• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

Archive pour janvier, 2011

Pourquoi je ne marcherai pas

laddh.gifProfesseur Kamel DAOUD, membre du conseil national de la LADDH

Pourtant je suis militant de la LADDH. La décision d’engager la Ligue dans une démarche précipitée sans concertation peut être lourde de conséquences.
Il n’est pas question pour les Algériens de faire du « copier-coller » de ce qui se passe en Tunisie. La situation y est confuse : il faudrait être naïf pour croire que c’est la rue qui a « dégagé » Benali. C’est sûrement plus compliqué que cela et les questions que l’on se pose sont:

(Lire la suite)

Sadi Sadi « Le général Toufik m’a dit que l’Algérie va mal »

Dans un entretien accordé hier au quotidien El Khabar, le président du RCD, Said Sadi a confirmé avoir rencontré le général du DRS, Toufik Mediene. « J’ai rencontré le général-major du DRS, Toufik Mediene. Ce dernier a reconnu que le pays va mal », a déclaré Said Sadi. El Mouhtarem

Égypte: Deux manifestants et un policier tués

moubarek.jpgDes milliers d’Égyptiens ont réclamé, hier, le départ du président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis près de trente ans, lors de manifestations à travers le pays qui auraient fait trois morts : deux manifestants à Suez et un policier au Caire.

Au Caire, la police a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour tenter de disperser plusieurs milliers de personnes, en grande partie des jeunes, rassemblées sur la grande place Tahrir et ses environs, à proximité du Parlement et de nombreux ministères.

Des manifestations similaires ont également eu lieu dans d’autres villes du pays, notamment à Alexandrie, Assouan, Assiout, Tanta et Mansourah. Sans oublier la péninsule du Sinaï. Partout, les manifestants ont fait référence à la révolte populaire qui a fait tomber, à la mi-janvier, le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali après 23ans de pouvoir.

Twitter bloqué en Egypte

twitter.jpgLe site de micromessagerie Twitter était inaccessible en Egypte, mardi 25 janvier, alors que des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak. Selon le site herdict.org, il était impossible d’utiliser Twitter, qui permet d’échanger des messages de cent quarante caractères maximum – en Egypte. « Nous pouvons confirmer que Twitter a été bloqué en Egypte. A la fois Twitter.com et les applications ont été touchés », précise le groupe, dans un tweet. Mais Twitter n’a pas avancé de raison sur la suspension inopinée du service dans ce pays, rapporte Le Monde.

Le départ de Ahmed Ouyahia est imminent

boutefouyahia.jpgNous apprenons d’une source informée que les jours de Ahmed Ouyahia à la tête du gouvernement sont comptés. Son départ du poste de Premier ministre pourrait intervenir incessamment, ajoute notre source. El Mouhtarem

Il y a 21 ans, le RCD s’opposait à une marche du MCB à Alger

matoub.jpgLe 16 janvier 1990, le Rassemblement pour la culture e la démocratie (RCD) s’oppose à l’appel du MCB pour le rassemblement devant l’APN prévu pour 25 janvier 1990. Dans une déclaration intitulée “question amazigh: dépasser la confusion et prévenir les dérapages”, le RCD qualifie l’appel d’anonyme puisqu’il ne porte aucune signature. Il se demande: “qui est effectivement derrière cet appel ? Un parti, plusieurs partis, une association ou des individus ? Comment s’appellent-ils ? Qui va prendre la parole ? Pour dire quoi ?”. Pour le RCD, il y a “trop de doutes, trop de manœuvres trop d’anonymat, trop de confusion” qui “accompagne l’action du 25 janvier”.

Le 23 janvier, Abdennour Abdeslam, Arezki Graine, Hakim Saheb (aujourd’hui député du RCD), Mourad Bounab, Amar Amireche et Khaled Bouredine rendent public une déclaration intitulée “la raison et l’instinct”. Dans cette déclaration, ils se démarquent de l’appel au rassemblement du 25 Janvier et appellent les militants à un maximum de vigilance.

Tizi-Ouzou: Liberté provisoire pour les 12 émeutiers

La chambre d’accusation près la cour de Tizi-Ouzou a ordonné ce matin la mise en liberté provisoire pour les 12 émeutiers arrêtés pour  »attroupement illégal et destruction de biens publics et privés ». El Mouhtarem

Selon l’Elysée, l’Algérie est toujours un département français

boutef1.jpgMaamar BOUDERSA pour « Algérie Politique »  

Les évènements que connaît la Tunisiedepuis plusieurs semaines ont permis de lever le voile sur les relations réelles entre les pays maghrébins et l’ex-puissance coloniale. Tout a commencé ave les déclarations  de la ministre des affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie qui a proposé, pour sauver le pouvoir de Benali, d’envoyer le savoir-faire français pour mettre fin à la rébellion et ou à l’insurrection ou à la révolution, selon les qualificatifs des uns et des autres.

Les propos de cette ministre ont donné lieu à plusieurs commentaires en France avec une audition de la ministre par la commission des affaires étrangères de l’Assemblée française. Mais cette ministre a dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas à Paris sur la nature réelle des relations entre la France et les trois pays du Maghreb. 

C’est Henri Guaino, le conseiller spécial de Sarkozy à l’Elysée, qui exposait cette relation sur les ondes de RTL le lundi 17 janvier 2011, dont les propos ont rapportés par le quotidien « El-Watan » dans son édition du jeudi 20 janvier 2011.

(Lire la suite)

Mort d’un deuxième Algérien qui s’était immolé par le feu

feu.jpgUn Algérien de 37 ans, sans emploi et sans logement, qui s’était immolé par le feu le 15 janvier à Tebessa, localité proche de la frontière avec la Tunisie, a succombé, lundi matin, à ses blessures. Mohcin Bouterfif est mort des suites de ses brûlures, a indiqué Mohamed Salah Boudjelakh, anesthésiste-réanimateur au service des grands brûlés de l’hôpital d’Annaba, où il avait été admis après s’être aspergé d’essence et y avoir mis le feu devant la mairie de la ville minière de Boukhadra, à l’est de Tebessa.

(Lire la suite)

Conférence-débat à Paris: «Le Maghreb entre autoritarismes et révoltes populaires, quelles alternatives ?»

L’institut Maghreb-Europe de l’université Paris 8 et l’Union des étudiants algériens de France (UEAF) co-organisent une conférence-débat vendredi 28 janvier, à partir de 15h00 à l’amphi X de l’université Paris 8 portant sur: «Le Maghreb entre autoritarismes et révoltes populaires, quelles alternatives ?» 

 

Avec la participation de: 

- Mohammed HARBI, Historien

Le FLN : Documents et histoire, 1954-1962, (en collaboration avec Gilbert Meynier) Fayard, 2004

- René GALISSOT, Historien

(Lire la suite)

12345...22

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER