Hamida Ben Sadia: Hommage à une militante

hamida.jpgPar Pierre Tevanian, Sylvie Tissot

Un an déjà a passé depuis qu’Hamida Ben Sadia nous a quitté-e-s, et son énergie, sa clairvoyance, sa droiture nous manquent terriblement. Le texte qui suit fut publié, l’an passé, lorsque nous avons appris sa disparition, nous le republions aujourd’hui, en hommage à une femme qu’on ne peut pas oublier.
  

Lorsqu’elle prenait la parole, lors des nombreux meetings et manifestations qui ont rythmé sa vie politique, que ce soit, dernièrement, contre la loi anti-voile, contre le Traité européen, contre la répression des émeutiers de 2005 ou pour les sans-papiers, Hamida Ben Sadia en appelait souvent au « peuple de France, épris de justice et de liberté ». Nous étions nombreu-se-s autour d’elle à n’avoir pas ce vocabulaire et à être plutôt de celles et ceux qu’il fait ricaner, tant ces mots ont servi à justifier le pire : orgueil national, morgue franco-française, mépris du reste du monde, mythification d’une république bourgeoise, patriarcale et coloniale, et pourtant pas un-e de nous ne ricanait quand Hamida les prononçait. Les plus fatigué-e-s souriaient mais personne ne se formalisait, car tout le monde savait qu’il s’agissait chez elle de tout autre chose.

 

Un reste de légitimisme bien compréhensible ? Une stratégie rhétorique ? Le tribut à payer, de la part d’une femme française d’origine algérienne, pour s’autoriser une parole publique libre et à rebours de l’idéologie dominante ? Peut-être – car c’est en tout cas d’une parole libre qu’il s’agissait, à rebours de l’ordre assimilationniste, une parole juste et sans concession, une exigence radicale et opiniâtre d’égalité, une solidarité ostensible et décomplexée avec tous les parias de la république : sans-papiers, émeutiers, musulmanes voilées – mais là n’était pas l’essentiel.
 
Il y avait autre chose, dans cette invocation d’un peuple « épris de justice et de liberté », qui forçait le respect. Ce que nous y entendions, et qui étouffait aussitôt toute velléité sarcastique – et Dieu sait pourtant que les raisons sociales et politiques étaient nombreuses d’être sarcastique face à ces mots – c’était une sorte de ruse de la raison linguistique, symétrique d’une autre qui fait que nous ne nous formalisons plus d’être taxés de communautaristes ou de victimaires par les élites politiques et journalistiques : de même que nous avons compris que c’est d’elles-même que parlent en réalité ces élites, nous avons vite compris que l’appel d’Hamida au peuple de France ne disait au fond rien d’autre que sa propre exigence, viscérale, de justice et de liberté.
 
Ce qui précédait et suivait ces références au peuple de France, dans la parole d’Hamida, dissipait toute ambiguïté. Non, il ne s’agissait pas de flatter l’orgueil national, de narcissiser un État et une société qui se la racontent beaucoup en termes de droits humains et d’universalisme, et encore moins de faire allégeance au « pays des Lumières ». Ce n’était pas un peuple substantiel, existant, qui était invoqué, mais un peuple politique, virtuel, ce peuple qui, selon le mot profond de Paul Klee souvent cité par Gilles Deleuze, est toujours un peuple qui manque. À l’exact opposé des rénégats, bouffons et autres « indigènes de service » passés du col Mao au Rotary Club ou des cités de transit aux cabinets ministériels, Hamida était passée de SOS Racisme et du Parti Socialiste, auxquels elle avait commencé par accorder sa confiance, aux Alternatives citoyennes, aux Collectifs antilibéraux, à Une École Pour Tou-te-s et aux Féministes pour l’Égalité. À l’exact opposé des Fadela Amara, Gaston Kelman et autres Malek Boutih qui se répandent sur leur « amour de
la France » et ne parlent du racisme que pour dire que « les Français ne le sont pas », Hamida ne parlait du peuple de France que pour l’appeler, l’interpeller. L’énonciation réfutait l’énoncé : ce peuple épris de justice et de liberté, elle demandait à le voir.
Aujourd’hui, alors que nous apprenons la disparition d’Hamida, ce peuple, plus que jamais, manque. Comme nous manque déjà le visage, la présence et la parole forte d’Hamida. Il nous reste son livre, Itinéraire d’une femme française, dans lequel elle raconte notamment son expérience du mariage forcé et de la violence conjugale mais aussi du racisme républicain, et dans lequel elle affirme, avec la force qui l’a toujours animée, son refus de voir l’une instrumentalisée au profit de l’autre. Il nous reste quelques traces vidéo (
une présentation de son livre, une prestation télévisée sur les émeutes de 2005) et d’innombrables souvenirs d’une militante valeureuse, éprise – et là, il faut l’entendre au plus strict premier degré, sans même sourire – de justice et de liberté. Merci pour tout Hamida.

Commentaires

  1. Libre penseur , dit :

    Le meilleur hômmage à lui rendre est de continuer sur le chemin de la Liberté , de la Dignité , de la Vérité et de la Justice pour Tous et Toutes . Son chemin .

    A Hamida , Notre Innoubliable .

  2. Libre penseur , dit :

    Bientôt , le 27 de ce mois , cela ferra 2 années qu’un autre Grand nous aura quitté …….Hômmage à lui et pensées pour les siens , il s’agit du Doc Dahmen Aissat.

  3. ahmed dit :

    allah yarhamhoum

  4. NARMOTARD dit :

    « Hamida Ben Sadia: Hommage à une militante », dites-vous.

    Je partage ce touchant hommage de Pierre Tevanian et Sylvie Tissot à la mémoire de
    Hamida Ben Sadia.

    Décédée le 29 octobre 2009, elle a été évoquée par le journal interne « Repères » du FFS, lui rendant un hommage aussi digne, sur toute un page du numéro de février 2010, sous le titre:
     » Atypique car insoumise viscérale « .
    Avec toute notre sincère compassion à l’égard de sa famille et de ses proches militants.

  5. slam dit :

    Il est des races de militantes et de militants qui ne naissent pas quand ils veulent et comme ils veulent! Ce sont des personnes très exceptionnelles et ne tiennent pas des gènes de calculateurs invétérés sans vergogne et sans pudeur!
    Ils sont si exceptionnels que, parler de leurs parcours, relèverait de la probité absolue de savoir narrer sans errements!

  6. slam dit :

    Hamida, cette infatigable militante de la démocratie nonobstant ses multiples problèmes auxquels elle fait face au quotidien, restera à tout jamais gravée dans la mémoire des militants . Elle nous a légué un héritage de courage politique dont nous devrions tous tirer profit si nous souhaitons aller vers une  » République socio-démocratique ». Nos divergences d’où sont nées nos dissensions auraient beaucoup intérêt à s’estomper si nous voulons faire bloc!
    Hamida n’a jamais cessé de faire appel à la cohésion de tous les militants pour les libertés démocratiques! Le dernier service que nous lui rendront à titre posthume est justement de se ranger derrière ses idées libératrices!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER