Casse-toi, la coupe est pleine

benatallah.jpgPar une mère digne

HALIM BENATALLAH, secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la  Communauté nationale à l’étranger, oublies- tu que tu as aussi exporté tes fils en Europe ? Ils sont en Belgique, et tout le monde le sait, ils occupent un appartement de grand standing et n’ont pas voyagé dans des barques de fortunes mais avec des billets d’Air Algérie en 1ère classe, payés par l’argent du peuple algérien.

N’insulte pas les mères et les pères dignes qui apprennent avec déchirure la nouvelle de leurs enfants, la chair de leur chair, échoués au large de la méditerranée ou dévorés par les requins, Ait un peu de pudeur envers l’espèce humaine, nos enfants ne sont pas une marchandise, pèse tes mots, car du gaz et du pétrole du peuple algérien que vous exportez, tu empoches 20.000 euros par mois, 200 millions de centimes, une villa et deux chauffeurs, et deux gardes du corps.

As-tu oublié d’où tu viens ? D’un gourbi à Annaba !  Saches que vos jours sont comptés, bandes d’assassins, car si nos enfants tentent d’émigrer c’est à cause d’assassins comme toi, comme Médiene, Said bouteflika et les autres. Tu oses traiter le désespoir et la Hogra de simple imitation de pratiques des voisins? Quel perroquet, petit et arrogant ! Je suis une mère digne, benatala halim, et bientôt tu ne seras pas exporté mais évincé, alors dégage petit, dégage, et prends ta femme et casse – toi. Car imitation il y aura et comme les voisins tunisiens et les égyptiens, on fera de vous des rats qui se cacheront dans les égouts pour échapper à la volonté d’un peuple qui veut vivre dans la liberté et la dignité. Vive l’Algérie libre, vive la révolution, abas les corrompus, les assassins et les dictateurs.

Commentaires

  1. La diplomatie algérienne dans tous ses états dit :

    A lire absolument :

    « La Diplomatie sinistrée », de Mahmoud, paru dans son blog :

    http://diplomatiealgerienne.centerblog.net

  2. GAME OVER dit :

    Vous devez avoir honte de vos déclarations. Au lieu d’insulter toutes les mères d’Algérie, vous auriez du donner du travail et de la dignité aux Algériens. Si les jeunes Algériens en viennent à mourir en haute-mer c’est à cause de votre gestion « éclairée » de l’économie de ce pays. Il est vrai que vous avez fait fuir à l’étranger ce que vous avez de plus cher: vos enfants et votre argent.
    Mais hélas pour vous, ce sera bientôt fini…
    *****GAME OVER****

  3. GAME OVER dit :

    GAME OVER

  4. djaafer dit :

    texte non signé!!!

  5. rim-k dit :

    il est vrai qu’il n’a pas à donner des lecons au peuple alors que leurs enfants se la coulent douce en europe
    c’est l’hopital qui se fout de la charite

  6. rim-k dit :

    on se souviendra du discours wel izza el karama

  7. Anonyme dit :

    C’est parce qu’il a pris le taureau par la queue au lieu des cornes, que Benatallah commet cette bourde monumentale.
    A cette allure, il va battre le record de Zerhouni.

  8. thirga dit :

    Avec ses copains du commerce, de l’intérieur, du CULTE… ce primate se rattrape. Que peut-on attendre de ceux qui ont criminalisé la HARGA sI ce n’est d’en faire autant pour l’immolation. Des dizaines d’immolation et il montre leur kemira. MAYAHCHMOUCHE car ils sont issus de si bas…

  9. محمد dit :

    رسالة مفتوحة لحليم بن عطالله:
    أبناءنا ليسوا بضاعة تصدر!
    محمد ونيش/ أستاذ جامعي في عنابة

    يا حليم ، احلم! ثم ارحل ، آن الأوان للرحيل ، رحيل بوتفليقة و حاشيته و أنت منهم يا حليم. واعلم يا حالم يا حليم أن ما أخذتموه و سلبتموه من الشعب من مال و من كرامة سوف يعود للشعب لا محال و لا مهرب أيها المستبدين و يا أيها الطغاة في عصر الحريات و احترام حقوق الإنسان. جاء وقت الحساب و العقاب و قد ولى عهد الديكتاتورية يا طغاة. يا حليم بن عطاالله إنكم سلبتم ما لم يعطيكم لا الله و لا الشعب الجزائري الأبي. إننا عقدنا العزم أن نحيى أحرارا كرماء و يوم 12 فبراير سنخرج لشوارع الجزائر الحبيبة و نطالب برحيلكم واحدا واحد أيها الطغاة الجبناء. أبناءنا ليسوا بضاعة تصدر لكنهم أفلاذ أكبادنا لا نقبل بإذلالهم أيها السخفاء و السافلين و احذر في المستقبل من استعمال مثل هذه العبارات السخيفة السافلة مثلك!!! هذا رد أب و أم لسافل لا يمتلك ذرة من الإنسانية! إننا مثل باقي أمهات و أباء الجزائر العظيمة أصحاب نخوة و كرامة و لم نسمح و لن نسمح لك بوصف أبناءنا بالبضاعة ، أنتم الذين تصدرون و تتاجرون بأبنائكم أما نحن فلم نعد نحتمل و تجاوز صبرنا الحدود، إن وصفك لأبنائنا بالبضاعة ، قطرة أفاضت الكأس و تصريحك هذا أوصل السيل الزبا و لم نعد نحتمل إذلالكم لنا. و بالله عليك أيها الإنتهازي، أبناءك صدرتهم لبلجيكا بعد قضاءك في بروكسل 10 سنوات سفيرا ليس للجزائر و إنما للطغاة الذين عينوك مبيضا لأموال الشعب.
    يحيا الشعب الجزائري ! وتحيا الحرية! و يسقط النظام المستبد و يسقط بوتفليقة !و النصر حليفنا.

  10. Merzak OUABED dit :

    HARRAGA* … OU LES RAISONS DE LA COLERE !

    Mais pourquoi t’obstines-tu à partir
    A traverser les mers en nous laissant
    Tu t’aventures à mettre en péril ta précieuse vie.
    Pour t’exiler, en renonçant à nous
    Ce voyage n’est pas légal
    Et sa fin peut être malheureuse
    L’embarcation est petite et en bois pourri
    Et tu risques de te noyer sans pouvoir nous revenir

    Ne me blâme pas, et laisse moi partir
    Je tente ma chance, même dans le désert
    Ton gars a le cœur meurtri,
    S’il vit, il ne possède rien, et s’il meurt, il n’aura rien à léguer.
    Depuis l’âge où j’étais bébé dans le berceau
    La réussite ne m’a jamais rendu visite
    Que je vive dépecé ou égorgé
    Il n’y a pas de différence, les deux sont des calamités

    Même si tu arrives à partir loin
    En te retrouvant errant en étranger
    Qui peut garantir que tu sois heureux
    Alors que tu n’auras ni être cher, ni compagnon, ni proche
    Tu vivras alors malheureux, seul en solitaire
    Tu sais que ce temps est traître et difficile
    Tu ne trouveras aucune pitié, et les cœurs sont en fer
    Reste avec nous et sois brave

    Je pars, je m’exile en traversant les mers
    Même si je dois le faire à la nage
    Je ne peux plus tenir, car j’en souffre bien
    Alors, je pars même si c’est sur une planche
    Ce qui m’importe, c’est d’arriver et de voir
    Les pays de l’abondance, la paix et la quiétude
    Là, je vivrai dans la joie et heureux
    Dans quelque villa, avec jardin et cour

    Même si tu es gavé de peine
    Et même si le vase en déborde
    Tout passe, et tout n’est qu’éphémère
    Mais l’essentiel, c’est la volonté
    Reste toujours dans l’attente, ou même dans l’espoir
    Mais ne désespère jamais
    Demain, si Dieu le veut tu trouveras la quiétude
    Et tu fonderas un foyer, comme tous les gens

    Je n’ai pas trouvé ici, le bout du fil
    Je ne fais que tourner en rond inutilement
    J’en suis fatigué et las de monter et descendre
    Si j’ai le dîner, le déjeuner je n’en n’ai pas
    Tous mes voisins et les gens des alentours
    Comme les gens du quartier, sont témoins
    Toute la journée, je ne fais que soutenir les murs
    Alors là, si je me marie, c’est la catastrophe

    Cesse de pleurnicher et de te lamenter
    Toi tu vis toujours dans les chimères
    Tu es trop gâté, et tu aimes être bercé
    Comme tu regardes trop quelques films
    Qui te poussent à dire : je pars
    Vivre là-bas, une vie de rêve
    Admets-le et arrête de tricher
    Car ton pays, n’a aucun reproche

    Tu veux que je sois franc
    Au fait, si tu comprends l’arabe
    Ici, dans mes poches, il n’y a que de l’air et du vent
    Et pour moi, la tourmente a perduré
    Dans ma nature, je veux vivre bien
    Et j’aime l’argent, sans modération
    A chaque fois que je me relève, je retombe à nouveau
    Alors, laisse moi partir. Fais-moi plaisir

    Tu sais que la vie est un long combat
    Il y a le riche, et il y a le pauvre
    Juste un peu de dynamisme et d’actions
    Ne sois pas avide, et ne dis pas : c’est peu
    Et Dieu y mettra sa baraka
    Et tu peux ici même, te faire une situation
    Notre destin est commun et nous le partageons
    Et puis celui qui veut réussir, il a tout le temps

    Laisse moi partir, ö créature
    Jusqu’à quand faudra t’il se fatiguer à attendre
    Tu sais bien que les portes me sont toutes fermées
    Et plus je tarde ici, et plus augmente mon obstination
    Les autres en haut, mènent la vie de château
    Et moi au fond, je me gave de tourments
    Ils ne vivent que grâce aux tromperies et aux dols
    Et moi, les bras croisés je reste dans mon p’tit coin.

    Ne me trouve aucune excuse
    Il n’y a pas de meilleur pays que le tien
    Tu dis qu’il ne reste plus que le « sauve qui peut » d’ici
    Mais fais comme les jeunes, de ton âge. Regarde tes seigneurs
    Ils ont réussi ici même, et sans difficulté
    Mais toi au fait, tu es juste fainéant ; ce n’est pas de ta faute
    La pente, tu peux la voir en rampe
    Alors, quant à moi désormais, je n’en ferai plus cas de toi

    Merzak OUABED
    Alger, 2005
    Nb : Opérette au texte inédit, écrit en arabe en vers rimé pour un duo d’interprètes, mixte. Il est traduit à la langue française par l’auteur lui-même.
    * Harraga : un terme du parler de l’arabe Algérien, populaire et familier, et qui dans le jargon des jeunes, veut dire : « brûleur » Initialement, il était utilisé pour désigner, quelqu’un qui brûle un feu rouge. Par la suite, et par extrapolation, il devient un terme désignant spécialement, celui qui brave les interdits des lois, et la légalité concernant les frontières (maritimes surtout), pour les traverser clandestinement, généralement en groupe (parfois à l’aide d’embarcation de fortune) afin de tenter de rejoindre l’autre rive de la méditerranée du Sud de l’Europe. Harraga veut textuellement dire : Brûleur, Harga : c’est l’opération elle-même, de la traversée clandestine.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER