• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 15 janvier 2011

Archive pour le 15 janvier, 2011

La littérature n’est pas sa tasse de thé…

khalida.jpgR.Z. pour « Algérie Politique »

Même si sa décision est loin de surprendre, elle peut toujours faire rire. Mieux, laisser indifférent. Quelle culture peut venir de “là-bas”?

Vous ne savez toujours pas de quoi il s’agit?  Vous ne ratez absolument rien! Rien d’extraordinaire, rien d’original, rien d’exceptionnel, rien d’intelligent. Rien qui vaille la peine  d’être signalé. Ca ne fera pas le buzz! Je puis vous l’assurer.

Juste que c’est la ministre de la culture qui vient d’annoncer l’interdiction de toutes activités culturelles dans la wilaya de Béjaia, jusqu’à nouvel ordre. Voilà, vous voyez que c’est une mesquinerie. Et comme toute mesquinerie, elle ne mérite aucun commentaire. Juste  que c’est le café littéraire de  la ville qui n’aura pas lieu. Une injonction de celle qui s’occupe des solennités qui donnent un habillage artistique à la dictature. Celle qui l’a bâillonnée naguère et qu’elle défend ardemment aujourd’hui. Le livre « Identité et citoyenneté » de Mohamed Brahim Salhi, que devait accueillir ce samedi le Café littéraire restera dans le livre.

Une ministre de la culture qui interdit la culture, ça vous inspire quoi ? Une ministre qui ferme un café littéraire, ça vous dit quoi ? Moi, rien. La littérature n’est pas sa tasse de thé…

Tunisie: Vers un gouvernement de coalition

tunisie1.jpgMoins de deux heures après avoir prêté serment, le président par intérim, Fouad Mebazaa a chargé le Premier ministre Mohammed Ghannouchi de former un nouveau gouvernement d’unité nationale », comme il l’a annoncé à la télévision. La veille, le même Mohammed Ghannouchi, Premier ministre du président en fuite Ben Ali, avait pourtant tenté de s’autoproclamer président par intérim, mais le Conseil constitutionnel tunisien avait invalidé sa prise de pouvoir. L’instance avait rappelé qu’en vertu de la loi fondamentale tunisienne, le président du parlement était le chef d’Etat intérimaire. Fouad Mebazaa en l’occurrence, selon Europe1.

Alger: La police interpelle une jeune cinéaste

hamel.jpgSuite au rassemblement pacifique tenu aujourd’hui à la place de la liberté de la presse à Alger, et après que le rassemblement s’est dispersé dans le calme, la police, présente sur les lieux en nombre important, a interpellé la jeune Sofia Djama, une des participants à ce rassemblement.  Les policiers l’auraient emmené vers le commissariat de Cavaignac, prés de la grande poste à Alger.  Elle a été relâchée vers 17h20.

(Lire la suite)

Monsieur Sarkozy, pas de leçons SVP !

benali1.jpg

Il y a quelques jours, la ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie, en réaction au mouvement de résistance du peuple tunisien, a affirmé devant les députés de son pays qu’«on ne doit pas s’ériger en donneurs de leçons» «face à une situation complexe». Pis, MAM a suggéré que «le savoir faire, reconnu dans le monde entier, de nos forces de sécurité, permette de régler des situations sécuritaires de ce type».

Revirement de situation. Au lendemain de la fuite du despote tunisien, Zine El-Abidine Ben Ali, le président français s’érige en donneur de leçon en demandant aux Tunisiens d’organiser « des élections libres dans les meilleurs délais ». El Mouhtarem

Tunisie: 42 morts dans l’incendie de la prison de Monastir

Le bilan de l’incendie de la prison de Monastir dans le centre-est du pays s’aggrave: un médecin parle d’au moins 42 morts.

Tunisie: Election présidentielle dans deux mois

Après une journée historique et une soirée d’incertitude, l’ancien président tunisien Ben Ali, en fuite, s’est réfugié dans la nuit à Jeddah en Arabie Saoudite. C’est finalement le président du parlement, Fouad Mebazaa, qui assure l’intérim, avec pour mission d’organiser une élection présidentielle dans les 60 jours, rapporte Le Parisien.

En Tunisie, le monstre est éventré

Par Lamia HAMMAD

Sur son lit de mort, la tête tourmentée et le ventre baillant, le monstre trépide en Egypte. Ses bras vers le ciel, adjure les Libyens de lui laisser un peu de temps, juste le temps de se retourner car vidé de son sang par une Tunisie vaillante. A genoux en Algérie, le monstre vivra t-il ses dernières heures ? Pivotant sur lui-même, cherchant au Maroc sa queue entachée de ce sang.

L’Afrique du nord n’en peut plus. Le monstre agonise, ses jours sont comptés. Long de plusieurs milliers de kilomètres, du Caire à Tripoli en passant par Tunis, longeant Alger pour s’échouer à Rabat, le monstre n’avance plus.

Eventré par les fils de Abou El Kassim EL CHABI, succombera t’il à ses blessures si l’Egypte du peuple se soulève ? Si la Libye du lion du désert rugit, si la mère du million de martyrs s’insurge, si les petits fils de Abdelkrim EL KHATABI d’un coup de hache mettent fin à une dynastie qui règne sans partage ?

Et puis même sans le «SI» car les enfants de l’Afrique du nord peuvent mettre le monstre dans une bouteille pour le projeter, avec la force réunie de 160 millions d’âmes, dans la gueule d’un loup affamé, près à dévorer les despotes et les tyrans ! Allons, Peuple d’Afrique du nord, réveilles- toi, n’est plus peur, les tunisiens ont éventré le monstre et souffle enfin le vent de la liberté aux senteurs du jasmin…

FFS: « Ajourd’hui la Tunisie, demain le Maghreb »

hocine2073.jpgLa détermination, le rassemblement et le courage du peuple Tunisien ont eu raison de l’Etat policier.  La victoire du peuple Tunisien est la victoire de toutes les femmes et de tous les hommes épris de justice, de liberté et de démocratie dans le Maghreb.

Le FFS qui a manifesté dès les premières heures sa solidarité à la lutte du peuple Tunisien, est convaincu que les forces de changement trouveront les ressources nécessaires pour mener à terme le processus de démocratisation de la Tunisie.

Comme il est convaincu qu’elles sauront lever les obstacles qui ne manqueront pas de se dresser tout au long de la période de transition démocratique. Il n’échappe à personne que dans nos pays, les forces du statu quo et de la restauration autoritaire,  sont encore présentes et actives tant au niveau des Etats que dans les sociétés.

(Lire la suite)

L’huile ou la liberté ? Les Tunisiens ont fait le choix…

chars.jpgR.Z pour « Algérie Politique » 

Qui peut rester insensible à ce qui vient de se produire en Tunisie ? Le peuple tunisien, par sa mobilisation  pacifique et sa détermination arrache sa liberté. Mieux encore, à contraindre le dictateur Ben Ali à quitter  le pouvoir. Pis, encore et humiliant pour lui : à  fuir son pays penaud. Honni et vomi, le tyran sort par la petite trappe de l’Histoire. Il aurait pu se retirer autrement, « dignement ». Cependant sa soif inextinguible du pouvoir, l’en a empêché. Manifestement, la dignité n’est pas l’apanage des dictateurs.

Désarçonné et pris de panique, le président aux six mandats, tentait encore, il y a quarante-huit heures, de gagner du temps et d’appeler son « cher » peuple à la « raison ». Dans  un discours chargé de démagogie et, avec l’énergie du désespoir, il avait lancé un pitoyable : « Je vous ai compris ». L’on croyait qu’il avait effectivement saisi tout le sens de la colère de son peuple. En fait, il n’avait rien compris.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER