• Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Archive pour décembre, 2010

Bouteflika: « Mohamed VI n’est pas ouvert, et manque d’expérience »

moh.jpg…L’année suivante, en novembre 2009, devant le chef du commandement américain pour l’Afrique (Africom), le général William Ward, le chef de l’Etat algérien revient à la charge. Selon lui, le projet d’autonomie est à rejeter. « Vous ne pouvez pas défendre l’application d’un principe pour la Palestine et un autre principe pour le Sahara occidental », fait valoir Bouteflika. 

Le jugement négatif de M. Bouteflika sur le roi du Maroc n’est pas fait pour arranger les choses. Autant le président algérien apprécie Moulay Rachid, le frère du roi (« On a plaisanté et discuté agréablement » à l’occasion d’une rencontre à Séville, en Espagne) autant le courant ne passe pas avec Mohammed VI. « Il n’est pas ouvert, et manque d’expérience », se plaint-il. Pour M. Bouteflika, aucun dialogue n’est possible entre lui et le roi du Maroc. Source Le Monde 

Bouteflika à propos du Sahara: « Les Marocains veulent un Anschluss, comme Saddam Hussein avec le Koweït »

mohamed.jpg…En février 2008, recevant un diplomate américain, le président Bouteflika dénonce « le plan d’autonomie » voulu par Rabat à la place du referendum d’autodétermination. Celui-ci n’offre qu’un semblant d’autonomie. Les provinces algériennes en ont d’avantage vis-à-vis d’Alger, soutient Bouteflika.

Puis, au fil de l’entretien, Bouteflika se laisse aller: il comprend que les Marocains se sentent menacés par la perspective d’un Sahara occidental indépendant mais, dit-il, ils sont les premiers responsables de la situation. Au lieu de faire preuve d’une approche « élégante » en acceptant une indépendance du Sahara occidental qu’ils auraient pu « contrôler » ou « superviser », ils veulent « un Anschluss, comme Saddam Hussein avec le Koweït ». S’ils n’avaient pas été aussi maladroits, les Marocains « auraient pu obtenir ce qu’ils voulaient », assure le président algérien à son hôte. Source Le Monde

Bouteflika à propos du Sahara Occidental: « La France tente de régler ses comptes avec l’Algérie en appuyant le Maroc »

boutef.jpgfrances.jpgLa position algérienne sur le conflit au Sahara occidental est clairement exprimée dans le compte-rendu d’une audience (d’une durée de 3 heures 30) accordée en mai 2007 par le président Abdelaziz Bouteflika à Frances Fragos Townsend, la conseillère du président Bush pour les affaires de sécurité, obtenu par Wikileaks et révélé par Le Monde.

« Si je pouvais résoudre le problème je le ferais, affirme le président algérien. Mais je ne peux pas parler à la place des Sahraouis . » Ce qu’il faut c’est que « le Maroc et le Polisario trouvent une solution, et ils peuvent le faire avec l’aide des Américains ».

Les Français, confiera-t-il à une autre occasion, « du fait du poids de leur histoire coloniale au Maghreb, sont incapables de jouer un rôle constructif dans le conflit ». D’ailleurs, ajoute-t-il, « la France n’a jamais vraiment accepté l’indépendance algérienne ». Pour lui, elle tente de régler ses comptes avec l’Algérie « en appuyant le Maroc ». Source Le Monde.

Précisions du journaliste Amer Ouali

libert.jpgVotre blog m’a consacré un article où chaque mot est un mensonge. Je ne ferai pas de commentaire sur les motivations et l’auteur du post dont je devine l’identité et les intentions. J’apporte juste ces précisions.

1 – Je ne suis pas arrivé en France en 2003.
2 – Je n’ai pas obtenu de nationalité française six mois seulement après mon arrivée. J’ai obtenu mon titre de séjour comme n’importe quel immigré, en me pointant aux premières heures à la préfecture, prenant un numéro d’ordre et attendant mon tour de me présenter au guichet. Aucun coup de pouce ne m’a été donné.
3 – Je ne résidais pas à Paris en 2004. Donc je ne pouvais pas être le correspondant de Liberté dans cette ville. S’il y a eu des articles complaisants envers M. Dahmane (que je ne connaissais pas), ils ne pouvaient pas être de moi. Le journal avait effectivement un correspondant à Paris à l’époque mais ce n’était pas moi.
Tout cela est vérifiable et sera attesté par les documents. Vous devez quand même savoir que les acquisitions de la nationalité françaises sont publiées au journal officiel. On peut donc savoir qui l’a obtenue et à quelle date.

Réponse d’El Mouhtarem

Si Monsieur Amer Ouali, journaliste de l’AFP et correspondant de Liberté en France, n’était pas en France en 2004 comme il le prétend, donc c’est plus grave. Car il confirme qu’il a eu sa nationalité dans des conditions douteuses.
En France, pour déposer une demande de nationalité, il faut avoir résidé 5 ans (
http://vosdroits.service-public.fr/F2213.xhtml) – lire 2ème paragraphe. On est en 2010. On va supposer qu’il est arrivé en France en 2005 (il n’y était pas en 2004, dit-il), comment a-t-il fait pour avoir sa nationalité alors qu’il n’a pas résidé 5 ans en France?
L’autre élément auquel il ne répond pas concerne le site Viva l’Algérie. Peut-il nous fournir les statuts de la société Bagram qui édite le site ? Peut-il nous dire qui a financé le site ? On y trouve Rafik Hassani (député RCD de l’immigration) et Abderrahmane Dahmane. Sans rancune.

Affaire de la CNAN: Un verdict se transforme en une semonce de la haine

El Erg Echergui pour « Algérie Politique »

Admettant que le verdict (affaires des cadres de la CNAN) est juste, il n’en reste pas moins qu’il n’y a eu aucune retenue et aucune culture de la dignité et de la Justice. Un verdict de justice se transforme en une semonce de la haine, encore et toujours. Ce qui devait être un dénouement heureux devient une source de haine et de mépris. La division sert de nourriture à la bête immonde qui fait en sorte que le pays n’en soit pas un et qu’il soit incapable de prendre son envol.

(Lire la suite)

Wikileaks publie le 1er câble diplomatique sur l’Algérie

bout.jpgLe texte traite d’un mémo daté du 16-01-2007, dans lequel l’ambassade US à Alger commente l’état de santé du président Bouteflika, parle de sa succession » et dévoile les confidences de Dalila Hélilou, une « ancienne sénatrice » connue sur la place d’Alger comme étant proche du cercle présidentiel. Dans ce mémo, les Américains essaient de collecter plusieurs lectures sur le devenir de la présidence en Algérie dans l’état actuel de la maladie d’Abdelaziz Bouteflika.

 LE MEMO

Abdelkader Bensalah a été réélu,  en tant que Président du Conseil de la Nation (Sénat) le 12 Janvier. Bensalah reste en première ligne pour succéder au président Bouteflika dans le cas où il serait incapable de remplir ses fonctions actuelles. La réélection de Bensalah, est devenue une évidence lorsque aucun autre sénateur ne lui a contesté le poste.

Une journaliste du quotidien Liberté, Nadia Mellal, qui a couvert tous les aspects de l’élection, nous a dit que le résultat était connu d’avance, et que le Président Bouteflika désigne les sénateurs qu’il voulait, et il a voulu que Bensalah conserve son poste. Mellal dit que les sénateurs ont admis en privé, que par respect pour Bouteflika, il n’y a pas eu d’autres candidats qui s’étaient présentés. Beaucoup lui ont dit que l’élection est devenue une formalité plutôt qu’un exercice de la démocratie, que ça a été une honte dans leur point de vue.

Bouteflika nomme les sénateurs de sa génération

Le jour de l’élection, huit nouveaux sénateurs ont rejoint le Conseil de la Nation dans le cadre du tiers des membres nommés directement par le président Bouteflika. Tous ont une caractéristique en commun: ils sont anciens «moudjahidine»,  des anciens combattants (comme Bouteflika) de la guerre d’indépendance contre la France. Selon Mellal, ces sénateurs nouvellement nommés, en tant que membres de la «famille révolutionnaire» sont dans un sens «frères et sœurs du président Bouteflika, » et ils lui seront très fidèle. Certains sénateurs ont exprimé leur frustration que le président n’ait pas tendu la main aux membres de la jeune génération qui devra diriger le pays après Bouteflika.

Sièges vacants

Bouteflika a nommé seulement huit sénateurs sur les 24 sièges qui lui sont attribués cette année. Dalila Helilou, une ancienne sénatrice du quota présidentiel, nous a dit Bouteflika a pris une décision consciente de laisser 16 sièges vacants pour les rendez-vous ultérieurs. Bien qu’il soit vrai que Bouteflika n’ait pas encore pris sa décision, Helilou pense qu’il est plus probable qu’il a voulu garder quelques sièges au Sénat en réserve pour les ministres qui devraient être prochainement  rdmis. Helilou dit que le nombre de sièges à pourvoir est un bon indicateur qu’un remaniement ministériel était à venir.

Commentaire:

Même si la maladie de Bouteflika est en recul dans l’esprit du public (grâce aux images télévisées d’un président actif), le très respecté Bensalah est jugé capable de gérer le processus de succession à la présidence dans le cas ou Bouteflika ne pourrait pas terminer son mandat. L’analyse de Helilou des sièges vacants du Sénat nous surprend et est à retenir.

Signé : FORD

Traduction lematindz.

Droit de réponse de l’association « France Maghreb »

cimetierejuifalgerie.jpgStephane Durbec est conseiller Front national et non pas sans étiquette. Son intervention s’est faite au lendemain de la première du Film « Hors la loi » que nous avons largement soutenu. C’est lui qui avait organisé la manifestation de racistes excités devant le cinéma.

 

Nous ne connaissons pas d’autre entrepreneur à Alger que celui qui travaille avec le Consulat de France, qui a effectué les travaux pour notre association, et qui a bien entendu été réglé. Le Monsieur des soi disant chocolat a eu cinq années de patience avant de réclamer un soi disant du, ses chocolats avaient du fondre. Ma fille a acheté sa maison en 1996 et effectué la même année quelques aménagements, soi 7 ans avant la création de France-Maghreb.

 

Dernier point et pas des moindres, je sors un livre ‘bienvenus chez vous’ en début d’année, qui raconte la formidable histoire de France-Maghreb, les retrouvailles chaleureuses entre les communautés après quarante ans. Je raconte aussi dans ce livre des choses étonnants sur la perversion des collaborateurs du Conseil Régional PACA et les voyages impayés du Conseil Général 06. Cette cabale a pour but d’entâcher les vérités à paraître.

 

Pierre-Henri PAPPALARDO
France Maghreb

1...56789

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER