Quelle fin décèle-t-on à l’horizon ?

terredislammanifestationsegyptemoubarakmanifestationegyptemoubarak.jpgPar Abdelwahab Benyelles Pour Algérie-Politique 

Une année prometteuse de surprises. Le mois de Janvier 2011 n’était guère encore arrivé à terme et des évènements majeurs dans le monde défilaient à la vitesse de la lumière. Et ce n’est pas fini, c’est «normalement» le début d’une fin d’une ère postcoloniale révolue, un moment charnière de l’histoire, l’entrée complète d’un début de siècle plein de rebondissements à l’échelle du monde. Une nouvelle colonisation « cybernétique du village planétaire ». Le probable prochain ordre du jour du G20 du mois de Mai 2011 en France.  

Un retour récent aux point de restauration. 

Cyniquement, on dirait que tout a été calculé d’après la chronologie des événements vécus depuis l’avènement du premier président noir américain, élu après une inaugurale campagne électorale, disons-on la presque « digitale », vu l’assise des cyber-démocrates qu’il le poussait de jour en jour vers le sommet, et la révélation finale et cruelle de cette « arme » virtuelle de communication que sont les technologies de l’information et leur rapidité à « transcender » le moment présent.

Pour rafraichir les mémoires courtes, ce fut déjà une arme silencieuse qui avait été « testée » dans un « ratage » stratégique limité, lors de la dernière réélection du président Ahmadinejad, où quelques « tweets » bien ciblés ont pu faire descendre 4 millions d’iraniens dans la rue pour une protestation généralisée réprimée.  

Un « test » concluant pour le « cabinet stratégique » mondial en attendant plus de rapidité, de fiabilité et surtout une plus large vulgarisation mondiale dans la « connectivité mobile ». 

Par la suite, le compte à rebours n’a pas tardé à se déclencher, les observateurs avertis l’ont su quand ils ont lu la phrase clé, une sorte de lapsus loufoque comparatif : 

«La dernière fois qu’il y avait eu autant d’excitation autour d’une – tablette -, il y avait Dix Commandements gravés dessus », écrivait le Wall Street Journal en Jan.2010, le journal des bons dieux de la finance, lors de la sortie de l’Ipad, la « tablette » d’Apple sur le marché international. 

Une comparaison cocasse lourde de sens, d’une part, car parue dans un journal financier à large « spectre » mondial, et d’une autre, parce que les ancêtres pionniers de l’économie marchande actuelle étaient et demeurent encore en large partie, gérée depuis des lustres par l’intelligence mercantile des descendants du peuple justement « élu » de cette ancienne « tablette gravée » : le peuple juif et… sa clientèle sioniste. 

La seule clientèle, dans toutes les religions monothéistes, qui continue à avoir cette même vénération constante, spéciale et dogmatique envers le dernier « mot » dictateur de tous les temps, malheureusement difficile à abattre : l’Argent. Et son corolaire nocif malgré lui : la corruption. 

Pour la première fois depuis environ 8000 ans d’histoire de l’humanité, les sciences du « contexte » ont englobé assurément les « sciences » naguère du « texte ».  

Intrinsèquement, la première « tablette gravée » avait donné les premiers rudiments de la connaissance et de l’existence de cet environnement infini où nous avons évolué et où nous vivons encore. Il n’y avait pas si longtemps, on suivait le cursus de l’information par le triptyque des médiums d’antan : les radios annoncent, les télévisions montrent et les journaux expliquent. 

Désormais et pour évocation de la seconde « tablette » de 2010, celle qui rassemble tous les supports de jadis – (ainsi que tous les autres gadgets similaires) – elle a permis, il faut le dire, l’entrée complète du 21ème siècle pour la race humaine en ayant le « monde au bout des doigts » dans une fenêtre mobile ouverte au monde en temps réel et virtuel.  

Ce dernier monde virtuel interactif s’est irréparablement enchâssé au quotidien tangible et palpable des sociétés électorales des pays de l’OCDE  avec une « incidence » de plus en plus directe sur le tiers monde et désormais sans « dictatures intermédiaires » ou de « relais despotes » depuis les révélations à doses homéopathiques des câbles diplomatiques US diffusés par cette saga non encore terminée de Wikileaks avec un Julian Assange,  le nouveau « prophète » des temps modernes. 

Il est indéniable qu’on constate en continu une façon fébrile et de visu de la vélocité de l’information en temps réel et de ses effets cybernétiques quant à la projection de la future idéologie et de la gestion marketing psycho- politique des  « nouvelles masses » consommatrices de ce pseudo- village planétaire et de ses « événements » . 

Hélas, rien ne se fera comme avant. Une nouvelle autoroute cyber-démocratique est entrain de s’installer avec de nouvelles « vertes et pas mûres » d’une nouvelle transparence suspicieuse qui fait peur aux chauves-souris politiques dans un nouvel impérialisme « nomade » diplomatique avec ses dictatures « bénignes digitales » et un internet bientôt « civilisé ». 

Et métaphoriquement ça continuera d’une manière caricaturale à ébranler même le paradigme philosophique arabe et musulman dans la « perception » de la mystique « table gardée », Mère de tous les Textes, quand on entend l’instauration et la marche vers le « Computing Clouds », les futures « tablettes centrales numériques » par lesquelles on pourrait emmagasiner des milliards de trilliards de données de demain dans les  « nuages »…Svp ! 

Non, mais franchement prenons une pause. Remettons les pieds sur terre. Tout va très vite. 

Le sentiment de l’urgence nous ait imposé. En fait, pour le citoyen lambda, il ne comprend plus rien. Il constate de nos jours dans les médias lourds satellitaires et le net du jamais vu en direct, des évènements inimaginables il y a de cela juste 3 mois, par exemple, la fuite d’un dictateur arabe par la « fenêtre arrière » (Benali), et le retour bredouille d’un autre par la porte d’entrée principale (Duvalier).  

Ou bien mieux encore. Dans un pays européen démocratique depuis longtemps,
la Belgique en l’occurrence, où cinq étudiants bloggeurs lançant un appel dû à la crise politique nationale qui perdure, ont pu faire sortir en quelques jours plus de 35000 citoyens pour une marche de protestation pacifique. Dans un passé récent, pour réussir à organiser un tel évènement, il fallait tenir plusieurs meetings « physiques » et certainement l’octroi de moyens financiers considérables avec un minimum d’un mois de préparation pour tabler sur une présence aléatoire d’au moins 6000 personnes par exemple.
 

Manifestement, on constate une autre façon de faire de la politique. Le  net tombe subitement sur la tête des dictateurs arabes qui montrent leurs impuissances face aux nouveaux missiles virtuels, « les tweets », imparables même aux plus grosses fortunes obscures de cette planète. 

Et dire qu’il y a même pas dix ans, il avait fallu toute une armada militaire coalisée, plusieurs milliards de dollars en frais et des mensonges-prétextes à couper le souffle, pour déloger un Saddam Hussein et son système, la « quatrième armée du monde », ne l’oublions jamais ! 

Les anciennes chasses gardées de territoires postcoloniaux se remodèleront en grands espaces, en nouveaux compartiments prolétaires de ce village planétaire, spécialement l’Afrique et particulièrement le Maghreb et son Sahel. 

On surveillera de bonne foi d’ici la fin du mois de Février prochain à Hollywood, si l’algérien Rachid Bouchareb, devrait recevoir l’Oscar du meilleur film étranger pour sa dernière réalisation : Hors la Loi.  

Un titre qui rime plus que bien avec la saga Benali. Dans le cas que l’oscar serait décerné, cela annoncerait, entre autres, le dernier clou planté dans le cercueil de France-Afrique par exemple.  Le temps est largement révolu pour continuer à investir dans la « pierre », le sang a assez coulé !

Commentaires

  1. NARMOTARD dit :

    « Quelle fin décèle-t-on à l’horizon? », dites-vous.

    La fin ou le but décelé à l’horizon est, me semble-t-il, ce que vous avancez et argumentez judicieusement, monsieur Abdelwahab Benyelles, la
    « nouvelle colonisation cybernétique du village planétaire ».

    En effet, l’instrumentation et la manipulation des scientifiques de haut niveau, qui produisent les sciences et font des découvertes technologiques sophistiquées, aident les politiques des puissances dominatrices qui disposent de l’argent des autres, à assoir leur hégémonie sur les peuples du monde, sur l’extra terrestre et sur la climatologie.

    Je fais allusion aux États Unis d’Amérique qui émergent parmi les puissances dominatrices impérialistes.

    Les USA dont la politique se projette dans le long terme, sont arrivés à instrumentaliser à leur bénéfice, l’outil de transmission et de communication qu’ils ont mis à la disposition des peuples, le computer
    ou microordinateur.

    Ces peuples ont un langage commun, celui de la liberté, de l’universalité des droits de la personne humaine et de leur indivisibilité, et des normes universelles de la démocratie.
    La politique démagogique du parti démocrate qui succède à celle violente et agressive du parti républicain des USA, tente de regagner la confiance et la crédibilité des peuples éprouvés. Pour ce faire, elle lâche les dictatures et calme l’ardeur des États mercenaires qu’elle stipendiait; elle privilégie les moyens de disposer et de maitriser ce langage commun des peuples, décrit ci-dessus, grâce aux outils audio-visuels informatisés et globalisés.

    Patriotes de tous pays, portez votre lutte sur l’hôtel de la science pour mieux résister et atteindre la victoire qui pointe à l’horizon des peuples libres, solidaires et justes.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER