• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Archive pour novembre, 2010

Sortie de piste d’un avion militaire algérien au Bourget

Un avion militaire algérien est sorti de la piste à l’aéroport parisien du Bourget (Seine-Saint-Denis) sans faire aucun blessé. L’avion, qui transportait 9 personnes, arrivait de Boufarik, en Algérie. Une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances de l’accident, qui a entraîné quelques perturbations dans le trafic de l’aéroport du Bourget.  Maville.com

Commémoration du 15ème anniversaire de l’assassinat de M’barek Mahiou

mahiou1.jpg

Commémoration du 15ème anniversaire de l’assassinat de M’barek Mahiou

mahiou2.jpg

Aghribs: L’entrepreneur Hend Slimana succombe à ses blessures

Blessé dimanche dernier dans un faux-barrage dressé sur la route d’Aghribs, Hend Slimana, 49ans, entrepreneur des travaux publics, a succombé à ses blessures ce vendredi 19 novembre. Pour rappel, un groupe armé brandissant des kalachnikovs avait investi, dimanche 14 novembre, vers 22heures, la RN71, près d’Aghribs, au passage du véhicule de l’entrepreneur qui était accompagné de son cousin âgé de 34ans.  Réalisant qu’il s’agissait d’un faux-barrage, l’entrepreneur a tenté de s’enfuir mais recevra plusieurs balles tirées par les terroristes. Ces derniers laisseront le blessé sur les lieux et emmèneront avec eux son compagnon, le jeune S. Omar. Celui-ci est toujours entre les mains de ses ravisseurs, rapporte El Watan.

Amizour: Spéculation sur le lait…Un sachet de lait nommé désir!

lait.jpgR.Z pour « Algérie Politique » 

Depuis quelques temps, le lait devient une denrée rare et son rationnement à deux sachets par tête s’est subitement instauré. Profitant de cette situation et de l’absence de tout contrôle des services concernés, certains commerçants spéculateurs, se comportent en bachagha et chez qui, il faut montrer patte “blanche” pour bénéficier de certaines faveurs: un ou deux sachets de lait en plus… Pour les copains, les «VIP» … Derrière le comptoir … Les bonnes vieilles pratiques ont la peau dure! 

(Lire la suite)

Algérie : solidarité avec le militant syndical Mourad Tchiko, privé de passeport

mourad.jpgComité international de soutien au syndicalisme autonome algérien

21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris (France) 

 

 Mourad Tchiko, membre du bureau national du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), est pompier, employé à la Direction nationale de la protection civile. En décembre 2004, il a osé organiser un sit-in de protestation devant sa caserne pour dénoncer les conditions de travail et les salaires indignes que subissent les travailleurs de son corps, en respect du droit syndical algérien. Pour cela, il a été suspendu sans solde il y a bientôt six ans et, depuis, les autorités font durer la procédure légale de contestation de cette décision arbitraire*.

(Lire la suite)

Abdelkade Tigha, Hassan Hattab et le Garde des sots

tigha.jpgEnquête sur les moines de Tibhirine ou nouvel espoir pour la vérité ?

El Erg Echergui pour « Algérie Politique » (1ère partie)

La décision du Juge Marc Tredevic d’entendre le témoignage de Abdelkader Tigha constitue un développement judiciaire important dans la longue et pénible quête de la vérité sur les moines de Tibhirine. Il va sans dire que l’effroyable massacre de ces hommes pieux est intimement lié à la tragédie nationale algérienne qui emporta des centaines de milliers de morts et des milliers d’Algériens disparus après avoir été arrêtés par les forces de sécurités.

Si le magistrat français ne pliera pas devant la raison d’Etat et a la ferme volonté d’aller jusqu’au bout de sa quête, son enquête pourra éclairer d’un jour nouveau les autres évènements tragiques dont ont souffert les Algériens. Sa responsabilité morale est immense, car le dossier est extrêmement grave et l’enjeu éthique considérable. Sa conscience en tant que Français et en tant qu’être humain est pleinement engagée et va être rudement éprouvée. Il doit s’armer avec beaucoup de courage pour supporter la pression que vont exercer sur lui le gouvernement algérien et ses relais en France. Il ne tardera pas à être la cible d’une campagne agressive commanditée par les généraux comme ce fut le cas pour le juge Thevenot dans l’affaire Mecili.

(Lire la suite)

RAJ: Abdelouahah Fersaoui, nouveau président

Les militants de l’association Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) ont élu aujourd’hui un nouveau président, Abdelouahab Fersaoui, à l’issue d’une assemblée générale qui a duré deux jours. L’association de jeunes a également élu un nouveau conseil national et un nouveau secrétaire général, Fouad Ouicher, étudiant, en remplacement de Hakim Addad, figure emblématique de RAJ. Par ailleurs, deux jeunes filles ont été élues membres du bureau national composé de 11 membres issus du Conseil national.

Pour rappel, « RAJ est une association créée en 1993 par un groupe de jeunes dont l’objectif est de promouvoir la défense des droits de la personne humaine, et d’encourager l’émergence des initiatives des jeunes dans le domaine culturel, scientifique, sportif, d’éducation et de citoyenneté. » El Mouhtarem

Sétif: Le FFS a réuni son conseil fédéral

setif.jpgLe conseil fédéral du Front des Forces Socialistes (FFS) de la wilaya de Sétif s’est réuni samedi dans la commune de Ain Lagraj en présence du premier secrétaire du parti, Karim Tabbou. Mohamed Djelmami, cadre du FFS dans la wilaya de Ghardaia, a animé une conférence ayant pour thème: « analyse de la situation économique nationale et mondiale ». Par ailleurs, une importante délégation des militants du FFS dans la wilaya de Ghardaia, conduite par Hamou Mosbah, membre du conseil national du parti, a pris part aux travaux. 

Ahmed Fattani passe de mercenaire à « talentueux journaliste »

fattani.jpgDix ans d’… Expression directe 

Par Hacen Ouali El Watan 

Le quotidien L’Expression a fêté, jeudi dernier, ses 10 ans d’existence. Une décennie rythmée de défis que relève une jeune équipe rédactionnelle passionnée et entourée «d’anciens».  Le tout mené par le «gourou» Ahmed Fatani. Depuis 2000, la publication a connu beaucoup de succès, et ce, malgré un parcours parsemé d’entraves. Les contraintes économiques et la marge de liberté qui se réduit de jour en jour n’ont pas entamé la détermination de nos confrères et consœurs de L’Expression de continuer à informer leurs lecteurs. Chaque jour est une bataille pour eux. Pas question d’abandonner cette grande aventure intellectuelle où «l’environnement politique n’est pas du tout favorable au développement de la liberté de la presse et d’expression», a tonné Ahmed Fatani, qui n’a pas manqué de souligner «les facteurs exogènes» qui pénalisent son journal.

«Je suis l’un des rares directeurs de journaux à être à jour avec les imprimeries étatiques, alors que la plupart des publications ne le sont pas. Il faut laisser faire le marché, seule condition pour pouvoir réguler le secteur», s’est indigné M. Fattani qui décrit un paysage médiatique caractérisé par un journalisme de «caniveau», où les règles du jeu sont faussées. Il a déploré, à cette occasion, la désorganisation de la corporation : «Il n’est pas normal que les éditeurs ne s’organisent pas en une fédération pour se parler et tenter de mettre de l’ordre dans le secteur. Pareil pour les journalistes, qui n’arrivent toujours pas à se doter d’un syndicat puissant», a constaté ce vieux routier du journalisme. Avec à son actif plus de longues années d’expérience, Ahmed Fatani – un talentueux journaliste – et son équipe ne perdent pas de vue les objectifs et les enjeux pour lesquels leur journal est né : prendre part activement à l’instauration d’un véritable espace de la libre expression.               

Commentaire: De quelles contraintes économiques parle-t-on, lorsqu’on sait que le journal de Ahmed Fattani, crée en 2000, bénéficie de la publicité de l’ANEP ? La marge de liberté qui se réduit dérange-t-elle réellement Ahmed Fattani lui qui s’est vu obliger de faire une mise au point à un entretien de Abdelhamid Mehri en précisant que l’Expression ne partage pas l’avis de l’ancien SG du FLN qui s’est opposé au troisième mandat de Bouteflika ? Que peut-on attendre d’un journaliste qui soutient le régime policier de Zine El Abidine Benali ? Que peut-on attendre d’un journaliste qui soutient la candidature de Benflis à la présidentielle de 2004 et qu’au lendemain des réusltats, il fait allégeance à Abdelaziz Bouteflika ? El Mouhtarem   

123456...9

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER