• Accueil
  • > Monde
  • > Egypte : « L’armée souhaite rester au pouvoir »

Egypte : « L’armée souhaite rester au pouvoir »

denis.jpgDenis Bauchard, conseiller spécial pour le Moyen-Orient à l’IFRI www.lemonde.fr

Lundi 31 janvier, elle a déclaré que les revendications du peuple étaient « légitimes ». Elle s’est également engagée à ne pas faire usage de la force. Un message clair, selon Denis Bauchard, conseiller spécial pour le Moyen-Orient à l’Institut français des relations internationales, destiné à montrer que « l’armée souhaite rester au pouvoir ».

Comment interpréter le message de l’armée de lundi soir qui considère les aspirations des manifestants « légitimes »?

La publication de ce communiqué s’est faite dans des conditions étranges. En effet, il a émané de « l’état-major ». La raison en est peut-être le souci de montrer qu’il reflétait la position, non d’un haut responsable identifié, mais de l’armée en tant que telle. Il était clair que depuis quelques jours, l’armée n’était pas disposée à tirer sur les manifestants. Mais elle a eu besoin de s’affirmer comme une force, une force pacifique.

En outre, je pense que si l’on rapproche ce communiqué du fait que le général Omar Souleïmane a été nommé vice-président de la République, il y a un double message. Tout d’abord, la transition est amorcée. En clair, Hosni Moubarak devra partir au plus tard à la fin de son mandat à l’automne de cette année, il ne se représentera pas. Et son fils Gamal ne sera pas candidat. Deuxièmement, l’armée entend rester au pouvoir. Il s’agit là d’un signal envoyé à la communauté internationale et à la population. En somme, il n’y aura pas de transition sans participation active de l’armée.

Quel est justement le rôle politique de l’armée en Egypte ?

L’armée est au cœur du pouvoir en Egypte. Elle joue un rôle central depuis longtemps: depuis 1952 et l’arrivée du colonel Nasser au pouvoir. Elle détient tous les leviers du pouvoir: le vice-président, Omar Souleïmane, le premier ministre, plusieurs ministères sensibles – défense, intérieur – sont entre ses mains. La plupart des gouverneurs sont issus de l’armée. L’armée est fidèle à l’Etat et au régime.

Elle joue également un rôle économique: elle contrôle un certain nombre d’entreprises publiques dans des secteurs très divers, d’Egypt Air à des compagnies pétrolières et bien d’autres. Mais d’anciens militaires sont également à la tête d’un certain nombre d’entreprises privées.

Aujourd’hui, l’objectif optimal de l’armée est, sans donner l’impression de lâcher le président Moubarak, d’assurer la pérennité de l’Etat et celle de son propre pouvoir. Est-ce que Moubarak va être incité à partir tout de suite ou va-t-il terminer son mandat ? En tout cas, l’armée n’a pas intérêt à donner l’impression de lâcher le président dans la mesure où celui-ci est l’émanation de l’armée.

L’armée est au pouvoir, un pouvoir qui est contesté à travers la personnalité de M. Moubarak, pourtant l’armée n’est pas remise en cause. Comment expliquer cette apparente contradiction ?

L’armée est restée dans l’ombre et le mécontentement se focalise sur le président personnellement. Il apparaît comme l’homme des Américains, l’homme de la conciliation avec Israël. C’est aussi à lui qu’on attribue toutes les déficiences économiques, le chômage, la pauvreté, la corruption. M. Moubarak est ainsi la personnalité la plus exposée.

L’armée n’est donc pas critiquée, elle a toujours conservé une très bonne réputation: elle a une image d’intégrité, la réputation d’assurer la sécurité et la sauvegarde du pays. Elle s’est bien battue en 1973 [lorsque le président Sadate s'est engagé dans la guerre du Kippour contre Israël]. Il y a un sentiment largement positif envers elle au sein de la population.

C’est donc une situation différente de celle qu’a connue, par exemple, la Tunisie: le président Ben Ali, sa famille et le système étaient remis en cause alors qu’en Egypte, il y a une remise en cause de M. Moubarak mais pas du régime lui-même. Très rares sont ceux qui critiquent le régime militaire, bien que M. Moubarak soit une émanation de l’armée.

En outre, l’armée a des privilèges, elle attire des jeunes soucieux de faire carrière, ses métiers sont recherchés, contrairement à la police qui a une image très négative. Car ces dernières années, l’armée n’a jamais eu à réprimer les manifestations, c’est la police qui s’en occupait. Durant les événements récents, elle a eu un rôle de maintien de l’ordre mais de façon statique, par sa seule présence, notamment autour de la place Tahrir.

Lundi 31 janvier, le vice-président, Omar Souleïmane, a annoncé l’ouverture d’un dialogue avec l’opposition. L’armée semble devoir jouer un rôle dans cette transition, mais de quelle transition s’agit-il ? L’armée peut-elle apporter la démocratie ?

Le général Souleïmane, dans sa brève intervention d’hier soir a souligné qu’il était prêt à réfléchir à certaines dispositions constitutionnelles. Certaines d’entre elles ont un caractère peu démocratique, notamment la nécessité de récolter 250 signatures de parlementaires pour être candidat à l’élection présidentielle, alors que le parti présidentiel contrôle le Parlement. La possibilité de nouvelles élections législatives semble envisagée.

En revanche, il faut bien se rendre compte que le Parlement n’est pas fort en Egypte. Il s’agit d’un régime présidentiel. A supposer qu’il y ait une majorité d’opposants au Parlement, cela ne veut pas dire qu’il y aura une réelle opposition. C’est le président qui tient le pouvoir.

Dans son communiqué, l’armée reconnaît la nécessaire liberté d’expression. Mais la question est de savoir jusqu’à quel point elle est prête à accepter des éléments de démocratie. Il pourrait y avoir un scénario à la turque : un pouvoir dans lequel l’armée est garante d’un certain nombre de valeurs, notamment la laïcité, au cas où les Frères musulmans venaient à participer au pouvoir et seraient tentés de promouvoir la charia.

Quoi qu’il en soit, cette période transitoire va être difficile à gérer. La difficulté pour l’armée va être de maintenir sa bonne image tout en ne donnant pas l’impression de lâcher le chef de l’Etat.

Les Etats-Unis ont une relation privilégiée avec l’armée égyptienne. Comment peut-on la caractériser ?

Elle est ancienne et très forte. Beaucoup d’officiers égyptiens sont allés aux Etats-Unis pour des périodes de formation ou des stages. Les Américains fournissent aussi une aide militaire très importante : sur les 2 milliards de dollars d’aide accordés chaque année, environ la moitié a un caractère militaire.

Le chef d’Etat major de l’armée va régulièrement à Washington, où il se trouvait lorsque les troubles ont éclaté. Il y a donc des liens institutionnels et humains. Ceci n’est pas en contradiction avec le discours des Etats-Unis, qui insistent sur la nécessité de répondre aux aspirations de la population, ce qui coïncide exactement avec ce que dit l’armée.

Les Frères musulmans sont la principale force d’opposition du pays. Quelles relations entretient l’armée avec la confrérie ?

Entre le pouvoir et les Frères musulmans, il y a eu dans le passé une alternance de répression et de dialogue. La confrérie est tenue en suspicion. Elle est théoriquement interdite mais elle est de facto tolérée. Par le passé, il y a eu de grandes vagues répressives à leur égard. Mais depuis quelques années, il y a un modus vivendi.

A mon sens, les Frères musulmans ne souhaitent pas affronter le pouvoir. Il y a probablement des contacts maintenus en permanence, y compris au niveau d’Omar Souleïmane.

Propos recueillis par Flora Genoux

Commentaires

  1. hakim5 dit :

    le vendredi prochain ça sera la priere de la  » djaaza  » sur la dictaure en egypte……le 12 fev ça sera le coup d envoi en algerie..courage camarade……lez pouvoir ne peut tirer sur les manifestants civils……et ceux qu ils croit acquis par la corruption se retourneront contre lui si on maintient la mobilisatiopn ……….une nouvele ere se dessine a l horizon: a nous tous ensemble de construire une algerie meilleure ……..

  2. NARMOTARD dit :

    « Égypte: L’armée souhaite rester au pouvoir », dites-vous.

    J’interroge l’histoire: L’armée égyptienne a-t-elle quitté le pouvoir, un jour ?

    L’armée du général Hosni Moubarak n’a jamais quitté le pouvoir de la République d’Égypte depuis le renversement du roi Farouk par le général Mohamed Naguib. Elle s’y maintient, depuis 1981, suite à l’assassinat du vice président Anouar El-Sadat, à travers le général Moubarak qui était le vice-président depuis 1975.

    Actuellement, la présence de l’armée dans le pouvoir civil de l’État égyptien se prolonge et se renforce à travers la nomination du général Souleïmane au poste (d’héritage armé) de vice-président de la République égyptienne.

    Cela est conforme à l’obscure, fallacieuse et hégémonique politique des affaires étrangères des États Unies d’Amérique.

    En effet, la CIA américaine use et abuse de la politique de la carotte et le bâton, aggravée par le pouvoir de corruption, de mensonge et de terreur d’État, instrumentalisant des individus ainsi que des États mercenaires, tels que l’État démocratique d’Israël ou bien les États dictatoriaux où les militaires ont accès aux affaires et aussi au pouvoir politique, ainsi que le révélait un honnête écrivain américain.

    Ces États mercenaires sont chargés de déclencher des guerres dans les pays où convergent les intérêts des USA. Il en est de même, des généraux au pouvoir et aux affaires des pays sous-développés qui se mettent dans l’obligation de soumettre leurs peuples respectifs, afin que ces derniers assistent résignés ou paralysés, à la dilapidation de leurs richesses humaines et matérielles pays ces puissances dominatrices.

    Mais cette politique du mensonge et de la loi du plus fort de la CIA, laquelle influence la haute conscience des dirigeants américains ainsi que celle de pans entiers de leurs populations, ne résistera pas au temps qui dévoilera la vérité sur ses crimes contre la nature, par la pollution atmosphérique, et contre le mental de l’humanité affamée, méprisée et déconsidérée. Elle finira par provoquer un soulèvement mondial des peuples épris de liberté, de dignité, de vérité et de justice.

    Peuple américain, réveille-toi et agis pour
    éviter le naufrage et la violente décadence de ton humanité !

  3. aboudouma dit :

    qu’en est il de l’algerie où l’armée est le veritable maitre du jeu et quin ne s’en cache pas?

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER