Les huit non-jeûneurs relaxés par le tribunal d’ Akbou

ramdan.jpgPoursuivis pour atteinte à l’un des préceptes de l’Islam, les 8 jeunes prévenus, arrêtés le 31 août dernier dans la localité d’Ighzer Amokrane, 60 km à l’ouest de Béjaïa, ont bénéficié d’une relaxe au terme d’un procès qui s’est tenu hier au tribunal correctionnel d’Akbou. C’est en vertu de l’article 144 bis 2 du code pénal qu’ils ont été poursuivis mais, selon leurs avocats, la cour, ayant constaté le défaut d’infraction et l’absence d’éléments légaux, a estimé qu’elle ne pouvait condamner des citoyens pour non-observation du jeûne, car cela relève de la conviction intime, rapporte El Watan.

Commentaires

  1. slam dit :

    Que de temps perdu pour ces pauvres malheureux trainés en justice pour n’avoir pas observé le jeun pour lequel ils ne sont pas convaincus!
    Où le droit de conscience dans notre pays?

  2. Anonyme dit :

    Aucune position du F.F.S concernant ce sujet,Pour quoi?!

  3. Anonyme dit :

    @ Anonyme ( l’autre , pas moi !)

    « BOU KISTIOU  » qu’il faut poser à notre cher( sans « E » , je précise !) T A O U S …..

  4. Youva dit :

    Le pluralisme cultuel doit être soutenu.
    C’est aussi ça la laicité, une laicité
    tolérante.

    L’égalité cultuelle doit accompagner cette exigence. Il faut mettre fin à la
    consécration de la domination d’une
    religion sur les autres rites ou cultes.
    Faut-il rappeler que deuxles premières religions des Berbères ,ce sont le
    Judaisme et le Christianisme. Des milliers de familles s’étaient judaisées ou christianisées .Elles gardent encore
    les noms.

    Mais, l’exigence principale de l’Etat
    de droit (à construire),c’est la promotion de la sciences,du rationalisme,de l’esprit laique, de la libre pensée,donc une place prépondérante aux athées et agnostiques.

    C’est ainsi que le spectre de l’islam
    extrémiste dépérera…

    Bien sur, la crise est fondamentalement
    politique,mais multidimensionnelle par
    son ampleur .

    Toutefois, le « front idéologique » ne
    doit pas être refoulé…

    Les paretis ne doivent pas craindre de mesure leurs » champs d’audience réelle »

  5. Ran-Gate dit :

    L’ajout de l’art. 144 bis 2 en 2006 confirme la tendance de l’APN : Assemblée non tolérante donc intégriste.
    L’application de cette article est rejetée en Kabylie ( Akbou et Ain El Hammam) et appliquée ailleurs ( Oum El Bouagui, Biskra, Tiaret….).Alors ?
    Les lois de la république ne s’appliquent pas pour tous les citoyens?
    C’est de la descrimination!

  6. fadel dit :

    apparament le système mafieux n’arrive pas assoir completement sa dictature en kabylie et c’est tant mieux ,par contre, il continue de distribuer la hogra équitablement parmi le ghachi sur les autre régions du pays.

  7. Ouriachi dit :

    Qui n’aimerait pas voir son pays se développer, progresser, devenir une nation respectable, moderne et prospère? : créer des richesses, et faire bénéficier tous ses compatriotes. C’est le souhait de tout un chacun. Même le scorpion des hauts plateaux algériens le souhaite. Pour réaliser ce rêve, il faut une toile politique de fond avec une transparence, une vision, une accountability, une bonne gouvernance, une bonne gestion des affaires du pays, et une bonne politique transparente de recrutement. En Algérie, il y a des hommes et femmes capables et compétents, et peuvent la différence. Mais, ils sont très mal utilisés. Un pays est une organisation. Qui dit organisation dit système politique, leadership et management. N’importe quel spécialiste d’organisation nous affirmera qu’il y a deux sortes d’organisations : une organisation fonctionnelle et dysfonctionnelle. Une organisation fonctionnelle fonctionne et crée des richesses et opportunités. Par contre une organisation dysfonctionnelle échouera tôt ou tard, même si on y injecte tous les ressources du monde. Un individu compétent va amener sa valeur ajoutée dans la première, mais il ne pourra rien faire dans la deuxième. C’est une perte dans le temps et en retour en investissement . C’est exactement la même chose pour un pays ..
    D’ailleurs, il ne faut pas être impressionné par le CV d’une personne, et de là déduire, de facto, qu’il va changer quelque chose, et c’est la personne qu’il faut. La vraie question à se poser, n’est pas son CV, ni les positions occupées. Ce sont aussi son attitude, sa personnalité et ses réalisations sur le terrain. Quelles ont été toutes ses réalisations, ses réformes, ses projets, et la réussite des mises en œuvre ? A partir de ceci, on pourrait dire que tel individu peut faire la différence. Le CV n’est qu’une façade, car il y a des bâtisseurs motivés et des gestionnaires de postes. Comment peut-on parler de changement, quand on nomme 11 ministres d’une même APC ? On appelle cela la politique du tribalisme et du clientélisme. En Algérie, cela ne sert à rien de faire des remaniements ministériels, ou des mettre des gens à postes. Depuis 1962, l’Algérie est comme les poupées russes. On change et on remanie. Et, on remet toujours les mêmes figures. Ce qu’il faut changer, c’est le leadership (le gouvernement), le management (les hauts fonctionnaires), et surtout le système politique et les politiques d’application pour que :
    - Les institutions nationales soient efficaces, et transparentes,
    - La politique de résorption du chômage (40% des jeunes sont au chômage),
    - La politique d’insertion dans la formation professionnelle
    - La politique démographique,
    - Ministère des religions : Prêcher un islam moderne, d’ouverture, et de tolérance, et non le wahabisme
    - Respect des libertés individuelles
    - Stabilité politique et Sécurité, car un simple policier peut faire sa propre loi, le beau et la pluie sans être enquiquiné !
    - La qualité du système éducatif,
    - La justice indépendante et saine: Pas une justice poreuse et de la hogra, Etc……..
    Quand un pays ne fonctionne pas, à tous les niveaux, la solution qui est prête à portée de la main : c’est la manipulation politique, le régionalisme, la politique étrangère de prestige, la répression, la hogra, la corruption et la harraga. C’est connu, que dans une organisation dysfonctionnelle : » Tout changement ou restructuration ne sont que non-changement », car c’est la toile de fond qu’il faut changer, et non la peinture des murs.

  8. star dit :

    Sage décision…il faut que l’algérie décide bien un jour ou l’autre de devenir un pays ou la laicité serait systeme politique…

  9. Youva dit :

    Un ministère des religions ? Ah, non!
    Surtout pas ! Non seulement ça n’a pas d’utilité, mais c’est que ce serait dangereux !

    Un Etat de droit, démocrtaique,laic
    doit veiller à séparer la/les religions
    de la « cité », grantit le pluralisme
    cutuel, mais aussi l’égalité cultuelle.
    Ce qui suppose la fin de la consécration
    de la domination d’une religion (entendre
    l’islam) sur les autres, étant donné la
    pluralité historique du patrimoine
    religieux en Algérie : le judaisme , le
    christianisme, l’islam,le bahaisme .

    L’Etat de droit doit proumouvoir la laicité, le rationalisme scientifique,la promotion et la vulgarisation de la science et des technologies La Libre
    pensée, l’athéisme et l’agnosticisme
    doivent avoir leur place….

    La gestion des cultes est une attribution relevant du Ministère de l’Intérieur.

    Le système socio-éducatif doit etre
    laic, la religion ne doit pas y etre
    enseignée…

  10. Youva dit :

    - suite -

    L’Education cvique en tant que dicipline/matière scolaire pourra
    introduire un ou des chapitres sur le
     » fait religieux « , sous les angles historiques et sociologiques, donc de manière struturée,scientifique…En
    philosophie (en Terminale), une ou deux leçons lui sont consacrés déjà…

    Cependant, L’Education nationale ne
    doit en aucun dispenser un enseignement
    relighieux.Ni Bible, ni Coran, ni Thorah.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER