• Accueil
  • > Algérie Révolte
  • > UEAF: « La révolte est le seul moyen de contestation qui s’offre à une jeunesse en désarroi »

UEAF: « La révolte est le seul moyen de contestation qui s’offre à une jeunesse en désarroi »

emeute255575465x348.jpgDéclaration de l’Union des étudiants algériens de France (UEAF) 

L’Algérie connaît depuis plusieurs jours un mouvement de protestation au niveau de plusieurs de ses départements (wilayas). La révolte de la jeunesse algérienne, caractérisée par une violente répression de la part des forces de l’ordre qui a engendrée plusieurs victimes, est l’expression d’un profond malaise social qui touche l’ensemble du peuple algérien.

Il ne s’agit pas d’un simple « cri du ventre » qu’une simple réunion ministérielle calmera mais d’une remise en cause du régime en place et de ses dirigeants.

Loin d’être un effet de conjoncture, la culture de l’émeute et de la révolte s’est installée ces dernières années comme seul moyen d’expression face à l’inertie politique. Certes, la flambée des prix des denrées alimentaires a provoqué des inquiétudes chez la population, en raison d’une précarisation sociale généralisée. Néanmoins, la révolte ne date pas d’aujourd’hui. En effet, l’Algérie connaît chaque mois des manifestations et des blocages de routes dans plusieurs régions du pays.

Cette révolte de la jeunesse algérienne n’est pas une option parmi d’autres, elle est le seul moyen de contestation qui s’offre à une jeunesse en désarroi : investir la rue pour dénoncer le marasme et la politique du chaos que le pouvoir politique a instauré en l’Algérie. 

Ce mouvement de protestation est aussi l’expression d’une absence totale de perspectives démocratiques et sociales à même d’apporter des réponses aux attentes et aux préoccupations du peuple algérien.

La révolte est, sans doute, un refus de la jeunesse algérienne de l’injustice « Hogra » et le mépris d’un pouvoir illégitime qui a confisqué les richesses du pays depuis l’indépendance.

L’UEAF déplore le silence et l’omerta de la « communauté internationale » face aux violations des droits de l’Homme par le pouvoir algérien ainsi qu’à l’égard des événements actuels et elle dénonce ce soutien constant à un régime aussi sanguinaire, notoirement corrompu et qui enfonce l’Algérie dans le chaos alors que les  pétrodollars affluent par milliards.

L’UEAF dénonce la politique de répression engagée contre les manifestants par les tenants du pouvoir. 

L’UEAF exprime sa solidarité avec le mouvement de contestation sociale en Algérie ainsi qu’en Tunisie, et exige : 

La libération de l’ensemble des manifestants arrêtés et la cessation de toutes poursuites judiciaires à leur encontre. 

La levée de l’état d’urgence et l’ouverture du champ médiatique, politique, syndical et associatif en Algérie. 

Appelle l’ensemble des forces sociales et démocratiques algériennes à s’unir pour imposer une véritable alternative démocratique. 

Apelle l’ensemble des organisations syndicales et de défense des droits de l’Homme à rejoindre 

massivement le rassemblement de solidarité et de soutien au mouvement de contestation de la 

jeunesse algérienne.

Commentaires

  1. Messabih dit :

    Nous n’avons jamais vu dans l’histoire des pays et des nations ,un regime politique et economique, aussi honni que celui preexistant en Algerie,aussi hai par la jeunesse ,les vieux ou les anciens ,blessés dans leur amour propre.
    Un regime aux abois,du neant,du neant…
    La rue decidera,et vous ferez dans votre froc…

  2. persifleur dit :

    Le muet, fait encore parler de lui !

    Muet comme une carpe. Il doit bouder, comme à son habitude. L’acariâtre président nous a habitué a des silences religieux, même lorsque le peuple se faisait massacrer méthodiquement.

    Ce n’est pas pour des gamins en furie qu’il va faire exception à son mépris légendaire.

    Lui qui ne rate pas une occasion pour envoyer ses condoléances attristées aux nations du monde entier pour un chien écrasé malencontreusement.

    Pendant ce temps, double canon, double zéro pour les intimes, talentueux opportuniste s’offre une vidéo où il interprète son plus mauvais rôle: philosophe. Dans un ton paternaliste, le rappeur de l’état voyou demande aux jeunes de cesser leur chahut. Il est plus que certain que le « rebelle » de Annaba a fait appel à Nedjma pour sponsoriser son incitation au calme. Idéologue, oui… mais cupide avant tout.

    L’autre vedette de ces derniers jours mouvementés, le ministre de l’intérieur. Un air de vieux chien avachi, mais il assure dans ses conférences de presse. Il nous a tout dit, avec une franchise déconcertante. La preuve, on dénombre trois morts et pas un de plus. Mais en réalité seul un mort est à mettre sur le compte des policiers qui se sont défendus contre un gars aux mains nues. Cela s’appelle légitime défense chez nous et n’allez surtout pas lui dire le contraire.

    Ouf, le plus gros est passé. L’huile et le sucre ont connu des baisses et la vie peut reprendre son cours le plus normalement du monde.

    La « révolutionnaire » Louisa Hanouna et tous ses nombreux amis députés et sénateurs peuvent reprendre le chemin de leurs assemblées respectives pour pondre une motion de soutien au silencieux président et aux forces de sécurité qui ont été à la hauteur de leur noble tache.

    Pauvreté, mal-vie, précarité, chômage vont être éradiqués grâce à quelques mesurettes spectacle…

    Et qui sait… un jour… l’augmentation du prix des places d’entrée des musées ou mieux celui de la zetla mettra de nouveau ces millions de chenapans dans les rues pour une explosion qui fera sortir enfin le raïs de son mythique mutisme.

  3. Miloud dit :

    Qu’attende les Algériens à sortir dans la rue et de se révolter comme leur voisins Tunisiens dont on a beaucoup critiquer pour leur silence et on se disait à chaque fois que les

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER