Axa: feu vert pour opérer en Algérie

axa.jpgL‘assureur français Axa a obtenu le feu vert des autorités algériennes pour opérer en Algérie en partenariat avec des investisseurs locaux. Axa devient ainsi le deuxième assureur français, après
La Macif, à être autorisé à s’installer en Algérie après le règlement en 2008 d’un vieux contentieux algéro-français sur les assurances. « Axa a obtenu l’agrément du Conseil national de l’Investissement (CNI) pour lancer ses activités en Algérie », a déclaré à l’AFP le président de l’UAR Lamara Latrous.

Selon M. Latrous, il s’agit d’une approbation préliminaire, en attendant l’accord « définitif » du ministère des Finances. « L’opération est en bonne voie », a-t-il précisé.
Le groupe Axa détiendra 49% du capital de cette filiale, conformément aux dispositions de
la Loi de finances complémentaires (LFC) de 2009, qui prévoit notamment que l’Algérie conserve la majorité du capital (51%) dans tous les projets d’investissements impliquant des étrangers.

L’Algérie et
la France avaient signé en avril 2008 à Paris une convention apurant le contentieux entre les deux deux pays né en 1966 de la nationalisation des compagnies françaises d’assurance en Algérie. Les assureurs français ont dû alors arrêter leurs activités dans ce pays et le gouvernement algérien a confié aux assureurs nationaux le versement des rentes (accidents de travail) et l’indemnisation des sinistres à leur charge. Les cinq compagnies d’assurances françaises qui avaient signé la convention de 2008, Axa, Groupama, Aviva, AGF et MMA, sont les héritières des sociétés présentes en Algérie en 1966. Le chiffre d’affaires du secteur des assurances était de 76,5 milliards de dinars (730 millions d’euros) en 2009 contre 67,9 milliards de dinars en 2008, soit une hausse de 12,8%. AFP 

 

Commentaires

  1. Ran-Gate dit :

    Ce sera un échec certain pour AXA à moins que son agrément porte sur les différentes branches excépté l’automobile!! L’environnement du secteur des assurances n’est pas encore prêt pour accépter la concurrence .Ses « cadres », toutes compagnies confondues, sont habitués à « diriger » du haut de leur  » perchoir » sans jamais descendre sur le terrain.
    Pour preuve, la situation dans laquelle se débattent les compagnies privées .

  2. ..gjingis dit :

    ILS VONT VOUS RENDRE VISITE C EST NOSTALGIQUE NON?VOUS ALLEZ PAYER SANS PITIÉ POUR AVOIR A LA FIN UN GRAND RIEN
    C EST DE LA PIRE ESCROCRIE.
    ESSAYEZ DE SOULEVER LE PROBLEME DES VISAS.
    CA IL N EN VEULENT PAS MAIS L ARGENT OUI
    PAS DE PROBLEME ILS VONT DEPOSSEDER LES ALGERIENS .
    C EST DE LA PIRE ESCROCRIE DU CIECLE
    AYYA SALAM ALAIKOUM

  3. Haich-Maich dit :

    Les compagnies publics ne veulent pas de concurrents, car ces derniers mettrons à nu leur incompêtence. Les compagnies privées sont encadrées actuellement par les retraités du secteur public. C’est le statu-quo! Les compagnies qui peuvent « changer » le secteur ce sont les compagnies étrangéres à la seule condition de puiser leur recrutement dans la nouvelle génération de cadres algériens, qui malheureusement sont marginalisés au sein du secteur public.

  4. MOIMOI dit :

    Ce secteur est gongrener,par des magouilles des grands patrons de compagnie publics et privées car tous se negocie moyenant BAKCHICHE, et sans parler de detournements et plus graves encores compromis d’affaires des responsables qui vendent les affaire déjas assurés dans leurs compagnies a des courtiers pour del’argents, AXA est elle ange ou dement, sa depend des interlocuteurs algeriens s’ils sont a vendre car tous se vend en algerie par l’argent mm les grandes decisions politique.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER