• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Archive pour novembre, 2010

Parution: Ali Boumendjel (1919-1957) Une affaire française. Une histoire algérienne (Malika Rahal)

boumendjel.gifEn mars 1957, la presse anonce la mort d’un «petit avocat musulman» : «Qui a tué Maître Boumendjel ?» titre France Observateur. On s’interroge sur un faux suicide. Mais que faisait donc ce «modéré» entre les mains des «paras» ? Pourquoi a-t-il été assassiné, comme le reconnaîtra le général Aussaresses dans ses mémoires en 2001 ? 
L’homme était un militant de l’Union démocratique du Manifeste algérien (UDMA), l’organisation de Ferhat Abbas. Son parti, perçu comme modéré, bourgeois, francophone et intellectuel a été gommé de l’histoire officielle algérienne et largement ignoré par les historiographies françaises et algériennes. Au moment de son arrestation, Boumendjel faisait le lien entre la direction de l’UDMA et la direction algéroise du FLN.

(Lire la suite)

La LADDH installe son bureau à Laghaout

laddh.jpgLe président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), Mostefa Bouchachi, a présidé vendredi l’assemblée générale des militants de son organisation dans la wilaya de Laghouat. A l’issue des travaux, l’assemblée générale a élu Yacine Zaid à la tête de la section de wilaya de la LADDH, souligne un communiqué de la LADDH. El Mouhtarem

Hocine Aït-Ahmed: « Il faut se libérer de l’Amour-propre, de la gloriole qui entravent nos réflexions »

aitahmed.jpgMessage adressé par Hocine Aït-Ahmed, président du Front des Forces Socialistes, à l’Assemblée générale de Rassemblement actions jeunesse (RAJ) tenue aujourd’hui à Alger. 

Chères et chers camarades, 

 

Sachons les vérités et sachons les dire tranquillement et positivement dans nos débats. RAJ a su faire ses preuves dans les épreuves; elle a su déjouer les coups de boutoir des «libérateurs-dictateurs». Et c’est par nos traditions historiques politiques et sociales de militantisme toujours vivaces, l’alternative démocratique et sociale triomphera, les leçons de la stratégie politique de la révolution vont se libérer tôt ou tard.

Notre priorité est de combattre nos travers. Il faut se libérer de l’Amour-propre, de la gloriole qui entravent nos réflexions et abandonnent les vrais problèmes que posent les réussites de l’organisation.

 

Pour des jeunes engagés dans un combat difficile des luttes démocratiques, dans un contexte des plus hostiles, tant au plan local qu’au niveau national et international, c’est une tâche profonde que de promouvoir le renouvellement des hommes et des femmes à la tête des structures de l’ «organisation». Cet acte requiert une attention intelligente et sérieuse. Une attention doublement attentive qui doit consolider et la construction des structures et la continuité des programmes et des engagements.

 

Notre pays a trop souffert et souffre encore de trop de carences: déficit démocratique, citoyenneté formelle, dénaturation des ambitions politiques en vaines rivalités et autres misères que la dictature entretient avec la plus grande des célérités.

 

Aussi, je ne peux en cette occasion que vous adresser mes souhaits les plus sincères de voir aboutir votre ambition de mener votre propre expérience d’apprentissage et de luttes démocratiques.

 

Bon courage à RAJ qui a su plus souvent qu’à son tour montrer le chemin du courage et de l’engagement. Puisse-t-elle réussir ce pari de normalité que la situation anormale du pays a rendu si difficile.

 

Avec mes salutations militantes à notre jeunesse si belle et responsable.

Hocine Aït-Ahmed 

OFFRE D’EMPLOI

femed.jpgPrésentation de
la FEMED :

 


La Fédération Euro-méditerranéenne contre les Disparitions Forcées (FEMED) a été créée à Beyrouth en 2007 et son siège est situé à Paris.
La FEMED regroupe 26 associations membres issues de 12 pays euro-méditerranéens. Elle s’est donnée pour objectif de mettre fin  aux disparitions forcées dans la région. A cet effet,
la FEMED mène diverses missions en allant à la rencontre des associations de familles de disparus sur le terrain, en favorisant les échanges d’expérience et en renforçant les capacités de ses associations membres. Parmi les activités mises en œuvre par
la FEMED figurent des missions de lobbying et de terrain, des formations, des rencontres euro-méditerranéennes des associations de familles de disparu, des campagnes de sensibilisation sur les disparitions forcées dans la région.  

Intitulé du poste à pourvoir : Chargé(e) de programme 

Mission du ou de la salarié(e) : 

 

(Lire la suite)

Tibéhirine: « dérapage », selon Abdelkader Tigha

tigha.jpgAbdelkader Tigha, ancien militaire algérien, affirme que les services secrets ont commandé le rapt des moines au GIA, qui aurait ensuite dérapé, rapporte Europe1 aujourd’hui.

Agé de 32 ans au moment des faits en 1996, Tigha affirme être bien placé pour connaître le déroulement des faits puisqu’il était alors sergent-chef au service de recherches et d’investigations à Blida, au Nord de l’Algérie. Il a été entendu sept heures jeudi par le juge Trévidic.

Selon lui, les choses ont dérapé quand les sept religieux français ont été confiés par le premier groupe du GIA à un second groupe, qu’il appelle Zone 2, beacoup plus radical.

(Lire la suite)

Arrestation de Omar Dehbi à l’aéroport d’Alger

omar.jpgOmar Dehbi a été arrêté aujourd’hui vendredi à son arrivée à l’aéroport d’Alger. Ce citoyen Américain d’origine algérienne avait été arrêté à Barcelone le 28 septembre 2010 par la police espagnole. Il a été libéré le 30 septembre par la justice espagnole après avoir été blanchi de l’accusation de soutien au terrorisme. Dans une déclaration rendue publique fin septembre, son père Abdelkader Dehbi, a expliqué que son fils a échangé, sur le marché informel de devises dont tout le monde connait l’existence à Alger, l’équivalent de 60.000 Euros en Dinars pour les transférer sur Barcelone, somme en réalité destinée à compléter l’achat d’un engin des TP acquis en Europe. “Opération de change effectuée par l’intermédiaire du nommé Tewfik MAZZI, connu sur la place d’Alger et qui a eu récemment des démêlés avec la Justice Espagnole”. El Mouhtarem

Nouredine Aït Hamouda, faudrait peut-être arrêter de nous prendre pour des poires !

aithamouda.jpgLe député du RCD, Nouredine Aït Hamoud lors d’une « conférence » animée au siège de son parti à Tizi-Ouzou: 

«Bouteflika a été élevé dans la culture des coups d’Etat. Déjà au début des années 60, il était l’émissaire de Boussouf et de Boumediene chez les prisonniers du Mouvement national pour préparer le coup d’Etat contre le GPRA, une fois l’indépendance acquise. A l’époque, Boudiaf avait refusé, mais Ben Bella était d’accord. Et depuis le coup d’Etat de 1962, Bouteflika est au pouvoir, au point de devenir un historique mais qui, à vrai dire, n’a aucune histoire.» DNA

Nouredine Ait Hamouda a omis de dire que Hocine Aït-Ahmed avait lui aussi refusé l’offre de Bouteflika. Pis, il a oublié que son parti, après avoir soutenu le coup d’Etat de janvier 1992, a accepté de siéger dans le gouvernement de Bouteflika qui  » à vrai dire, n’a aucune histoire » 

Le Premier ministre est un homme sans foi ni loi. 

«Moi, je sais qu’il est de Bouadnane, mais lui ne le sait pas. C’est Betchine qui a fait de lui un homme. Lorsqu’il était Chef du gouvernement à l’époque, le général Betchine lui avait remis une liste de 84 cadres à poursuivre en justice. Eh bien, Ouyahia, dans son excès de zèle, avait porté la liste à plus de 300 cadres, la plupart étant des Kabyles et surtout des cadres de valeurs.» DNA

Nouredine Aït Hamouda a-t-il oublié que son parti a siègé dans le gouvernement de Ali Benflis aux côtés de Ahmed Ouyahia ? El Mouhtarem

El Djazeera retire une info sans explications et TSA revient après une fermeture de 2 heures sans explications !

tsa.gifDans un article intitulé «Le général Toufik en bonne santé», le journal électronique TSA reproche à la chaîne de télévision El Djazeera d’avoir retiré une information relative à la détérioration de l’état de santé du général major Mohamed Mediene, «sans aucune explication ni excuses». Ce matin, après le «déblocage» de son site fermé de 10h à 12h, la direction de TSA n’a pas jugé utile d’expliquer les raisons de cette fermeture qui a duré deux heures. S’il s’agit d’une attaque, le responsable de TSA l’aurait signalé comme il le faisait auparavant. Le site de TSA était inaccessible dans le monde entier, ce qui explique que la fermeture est volontaire.

Le responsable de TSA aurait-il reçu un coup de fil lui demandant de bloquer le site en attendant de décider comment gérer l’information sur «la détérioration de l’état de santé de Toufik» ? Si le site a fait objet d’une attaque pirate, il n’est pas évident qu’il soit inaccessible dans le monde en un si peu laps de temps. Par contre, s’il s’agit d’une fermeture volontaire, le responsable peut-il en expliquer aux lecteurs les raisons ? Peut-on comprendre que TSA a été sommé de fermer son site en attendant de voir comment gérer l’information ? Par ailleurs, « Algérie Politique » a fait objet d’une attaque ce matin…El Mouhtarem

« J’ai l’impression de parler à un mur »

Une jeune journaliste de CNN avait entendu parler d’un très, très vieux Juif qui se rendait deux fois par jour pour prier au Mur des Lamentations, et depuis toujours. Pensant tenir un sujet,  elle se rend sur place et voit un très vieil homme marchant lentement vers le mur. Après trois quarts d’heure de prière et alors qu’il  s’éloigne lentement, appuyé sur sa canne, elle s’approche pour l’interviewer: 


- Excusez-moi, monsieur, je suis Rebecca Smith de CNN.  Quel est votre nom ?
- Moshe Aknoun répond-il.   

- Depuis combien de temps venez-vous prier ici ? 

- Plus de 50 ans répond-il.   

- 50 ans !!!  C’est in-cro-ya-ble !!!  Et pourquoi priez-vous ?   

- Je prie pour la paix entre les Chrétiens, les Juifs et les Musulmans.  Je prie pour la fin de toutes les guerres et de la haine. Je prie pour que nos enfants grandissent en   

  sécurité et deviennent des adultes responsables, qui aiment leur prochain.    
- Et que ressentez-vous après 50 ans de prières ? 

- J’ai l’impression de parler à un mur

 

Moines de Tibéhirine: audition d’un ancien agent algérien

tigha.jpgDans le cadre de son enquête sur l’assassinat des moines de Tibéhirine, le juge Marc Trévidic se rendra aujourd’hui aux Pays-Bas afin d’auditionner Abdelkader Tigha, un témoin clé de l’affaire. Ancien officier des services secrets algériens, en poste à Blida au moment des faits, cet homme a fui l’Algérie avant d’affirmer, dans les médias, que les services secrets algériens étaient impliqués dans l’enlèvement des moines.

En 2006, venu réclamer l’asile politique à la France, il avait été entendu par des agents de la DST mais s’était alors refusé de parler des moines. S’il accepte cette fois de répondre aux questions du juge Marc Trévidic, «son témoignage pourrait s’avérer essentiel», estime Me Patrick Baudouin, avocat des parties civiles.  Le Parisien

1...34567...9

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER