Benbitour: Ignorant ou falsificateur de l’histoire nationale

benbitour.jpgMaamar BOUDERSA pour « Algérie Politique »

 

Ahmed Benbitour, l’ancien chef du gouvernement, l’ancien plusieurs fois ministre (ministre délégué au Trésor dans les gouvernements de Sid Ahmed Ghozali et de Belaid Abdesselam, ministre de l’Energie dans celui de Rédha Malek, ministre des Finances dans celui de Mokdad Sifi), l’ancien sénateur par décret, l’ancien élève de Camdessus, le DG du FMI, a signé une chronique dans le quotidien « Liberté » dans son édition du jeudi 14 octobre 2010 consacrée aux leçons à tirer de la crise de 1953-1954.

Benbitour, depuis qu’il a quitté le pouvoir est devenu un opposant, un penseur, un analyste et un stratège politique. Mais ceci est un leurre, car Benbitour, par cette chronique, a montré, soit qu’il ignore l’histoire nationale, soit qu’il veut la falsifier comme les autres. 

Voici ce qu’il écrit: «Et c’est dans cette ambiance de désespoir total que neuf jeunes ont pris leur responsabilité devant l’histoire et ont créé le comité révolutionnaire d’unité et d’action en mars1954». A la fin de la chronique, il cite les noms des neuf jeunes qui sont: Aït Ahmed, Benbella, Krim, Beboulaid, Ben M’hidi, Bitat, Boudiaf, Didouche et Khider.

Comme les autres, Benbitour ne cite pas ses sources et les sources de cette nouvelle découverte historique qui est, soit une nouvelle falsification de notre histoire nationale, soit une ignorance crasse de cette même histoire. Dans ce cas, Benbitour prend ses ignorances pour des connaissances; c’est-à-dire qu’il confirme qu’il est un charlatan, comme je l’ai montré dans mon livre « Le FMI, ce monstre de Paris », où j’ai démontré que ce monsieur ne connaît pas la définition du rééchelonnement et ses conséquences.

 

Revenons à ce qu’il a écrit pour vérifier la véracité des faits ou leur contraire, c’est-à-dire leur fausseté. Pour cela, j’ai pris quelques sources historiques laissées par des acteurs, des témoins ou des contemporains de l’évènement. 

La première source est Mohamed Boudiaf qui aborde l’histoire de la fondation du CRUA (Comité Révolutionnaire d’Unité et d’Action), dans son livre « Où va l’Algérie ». Voici ce qu’il écrit à ce propos: «C’est pourquoi parler des membres du CRUA, en dehors du comité est inexact. Ses quatre membres, deux anciens responsable de l’organisation Spéciale (OS) et deux responsables de l’organisation politique étaient: Dekhli Mohamed, Ramdane Alias Amri, Benboulaid Mostefa et moi-même.» Voici les noms et le nombre des fondateurs du CRUA qui sont différents de ceux que cite notre nouvel historien. 

             

Une deuxième source est constituée par le livre « Aux origines du premier novemebre 1954″ de Benkhedda, ancien SG du MTLD, ancien président du GPRA, un acteur et un témoin de la crise de 1953. 

Au chapitre consacré à la fondation du CRUA, il aborde les réunions préliminaires et  cite les noms de Mohamed Boudiaf, Mostefa Benboulaid, Mohamed Dekhli et Ramdane Bouchbouba. Cette composante est la même que celle donnée par Boudiaf, à l’exception du nom de Ramdane. 

La troisième source est Ahmed Mahsas, dans son livre « Le mouvement révolutionnaire en Algérie ». Au chapitre consacré à la fondation du CRUA, il cite quatre personnes qui sont: Boudiaf, Benboulaid, Dakhli et Bouchebouba. C’est la même liste que donne les deux premières sources.

Une quatrième et dernière source est constituée par le livre de Aissa Kechida « Les architectes de la révolution ». Au chapitre réservé à la création du CRUA, il écrit: «Ainsi naquit le Comité révolutionnaire pour l’unité et l’action le 23 mars 1954. Cette structure, composée de Boudiaf, Benboulaid, Dekhli et Bouchebouba…» 

Ces quatre sources confirment bien que le CRUA a été fondé par quatre personnes et non pas par neuf comme le prétend notre charlatan. La liste qui le compose n’est pas celle citée par l’ancien chef du gouvernement.

 

Ce charlatan, en économie et en histoire a donné la liste de la première direction du FLN historique, avec les responsables des cinq wilayas historiques: W1- Beboulaid, W2-Didouche, W3-Krim, W4-Bitat, W5-Benm’hidi, trois membres de la délégation extérieure (Aït Ahmed, Khider et Benbella) et enfin un coordonnateur national, Boudiaf. 

Notre charlatan a fait une confusion impardonnable entre CRUA et FLN,, falsifiant ainsi l’histoire par ignorance ou de bonne foi pour tromper ses lecteurs et l’opinion nationale, comme il l’a fait pour les « bienfaits » du rééchelonnement. 

Benbitour, ce charlatan avéré, est le prototype de cette élite du pouvoir qui a usurpé des fonctions, des titres, pour tromper le peuple algérien et le soumettre  son ignorance et charlatanisme dans tous les domaines, y compris en religion, de la vie en société.

Commentaires

  1. azziz dit :

    Mokhtar ou Mohamed Dekhli ?

  2. star dit :

    Au fait que veut encore cet « homme » lui qui n’a pas pu diriger un gouvernement !? et a démissionné !!!!???
    sans avoir le courage de dire au peuple pourquoi..!!! houste….

  3. NARMOTARD dit :

    « Benbitour: Ignorant ou falsificateur de l’histoire nationale », dites-vous.

    Sincèrement, je doute jusqu’à plus fiable, plus objective et moins subjective argumentation du plaidoyer de mr Maamar Boudersa.

    J’ai sollicité le témoignage de monsieur Méchati Mohamed, un des militants et membres de l’Organisation spéciale (OS) du parti du PPA-MTLD, du groupe des 21, dit « groupe des 22″.

    J’ai compulsé son récent livre-témoignage autobiographique, intitulé sobrement :
    « Parcours d’un militant ».
    Editions Chihab, 2009.

    L’auteur affirme que:

    1°- L’idée initiale de la création ou bien de la fondation du Comité Révolutionnaire pour l’Unité et l’Action, (CRUA), reviendrait au seul secétaire général du parti PPA-MTLD, monsieur Lahouel Hocine.

    En mars 1954, Lahouel Hocine aurait rappelé à Alger monsieur Boudiaf Mohamed qui était en France, pour le charger de la mission de réorganiser d’urgence l’OS, dissoute en 1950.

    Boudiaf convoquait à son tour à Alger, dans la maison du militant Derridj du Clos Salembier, 16 militants du Constantinois, 4 de l’Algérois et un de l’Oranie, soit 21 en tout qu’il avait cooptés et réunis pour adopter, par vote à bulletins secrets, la Direction composée de deux membres élus qui seront Benboulaïd Mostefa et Boudiaf Mohamed.

    2°- Le CRUA était composé de 4 membres dont deux représentant l’OS, Boudiaf Mohamed et Benboulaïd Mostefa, et deux représentant le Comité Central, (CC), Bachir Dekhli et Ramdane Bouchebouba alias Lamri.
    (Il s’agit bien de Bachir et non pas de Mohamed Dekhli).

    Ainsi, ce qui diffère dans l’interprétation de maître Boudersa, au vu du témoignage vivant de Méchati Mohamed, c’est que le premier estime que les 4 membres en question avaient créé le CRUA et que pour le second, ils ne l’auraient que meublé de leur présence organique.

    D’autre part, mr Boudersa insiste à faire un parallèle comparatif imaginaire entre les 4 sus-cités et les 9 cités par Ghozali, me semble-t-il.

  4. NARMOTARD dit :

    « NB: Je m’excuse pour l’erreur de transcription qui glissée à la fin de ma seconde intervention où il lire « Benbitour » au lieu de « Ghozali ». MERCI

  5. Belhadi dit :

    @ Narmotard :

    Pour qu’on puisse vous suivre et comparer les différentes versions, il faut dater les évènements. Date création CRUA et date réunion des 21.

    Le vote à bulletins secrets des 21 a été refait 3 fois : il semblerait que Benboulaïd qui était chargé d’ouvrir et de lire secrètement les bulletins, voyait à chaque fois sortir son nom. Et chaque fois, ne voulant pas être juge et partie, il refaisait le vote pour quelqu’un d’autre sorte des bulletins. A la troisième fois, de guerre lasse, il a dit que la majorité a été donnée à un candidat et a informé en secret Boudiaf pour lui dire que c’est lui qui a été élu. En fin tacticien, il a gonflé l’ardeur de Boudiaf dont l’égo aurait peut-être souffert s’il avait appris que c’est Benboulaïd qui avait été élu. Ce n’est évidemment qu’une supposition plausible à faire vérifier par les acteurs vivants comme Mohamed Mechati.

  6. NARMOTARD dit :

    « NB: Je m’excuse de l’erreur de transcription qui s’est clissée à la fin de mon intervention précédente. Au lieu de « Ghozali », je voulais dire « Benbitour ». Merci.

  7. boudersa maamar dit :

    Bonjour Mr.Inconnu Mr. l’inconnu: tu confonds entre le CRUA, le FLN et la réunion des 22. Tu fais comme Benbitour que tu défends, agissant en son nom comme un avocat devant un tribunal.
    Le texte du charlatan en histoire est là. Les sources citées sont là. La conclusion est facile à faire. Je n’ai pas abordé la question de l’émanation des idéees de création du CRUA, de la réunion des 22, etc…La chronolgie des évènements est telle que la crise du MTLD, suite à sa scission entre centralistes et messalistes a donné naissance au CRUA qui voulait recréer l’unité, d’où l’existence du U. Après l’échec du CRUA qui a été dissout, il y a eu la réunion des 22 qui a dégagé un noyau qui se nommera FLN. En comparant les noms des fondateurs du CRUA et du FLN, on conclut très vite qu’il s’agit de deux entités distinctes par leurs buts et leurs objectifs. Les confondre, c’est faire preuve d’ignorance et de charlatanisme, voire de falsification. Bon courage messieurs les charlatans,les falsificateurs et les confusionnistes.

  8. biroua dit :

    vous dites falsif ou charl qui est de quel rang pour que tu puisses digirer de ue font ou fait

  9. DEKHLI Redhouane dit :

    Laisser mon ocle tranquille, il a été enterré dans l’anonymat total le 31.12.2011…En plus il s’appelle bien Mohamed DEKHLI (dit si bachir)…

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER