« Tounes Hourra wa ben Ali A’la Barra », scande le peuple Tunisien !

tunisie.jpgKhoukoum Samy pour « Algérie Politique »

C’est un Président à la mine livide que nous avons vu hier à la Télévision. Au-delà de la forme, c’est sur le fond que Ben Ali avoue presque inconsciemment sa culpabilité, qu’il avait du mal à cacher et à édulcorer tout au long de son discours. Malgré cela, la rue Tunisienne n’abdique pas. Ne veut rien savoir, ni entendre, ni comprendre, ni analyser et rien de rien, à part : «Tunisie libre, Ben Ali dehors» !

Comme si le peuple voulait lui dire et pour la dernière fois : trop tard ! 23 ans de dictature sans merci. Sans avoir jamais écouté la Tunisie profonde loin des mosaïques touristiques réservées à l’élite et à une minorité qui ne finit pas de s’engraisser sur le dos de millions livrés à leur propre sort . Ça faisait longtemps que Ben Ali devait prêter attention à son peuple en mal de liberté (de la presse, d’opinion…etc.).

Aujourd’hui, à travers tous les recoins du pays – de la Tunisie Verte – des gens ne cessent de scander non sans émotion : « Vive la Tunisie libre ! ». A l’image de ce jeune homme de 36 ans complètement en larmes et visiblement très ému qui déclare (à une journaliste de Bfm tv) : « j’ai des larmes aux yeux, car c’est la première fois que je me sens vraiment libre chez moi dans mon pays » !

Des images et des témoignages qui nous laissent de marbre de fascination et d’émotions devant ces joies qui retentissent à travers tout le pays. Le peuple Tunisien qui vient de rentrer dans l’histoire par la Grande porte.
C’est beau, magique, fantastique plus de mots pour décrire cette joie immense arraché dans la douleur.

Aujourd’hui, ou peut-être demain, Ben Ali, devra endosser la responsabilité de tous les assassinats commis contre des civils innocents. Dont le seul tord est d’avoir crié sa colère après 23 ans de compression totalitaire et policière.
Avouer en direct à la télévision qu’il a été induit en erreur par certains de ces faucons ne l’exonère pas en tant que Président. Il est (ou bientôt aura été !) le Premier Magistrat du pays et donc premier responsable de chaque vie de ces citoyens !
Tenez bon frères tunisiens !
Vous donnez un exemple au monde entier que nos peuples du Maghreb et du monde arabe n’ont qu’une seule faim : la liberté et le droit d’exprimer sa pensée, sa colère, et son ressentiment comme bon il lui semble en 2011 !
Ne lâchez rien face à ce dictateur d’un autre âge !
Le peuple Tunisien est plus civilisé que cette horde sauvage et sanguinaire autour de Ben Ali.
Vive La Tunisie Libre gloire à son peuple !
Et que ce vent de liberté arrachée par le sang puisse souffler sur tous les pays du Maghreb et chez nous en Algérie!

Commentaires

  1. amghar azzamni dit :

    Au risque de me répéter , je dois dire que le discours du président tunisien est pathétique, habillé de beaucoup d’émotions mais combien de fois a-t-il fait des promesses non tenues au peuple tunisien.Va-t-il les tenir cette fois-ci ou bien cela était fait juste pour faire taire les clameurs qui parviennent de la rue en furie.En tout cas, le résultat de ce discours qui se veut plutôt raisonnable montre plus de réprobation des manifestants qui revendique son départ immédiat.L’ambassadeur tunisien a déposé sa démission au président Ben Ali à travers la chaine de télévision française d’informations BFMTV . Il s’est même laissé dire que les promesses faites par le président risquaient de ne pas être tenues, à croire ces dires!
    En tout état de cause, la situation houleuse qui prévaut en Tunisie, n’a pas l’air de se calmer malgré ce très beau discours prometteur.
    La suite des événements et des mesures prises par le pouvoir tunisien dans les tous prochains jours seront déterminants pour la stabilité du pays tunisien.
    Il faut souligner aussi, que le risque de voir émerger le pôle islamiste est sans doute probable en Tunisie. A en croire certaines sources d’informations étrangères et notamment celles que nous captons sur les chaines européennes montrent bien cette proba lité.Allah Yastarna car il y a risque de débordement au-delà des frontières tunisiennes. Espérons que c’est la Démocratie qui l’emportera !

  2. NARMOTARD dit :

    « Tounes Hourra wa ben Ali A’la Ala Barra, scande le peuple tunisien », dites-vous.

    Inchallah!

    Les Tunisiens ont été les premiers « Fellaga » pour l’indépendance de la Tunisie sous protectorat de la France. Ils ont été suivis, quelques temps après, par les « Fellaga » algériens pour libérer leur patrie des griffes du colonialisme français.

    Aujourd’hui, les Tunisiens sont les premiers à arracher la démocratie, l’exercice des droits de l’homme et l’alternative démocratique au pouvoir de l’État. Les Algériens n’ont aucune raison de ne pas les suivre pour envisager, ensuite avec eux, l’inauguration du vrai Maghreb de la démocratie véritable dont le support est représenté par la société civile autonome et libre, du Maghreb des droits de la personne humaine et de l’État de droit, bref, du Maghreb des peuples.

    Donc, à vos marques, les Algériens lucides qui déjoueront le piège des manifestations de complaisance, sous de fallacieux slogans d’opposition, « autorisées » dans la rue d’Alger, mais, en réalité, manifestations en faveur du statu quo en Algérie, c’est-à-dire, sans aucun risque pour l’avenir du système dictatorial des généraux et des services de sécurité en place.

    Attention donc au noyautage! Et bon courage!

  3. khoukoum samy dit :

    Urgent ! Urgent ! Urgent !

    Le Premier Ministre prend la présidence momentanément !

    Ps. A noter à tous nos amis internautes que ce Mr Ghennouchi n’est autre qu’un très proche de Ben Ali.
    Donc, ce n’est qu’une première étape…A suivre !
    Car, j’en suis pas sur que la rue tunisienne se contenterait de cela..A voir et à suivre !!!
    Que Dieu préserve la vie de nos frères Tunisien.
    Gloire à leur Martyr !
    Cordialement.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER