152 du 02/05/2009 , fixant les conditions et modalités de concessions de gré a gré des terrains de l’Etat destinés à l’investissement, décide d’établir un acte de concession au profit de cet investisseur. «Toutes les formalités d’expropriation ont été établies en un temps record», dira le wali dans son intervention à l’adresse des présents, dont des membres de l’exécutif, des élus, des parlementaires et d’autres invités de la société civile «Tenez-vous bien, l’arrêté a été rédigé le 15 mars 2010, enregistré au niveau de la conservation foncière trois jours après, soit le 18 mars, et publié le 22 mars du même mois». «Comment se fait-il qu’on décide avec une facilité déconcertante d’attribuer 30 hectares de terres fertiles de deux exploitations agricoles collectives (EAC) en l’espace de trois jours alors que la wilaya peine à distraire des EAC des parcelles de 1 ou 2 ha pour implanter des équipements publics», a ajouté Brahim Merad. «Je n’ai pas admis que ceux censés être mes proches collaborateurs me trahissent alors que je suis le seul dépositaire de l’autorité de l’Etat», a-t-il déclaré.

Le wali affirme avoir informé les autorités de ce dossier, précisant qu’une commission d’enquête a été dépêchée au niveau de la conservation foncière et des domaines pour faire la lumière sur cette affaire. Il a ajouté que des mesures conservatoires ont été prises contre certains de ses proches collaborateurs, entre autres le secrétaire général, le chef de cabinet, le directeur de la réglementation et des affaires générales (DRAG), le directeur des domaines. Une plainte a été déposée à l’encontre de ces responsables, censés être les représentants et défenseurs des lois de la République en matière de préservation des terres agricoles. «Le secrétaire général a profité de mon absence pour accorder des avantages et signer à ma place des documents illégaux et non réglementaires, en contradiction avec les orientations du Chef du gouvernement et du président de la République concernant la préservation des terres agricoles», a indiqué le wali. A l’issue de cette réunion, les élus ont soutenu le wali et ont demandé son maintien «Nous soutenons le wali dans toutes les enquêtes qu’il compte mener», a affirmé M. Boussaidi, président de l’APW.  Le Jour d’Algérie

Commentaires

  1. akim dit :

    Bravo cela nous donne le droit d esperer
    que les institutions de l etat fassent leur travail merci M.Merad votre salaire est HALLA

  2. Mohand dit :

    Merci M. Merad, je ne vous connais pas, mais votre déclaration publique tout en vous honorant, attire mon attention. Elle montre également que l’espoir nait de l’action des hommes de votre qualité. Votre courage nous procure du boum au coeur. Nous vous souhaitons de réussir et nous escortons les hommes responsables de vous soutenir dans votre action. Effectivement certains magouilleurs agissent comme vous l’affirmer à l’ombre de responsables.
    Encore faudrait il faire un diagnostic précis pour savoir si vos collaborateurs ont agi de la sorte par vénalité ou ont été instruit de le faire et par qui?
    La pratique que vous décrivez est appliquée helas dans beaucoup de secteurs. Dans ce blog , nous étions amené à lire certaines dénonciations qui énumérent des faits, des actes et des faveurs indument accordées par certains. Votre qualité de wali vous permet de vous faire entendre et de dénoncer ce genre de bonhommes. Tous les cas connus et dénoncés n’ont malheureusement pas été traités et gérés comme vous le faites avec brio et courage. Les exemples sont légions helas et les recipendiaires des avantages exceptionnels (étrangers notamment) et leurs amis Algériens ne sont pas inquiétés ils continuent de sévir au détriment de l’économie nationale et l’image du pays. Chaque fois qu’une faveur exceptionnelle est accordée , il y a toujours de la concussion et de la corruption derrière qui la sous tend et la soutient. La période des vacances est en effet propice à ce genre de décisions irrationnelles illégales.
    Lorsque tous les faits anormaux dénoncés par les citoyens seraient traités dans la but de les réduire à défaut de les annihiler, alors nous recommencerons à croire à un sursaut salvateur.
    Toutes les commissions , tous les services spécialisés sont inopporant tant que tous les responsables investis d’une autorité et d’un pouvoir administratif se taisent et laisse faire. Il faut ajouter qu’un corrompu ou un magouilleur ne dénonce pas il se tait et laisse faire, c’est pourquoi votre action nous fait plaisir, elle sort de l’ordinaire et des sentiers battus. Elle montre et nous permet de savoir qu’il y a des Walis honnêtes responsables et compétents. Vous êtes le porte flambeau. Cette Algérie que nous appelons de nos voeux est à ce prix. Vous êtes plus efficace que tous les organes de controles et de suivis et en cela vous méritez tous les éloges et tout le soutien des Algériens.
    Quand aux magouilleurs ils tomberont un à un , car les écrits restent. Quand bien même les lois ont été assouplies , elles peuvent néanmoins redevenir désuasives comme elles furent pendant un certains temps. Tous les clans qui se soutiennent pour dilapider les biens publics en se taisant et ou en agissant dans l’illégalité pour bénéficier ou en faisant bénéficier leurs membres rendront des comptes si chacun de nous agit comme vous le faites sur ce dossier.
    Mohand.

  3. slam dit :

    Combien de Wali tel que celui de BOUMERDES existent-ils en Algérie ? Malheureusement très peu! C’est pour cette raison essentielle que la corruption fait rage dans notre pays!Espérons qu’à l’avenir ,les algériens sauront prendre leurs responsabilités pour rétablir une confiance en Algérie

  4. B. Amar dit :

    Maintenant que le Wali de Boumerdes s’est révolté contre les traitres collaborateurs qui l’entourent, je me permets de lui adresser ce message qui, en principe était destiné au quotidien Le Soir d’Algérie. Malheureusement depuis la suppression de la rubrique « Vox populi », l’opinion des lecteurs n’a plus de place.
    Carrière de tuf de Zemmouri ou «Caverne d’Ali Baba»
    « Sésame, ouvre toi ! » et « Sésame, ferme toi !»
    Doit-on rester passif et silencieux devant un fait accompli portant atteinte à l’environnement et à la santé publique des citoyens ? Doit-on rester silencieux à la passivité complice des autorités élues censées défendre les intérêts majeurs des citoyens qui les ont élus ? Doit-on rester indifférent devant la désinvolture de certaines institutions censées protéger et veiller sur le Patrimoine National Public dans le strict respect de la loi? La « Force » est-elle au service de la loi ou bien c’est l’inverse qui est de vigueur ? Doit-on plaindre quelques riverains de la carrière, soudoyés par quelques gratifications ou postes de travail directs ou indirects pour se taire ? Je me suis posé tellement de questions pour savoir comment et pourquoi on a osé délivrer une autorisation d’exploitation de carrière de tuf de longue durée, à une entité économique, alors que cette carrière est située dans un environnement qui l’interdit formellement. Si la population environnante n’a pas réagit à ce massacre, c’est qu’elle est tout à fait ignorante des préjudices qu’elle subit quotidiennement du fait de l’exploitation anarchique de cette carrière, limitrophe d’un lieu habité, dénommé Sidi Abbed, et située sur un site forestier – mis en valeur par une plantation fruitière – entre Zaâtra et Zemmouri chef lieu de commune, dans le territoire de la wilaya de Boumerdes. L’exploitation d’une carrière de tuf dans un tel environnement habité et à vocation agricole, cause de fait des méfaits dévastateurs sur la santé de la population voisine ainsi que des dégradations non négligeables sur les végétaux et la nature elle même. Les vrais dommages ne seront connus que dans les années suivantes lorsqu’il serait trop tard pour y remédier. Le comble, c’est que les professionnels, chacun dans son domaine, connaissent parfaitement les conséquences dramatiques qui surviendront tôt ou tard dans pareil cas.
    Il est évident que dans un tel contexte, tout un chacun doit obligatoirement se soucier pour arrêter les dégâts dans l’immédiat. A cet effet, la wilaya de Boumerdes, responsable territorialement, doit prendre les mesures impératives que lui confèrent la législation en vigueur, particulièrement la loi N° 01-10 du 03 juillet 2001 et les décrets exécutifs N° 02-470 du 24 décembre 2002 et 08-188 du 1er juillet 2008 ayant trait à la législation minière en général et à l’exploitation des carrières et sablières en particulier. Dans un premier temps, il y a lieu de dresser un bilan de l’impact de l’activité sur l’environnement qui déterminera tous les préjudices causés par exploitation de cette activité nocive. Par la suite, les institutions habilitées doivent faire un audit d’impact exhaustif en procédant à l’analyse des effets de l’exploitation sur la qualité de l’air, les ressources en eau, le sol et le sous sol, la nature, la faune et la flore, ainsi que sur les établissements humains de proximité du fait des émission de bruits, poussières, odeurs et vibrations et leurs effets sur la santé publique des populations avoisinantes. Dans l’immédiat et au vue de l’ampleur des nuisances, une suspension provisoire s’impose – au moins pendant la période estivale – pour éviter à la population de respirer les kilos de poussière qui emplissent l’atmosphère. Il n y a pas que les effets néfastes causés par l’exploitation de la carrière, mais aussi la pollution, la poussière et les bruits engendrés à longueur de journée par les centaines de camions à gros tonnage qui empruntent le trajet Si Mustapha – Zemmouri de la RN 24.
    Si l’on se réfère à la législation algérienne en vigueur, éventuellement les lois et décrets concernant le Patrimoine National Minier, on s’aperçoit de suite qu’il n y a aucune ambiguïté en matière de protection de l’environnement, de la faune, de la flore, des ressources hydriques et de la santé publique des citoyens. L’attribution de l’autorisation d’exploitation des carrières et sablières est régie par la loi 01-10 du 03 juillet 2001 et le décret exécutif N° 02-470 du 24 décembre 2002 qui impliquent directement la responsabilité de deux organismes sous tutelle du ministère de l’Energie et des Mines, en l’occurrence l’ANPM et l’ANGCM au niveau national, les wali et municipalités concernés, au niveau local. La loi précitée consacre pas moins de 24 articles à la protection de l’environnement dans toutes ses variantes et avec rigueur, dont plusieurs articles répressifs en cas d’infractions flagrantes ou de non respect par l’opérateur économique des clauses du cahier de charges.

    Dans son chapitre 2, le décret N° 02-470 énonce les modalités d’instruction et d’attribution de l’autorisation et des procédures. Il n’omet aucun détail en précisant par enchainement les étapes de la procédure à suivre invoquant les droits et devoirs des demandeurs. D’après le décret su-cité et en vertu de son article 7, le dossier de demande d’autorisation est déposé par la personne physique ou morale algérienne auprès e l’ANPM en quatre exemplaires contre accusé de réception, et doit comporter les renseignements suivants :
    - Nom, prénom, adresse lorsqu’il s’agit de personne physique ou dénomination, statut et qualité du demandeur lorsqu’il s’agit d’une personne morale.
    - La nature des matériaux sollicités et leur destination.
    - La localisation du site ainsi que les coordonnées précises du périmètre et sa superficie
    - Le programme d’enlèvement et la quantité de matériaux à enlever pour la période sollicitée
    - La durée de l’activité sollicitée
    - La nature juridique du terrain sur lequel doit s’exercer l’activité.
    Ce dossier est accompagné d’un plan d’extraction au 1/1500e et d’un mémoire sur l’impact de l’activité sur l’environnement, les mesures prises pour son atténuation et la remise en état des lieux. Une fois la recevabilité du dossier reconnue, l’ANPM le transmet à la wilaya concernée. Par la suite le wali territorialement compétent saisit les services habilités de la wilaya et des communes sur le territoire desquelles est prévue l’activité pour lancer l’enquête administrative. A l’issue de cette enquête, le wali porte son avis sur un formulaire – annexe du décret – dans un délai n’excédant pas deux (2) mois à l’ANPM. «A défaut de réponse dans ce délai, l’avis est réputé favorable». L’ANPM statue sur la demande dans un délai n’excédent pas (4) quatre mois après la déclaration de sa recevabilité. En cas de rejet, une notification motivée sera adressée au demandeur ; par contre, si l’instruction de la demande aboutit à l’octroi de l’autorisation d’exploitation, cette dernière est établie par l’ANPM au profit du demandeur après que ce dernier s’est acquitté du droit d’établissement d’acte, de la taxe superficiaire, de l’acompte provisionnel de la redevance d’enlèvement et signé le cahier des charges.
    Les articles 3 et 4 du décret stipulent que l’autorisation d’exploitation de carrière et sablière est un «acte administratif précaire révocable à tout moment» ; il ne confère à son titulaire que le droit d’enlèvement de la quantité de matériaux prévue pour les besoins de la réalisation des projets inscrits dans les programmes communaux et sectoriels ou tout autre programme national de développement. Ainsi, la quantité de matériaux à enlever, la durée pendant laquelle la carrière sera opérationnelle et la destination des matériaux sont le fondement même de toute autorisation d’exploitation de carrière de tuf ou sablière. En plus, la carrière doit être exploitée en conformité avec « l’art minier» sous la surveillance de la police des mines de l’ANGCM. Dans ce cas, l’exploitant de la carrière ne peut se permettre une extension de la superficie ni procéder à la vente de tuf aux particuliers ou autres organismes dont les programmes ne sont pas inscrits sur l’autorisation. Sur le papier tout est parfait, et l’honneur revient au législateur qui n’a ménagé aucun effort pour la préservation de l’environnement et la santé publique. Par contre, dans la réalité, ceux qui sont en charge d’instruire, de délivrer et de suivre les autorisations d’exploitation des carrières et sablières ne suivent pas les traces du législateur en matière d’application de la règlementation pour protéger la population et son environnement. Rigueur et force de loi ne font que maintenir l’ordre, par contre, violer et forcer la loi ne font que déstabiliser l’ordre.
    Pour conclure et démontrer la passivité, la connivence et la complicité du personnel de l’Etat Algérien, je me permets de reproduire ici la partie concernant la carrière de Zemmouri, d’un article paru sur le quotidien l’Expression en date du 08 aout 2006, tout en prenant soins d’aviser le rédacteur de l’article, en l’occurrence M. Med BOUFATAH, qu’en 2010 encore, la « carrière de Zemmouri » est toujours opérationnelle et que les enlèvements de tuf ont frôlé la démesure jusqu’à atteindre parfois plus de 500 camions jours. Quand aux dommages causés au site, si celui-ci pouvait crier, il aurait anéanti toute la population de la région par son cri de douleur ! Oui, il faut reconnaitre que c’est une vraie « Hogra » sur la nature. Il viendra un jour où cette colline, jadis belle par son maquis verdâtre, se vengera de nous tous.
    (*) «Ainsi, à un détail près, la gestion du gisement de tuf de Zemmouri dans la wilaya de Boumerdès est qualifiée d’opaque et de douteuse, comme la précédente. Là c’est le foncier forestier à caractère agricole qui est transformé en carrière de tuf. Dans ce cas, l’Eurl Etpet sise à Ouled Moussa obtiendra d’abord une autorisation d’exploration minière sur 12 hectares dans un terrain de 167 hectares, dit El Boor, en septembre 2004, qui sera suivie en octobre de la même année par une autorisation d’exploitation du site d’une superficie de 13ha appartenant au domaine forestier à caractère agricole.
    Les gardes forestiers ont réagi en dénonçant la destruction du patrimoine agricole dans la commune de Zemmouri: pour cause un verger planté d’arbres fruitiers est converti en carrière de tuf avec la bénédiction de l’Etat.
    Ces derniers sont allés même jusqu’à déposer une plainte pour bloquer l’extraction quotidienne de ce matériau, mais en vain puisque contre toute logique, deux autorisations citées plus haut délivrées par le ministère de l’Energie et des Mines ont été obtenues par ladite entreprise, respectivement en septembre et octobre 2004. Ainsi, dans des conditions floues, cet entrepreneur avait transformé un champ d’arbres fruitiers en site de prélèvement de tuf.
    Selon quelques informations recueillies, une cinquantaine de chargements sont effectués chaque jour, et ce pour dire la fortune colossale que peut générer cette exploitation «illégale», dit-on.
    «En dépit des mises en demeure des responsables des forêts, l’entrepreneur, mine de rien fait le dos rond et continue son oeuvre de destruction», déplorent les forestiers et les citoyens de Zemmouri. Pour rappel, l’agression contre cette ferme a débuté en 2005.
    Les services des forêts avaient fait des mains et les pieds pour mettre fin à cette destruction effrénée. Pourquoi fallait-il que le ministère de l’Energie et des Mines approuve la destruction d’un terrain agricole?
    La loi serait-elle au-dessus de tout le monde? Ou au contraire, y aurait-il toujours des intouchables aux épaules larges quand bien même des preuves les concernant seraient étalées sur la place publique.
    Sinon, comment se fait-il qu’un arrêté du wali datant du 2 juillet 2005 et portant la cessation de l’extraction illégale du tuf et la destruction du terrain à vocation agricole n’est pas suivi d’effet à ce jour? En sachant toutefois que ce genre d’opposition peut valoir à son auteur des poursuites judiciaires.
    Par ailleurs, notons que le terrain en question avant d’être cédé dans le cadre des concessions au propriétaire de l’Eurl Etpeb avait été déjà viabilisé et planté de plus de 5000 arbres fruitiers, en somme un investissement de l’ordre d’un million et demi de dinars déboursés par le Trésor public.
    Enfin, il existe des velléités d’étouffer cette affaire juteuse qui risque de mettre en relief d’innombrables intérêts occultes.»
    (*) Source: Quotidien l’Expression. http://www.lexpressiondz.com/article/8/2006-08-08/36759.html
    Je porte à la connaissance de l’opinion que j’ai déjà tiré la sonnette d’alarme concernant ce scandale foncier, par mes deux participations parues sur le quotidien Le Soir d’Algérie en date du 18/02 et 17/04/2010 et dont ci-après les liens :
    http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/02/18/article.php?sid=95900&cid=34
    http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/04/17/article.php?sid=98666&cid=34
    Nous sommes en juin 2010, et le bal continu dans la caverne d’Ali Baba. Certainement que la police des mines et les cadres de la wilaya de Boumerdes ont d’autres chats à fouetter.
    B. Amar

  5. achour dit :

    Bravo Mr le wali

    Vous connaisons et connaisons vos principes d’homme pieux et honnête, les citoyens de cette wilaya ne serons comment vous remmercier et vous encourager d’aventage pour mettre un terme à cette mafia.Il est vrai que la chose n’est pas facile, mais compte tenu du soutien que vous avez, nous vous encourageons et c’est le souhaits de tout un chacun pour nous debarasser de cette vermine!car il on reste encore dans votre entourage.
    Merçi! hadj brahim MERAD

  6. Achat Arab dit :

    Une étoile soudaine vient éclairer le ciel sinistre de l’Algérie, un espoir infime vient de naitre à travers la déclaration de ce courageux Wali de Boumerdes
    Déjà en 1992, Boudiaf « Allah yarhmou » désespérait de ne pas pouvoir trouver 60 algériens intègres pour constituer son CNT.
    A tous, les Algériens victimes de l’injustice et de la « hoggra », l’action de Mr. Brahim Mered vient de démontrer qu’il suffit de 100 hommes et femmes incorruptibles pour redonner l’espoir et réapprendre à nos enfants à aimer leur pays.
    Puisqu’il n’est pas interdit de rêver, rêvons d’avoir un jour, (même avec un Boutef au pouvoir) :
    Un ministre de la justice, Un Président de la cour des comptes, Un Général des armées 48 walis et 48 juges de la probité de cet illustre Wali.
    Mais j’ai bien peur si ce n’est déjà fait que Mr Mered fait déjà parti des walis « partants » dans le cadre de ce remaniement annoncé.
    Alors comme disait l’autre je regarde la télé et le cauchemar continu…

  7. ZdegRdeg dit :

    M. Le Wali de Boumedès n’a fait que son devoir! Mais de nos temps faire son devoir une excption alos bon courage M.Le Wali ! C’est une action qui vous honore!!!!

  8. Taous dit :

    S’il pouvait y avoir un peu de responsables aussi courageux qu’intègres, notre pays serait tiré d’affaire.

    J’espère que les responsables de cette vaste escroquerie vont être arrêtés et punis. Il conviendrait aussi que LaBelle soit lui aussi poursuivi.

    En tout cas, chapeau, Mr Mered. Rebi yahafdek.

  9. des travailleurs de la cogbejaia dit :

    faites un tour a la cogb de bejaia rep^rise par ces truands de dahmani…vous verrez ce qu’il a foutu d’un fleuron de l’encg..trafics en tous genres…pas de factures..primes et autres avantages supprimés…mesures de departs en retraites supprimés..effectifs reduits…pas de dotation vestimentaires…etc….mais des complicités en haut lieu (sidi said..ouyahia..etc..) sont actionnaires dans le massacre de ce fleuron

  10. Anonyme dit :

    de la poudre au yeux c du cinéma BOUMERDES
    a été brader depuis longtemps et il ne reste rien peut être que cette parcelle que le wali a promis a d’autre plus riche plus influent et plus compréhensif du fonctionnement du système.
    alors arrêter de voire dans ce serviteur du système un honnête comis du pouvoir

  11. B. Amar dit :

    Brahim Merad ex wali de Tiaret est l’héritier d’Ali Bedrici appelé à présider l’exécutif de la wilaya de Béjaïa. Un lien utile à lire:
    http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2008/06/04/article.php?sid=69145&cid=4
    A Boumerdes comme ailleurs, le foncier agricole a été tout le temps convoité par les vautours qui gravitent autour du système.
    Que M. Merad ait le courage de fermer les carrières de tuf et arrête le pillage du sable des oueds et des plages, et là, nous applaudirons son honnêteté.

  12. CHEIKH dit :

    de la poudre au yeux.
    Très cher journalistes, et chers lécteurs Bonjour a vous tous.

    cher lécteurs les parole son tranpeuse la corruption fait rage dans notre pays!

    Je me suis posé tellements de quéstions pour savoir comment et pourquoi, Monsieur le Wali Mérad Brahim, a fermai c’est yeux l’osqu’il étai Wali a Tiaret.

    les grands voleurs pouces comme des champignions a Tiaret avec les progés baclais.

    je vous est avisez, a plusieur reprise, meme le régistre des doléonce de la Wilaya du mardi 21 juin 2005, peux prouvé ce que je dit.

    ou jai meme envoiez, des letres recomendé,pour vous Monsieur le Wali,votre porte étais fermais pour les pauvre citoyens l’osque vous étiez a Tiaret.

    moi auton que citoyen qui aime son Pay, je ne cherche ni logement ni travaille, c’est juste pour vous avisez des voleurs quis on ruinés Tiaret.

    vous nous avez tranpé par votre article dans le journal du dimenche 25 aout 2002 le quotidien d’Oran page 14, votre déclaration étai la suivante:

    le Wali demende l’aide des citoyens. vous nous avez trampé par votre article, c’est de la poudre aux yeux.

    alor que votre porte,étai férmai aux pauvre citoyens. javais des dossiers très lours des détournements, par vos colabaurateurs.

    l’osque vos portes étais fermé jai envoyez un article:

    afaire qui touche l’éta et le peuple.

    vous avait fermais les yeux c’est une honte de votre par, et une trahyson pour un grand résponsable, d’une Willaya, vous avez trahi votre mition, a Tiaret.

    la prerière des chauses, il ne recoi plus les citoyens quis on voulu dénoncez les vrais voleurs a Tiaret.

    grace a la Présidence que l’afaire, a bougé et a fait un très grand boume a Tiaret.

    Exemple:

    150 fautx Moudjahidnes Démasques le samedi 14 aout 2004 voir journal Ouest TribuneN3155.
    449 faux Fellahs a Tiaret ont été démasqués par des fonctionnes du ministtère. ils ont ruiné l’agricuture locale en dilapidant les fonds de l’état.

    voire journal L’Echo D’Oran du mercredi 20 avrl 2005 page 3 N°1455.

    grace a lintervention de la présidence,et a mais raports ou baucous de chose ons bougé a Tiaret.

    jai les documents qui fond foi de ce que je dit.

    détournement des réserves foncières.
    le D S A a détouné les terres Agricole il a étai limogé.

    les travaux baclé A E P le directeur de Sougueur a étai limogé, trautoires, routes,l’éstétique des villages rouiné.

    les fauts moujahidines.
    progé de la sonatrak détourné a Tiaret.
    constrution d’un proger dans un terrain acrilol pour un baze de vie terrain accidenté pas d’eaux ???.

    jai les documents qui font fois de ce que je dit.

    le faut représontant( des drois de l’Homme ) l’o.i.d.h à Tiaret et SAida, un truon a étai limùogé du 23décembre 2002.

    les zones rouge, qui on étais craiyez par votre audre, juste le simple citoyens qui na pas pus bénéficier.

    50 hommes aisez on bénéfier par votre aurdre.

    de ceux progé saufe les pauvres citoyens quis non pas de chance de vous voir Monsieur le roi ???.

    le cadastre, et les hypotèques quis ons fait un travaille montre déscroquerie les encients titres de propriété ons étais détouné par les nouvaux livrets fonciers.

    ou vous étiez vous Monsieur le Wali, vous étent résponsable devants les lois de la républiques,et devant Dieu vous étent chargé de bien ouvrire l’oeuil pour controlez les progers , les afaires du pauvre citoyens

    tous les citoyens de sougueur vous ons rédiger des lettres consernant les trafiques par vos cadres, auc’une réponce de votre par ???.

    votre porte étai fermai pour les pauvres malereux citoyens quis ons tros soufert, jusqua ce jour le 27 septembre 2010 car vous avez laissez une vrais buraucraci a Tiaret.

    Exemple: jai les documents qui prouvent ce que je dit sur vous Monsieur le Wali Mérad brahim je vous est envoyers des lettres et des lettres, meme dautres citoyens auc’une réponce de votre par

    c’est une trèe très très grande fonte de votre par, vous avez trahi votre mission, et trahi le programe de Monsieur le Président.

    cher citoyens je vous jure que jai fait juste un petie téste pour conparétres nos réponsables avec létrangé

    exemple: la france.

    jai rédiger 10 lettres aux Préfés de
    France.

    plusse 10 lettres aux maires de france.

    le maleur je nais meme pas leurs adresses éxacte.

    je vous jure aubous un moi jai recus tous leurs réponces.

    mairie de Paris le 26 septembre 2005.
    Préfecture de Parie le 23 sept 2005.
    Préfecture des Bouches-du-Rhome.
    Nancy.
    Montpellier.
    Grenoble.
    Aix en Provence.
    Masseille. écxétéra…

    ou il y a leurs l’adresses.
    les téléphones.
    el mail: .

    jai les documents quis prouvent ceux que je dit.

    saufe les réponces de Monsieur le wali de Tiaret Mérad Brahim rien ???.

    c’est une vrais honte d’un grand résponsable.

    pourtent il a demendé l’aide des citoyens c’est écri noir sur blanc dans le journal du dimenche 25 aout 2002 page 14 le journaliste monsieur Houari Dilmi jai le journal.il a trampé les citoyens par son article.
    juste la poudre aux yeux.

    les villages rouiné par les ordures.
    le lésser allez par tout.
    jai des photos qui prouve ce que je dit.

    les éxtrais de néssence introuvable.
    les citoyens ons soufer pour avoire un simple document.
    là ou il vas éxétéra…

    pourtan vous étiez le représontent de la Wilaya de Tiaret a l’épauque.

    le 03-09-2002 jai vu monsieur le chef de votre cabiné de Tiaret
    ma répondu que l’afaire le dépace il faut voir Monsieur le Wali Mérad brahim.
    jai les documents qui prouve se que je dit.

    jaitai abonnez a la Wilaya tous les jours de résption, votre porte étai fermai pour le pauvres citoyens.

    saufe que les hommes d’afaire qui son abonnez a la Wilaya, son recus par téléphone???.

    le 10 juin 2003 je me sui venger de vous voir meme cy je risque la prison.

    vous déssendé les écaliers avec les hommes d’afaires, je vous est dit a haute vois:

    Monsieur le Wali c’est une afaire qui touche l’éta et le peuple.

    vous étent sortie son me voir, son sarétais pour bien mentandre, c’est la loi du plus fort.

    votre protocol le 10 juin 2003 pour me voir une foi dans le buraux, la surprise est là, il me dit tu nais pas le porte parole des gents.

    c’est une trèe très très grande honte d’un haut résponsable de la Wilaya de Tiaret. car il n’y a pas de suivi par Monsieur le Wali ou bien ils son de méche.

    a vous Monsieur les l’écteurs de deviné tous qui cepasse chez nous en Algérie c’est une trayson de la par des fauts résponsables.

    Exemple:voir le journal quotidien d’oran du mercredi 05 avril 2006 N° 3432 ou Monsieur le Wali Mérad Brahim a Tiaret il a posé pleinte contre 5 cadres de la Willaya de Tiaret ils avaient imité la signature du Wali de Tiaret et le cachet. a l’époque Monsieur Mérad Brahim étai Wali de Tiaret. ils son sorti tous non lieux en 2010 par la cour de Tiaret.

    voir le journal quotidien d’oran du dimenche 25 aout 2002 page 14 un trou de

    six milliards à Eriad de Tiaret.

    six milliads à la C R M A de Tiaret. la liste et très très longue.

    grace à la Présidence que votre porte a étai ouverte pour le pauvre citoyens.

  13. CHEIKH dit :

    déclaration du patrimoines des hauts résponsables de l’éta Algérien.

    voir le journal du 16-02 2010 elchourouk.

    Le wali de Boumerdes a déclaré qu’il possède un appartement personnel à Hydra, un autre appartement, qu’il a acquis par héritage, et qu’il a loué, un local commercial acquis par héritage, des terrains agricoles acquis par héritage, une voiture de marque Peugeot 307, un compte auprès du CPA d’une valeur de 700 mille dinars et un compte CCP d’une valeur de 1.5 millions de dinars.

    mais les autres cadres nons pas voulu déclaré leur patrimoines. voir le journal du 16-02 2010 elchourouk.

    a qui son les moulins, a traver le téritoire national ?.

    a qui son les cars, qui transpotres les univercitères, a traver le téritoire national ?.

    a qui son les grands engins, buldozères, gruts, pauclins, traxes ?…

    les sociéters, étrangères, sons associers, avec qui ?, est pour quoi ?.

    les 10 pour cents, c’est pour quis ?.

    limportations, de toute genres, que la mauveses, caliter, pour – quoi ?.

    les hommes haunettes, pourquoi ?, lissonciers, ou muter, dans des postes, inférieurs a leurs postes.

    pourquoi ? des hommes muter ver lusine du miel, dautres muter ver lusine du charbon ?.

    pourquoi ? qu’ils y a que les femmes, dans toutes les administrations algériènnes.

    pourquoi ? qu’ils neux veulent pas prondre leurs retraites.

    pourquoi? qu’ils placent que leurs amis, ou parents, dans des postes de responsabilités.

    pourquoi ? aicha est devenu kadoure.

    pourquoi ? un jeunes vieux, qui a dépacé 50 ans, ni travaille, ni logement, il nai meme pas marié ??

    pourquoi ? les jeunes meures dans la mer?.

    pourquoi? les gents neux veulent pas voté ?.

    pourquoi? les gents sons devenus fénions dans leurs travailles.

    pourquoi ? les jeunes veulent quités L’Algérie.

    pourquoi ? que les villes, D’ALgéris sons devenus des bidons villes.

    pourquoi? les villes D’algérie sons très très salles.

    pourquoi ? le sucre est amer, 6 couières a café, dans une tace a café, est a savoire.

    pourquoi? le diplome Algérien, n’est pas reconu a létranger.

    pourquoi ? la concorde civile, est stoper.

    pourquoi ? tous c’est crimes, vols,
    draugues, agraissions.

    pourquoi ? toute cette burocratis, a tous les nivaux.

    la flambés des pris, pourqoui ?

    POURQUOI ?, TOUTES C’EST GRAIVES.

    les travaux baclezs, qui a pris la diférance ?.

    les factures guonflezs, qui a pris les diférances ?.

    les progers, de grais a grais, pourquoi ?.

    les hommes, ylitrais, on étais, nomé pour les postes de résponsabilités, puorquoui ?.

    un hommes qui daunes de largent, pour avoire un bon poste pourquoi ?.

    ils faut dire la véritais aux Algériens.

  14. CHEIKH dit :

    Monsieur le Wali si Mérad Brahim apré votre départ de la Wilaya de tiaret, ver la Wilaya de Boumerdes.

    votre remplacent:

    Monsieur le wali Bousmaha Mohamed à «tisser une toile d’araignée» sur une géstion chaotique et catastrophique qui a coûté à l’Etat un préjudice de plus de 75 milliards de centimes.

    préparation pour la visite de Monsieur le Président de la République si Abdellazize Boutaflika.

    alor la surprise pour cette période le Président né jamai venu , vous étier Wali a Tiaret.

    75 miliars jetai dans les poches des voleurs. tous les journaux peuvent confimé ce que je dit.

    AFFAIRE DE L’APC DE TIARET : La chambre d’accusation rend son verdict – [ Translate this page ]L’affaire connue sous le nom de scandale à l’APC de Tiaret, où sont impliqués un chef de daïra, le président de l’APC, six élus, trois fournisseurs et deux …
    http://www.reflexiondz.net/AFFAIRE-DE-L-APC-DE-TIARET-La-chambre-d-accusation-rend-son-verdict_a4493.html – Cached

    Accueil>Revue de presse>Article: La Nouvelle République

    Affaire «APC de Tiaret»
    Les peines confirmées par la cour
    Détournement de deniers publics, trafic d’influence et abus d’autorité, conclusion douteuse de marchés publics, complicité dans diverses malversations, faux et usage de faux et factures fictives tels ont été, pour rappel, les principaux chefs d’inculpation.

    03 Juillet 2010, La Nouvelle République
    Le verdict du procès relatif au scandale des 62 milliards de centimes dit «APC de Tiaret» a été rendu,en appel jeudi matin, par la cour, qui a condamné les principaux accusés, le P/APC déchu B. Omar à la peine de 5 années de prison ferme, assortie d’une amende de un million de dinars et l’ex-chef de daïra, F. Rabie , les deux subdivisionnaires B.M. et Z.A. ( DUCH – DTP ) , et le chef de file Belmouaz appelé le nœud du péché d’origine ont été condamnés a trois ans de prison ferme et une amende assortie de 50 millions de cts.

    Pour le troisième groupe dont le receveur communal Othmane, deux élus G.K., du FLN et L.A., du FNA, et deux autres entrepreneurs G.A. et H.M., ont été condamnés à deux années de prison ferme assortie d’une amende 50 millions de centimes.

    Trois autres élus du conseil communal, B.M., K.M., et B.J., deux entrepreneurs, deux ingénieurs K.A. et B.A., relevant du service technique, ont été condamnés par la même instance judiciaire à la peine de 2 ans de prison ferme et une amende de 50 millions de centimes.

    L’élu Adjoudj Mokhtar, cadre des finances, l’ex- P/APC Kadari Mohamed, sous-directeur à la CNR et Bekkhouche Med Ouahid ont été acquittés. Les huit entrepreneurs ayant réalisé les travaux, le secrétaire général, le chargé du service technique ont été condamnés à une année de prison avec sursis assortie d’une amende de 100.000 DA chacun.

    Deux autres élus, B.J. et B.M., ont été condamnés à une peine de deux ans de prison ferme. Cette sentance a été rendue après une semaine de délibérations ayant suivi le procès, durant quatre jours et à l’issue duquel le représentant du ministère public ayant prononcé un sévère réquisitoire en demandant des peines de un à six ans de prison ferme à l’encontre des prévenus.

    Pour revenir à ce dossier qualifié par les observateurs de lourd scandale, le tribunal de Teniet el Had a condamné, en première instance, trente-deux des cinquante-deux personnes impliquées dans cette affaire à des peines allant de 1 à 5 ans de prison ferme.

    La cour, s’agissant des dédommagements, a condamné les prévenus au versement de trente millions de DA. L’assemblée populaire communale ainsi cicatrisée ne semble plus en mesure de relever la tête de ce verdict pour poursuivre son mandat.

    Les pouvoirs publics qui avaient gelé ses activités en confiant les commandes au chef de daïra vont-ils faire marche arrière à moins de deux années de la fin du mandat ?

    Faut- il signaler aussi que l’hôtel de ville a connu le passage d’un trio de maires de la tendance du gouverneur et avec une guerre intestine soldée par les retraits de confiance et des règlements de compte, ce qui a amené le wali Bousmaha Mohamed à «tisser une toile d’araignée» sur une gestion chaotique et catastrophique qui a coûté à l’Etat un préjudice de plus de 62 milliards de centimes.

    Hamzaoui Benchohra

  15. B. Amar dit :

    @CHEIKH
    Vous ne pensez pas que vous avez trop dit sur la gestion du Wali Brahim Merad à Tiaret ?
    Si j’étais l’administrateur de ce blog, j’adresserais ce message à tous les intervenants:
    Mes chers intervenants,
    C’est par des commentaires précis, circoncis (m’tahrine), circonstanciés, détaillés, prouvés que vous parviendrez à donner une crédibilité sincère à ce blog. Il faut écrire moins pour dénoncer beaucoup. « Pour la Corruption, Rien que pour la Corruption » est la devise propre à chaque responsable algérien « Intègre » à son poste, non à sa Patrie, et qui a l’intention d’obtenir rapidement des promotions vertigineuses.

  16. youcef dit :

    bravo monsieur le wali un bon coup de pied dans la fourmillere, c’est votre temperament car je vous connais , vous étiez notre chef de daira.

  17. l'homme de bouzegza dit :

    A propos de ce qui vient de se passer à Boumerdès, ce n’est pas une découverte, détrompez vous, Monsieur le wali connaissait tout sur les pratiques de ces gens là, comme il se savait qu’il étéait indésirable dans cette wilaya car il a trop géné, en fin de compte il a fini par céder , à travers son geste il a voulu attirer l’intention des administrés de cette wilaya (sans âme) des pratiques courantes surtout surtout en ce qui concerne le foncier et les marchés publics,il y’a qu’à voir ke terrorisme qui niche dans ses faubourgs manipulé au gré de besoin
    les rapaces (tous corps confondus) qui ont mis main basse sur la montagne Bouzegza………

  18. Merci

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  19. kabiche youcef dit :

    Franchement je ne crois pas un mot de tout ce mic mac !! Le directeur des domaines incriminé , Monsieur AMAROUCHE Djamel qui était précédement directeur des domaines de Tizi Ouzou est un multirécidiviste , un véritable mafieux du foncier avec ses acolytes et je suis sur qu’ils continueront à nager dans les eaux troubles et vaseuses de nos administrations gangrénées par le fléau de la corruption.L’individu AMAROUCHE Djamel ex directeur des domaines de Tizi Ouzou écumait les bars de nuit de la ville de Tizi Ouzou et de la région .Il a pratiqué des malversations concernant des terrains domaniaux à Azzeoufoun , à Azzazga et ailleurs.Des dossiers complets ont été transmis à qui de droit et ni lui , ni ses associés dans ces malversa

  20. CHEIKH dit :

    Le wali de Boumerdes: «Je suis entouré par une vraie association de malfaiteurs.

    BONJOUR.
    chers journalistes, pourquoi le méssage de Monsieur le Wali,na pas étais, sensurais.

    par conte les méssages des Citoyens,on étais sensurais???.

    nous sommes dans un pay de doi,et de loi.
    vous étent la lumière du Citoyens. c’est limage ou Journalistre,qui sera flou.

    la démocraci c’est quoi.
    ou et la vrais démocraci.

    mais l’osque les lécteurs constate c’est anomali,baucous de quéstions cerant poser
    aux Journalites, mais pas aux lécteurs.

    signier Cheikh Khaled de Sougueur.

  21. monsieur le wali de boumerdes dit :

    le premier wali parton a chaque renconte il parle de mouharabate el fassade mai il n a rien fait par contre des autorisation de sable et autre en faut et usage de fau des autorisation pour les p apc de circuler avec des voiture de lux des a

  22. hamed dit :

    YA HESRA !!!!!YA HESRA ! ALLEZ OUVRIR LE DOSSIER DES DECISIONS DE CHALETS POUR VOIR LES SALETES DES PRESIDENTS D’APC ET DE LALA DE LA DAIRA ,30 HA OUI C’EST UNE UTILITE PUBLIQUE
    WINE RAK YA BOUTEFLIKA ???????????

  23. wimdar dit :

    bonjour (je m’adresse au wali de boumerdes )
    je voulais ecrire et dire ce que je pense , nous vivons dans une societe pourri de corruption ,ou on laisse pas les gens califier traviller ,dans le domains du batiment et surtout les etudes ,les projets sont attribue par piston meme si le projet ne voeux rien , réssament dans un concour avec la DLEP de boumerdes (projet institut ) nous somme classé premier en architecture mais le projet est attribue un autre bureau d’etude sous pretexte que quelques pages du dossier administratif ne sont pas légalisées,le pire dans tout ça et que le projet selectionner na aucune valeurs architecturale , ou va l’algerie !!!!!!

  24. CHEIKH dit :

    cher Monsieurs,et Dammes merci pour la sençure.ou et la démocraci, chafafia ouel adala.la vérité blesse.mes chez Dieu le tous Pouisson en ne peut rien cachez.larticle du Wali na pas étai sonçuré pourquoi??…

  25. CHEIKH dit :

    28 octobre, 2010 | 9:41
    Le wali de Boumerdes: «Je suis entouré par une vraie association de malfaiteurs.

    BONJOUR.
    chers journalistes, pourquoi le méssage de Monsieur le Wali,na pas étais, sensurais.

    par conte les méssages des Citoyens,on étais sensurais???.

    nous sommes dans un pay de doi,et de loi.
    vous étent la lumière du Citoyens. c’est limage ou Journalistre,qui sera flou.

  26. labiod fatiha dit :

    Je ne connais pas les détails mais j’ai eu , malheureusement , à connaitre ce directeur des diaines de la wilaya de boumerdes ce AMAROUCHE Djamal qui est un véritable ripoux qui agissait en toute impunité parce qu’il était couvert par son associé SEMAH Aissa qui était son patron au niveau du ministère des finances.Je n’entrerai pas dans les détails parce que ce que ce AMAROUCHE Djamal a tenté de faire est irresponsable.J’espère qu’il sera jugé et qu’il écopera dce la peine qui lui permettra de réfléchir en prison à tout le mal qu’il a fait aux citoyens.

  27. Hamiani Rachid dit :

    Je suis entièrement d’accord avec vous Monsieur ! Pour une fois qu’un Wali honnête dénoncent ses collaborateurs corrompus il se trouve des gens pour defendre les trafiquants !! Honte à vous ! Il faut faire la guerre aux corrompus et aux corrupteurs comme ces gens : AMAROUCHE DJAMAL, KABICHE YOUCEF , LASKRI SAID , RABIA ALI , SEMAH AISSA directeur des domaines au niveau du ministère ! C est une véritable association de malfaiteurs , de corrompus et de corrupteurs milliardaires sur le dos du peuple algérien .Il faut que ces gens soient jugés par la justice algérienne.

  28. MAHBOUB Mansour dit :

    YA HESRA WECH IDJIK ME WLID EL KELBA Qu’attendez vous des chiens ? Walou parceque l’Algérie est dirigée par des voyous alors quand je lis des affaires qui concenrne le directeur du domaine de boumerdes YA HESRRA il a voulu me prendre des millions il m a dit je vais te donner le terrain pour ton projet et il m a rien donné moi je l ai invité dans des restaurants a alger il aime boire l’alcool heureusement je lui ai pas donné de l’argent tant qu il ma pas donné le terrain,c est un grand voyou Amarouche Djamel qu’il mérite cette affaire alors bravo monsieur el wali de boumerdes allah ibarek

  29. benhella dit :

    Monsieur MERED ex.wali de tiaret:les tiaretiens pleurent votre départ monsieur le wali.bonne chance a boumerdes et dieu vous protegera des escrocs.

  30. Anonyme dit :

    Monsieur benhella à dit ???
    11 mars, 2011 | 5:39
    Monsieur MERED ex.wali de Tiaret:
    les Tiaretiens pleurent votre départ Monsieur le wali.bonne chance a Boumerdes et dieu vous protegera des escrocs.

    BONJOUR A VOUS TOUS.

    Cher Monsieur Benhella, je croi que vous vivais dans une autre planette.

    dite là vérité aux lécteurs du confli entre

    Monsieur le Wali Méréd Brahim et Monsieur Kada Kadour Président
    de l’A P W de la Wilaya de Tiaret
    voir les journaux

    e quotidien D’Oran du mardi 25 mai 2004 N° 2857

    du mercredi 26 mai 2004 N° 2858

    du mercredi 09 juin 2004 N°2870

    du dimenche 06 juin 2004 N° 2867

    VOICI : deux éxemples dans le journal du mardi 25 mai 2004 N° 2857 Monsieur le Wali à déclaré :

    comment voulez-vous que je travaille dans des conditions acceptables quand le premier élu de la Wilaya qualifie mes visites sur le terrain à travers les communes de la Wilaya
    de promenades agrémentées de giga-méchouis…a fulminé le Wali.

    grace à l’embassadeur Monsieur Hadjar Abdelkader et Monsieur Abdellazize Belkhadem, quis on réglez le confli, entre Monsieur le WALI et le président D’A P W voir le journal quotidien D’Oran du dimenche 06 juin 2004 N°2867.
    une très grande Histoire

    apré la mutation de Monsieur le Wali ver Boumerdesse:

    il à déclaré je quitte Tiaret avec un pincement au coeur.
    voir journal Tiaret info el WAtan du dimenche 25 mai 2008 N° 5335.

    A vous Monsieurs, Dames de deviné.

    il ma fait courire ma pleinte sera devant Dieu je lui pardonne jamai, je ne sui pas le seul.

    tous nos biens titrés je dit bien titré ons étais détourné avec des documents trafiqué par deux directeurs de la Wilaya de Tiaret,le Wali à fait la soude oreille l’osqu’il étai à Tiaret.

    voir el Watan Tiaret info du dimenche 25 mai 2008 page 11 N°5335 Monsieur le Wali BRAHIM MERED,qui avait fait valoir ses droits à la retraite depuis sa révocation par la présidence pour des raisons qu’il dit ignorer ???.

  31. MAJ dit :

    La justice annule l’arrêté de concession

    La chambre administrative près la cour de Boumerdès a annulé, avant-hier, l’arrêté de concession de gré à gré de 30 hectares attribués à un privé pour la construction d’un marché de gros à Ouled Moussa,

    http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=153382

  32. MAJ affaire Labelle Ouled Moussa dit :

    La justice a également annulé la publication des deux arrêtés d’expropriation portant les n°491/09 et 492/09 datés du 16 mai 2009 qui ont permis l’établissement de l’arrêté de concession. La justice a jugé “illégale” la publication de ces trois documents, une décision qui permettra aux services de la wilaya d’annuler l’ensemble des documents liés à ce dossier qui a défrayé la chronique à Boumerdès. Cette sentence va enfoncer les cadres de la wilaya impliqués dans l’établissement de ces documents qui seront jugés dans un autre procès lié à la même affaire. Pour rappel, les gendarmes, qui ont enquêté durant plusieurs mois sur cette affaire, ont relevé plusieurs anomalies, à commencer par la décision d’expropriation qui nécessitait obligatoirement un décret présidentiel comme le mentionne le décret exécutif n°08/2020 du 7 juillet 2008 complétant le décret 93/186 du 27 juillet 1993 déterminant les modalités d’application de la loi 91/11 fixant les règles relatives à l’expropriation pour cause d’utilité publique. Mais ce n’est pas seulement ce décret qui n’a pas été respecté ; plusieurs lois, décrets et circulaires cités par ces enquêteurs auraient été transgressés dans cette opération.
    Ainsi, il a été relevé que les arrêtés d’expropriation signés par le secrétaire général de la wilaya ont été pris en violation de l’article 15 de la loi 08/16 du 3 août 2008 portant orientation agricole. En plus, ces documents devraient être signés uniquement et seulement par le wali de Boumerdès conformément à l’article 2 du décret exécutif 08/202 du 7 juillet 2008.
    suite
    http://www.liberte-algerie.com/edit_archive.php?id=153382

  33. kamel dit :

    c’est avec un grand soulagement que je porte pour ces gens de l’administration algerienne de 2011,des gens sans scrupule qui sussent le sang des algériens avec des malversations et corruptipons que tous le monde connait mais ne dénonce pas car tout un chacun trouve ses prorogatives dans la corruption et la dilapidation des deniers publics au détriments de l’avenir du pays et des générations futurs,mais ce qui porte à dire que la suite de ces affaires de corruptions ne prennent pas l’allure au sérieux dans les trébunaux car il y a trop d’enjeux.De ce fait pour éradiquer à tout jamais ces pratiques qui nuisent au pays et au peuple il faut une constituante et un changement radicale demacratique ou le vrai algerien se voit dans ce projet.vive les martyrs et vive l’algerie

  34. Anonyme dit :

    08-06-2011
    Bonjour à vous Tous.
    c’est la deusièmes censure des articles, des l’écteurs pour quoi,ou et chafafia,etla vrai démocraci,mai larticle de Monsieurle Wali il et résté entacte,pourquoi.
    il faut léser tous, ou suprimé tous.
    nous somme dans un éta de loi,et de droi.
    la loi doit étre apliqué pour tous.
    pas de favorisme, nous somme en 2011,et non en 1990.sahbi sahbek.c’est limage des résponsables de ce blog qui sera flou.

  35. ouf un espoir dit :

    un grand bravo monsieur meradi wali de la wilaya de boumerdes enfin un grain d’espoir vient de jaillir dans le ciel des pauvres algériens nous avons pas l’habitude d’entendre ni de voir des responsable de cet auteur dénonce leur secrétaires ou d’autres responsable sincèrement c’est très encourageant monsieur le wali encore une foi bravo.
    Maintenant je suis habitant de la cité 20 août de boudouaou je vous invite a venir circuler il ne serait ce en privé voir la misère que ces minable citoyens vivent toutes les quatre saisons de l’année lles chutes d’électricité son constamment répéter les routes son des oueds pratiquement impraticable le gaz nous a étés imposer a payer les branchements a 1515000.00 DA le branchement.
    je vous prie Monsieur de bien verifier cette situation des responsables de la commune de Boudouaou que je considère la dernière sur l’échelle National. Merci

  36. BOURAS Kamel dit :

    Il faut arrêter de se moquer du peuple en publiant des articles pareils car tout le peuple algérien sait bien que tous les responsables algériens sont des voleurs et pas uniquement les gens que vous venez de citer et que je connais parfaitement du fait que nous dépendons du même ministère des finances et que j’ai moi même travaillé à Tizi-Ouzou et que par conséquent je connais très bien les gens impliqués dans ces affaires scabreuses.Oui je connais LASKRI Said directeur des domaines de la wilaya de Tizi-Ouzou grand traffiquant et qui a fait plusieurs années ded prison quand il était directeur des domaines de la wilaya de Tipaza pour vente pour son propre profit de terrains appartenant à l’état.Je connais aussi AMAROUCHE Djamel ex directeur des domaines de Tizi Ouzou puis directeur des domaines de Boumerdes ou il a été impliqué dans le grand scandales des 30 hectares de terrains agricoles cédés au groupe  » La Belle » moyennant quelques centaines de millions de pots de vin .J’ai aussi bien connu KABBICHE Youcef sous directeur des opérations domaniales à la direction des domaines de Tizi-Ouzou impliqué dans de grandses affaires foncières à Azefoun,Azazga et surtout concernant ce que l’on appelle communément dans le jargon  » les délaissés de route  » ;un jour viendra où tous ces corrompus paieront mais pour le moment ce fonctionnaire indélicat répondant au nom de KABICHE Youcef vient d’être promu directeur des domaines de la wilaya de Souk Ahras : il faut comprendre par la que le crime paie bien.Je connais aussi l’ivrogne LOUANCHI Rachid qui a fait dans de nombreuses magouilles foncières et immobilières tant à Tizi-Ouzou que dans les sous directions ou il a exercé (Tigzirt etc ….).Je connais auusi le nommé LEMDANI inspecteur des domaines de Tizi-Ouzou impliqué dans des affaires foncières à Tizi-Ouzou.Je connais aussi l’expert privé répondant au nom de MOHIA Mouloud associé de ce groupe de trafiquants dans des affaires d’accaparement de biens de l’état aux fins d’enrichissement personnel.Mais il faut préciser que tout le monde les connait aussi et connait toutes leurs magouilles et leur train de vie qui n’est pas en rapport avec leurs salaires de fonctionnaires de l’état.

  37. Aichour Mohand dit :

    Depuis l’indépendance de l’algérie en 1962 nous assistons à ces opérations de tappe à l’oeil pour tromper le peuple en dénonçant des petits trafiquants comme ces AMAROUCHE Djamal, LASKRI Said , RABIA Ali , SEMAH Aissa que je connais d’ailleurs personnellement qui était cadre supérieur au niveau de la direction centrale des domaines au niveau du ministère des finances.Je reconnais que ce SEMAH Aissa est un grand voleur,un véritable mafioso.Il a détourné énormément de foncier et del’immobilier.Effectivement il a tissé une toile d’araignée avec des directeurs de wilaya qu’il choisissait personnelement ( Tizi Ouzou,Boumerdes, Bouira,Bejaia ) ces 4 wilaya étaien t sa chasse gardée et il profitait de ses hommes pour entrer dans des coopératives immob ilières par le biais desquelles il a constitué un énorme patrimoine immobilier (plus de 40 appartements) dans les wilayas de Bejaia,Boumerdes et Tizi Ouzou.Ses hommes étaient RABIA Ali, AMAROUCHE Djamel, LASKRI Said etd’autres faire valoir.Prions pour qu’à l’orée du 3e millénaire notre cher pays l’Algérie se débrrasse de ces pilleurs qui privent la jeunesse algérienne du développement et qui poussent nos jeunes à lexil.

  38. Mokhtar Amari dit :

    C’est une nouvelle mascarade ; un article sur le journal en 2010 annonce une grosse affaire de corruption du Secrétaire général ainsi que du Directeur des domaines de la wilaya de Boumerdes et nous voici 2 ans après à discerter sur le net alors que les voleurs sont oubliés et toujours en liberté.Aquoi cela sert il donc d’accuser AMAROUCHE Djamel , LASKRI Said ,KABICHE Youcef , SEMAH Aissa , LOUANCHI Rachid et autres LEMDANI pour rien ??? Ces escrocs jouissent d’une impunité totale et absolue alors il faut arrêter de leurrer le peuple en lui faisant croire que les voleurs , les pilleurs ded l’Algérie vont un jour payer.Ils continueront à voler impunément et ne rendront jamais compte devant la JUSTICE ALGERIENNE car ils ont l’argent qui leur permet d’acheter les juges , les procureurs et tous les magistrats .

  39. zorrokabyle@yahoo.fr dit :

    MOHIA mouloud ce grand corrompu! (sa propre femme lui a donner un coup de pied) il a toujours manger du pain sale ce salaud! son grand complice AMAROUCHE DJAMEL! mais je vous assure qu’ils vont tous payé!

  40. bref dit :

    je vous pose une question vs qui êtes persuadé les accusées sont coupable … pensez vous que ces accusées sont aussi con pour pour faire une tel démarche en pensant s’en sortir !!! faut rien avoir dans la tête pour osé penser comme tel
    de tout façon moi je suis sure même quasi certain de l’innocence des ces dit » malfaiteur … parce-que l’un d’eux et mon père!!

  41. Benyebda Mokhtar dit :

    Le procès de AMAROUCHE Djamel le grand corrompu directeur des domaines de la wilaya de Boumerdes vient de commencer.Mais je ne pense pas qu’ils vont être lourdement condamnés parce qu’ils appartiennent au système et il faut savoir que les gens du système ne s’entre tuent jamais.Donc je pense que ça va être un procès bidon; ce AMAROUCHE Djamel il est très connu comme un grand corrompu avec son accolyte MOHIA MOULOUD qui exerce toujours à Tizi Ouzou et qui bénéficie de marchés qui s ‘élèvent à des centaines de millions de dinars ( des milliards de centimes)de la part de la wilaya de Tizi Ouzou … donc il ne faut pas se moquer des gens simples comme nous en leur faisant croire qu’il y a une justice.Aujourdhui son remplaçant c’est LASKRI Said , un directeur qui a déjà fait de la prison pour ses magouilles dans la wilaya de Tipaza !!! Et on veut nous faire croire que le temps du changement est arrivé ??? Il faut raconter tout çà aux naïfs !! Qu’en est il de SEMAH AISSA , le grand cerveau , le chef d’orchestre de cette bande mafieuse à l’époue où il était Directeur central des domaines au Ministère des finances ? Un tres grand corrompu ivrogne qui s’est aujourdhui caché derrière la religion.Qu’en est il de RAZBIA ALI un grand corrompu notoirement connu . Qu’en est il de LOUANCHI RACHID notoirement connu pour ses malversations.Qu’en est il de LEMDANI connu pour ses grands trafics.Alors il faut arrêter ce jeu de faire croire au peuple que les voleurs sont jugés , c’est faux

  42. samia dit :

    Tout cela est tres beau pour faire simplement croire aux naifs qu’il y a vraiment une justice. Il n’y a pas de justice des braves, au bled, il y a une justice de voleurs et de rendement de comptes entre certains individus malfaiteurs ou clans louches. C’est tout ! C’est comme le dossier des harkis et des moudjahidines. Qui est harki et qui est moudjahid, allez le savoir? Tout est de la mascarade politique assaisonnee a la hogra

  43. Hallallou dit :

    Merci beaucoup pour ce précieux travail, je suis moi même victime d’une des manoeuvres de Mr. amarouche Djamel qui m’avait établi un faux document qui n’a aucune valeur juridique depuis janvier 2008 pour un projet de traitement des déchets à Oued Falli. le comble c’est son succésseur continue à travailler en faisant semblant pour me décourager. Merci à toute personne pouvant m’instruire des agissements de ses personnes pour mieux muscler ma procédure judiciaire très prochainement.Salutations

  44. Benrahal dit :

    Bravo M. Merad wali de boumerdes, quand tu viens à marseille à la maison manger des merguez au barbecue!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER