Bouteflika: La levée de l’état d’urgence interviendra dans un très proche avenir

police.jpgAu lendemain de la déclaration du vice-premier ministre, Yazid Zerhouni, affirmant que l’état d’urgence ne sera pas levée, le  président Abdelaziz Bouteflika, a indiqué jeudi que la levée de l’état d’urgence interviendra « dans un très proche avenir ». « Aussi, pour mettre un terme à toute polémique infondée sur cette question, je charge le gouvernement à s’atteler sans délais à l’élaboration de textes appropriés qui permettront à l’Etat de poursuivre la lutte antiterroriste jusqu’à son aboutissement, avec la même efficacité et toujours dans le cadre de la loi », a souligné le président Bouteflika qui intervenait dans le cadre du Conseil des ministres. El Mouhtarem

Commentaires

  1. kenz dit :

    oui plus de 20ans il étai temps

  2. La fin des tyrans dit :

    Ce genre de mesure, comme l’annonce d’une élections présidentielle anticipée, en raison de la fraude massive qui a entaché et discrédité l’élection de la honte du 09 Avril 2009 ( lire dépêches de wikileaks à ce sujet) et l’annonce de sa non participation à la prochaine élection présidentielle anticipée, qui pourrait se tenir au Printemps de 2012, par exemple, vont certainement contribuer à trouver une sortie honorable à un Bouteflika malade et de plus en plus impuissant, à court terme sinon il se dirige droit vers le même sort que ses homologues tunisien et égyptien.

    http://nonalelectiondelahonte.centerblog.net

    http://toutsurlelectionpresidentiellede2009.centerblog.net

  3. s.lamrous dit :

    Et si vous disais que cet après-midi,j’ai mis un temps record en revenant de Tizi-Ouzou sur Alger.Seulement une heure et 15 minutes me croiriez-vous ? Impensable il y a seulement une semaine .N’est-ce pas les conséquences de ces mouvements de contestations qui se déroulent sous nos yeux dans les pays arabes comme par exemple en Tunisie et surtout en Égypte? Serait-ce l’annonce de la fin du calvaire vécu par les algériens depuis le décret de l’État d’ Urgence en Février 1992 ? Ces barrages autoroutiers,qui a empesté la vie des automobilistes prendra-t-il fin !L’on a longtemps invoqué des raisons de sécurité pour justifier ces obstacles encombrants érigés sur nos routes déjà assez encombrés par un flux de véhicules très accru ainsi que d’une infrastructure de base très limitée et désastreuse sur le plan de l’entretien cantonnier.
    Il n’y a que la vraie démocratie qui est en mesure de faire reculer le terrorisme et l’obscurantisme.Le Front des Forces Socialistes a soulevé cette question du tout sécuritaire dés l’annonce de l’état d’urgence et le temps lui aura certainement raison.
    A noter que si des dispositions sont prises pour sa levée dans les tous prochains jours, le Vice Premier Ministre qui avait tenu des propos menaçants, seront bien remis en cause et il en tirera lui-même les conséquences.

  4. David Lemac dit :

    comment Boutef coupe l’herbe sous les pieds de ceux qui veulent faire marcher à Alger. Et maintenant ?

  5. Anonyme dit :

    Une autre giffle pour Nounou la Gaffe et Papy D.O.K.(Daho Ould Kbalia).

    Décidément le clan présidentiel se décompose à vue d’oeil.

  6. Messabih dit :

    Bouteflika l’orphelin de son pere Boumedienne,qui l’a laissé comme CHAPERON ROUGE avec des loups ,lui qui avec sa formation Saoudite et emiraties ou Omaniste,a reçu un Coup de pied dans le derriere ,apres la mort de son pere
    Boumedienne en 1979 !

  7. Dr. Amina/Amin dit :

    Attention le bateau algerie mal accosté depuis 1962 á nos jours est conduit par plusieurs commandants de bord á un naufrage certain…

    Le pouvoir mercenaire illegitime est responsable meme ses sponsors internationaux.

    Chacun a sa propre chansonnette pour s’auto consoler mais personne ne prend sa responsabilité devant l’histoire pour la simple raison qu’ils sont tous des LACHES et comptent uniquement sur la protection de la france OFF-icielle devant les TPI/CPI qui les attend … mais jusqu’á quand?

    PS: reste á confirmer
    d’apres des rumeurs la derniere visite du chef de l’armée dans un bateau de guerre de la france OFF-cielle á Alger transportant les fameuses armes qui etaient destinées au tyran Zine-Tyran de tunisie.

    Quand le peuple aspire á la dignité et une vie decente/democratique aucune force au monde ne peut le plier.

    VIVE ALGERIE
    VIVE LE PEUPLE
    VIVE LES FORCES AUTHENTIQUES DU PAYS

  8. Amine dit :

    Pour comprendre pourquoi Boutef est en train de faire ces concessions majeures aux partis politiques, lire :

    « Bouteflika-Toufik : Je t’aime, Moi non plus »,

    dans blog :

    http://cestleclandoujdaquimatuer.centerblog.net

  9. aboudouma dit :

    too late ,trop tard fakhamatouka…..
    Le « demain on va raser » gratuit n’a et n’aura aucun effet sur les forces de reformes qui veulent en decoudre avec vous et avec vos maitres tapis dans l’ombre……….DEGAGEZ! laissez les algeriens respirer, recouvrer leur vie, leur sourire……bref leur liberté!

  10. hakim5 dit :

    oui….moubarek a prononcé les memes paroles il y a 4 ans de cela…et pourtant l etat d urgence est toujours en place .
    quand a la télé, le pouvoir sait que les algeriens ne sont plus interssés par l unique a face multiples……..mais qu ils ont trouvé refuse sur el djazira et autres …..sur ce , il compte organiser un show ou les partis d opposition seront  » noyés »…( vu que le statut du militant laisse à desirer, ces partis joueront le jeu pour utiliser l entv comme vitrine pour les prochaines elections que pour aider reellement les citoyens a  » decouvrir » cette democratie bienfaitrice.

  11. Bouhadra Mohand dit :

    Scoop de dernière minute dans le cadre du changement de décor :

    Gouvernement d’union nationale :
    1er ministre : Cherif Rahmani
    Ministre de l’intérieur : Sellal Abdelmalek
    Ministre de la justice : Bouchachi Mustapha.
    Ministre de la culture : Fodil Boumala
    Ministre de l’éducation : Ahmed Tessa
    Ministre des sports : Si Mohamed Baghdadi
    Ministre des affaires étrangères : Ahmed Ouyahia.
    Ministre des affaires religieuses : Abdelaziz Belkhadem
    Ministre du travail : Rachid Malaoui

    La suite demain………..
    La coordination pour le changement , satisfaite des revendications, annonce sa dissolution et l’annulation de la marche virtuelle du 12 février prochain.

  12. madame b dit :

    vive bouteflika ya nakarine el kheir

  13. slam dit :

    ET ma place dans ce gouvernement où est-elle ya Khouya Mohand ! Et moi qui ai attendu mon poste ministériel depuis 1962 , Mazal , je ne l’ai pas encore décroché parce qu’on m’ imposé la possession d’une carte du parti FLN ( article 120 je crois).
    Pourtant c’est enfin une grande occasion pour moi d’obtenir ce que j’ai tant souhaité depuis presque un demi siècle.
    S’il te plait Mohand, satisfais mon souhait de figurer sur ta liste,je t’assure une grande fidélité, promis!

  14. zohir dit :

    Il existe actuellement dans le monde un seul pays capable de fabriquer des pauvres et des chômeurs à s’auto suffire au point d’en exporter vers tous les pays de la planète, grâce à une embellie financière colossale : c’est l’Algérie. Ce n’est pas une blague, c’est plutôt phénoménal : Plus elle s’enrichit, plus elle transforme ses citoyens en pauvres malheureux prêts à le fuir ! Finalement, l’Algérie ne démérite pas sa place de pays le plus riche en Afrique dont le peuple est le plus pauvre dans le monde avec plus de 2 millions d’Algériens en exil !

    Aussi paradoxalement l’Algérie est le plus grand pays de l’Afrique, puisque le Soudan ne le sera plus, et les Algériens sont les plus séquestrés dans le monde. En somme, nous sommes témoins d’une véritable politique vengeresse opérée par un pouvoir illégitime qui fait du mépris un moyen de gérance, de la corruption un système et de l’intolérance la nourriture quotidienne, en parallèle avec le rétrécissement des libertés et le verrouillage politique.

    Le pays est en état d’urgence depuis plus de 18 ans. Par voie de conséquence, la liberté d’expression et tout en qui est en rapport avec la démocratie sont devenus des sujets à rêve ! Le chômage a atteint des chiffres plus que jamais alarmants dépassant le taux de 40% si ce n’est pas plus. A tout cela s’ajoute la vie chère alors que la corruption contamine le peu de confiance que le peuple garde du nom de la patrie. Et le climat de l’injustice et du mal être sont devenus le quotidien de nos jeunes. Depuis quelques temps, le mot soulèvement et parfois révolution, devient familier.

    Des émeutes ont eu lieu ; elle sont porteuses d’un message que nos politiques refusent de comprendre : besoin d’ouverture du champ politique hermétiquement fermé depuis l’avènement de l’état d’urgence. Malheureusement la clarté de ce message n’a pas été pour changer de cap ; ces émeutes finalement ne semblent pas convaincre les ténors du pouvoir pour répondre aux revendications légitimes des jeunes épris de liberté et à leur appel claire à changer de manière de gouverner. Ceux qui ont mal acquis le pouvoir s’attèlent à réduire ces émeutes à un jeux de gamins poussés par l’augmentation du prix du sucre et de l’huile. Ainsi le pouvoir encore une fois se trompe dans l’analyse et mets le pays en danger.

    Il y a lieu d’aider le pouvoir à comprendre que ces émeutes ayant pour causes des revendications sociales et économiques en apparences, doivent êtes lues autrement. Comme l’explique le sociologue Nacer Djebari, « des causes encore plus profondes sont à l’origine de cette mobilisation des jeunes des quartiers populaires. La dimension politique n’est pas en reste dans cette mobilisation”. Nos gouverneurs illégitimes refusent de regarder la réalité en face ; les jeunes ont besoin d’emploi, de divertissement, de logement, de liberté, de couverture sociale etc. mais surtout de perspectives. Et si le pouvoir continu à ignorer tout ça, l’Algérie risque de s’embraser et ce n’est pas ce répit de quelques heures qui va éteindre les feux du désespoir.

    Pour conclure, les ONG qualifient « très grave » la situation des droits humains en Algérie qui parlent de « restrictions imposées aux médias indépendants et à la société civile ainsi que l’impunité qui a résulté de l’application de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale ». Cette charte selon elles, « a fourni un cadre juridique pour l’impunité dont bénéficient de facto les auteurs de « disparitions ».

    Que les pouvoirs publics sachent que s’ils ne prennent des mesures adéquates à une situation que tout le monde connaît maintenant, l’Algérie aura devant elle des pires moments.

  15. SAID dit :

    Toz!!!!apres le sucre et l’ huile, voilà qu’ on nous sort l’ etat d’ urgence!!!C’ est pas ça qu’ on voudrait, nous, on veut que ce systeme qui nous a empoisonné la vie disparaisse à tout jamais, ça suffit comme ça vous avez bati des immenses fortunes qui assureront un avenir doré à vos rejetons durant des siecles!!!! alors basta!!! partez ,on veut plus de vous!!! vous avez faillis dans tous les domaines, vous etes incapables de gerer ce pays.@madame b: c ‘est de la provoc ou quoi!!! sinon je crois qu ‘on doit vous greffer d’ urgence un cerveau, le votre ne fonctionne plus,il est grillé.azul.

  16. p.i.2merde.dz.con dit :

    La surenchère dans la bienveillance envers le peuple se poursuit… Après Boueflika et ses hypothétiques concessions… Ouyahia somme la sonelgaz de suspendre le recouvrement des créances de ses abonnés…
    Demain, nos baltaguia ,vont-ils raser gratis, pour se sauver d’un naufrage annoncé ?!…

  17. p.i.2merde.dz.con dit :

    la politique est en général l’art du mensonge.Comment nomme -t-on- le politique qui ment continuellement ,grossièrement et SANS ART?
    Tous les algériens FAKOU BIH mais bout’Hèf a tellement déstructuré le pays que la sortie du tunnel coûtera plus cher que la révolution de 54

  18. Mohand Tahar MOHAMMEDI dit :

    Fausse route…
    Cette « offre » n’est qu’une fausse route et une pure mascarade politicienne servant de diversion pour couvrir ces avant gout de guerre de positionnement autour des querelles de gâteaux, On ne peut envisager aucune évolution normale de démocratisation du pays si l’ensemble du régime n’abandonne pas le pouvoir, c’est certain ; le poisson est pourri par la tête , la crise politique qui dure depuis 1962 et qui va atteindre aujourd’hui un seuil qui peut entrainer le pays vers un chaos généralisé si on continu à mépriser la volonté réelle du changement manifestée par le peuple et ce n’est pas après 50 ans de mensonges qu’ils vont nous ressusciter DARWIN en nous jetons quelques « cacahouètes » pour pervertir les légitimes demandes démocratiques du peuple Algérien qui n’est pas libre et la vraie cause est ce vieux régime qui a trop duré, le travail donc n’est pas simple, il faut nettoyer au détergent et l’eau de javel toute cette écurie du régime pour espérer arriver à quelque chose qui se nomme démocratie, il est temps de décider de se libérer de cette prison à ciel ouvert pour montrer au monde que nous avons des gens qui peuvent réfléchir avec des capacités politiques pour conduire le pays vers la démocratie et surtout dans un bon et sur chemin.

  19. zadig dit :

    La levée de l’état d’urgence peut être considérée comme un acquis si elle n’est pas assortie de mesures parallèles à même de la vider de sa substance . Le régime est loin d’être  »bête » et autant nous aspirons au changement – radical s’il en était – autant il s’acharne à se maintenir et à se renforcer . L’activation de cette soupape de sécurité ne me rassure pas personnellement comme ne me rassure pas cette ouverture projetée des médias aux idées différentes . Et en définitive , tout résidera dans le comportement des algériennes et algériens face à ce pouvoir fort de ses contre-valeurs ( sans foi, ni lois càd en fait irreligieux au sens le plus large du terme )contrairement au peuple valeureux qu’il asservit par la ruse et la tromperie ) et fort aussi des richesses qui lui permettent de corrompre à tout vent .

  20. Amine dit :

    Selon certains médias, le Président Obama aurait félicité Bouteflika pour l’annonce de la levée dans un très proche avenir de l’état d’urgence.

    Ne nous leurrons pas et ne nous réjouissons pas trop tôt car le processus d’injonctions directes graduelles émanant de Washington et de Bruxelles a bel et bien commencé, comme en Tunisie et en Egypte car la levée de l’état d’urgence est positive et nécessaire mais pas suffisante.

    Obama commence toujours par saluer puis exige avant de dicter carrément une « map road » à suivre strictement par le pays malade de ses dirigeants autoproclamés.

    Le pouvoir vieillissant algérien a donc le choix entre aller vite et suivre le mouvement de l’Histoire en mettant en oeuvre une véritable transition, en 12 à 18 mois, incluant des législatives et une présidentielle anticipées libres et transparentes ou bien il va se voir dicter publiquement par Washington, à travers les médias américains, les mesures à prendre, comme pour la Tunisie et l’Egypte et demain le Yémen, la Syrie, la Lybie et les autres tyrans arabes ratrappés par l’Histoire.

    Sur la question de la souveraineté limitée des pays arabes, voir : « Improvisation vs Stratégie » d’Amine Benrabah, paru sur son blog :

    http://cestleclandoujdaquimatuer.centerblog.net

    ou « Tant qu’il y aura des femmes », de R., paru dans son blog :

    http://decoeuracoeur.centerblog.net

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER