ALGERIE : Interdiction d’une marche de contestation pacifique à Alger

yacine.jpgCopenhague, le 10 février 2011. Le Réseau Euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) condamne le refus des autorités algériennes d’autoriser la tenue d’une manifestation pacifique le 12 février à Alger et appelle les autorités à respecter le droit du peuple algérien de manifester pacifiquement.

Depuis plusieurs années, la détérioration de la situation économique et sociale en Algérie donne régulièrement lieu à des mouvements sociaux dans les différentes régions du territoire. Cette situation, liée à l’incapacité du gouvernement à répondre aux besoins de la population est aggravée par l’absence de tout mécanisme de dialogue social et les pratiques répressives des autorités.

Entre le 5 et le 9 janvier 2011, de violentes manifestations qui se sont parfois transformées en émeutes se sont déroulées à Alger, et dans plusieurs autres villes du pays, dont Annaba, Oran, Constantine et Bejaia, afin de protester contre la cherté de la vie et l’augmentation du prix de produits alimentaires de base. Ces manifestations, portées essentiellement par la jeunesse algérienne, ont fait au moins trois victimes par balle, des centaines de blessés parmi les jeunes contestataires et les forces de sécurité, et ont conduit à l’arrestation de plus de 1000 manifestants selon le Ministère de l’Intérieur.

En réaction, plusieurs syndicats, partis politiques, associations de défense des droits de l’Homme et organisations de la société civile – dont la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) et SOS Disparus, organisations membres du REMDH, et le Syndicat National autonome des personnels de l’administration algérienne (SN APA P), ont annoncé le 21 janvier la création d’une Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie (CNCD), et appelé à une marche pacifique le 12 Février afin de demander la levée de l’état d’urgence en vigueur depuis 1992, la libération des personnes détenues pour leur participation aux manifestations, et l’ouverture des champs politique et médiatique.

Le 7 février, la Wilaya d’Alger a annoncé son refus d’autoriser cette marche pour des « raisons d’ordre public ». Le gouvernement algérien a interdit toute manifestation dans la capitale depuis 2001. La CNCD a néanmoins décidé d’exercer son droit de manifester pacifiquement et de maintenir la manifestation le 12 février.

Le REMDH condamne cette interdiction qui porte arbitrairement atteinte au droit des citoyens algériens de se rassembler pacifiquement et appelle les autorités algériennes à répondre aux aspirations de la population à la démocratie et au respect des droits de l’Homme.

Le REMDH prend par ailleurs note de l’annonce faite par le président Bouteflika de la levée « dans un très proche avenir » de l’état d’urgence et des mesures permettant aux partis politiques de l’opposition un plus grand accès aux médias. Cependant, nous exprimons notre vive inquiétude  suite à l’annonce concomitante d’une nouvelle « loi de lutte antiterroriste » qui pourrait justifier de nouvelles atteintes aux droits et libertés des citoyens algériens.    

Le REMDH demande aux autorités algériennes de prendre au plus vite des mesures concrètes répondant aux revendications politiques et sociales de la population, et en particulier:  

- de respecter le droit des citoyens algériens de se rassembler pacifiquement, et d’assurer la sécurité des manifestants lors de la marche pacifique de contestation  du 12 février,

- d’ouvrir un dialogue réel avec les différentes composantes de la société civile et de la population, notamment les jeunes afin de discuter en urgence de mesures répondant à la détresse sociale, 

- de reconnaitre les organisations de défense des droits de l’Homme et syndicales indépendantes conformément au droit algérien, et de mettre un terme aux actes de harcèlement à leur encontre,

- de lever sans réserve l’état d’urgence qui restreint abusivement l’ensemble des libertés publiques.

Commentaires

  1. Citoyen dit :

    Moi ce qui m’intrigue c’est ce silence assoudissant du FFS. Ou est passé le FFS que nous connaissons tous, par ces moments ou l’Histoire se déroule en direct sur nos écrans de télé? C’est à perdre son « latin » politique. Comment comprendre que le FFS ne soit pas la tête de fil de ceux qui demasndent le départ du régime (pas de sa vitrine présidentielle? Comment ne pas s’étonner quer ceux qui ne cessent d’appeller au changement véritable ne le provoquent pas eux même maintenant que la conjencture mondiale le permette et même favorise cela? Grand Dieu, sommes-nous entrain d’assister à quelque chose qui ressemble au début de la révolution de Novembre 1954, quand au lieu d’etre déclenchée et menée par le PPA, elle le fut par d’autres loin, pour la plupart, d’avoir l’experience et l’epaisseur politique de la direction du PPA.

  2. Rabah dit :

    En optant pour la confrontation bête et brutale, le pouvoir aux abois se trompe énormèment car il va déclencher une logique de répression-manifestations-répression qui va le dicréditer considérablement, l’isoler davantage sur les plans national et international et qui finira, à court terme, par l’emporter.

    Pouvoir périmé DEGAGE !

    http://cestleclandoujdaquimatuer.centerblog.net

    http://contreleclandoujda.centerblog.net

  3. justice&verite dit :

    IL FAUT FERMER L’AMBASSADE DE LA FRANCE OFF-ICIELLE QUI RAPPELLERA SES ENFANTS AU POUVOIR EN ALGERIE DEPUIS 1962 Á NOS JOURS DE RENTRER CHEZ EUX Á BARBES.

    IL FAUT FERMER LES AMBASSADES DE CES PAYS QUI ARMENT LES MERCENAIRES DICTATEURS ASSASSINS CREATEURS DE DIFFERENTS GROUPES TERRORISTES

    LA REVOLUTION ALGERIENNE ET SA 2-EME BATAILLE D’ALGER EST EN COURS ET PERSONNE NE PEUT L’ARRETER

    EN 1962 NOS HEROS LIBERATEURS DE L’ALGERIE ET LE PEUPLE ALGERIE AVAIENT DIT
    *************** SEBA’A SININ BARAQAT

    MAINTENANT LE PEUPLE AUTHENTIQUE D’ALGERIE
    ——> 50 ANS BARAQAT

    ABAT LES MASQUES DE LA TRAHISON ET DES SPONSORS DES TERRORISTES

    tyran nr-1 de tunisie O U T
    tyran nr-2 d’egypte O U T
    tyran nr-3 d’algerie (boutef+apn+senat+drs+la suite) la grande fete START 12 fevrier 2011

    « Lorsqu’un jour le peuple veut vivre….

    Force est pour le destin de répondre

    Force est pour les ténèbres de se dissiper

    Force est pour les chaînes de se briser ».

    LE VOLCAN COMMENCE A FAIRE QUELQUES IRRUPTIONS AVANT LE JOUR “J”

    Y E S – W E – C A N

  4. chipa dit :

    je dis tout simplement le compte a rebours vient de commencertot ou tard vous aller deguerpir

  5. chipa dit :

    je dis tout simplement le compte a rebours vient de commencer tot ou tard vous aller deguerpir

  6. nadia dit :

    il faut chacun nettoyer devant sa porte l’algeri n’es pas ni tunis ni egypte ; je DIS A euro méditerranée pro sioniste;
    l’ALGERIE a eux son Indépendance DEPUIS 1962 ALORS LES ALGERIEN DU NOM?PAS DONNER EURO méditerranée pour parler de leurs nom ? VIVE ALGERIE ET NOTRE Trés BOUTEFLIKA QUI A RENDU ESPOIR AUX L’ALGERIEN DANS LE MONDE ENTIER JE Répond a mer rabah ou vous étier pendant la serie noir de l’ALGERIE ? Bien a l’étrange alors vous avez rien a dire?l’ALGERIE n’es pas a divisé sadi a perdu sa vocation car il faut euro méditerranées qui soi leurs représentent ailleurs que L’ALGERIE car le peuple es contre sadi ,VIVA L’ALGERIE ISLAM AINSI SONT PEUPLE

  7. Amira dit :

    Cette march qui a bénéficié d’une publicité énorme des médias du régime a été un echec total: à peine 1500 manifesatants.
    Si le peuple s’est trompé de peuple, le peuple lui ne s’est pas trompé de leaders. D’instinct il a su que manifesster avec Sadi et Boumala, c’est marcher avec Toufik et Mhena.

  8. B. Amar dit :

    @ Citoyen
    Cher compatriote
    L’étroitesse politique ne pourrait jamais provoquer ne serait-ce que le plus petit des changements. Il faut revenir aux sources merveilleuses de l’histoire pour être au fait des enchainements politiques du FFS considéré comme le plus vieux Parti d’opposition, présent sur la scène politique, mais rarement aux commandes du pays. Le FFS semble nous dire qu’il se plait uniquement dans l’opposition, sans vouloir pour autant aucun changement. Pourtant il tient toujours à son assemblée « constituante ». Pourquoi il n’agit pas ? C’est un secret de polichinelle ! Tout simplement parce qu’il ne peut pas vivre en dehors de l’opposition. C’est un parti qui ne fait l’opposition que pour l’opposition ! Il n’est pas opposé au pouvoir seulement, mais aussi au RCD de Saïd Sadi. Parce que le RCD marche, alors le FFS ne marche pas ! Il est quand même représenté par Maître Ali Yahia Abdenour.

  9. hoho dit :

    je reponderai a NADIA
    avant de se demander ou etais flen et flen demander le dabord a votre cher bouteflika ou il etai lui penpant cette periode mais j’en suis sur que tu ne pouras pas le fair parseque tous simplement il n’y a pas de communecation entre citoyen et ton bouteflika votre democratie n’est pas la notre

  10. mansour (tunisie) dit :

    la recette ::il faut bien s’organiser
    -ne pas dire le jour J a la presse le but pour fatiguer ces policiers laissez les se demander et de faire des heures suplimentaires
    - leJOUR J des groupes irons bloquer les arrivés de ces policier car ils ne dorment pas sur place ( 3 personnes peuvent empecher un policier d’aller travailler
    -les autres se dirigent vers les positions principal sans casser SVP

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER