LADDH Annaba: Organisons nous pour que la lutte continue

Commentaires

  1. arezki dit :

    oui monsieur,chères compatriotes!!!!!
    Il faut continuer ce mouvement de libérté,libérer nos frères qui sont emprisonnés ,stopper la hogra,demander la démission de boutef et tous ceux qui sont aux commandes,spolié le peuple de sa libérté et de ses richesses et ce depuis 1962.
    il faut que l’armée reste dans ses casernes,et pourquoi pas aider son peuple à se libérer après tout c’est son role non?

  2. Un jour sans fin dit :

    Pourquoi ais je cette impression d’être devant des images et des documents d’archives et non pas d’actualité ? Pourquoi cette impression de déjà vu, déjà entendu ? 35 millions de Robinsons Crusoes échoués, naufragés condamnés à revivre indefinimment la même journée. Les jours se suivent et ne ressemblent à rien : certains veulent quitter l’Ile sur une embarcation de fortune, les autres avec des discours désormais sans consistance…
    Et si la LA LADDH prenait l’initiative et la tête d’un grand mouvement qui aboutirait à la création d’UNE MAJORITE Presidentielle, d’une alternative serieuse majoritaire

    Blek

  3. NARMOTARD dit :

    « LADDH de Annaba: Organisons-nous pour que la lutte continue », dites-vous.

    Bravo la LADDH
    Vous avez raison de soutenir le peuple tunisien et de défendre la cause juste des révoltés, laquelle cause est identique à celle des Algériens.

    En effet, l’organisation optimise les chances de succès face à la répression barbare et à l’entêtement des dirigeants décideurs du pouvoir en place en Tunisie et en Algérie, lesquels doivent se démettre devant la volonté des peuples organisés et solidaires du Maghreb.

    D’un côté, le président Ben Ali de la République tunisienne qualifie la révolte meurtrière de la population de « action terroriste » et convoque l’ambassadeur américain. De l’autre côté, le gouvernement algérien et ses relais médiatisés, traitent nous traitent de « insurgés de la faim », « du sucre et de l’huile ».
    Tous, dénoncent les dysfonctionnements des Institutions périphériques afin d’éviter la culpabilité réelle des décideurs de la sphère dirigeante de l’armée et de l’État et de leurs réseaux étrangers.

    D’évidence, ces deux pouvoirs politiques maghrébins écartent, subtilement et d’emblée, la cruciale thèse d’une revendication politique multidimensionnelle: Celle de l’alternance démocratique, loyale et transparente au pouvoir décisionnel de l’État, en faveur des personnes incontestablement certifiées représentatives du peuple.

    Mais, la pensée d’un tel changement radical leur fait peur viscéralement, à un point tel qu’ils oublient l’existence de la « démission d’honneur », sanctionnant l’échec et le rejet p de leur gouvernance

  4. NARMOTARD dit :

     » Je m’excuse de l’erreur de frappe et reprends ma phrase:

    Mais, la seule pensée d’un tel changement radical, leur fait peur viscéralement, au point d’oublier l’existence de la « démission d’honneur » laquelle sanctionne démocratiquement l’échec de leur gouvernance dictatoriale et despotique que qui fait souffrir des pans entiers de la population maghrébine résistante.

    Enfin, ces deux pouvoirs en question, estiment qu’ils ne doivent rendre de comptes à aucun citoyen électeur, sauf aux services secrets de la sécurité militaire et des chancelleries étrangères qui les avaient aidés à se faire plébisciter malgré tout.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER