• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 19 octobre 2010

Archive pour le 19 octobre, 2010

Université Mohamed Seddik Benyahia (Jijel)

jijel.jpg

Photo (Facebook)

Exclusif: Djezzy espionne ses clients au profit de businessmen

mehdi.jpgNous apprenons d’une source sûre que des hauts responsables de l’opérateur de la téléphonie mobile Djezzy transmettent, en violation totale de la loi, des informations confidentielles sur les appels téléphoniques qu’effectuent leurs clients au profit de businessmen avec lesquels ils travaillent. Une telle pratique immorale relève de l’espionnage !
Nous pouvons comprendre que des dirigeants d’une entreprise de téléphonie soient obligés de remettre ce genre d’informations à la justice pour des besoins d’enquête, dans le respect de la procédure prévue par la loi, mais ils n’ont pas le droit de les transmettre à des opérateurs privés. El Mouhtarem

Vieilli prématurément par tant d’années forcées au placard, Sid-Ahmed Ghozali refait surface

ghozali.jpgPersifleur pour « Algérie Politique » 

L’ancien sherpa de Boumediène a convoqué des journalistes pour nous révéler des trivialités. Dans un passé très récent (2008), dans une de ses déclarations solennelles, il s’était présenté aux journalistes comme un véritable donneur de leçons. La bedaine en l’air, le noeud de papillon toujours scellé au cou et Obama sur la couverture d’un magazine posé incidemment à côté de lui. Toute cette mise en scène pour nous annoncer la main sur le coeur que le changement de régime est une question de vie ou de mort.

Question mort il en connaît un rayon. Il était au premier rang du temps où la Stasi algérienne de Boumediène réprimait dans le mépris, la torture et le meurtre de toutes les personnes qui pouvaient un tant soit peu penser à un quelconque changement. Il s’est accroché à son siège bien après la mort de son gourou tout en plébiscitant la totalité des décisions criminelles ordonnées par ses « copains.

(Lire la suite)

Le procès du blogueur Ali Abdulemam est fixé au 28 octobre

abdulmam.jpgAprès 44 jours de détention arbitraire, le blogueur du Bahrein, Ali Abdulemam, comparaîtra devant le tribunal le 28 octobre prochain. Durant sa détention, Abdulemam a subi toutes les formes de torture. Pour rappel, Abdulemam a été arrêté le 4 septembre 2010 au soir pour avoir prétendument diffusé de fausses information sur un site populaire qu’il a créé en 1999, BahrainOnline.org. Ce site est désormais bloqué.

Selon www.blogueurssansfrontieres.org, convoqué et arrêté dans les bureaux mêmes de la sécurité nationale, celle-ci a osé déclaré qu’il s’apprêtait à fuir le pays ! Ali Abdulemam est un militant des droits humains dans son pays, et dénonce régulièrement les exactions commises par les autorités contre la liberté d’expression et les droits humains. Il a créé plusieurs sites web dans ce but, et participe régulièrement aux conférences internationales sur le sujet. Il est notamment actif sur le site de Global Voices Advocacy.

Emeutes de Boudouaou: 30 jeunes manifestants arrêtés

emeutes.jpgAu lendemain des émeutes qui ont éclaté à Boudouaou et Boudouaou El-Bahri, chefs-lieux de communes situés à quelques kilomètres de Boumerdès, trente arrestations ont été opérées parmi les jeunes manifestants. Les habitants des localités ont eu recours à la rue pour exprimer leur colère découlant de la nonprise en charge des revendications liées à l’eau potable, l’assainissement, le revêtement des routes et le gaz de ville. Selon Le Courrier, dans leur mouvement de protestation, les habitants ont bloqué les principaux accès vers l’Est d’Alger, notamment
la RN 5 qui connait un flux important de véhicules qui empruntent cette voie express, à l’aide de pierres, de troncs d’arbres, des pneus brulés ainsi que d’autres objets de fortune.

Les bagarres ne sont pas rangées au FLN

fln.jpg

Sid Ahmed Ghozali: «Nous avons été les harkis du système»

gho.jpg«Je n’ai jamais fait partie du système (…)  Il faut parler de système dans le système et identifier celui et ceux qui prennent la décision. Moi et d’autres, nous n’avons jamais pris la décision. Quelque part, je le dis aujourd’hui, nous avons été les «harkis du système». Nous l’avons servi. De bonne foi, car nous nous croyions commis de l’Etat, d’un Etat. On n’a pas compris que nous n’étions que ses instruments», a déclaré l’ancien chef du gouvernement Sid Ahmed Ghozali dans un entretien accordé hier au Quotidien d’Oran. A croire que les Harkis au temps du colonialisme avaient servi la France de bonne foi. El Mouhtarem 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER