L’art de manipuler les lois au service de la terreur du régime Tunisien !

zineelabidinebenali.jpgPar Khoukoum Samy 

 

Évoquer des ‘‘spécificités’’ historiques, culturelles ou sociologiques propres à chaque pays est souvent l’argument utilisé par les « élites binpensan tes » à l’encontre de toute opposition politique réclamant un État de Droit.  

 

Voici un échantillon de textes de « lois » sans foi et on ne peut plus dévastatrices pour légitimer la terreur au grand dam d’un peuple frère.   

 

Il s’agit de la loi tunisienne n°69-4 du 24 janvier 1969 sur l’usage d’armes par les agents de sureté.

 

 

Même si la lecture de ces 3 articles se passerait bien de tout commentaire. Ceci dit, on comprend mieux pourquoi les régimes répressifs au Maghreb, en Afrique et dans le monde arabe ont tous réussi leur longévité à travers plusieurs générations.  

 

En tous cas, ils ont tous quelque chose de commun qu’on pourrait résumer par une phrase : peu importe le prix du sang pourvu que l’ivresse du pouvoir !  

 

Vive l’unité Maghrébine ! 

 

Chapitre IV.       –    Usage des armes        

 

 Art. 20 – Les agents de
la Sûreté ne peuvent recourir à l’emploi des armes hors  les cas de légitime défense prévus par les articles   39  –  40  et  42  du code pénal que dans les circonstances exceptionnelles suivantes :        

 

  1 – lorsqu’ils ne peuvent assumer autrement la défense des lieux qu’ils occupent, des édifices qu’ils protègent, des postes et des personnes dont ils ont été chargés de la garde ou si la résistance ne pouvant être réduite par aucun moyen autre que l’usage des armes.       

 

  2 – lorsqu’ils somment vainement un individu suspect de s’arrêter par des ordres répétés à hautes voix   «  Halte ! Police  », que cet individu n’obtempère pas et tente de fuir et qu’il n’existe plus de moyen de le forcer à s’arrêter autre que l’usage des armes.     

 

 3 – lorsqu’ils font signe à un véhicule, à une embarcation ou à tout autre moyen de transport de s’arrêter, que son conducteur ne s’exécute pas et qu’il n’existe plus de moyen de le forcer à s’arrêter autre que l’usage des armes.     

 

Art.  21 –  Au cas où les agents de
la Sûreté se trouveraient en présence de manifestants qui refusent de se disperser malgré les avertissements qui leur sont adressés et qui sont énoncés dans les articles précédents de la présente loi, ils emploieront progressivement pour les disperser, les moyens suivants :            

 

  1 – arrosage d’eau ou charge à coups de bâton ;               

 

  2 – jets de bombes lacrymogènes ;             

 

  3 – tir à feu vertical en l’air pour faire peur aux manifestants ;             

 

  4 – tir à feu par-dessus leur tête ;0$            

 

 5 – tir à feu en direction de leurs jambes.     

 

Art.  22. – Au cas où les manifestants tentent d’atteindre leur but par la force malgré l’utilisation de tous les moyens énoncés à l’article  21  pour les faire disperser, les agents de
la Sûreté tireront directement sur eux. 

 

 

 

Commentaires

  1. khoukoum samy dit :

    Après le limogeage du Ministre de son ministre de l’Intérieur, le régime de Ben Ali craque !
    En effet, le Premier ministre tunisien, Mohamed Ghannouchi, a annoncé, ce mercredi au cours d’une conférence de presse à Tunis, la libération de toutes les personnes arrêtées pendant les émeutes sociales qui secouent le pays depuis la mi-décembre.
    Ceci, intervient juste après le limogeage du ministre de l’Intérieur, Rafik Belhaj Kacem. Le premier Ministre annonce également son souhait de créer un comité d’investigation sur la «corruption» que dénoncent opposition et ONG.
    L’armée tunisienne s’est par ailleurs déployée, ce mercredi, à Tunis où la tension est montée, au lendemain d’affrontements entre la police et des manifestants qui ont éclaté, dans la nuit, dans la banlieue ouest populaire.

    Source (AFP, Reuters, liberation.fr)

  2. Messabih dit :

    Armee ou pas armee deployée à Tunis,devant un regime policier ,c’est la rue et la population qui decide ,qui demande ses droits.
    Pas de recuperation !
    Les Tunisiens ont droit à leur PRINTEMPS,
    Arrabii fi Tounes el khadraa !

  3. khoukoum samy dit :

    @Messabih,

    Inchallah. avec toute notre considération au peuple frère tunisien. Et ce n’est pas par hasard, si le régime veint de s’avouer aux abois. En annocant la libération des détenus ! Reste à endosser la responsabilité des crimes commis contre des civils innocents !

    Cordialement.

  4. HKM dit :

    ici ou au maroc ou en tunisie,c’est le meme systeme politique et les memes methodes,on ne peut parler d’art de la manipulation qu’en tunisie,l’algerie est loins d’etre derniere de la classe dans ce domaine et notre police aussi,

  5. Amesfulman dit :

    Les peuple Nord-Africains,sont soumis au mème despotisme arabo-intégriste de Lybie au Maroc.Malgré quelques concessions de facade,une presse relativement libre en Algérie et au Maroc,ces 4 pays sont très loin des critères démocratiques.Les tunisiens sont en train d’écrire l’une des pages les plus glorieuse de l’histoire en s’attaquant à un système qui repose sur la force et la terreur.La peur a changé de camp.L’atmosphère actuelle me rappelle,la chute du Chah d’Iran,l’intégrisme en moins.
    Pour s’informer sur la lutte du peuple tunisien,un site libre: « Nawwat de tunisie »

  6. khoukoum samy dit :

    @Amesfulman

    Je suis complètement d’accord avec toi ! Sur le fond nous avons hérité des mêmes méthodes de gouvernance : autoritarisme et castration des libertés !
    Le plus merveilleux aujourd’hui, est que la Tunisie nous émeut par son abnégation et sa lutte sans répit pour chasser la horde de Ben Ali. Que le même vent de liberté souffle sur les autres pays voisins pour un Maghreb libre enfin de ses despotes !
    C’est historique ! Gloire au peuple Tunisien frère !

    Cordialement.

  7. khoukoum samy dit :

    « Tounes Hourra wa ben Ali A’la Barra », scande le peuple Tunisien !

    C’est un Président à la mine livide que nous avons vu hier à la Télévision. Au-delà de la forme, c’est sur le fond que Ben Ali avoue presque inconsciemment sa culpabilité, qu’il avait du mal à cacher et à édulcorer tout au long de son discours. Malgré cela, la rue Tunisienne n’abdique pas. Ne veut rien savoir, ni entendre, ni comprendre, ni analyser et rien de rien, à part : « Tunisie libre, Ben Ali dehors » !
    Comme si le peuple voulait lui dire et pour la dernière fois : trop tard ! 23 ans de dictature sans merci. Sans avoir jamais écouté la Tunisie profonde loin des mosaïques touristiques réservées à l’élite et à une minorité qui ne finit pas de s’engraisser sur le dos de millions livrés à leur propre sort . Ça faisait longtemps que Ben Ali devait prêter attention à son peuple en mal de liberté (de la presse, d’opinion…etc.).
    Aujourd’hui, à travers tous les recoins du pays – de la Tunisie Verte – des gens ne cessent de scander non sans émotion : « Vive la Tunisie libre ! ». A l’image de ce jeune homme de 36 ans complètement en larmes et visiblement très ému qui déclare (à une journaliste de Bfm tv) : « j’ai des larmes aux yeux, car c’est la première fois que je me sens vraiment libre chez moi dans mon pays » !
    Des images et des témoignages qui nous laissent de marbre de fascination et d’émotions devant ces joies qui retentissent à travers tout le pays. Le peuple Tunisien qui vient de rentrer dans l’histoire par la Grande porte.
    C’est beau, magique, fantastique plus de mots pour décrire cette joie immense arraché dans la douleur.
    Aujourd’hui, ou peut-être demain, Ben Ali, devra endosser la responsabilité de tous les assassinats commis contre des civils innocents. Dont le seul tord est d’avoir crié sa colère après 23 ans de compression totalitaire et policière.
    Avouer en direct à la télévision qu’il a été induit en erreur par certains de ces faucons ne l’exonère pas en tant que Président. Il est (ou bientôt aura été !) le Premier Magistrat du pays et donc premier responsable de chaque vie de ces citoyens !
    Tenez bon frères tunisiens !
    Vous donnez un exemple au monde entier que nos peuples du Maghreb et du monde arabe n’ont qu’une seule faim : la liberté et le droit d’exprimer sa pensée, sa colère, et son ressentiment comme bon il lui semble en 2011 !
    Ne lâchez rien face à ce dictateur d’un autre âge !
    Le peuple Tunisien est plus civilisé que cette horde sauvage et sanguinaire autour de Ben Ali.
    Vive La Tunisie Libre gloire à son peuple !
    Et que ce vent de liberté arrachée par le sang puisse souffler sur tous les pays du Maghreb et chez nous en Algérie!

    Cordialement.

    Khoukoum Samy
    14 janvier 2011

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER