Algérie: L’agression du pouvoir par les chiffres

marche.jpgMaamar Boudersa pour « Algérie Politique »

La manifestation pacifique organisée par la coordination nationale pour le changement et la démocratie a mobilisé, selon la presse près de 2000 personnes. Toujours, selon les moyens de communication, le pouvoir a mobilisé, au moins, 25000 policiers. 

Selon ces données chiffrées, il y a une grande disproportion entre les manifestants et les forces mobilisées par le pouvoir. Selon ces chiffres, il y a, au moins, 12 policiers pour un manifestant. Ceci constitue une agression en règle contre des Algériens paisibles, car ils n’étaient pas armés, contrairement aux policiers qui étaient armés de matraques.

Cette réalité des faits prouve que le pouvoir est prêt à mobiliser tous les moyens disponibles pour réprimer les Algériens paisibles et pacifiques, au lieu de les mobiliser pour lutter contre la criminalité. Contre les criminels, en cols blancs, le pouvoir est tolérant. Les procès les anciens dirigeants de Sonatrach et autres crimes financiers, y compris l’assassinat de l’ancien DG de la police, Tounsi, suivent des chemins tortueux ou sont encore gelés dans les tiroirs. C’est dire que ce système de pouvoir est plus rapide pour réprimer des Algériens paisibles et pacifiques que de juger les criminels.

Le pouvoir, pour légitimer son agression contre les Algériens paisibles et pacifiques, a fait savoir par ses portes parole que la manifestation pacifique et paisible est interdite sans préciser l’article de loi sur lequel il se base pour prononcer l’interdiction. 

Selon les comptes rendus de la presse, c’est le DRAG ou le DRAL de la wilaya  d’Alger qui a notifié l’interdiction, alors que la loi ne lui donne aucun pouvoir pour cela. De ce fait, l’interdiction notifiée est illégale, car le GRAG a usurpé un pouvoir qui n’est pas le sien. Qui lui a ordonné de signer une telle décision d’interdiction? 

Bien plus, la coordination nationale aurait dû saisir, en référé, le Conseil d’état pour l’illégalité de la décision et donc l’annuler. Mais les responsables de la coordination semblent être non aguerris encore pour les luttes pacifiques et légales. 

En troisième lieu, il y a lieu, de connaître le responsable de toute cette mobilisation des forces de police. Selon le code de la wilaya, c’est le wali d’Alger qui a le pouvoir d’appeler au renfort, en cas de graves perturbations de l’ordre et la sécurité publique. Or, il n’y avait pas cela. D’où la précision de la fonction de celui qui a mobilisé toute cette force contre des Algériens paisibles et pacifiques. Le pouvoir, par cette agression, en violation des lois écrites édictées par ce même pouvoir, a violé ses propres lois pour agresser des Algériens et porter atteinte  leur dignité, comme si ils étaient des délinquants ou des criminels pris en flagrant. 

Des députés, jouissant de l’immunité parlementaire garantie par la constitution ont été agressés et leur liberté réduite, etc.…Tout cela indique, que le pouvoir, pris de panique, vivant la peur jusqu’à ses entrailles, après la chute de deux dictateurs, veut prendre des mesures préventives. Mais il s’est trompé et a pris des mesures agressives et illégales. 

Des poursuites judiciaires doivent être entreprises contre tous ceux qui ont violé les lois et agressé des Algériens paisibles et pacifiques. Comme le précise bien les articles 41, 42 et 43 du code pénal, c’est-à-dire les commanditaires, les exécutants et les complices de tels actes. 

Le combat pacifique pour le changement démocratique doit être mené sur tous les fronts. Après la grande victoire du 12 février 2011 qui a mis à nu le pouvoir, qui a montré sa véritable nature, souvent cachée et inconnu du grand public et de l’opinion internationale, il faut changer le champ de bataille et quitter la place publique pour assiéger les tribunaux par le dépôt de plaintes contre les commanditaires, les exécutants et les complices d’une telle agression et ceux qui ont violé les lois pour interdire une manifestation pacifique, car c’est la décision illégale d’interdire la marche qui a servi d’alibi au pouvoir pour agresser des Algériens paisibles et pacifiques. 

Comme la coordination nationale est composée de personnes morales ayant une existence juridique légale, il est du droit et du devoir de chaque organisation de déposer des plaintes contre les commanditaires, les exécutants et les complices de telles violations et agressions et de se constituer partie civile et demander les dommages et les réparations. 

Cette nouvelle bataille sur un autre champ doit être menée avec finesse pour mettre à nu le pouvoir et sa justice aux ordres. 

D’autres champs de batailles doivent être ouverts pour que l’initiative reste entre les mains du peuple algérien et contrecarrer les agressions futures du pouvoir et ses acolytes ou « baltagyaa », comme les appellent les Egyptiens, qui ont su garder l’initiative et contraint le pouvoir à battre en retraite, car il était acculé à ses derniers retranchements. 

Le pouvoir est du passé. L’avenir appartient aux Algériens qui vont se battre et refusent de se résigner ou devenir des délinquants, la culture préférée du pouvoir qui a interdit aux Algériens l’initiation à l’action civique et les pousse à l’action criminelle. 

Le pouvoir est nu en agressant des manifestants paisibles et pacifiques. Il a montré toute son hypocrisie enrobée dans la charte de la paix et de la réconciliation nationale. Le pouvoir a montré qu’il est toujours agressif et qu’il ne veut pas se réconcilier avec le peuple algérien, son ennemi de toujours. 

L’assemblée nationale sera le prochain champ de bataille, où le ministre de l’intérieur doit être interpellé sur ces violations de la loi et sur cette agression injustifiée d’Algériens paisibles et pacifiques. La demande de sa démission doit être exigée. Il faut sortir des méthodes infantiles, qui n’ont donné de résultats à ce jour, pour opter pour de véritables méthodes révolutionnaires inédites, donc neuves et créatrices. Elles seront plus efficaces et efficientes. 

Commentaires

  1. Rebel dit :

    entièrement d’accord avec vous.
    vous écrivez :
    « Des poursuites judiciaires doivent être entreprises contre tous ceux qui ont violé les lois et agressé des Algériens paisibles et pacifiques. »…
    « déposer plaintes contre les commanditaires, les exécutants et les complices d’une telle agression et ceux qui ont violé les lois pour interdire une manifestation pacifique »…
    à qui se plaindre ?
    à ce pouvoir mafieux qui détient les tribunaux et toutes les instances juridiques ?
    il faut être naïf pour le penser !
    sans vouloir blasphémer, le bon dieu n’est pas prêt à écouter nos doléances ! et il doit être le seul à qui les algériens font confiance en ce moment…
    j’ai entendu hier sur l’unique se justifiant de l’interdiction de la marche d’oran, comme quoi aucune demande au ministère de l’intérieur n’a été faite pour avoir l’autorisation de marcher…
    continuons à vivre dans le mensonge et l’ignorance !

  2. Dr. Amina/Amin dit :

    IL FAUT DEPOSER DES PLAINTES DANS TOUTES LES INSTANCES INTERNATIONALES DONT CE POUVOIR EST SIGNATAIRE DE TOUTES LES CONVENTIONS QUI GARANTISSENT LA SECURITÉ ET LES DROITS DU PEUPLE.

    ONU, LES DROITS DE L’HOMME DE L’ONU, LES ONG INTERNATIONALES ET AVISER LES LEADERS DU MONDE DE LA MAFFIA AU POUVOIR EN ALGERIE QUI A MONTRÉ SON VRAI VISAGE AU MONDE ENTIER D’ETAT D’APPARTHEID ET TERRORISTE.

    http://www.youtube.com/watch?v=FhBg52YKoNc

    HEURE DE LA JUSTICE ET DU DROIT DU PEUPLE D’ALGERIE D’AQUERRIR SA SOUVENARINETÉ EST VENUE

    FRONT DE LA JEUNESSE LIBRE ALGERIE
    VIVE ALGERIE PEUPLE DEMOCRATIE
    GLOIRE Á NOS MARTYRES DE 1830-62 ET 1962-2011.
    INDEPENDANCE ET LA LIBERTÉ

  3. Rabah dit :

    En optant pour la confrontation bête et brutale, le pouvoir aux abois se trompe énormèment car il va déclencher une logique de répression-manifestations-répression qui va le discréditer considérablement, l’isoler davantage sur les plans national et international et qui finira, à court terme, par l’emporter.

    Pouvoir périmé DEGAGE !

    http://cestleclandoujdaquimatuer.centerblog.net

    http://contreleclandoujda.centerblog.net

  4. thilellith dit :

    Il est seul a commenter ce rabah il est partout c’bizard non

  5. thilellith dit :

    Ok pour le changement c’

  6. Rabah dit :

    La CNCD, dont certains membres fondateurs sont rompus à la lutte politique dans la clandestinité aurait, en appelant à une marche pour le Samedi prochain, adopté la tactique de la guerilla, à savoir déploiement-retrait, offensive-retraite en ordre, apparition subite-disparition, mikarine-mifarine disait un poète arabe, afin d’ereinter les forces de l’ordre, plus fortes mais plus lourdes.

    Cette stratégie finira par les lasser puis par les énerver et enfin par les diviser surtout si la cause qu’elles défendent n’est pas la leur, comme c’est le cas de nos braves agents de sécurité, issus majoritairement du peuple algérien, dont ils sont partie intégrante et dont ils connaissent bien la misère morale et physique, pour un grand nombre d’entre eux, à cause d’une répartition injuste du revenu national, qui a pourtant connu une croissance très importante, ces dernières années, en raison du rencherissement exceptionnel du prix des hydrocarbures et de leurs exploitation intensive par le gouvernement algérien, dont elles cosntituent plus de 98% des recettes en devises etrangères.

    SOS, peuple et pays en danger !

    http://amnistie.centerblog.net

  7. RAIS dit :

    Saadi = harki dégage l’Algérie a retrouvé la paix alors retourne dans ton autre patrie.

  8. taibi dit :

    l’absence de l’état en algérie,a fait du peuple,un peuple isolé car ne trouvant, aucun interlocuteur,pour dénoncer la bureaucratie,la corruptionet et l’anarchie qui règne dans le pays.le pouvoir est indifférent a tout ces maux qui rongent l’algérie.quant il s’agit de réprimer, le pouvoir est là en force.tout les peuples sont imprévisibles donc attention aux tsunamis.les femmes flics en algérie doivent regagner leurs cuisines, car aux prochaines manifestations elles vont se faire créper le chignon.biidniallah. du vent boutef et les faucons avec.

  9. said dit :

    @rabah tu dis » comme c’est le cas de nos braves agents de sécurité, issus majoritairement du peuple algérien, dont ils sont partie intégrante et dont ils connaissent bien la misère morale…. »comme partout ailleurs les policiers sont issues de leur peuple respectifs .on va pas ramener des chinois quand meme!!!! mais ce qui est etonnant de leur part, c ‘est leur exces de zele et ce qu ils ignorent, c’ est qu’ ils seront egalement victimes(eux et leur famille) de la mediocrité de ce pouvoir qui les utilisent.car s ‘ils viendraient a etre atteints d’ une maladie grave, par exemple, ils sauront apres une hospitalisation, qu’ il n’ y pas de medicaments dans les hopitaux et qu ‘ils mourront dans d’ atroces souffrances.(alors que leur chef iront en europe se faire soigner)ce qui sera en partie de leur faute puisqu’ ils refusent tout changement de ce pouvoir incompetent.

  10. arezki d'alger dit :

    prenez le train en marche ce n’est pas encore trop tard pour bien faire.les spectateurs y’en a marre .l’algerie doit avancer alors vous ne reculez pas.

  11. hakim5 dit :

    ça y est, c est parti: la mafia politico financiere vient d etre désignée par la communauté internationale comme etant la prochaine dictature à ECRASER.
    les forces de l ordre ont les mains liées, les jeunes se liberent enfin de ce joug datant de 1962…

  12. Dr. Amina/Amin dit :

    Algerienne – Algerien

    freres et soeurs

    la vigilence en ces moments difficile pour la nation algerienne

    dans ce mouvement encadré par des organisations autonomes mais helas infiltré par des PRO-eradicateurs pour se Re-positionner dans la future algerie né á la hate suite aux soulevements exemplaires historiques des peuples opprimés de nos freres et soeurs de Tunisiie et d’Egypte pour une vie decente afin d’acquerir leur souveraineté de decider de leur propre destin.

    Nous sommes OBLIGÈS de regarder notre sanglante recente histoire et de se poser la question « qui-est-qui » dans ce mouvement et ses enjeux…

    Voila un article qui rappelle un peu la decennie noire mais rouge de sang de notre chere Algerie meurtrie

    Pas aux Algériens, Madame Bitat!
    le 15 Février, 2011 | 2303 lecture(s) | Voir Réactions

    Un proverbe Quetchua en Amérique Latine dit en substance Qu’un Caméléon n’a la couleur d’un Caméléon que lorsqu’il est sur un autre qu’un Caméléon… (François Cavanna – Bête et Méchant).

    Vous affirmiez Mme Bitat la semaine dernière dans les colonnes de la presse Algérienne que la levée de l’état d’urgence est une necessité nationale. Rien que ça! Et pour une première, je dois avouer qu’elle est de taille…..

    Depuis dix neuf ans à deux doigts révolus qu’une bande de malfrats affublés d’uniformes étoilés et prétextant d’une montée de l’Islamisme a fait main basse sur l’Algérie dans le seul et unique objectif de la mettre en coupe réglée, dix neuf ans que pour étouffer toute contestation, la torture les assassinats sommaires, les enlèvements suivis de disparitions et les pratiques de la « Lettre de cachet » ont été érigés en système judiciaire, dix neuf ans qu’au nom de l’intérêt national et d’une supposée stratégie économique mondialiste, des entreprises autrefois lucratives et prospères sont démantelées, nos ressources naturelles bradées, des usines fermées jetant à la rue des millions d’Algériens sans autres moyens de survie que la débrouille et parfois même pire: le vol et la prostitution…. Dix neuf ans que les Algériens voient leurs condition aller de mal en pis, des restrictions autrefois érigées en manipulation de masse à la pauvreté, puis de la pauvreté à la misère…. Savez-vous Mme Bitat quelle est la différence fondamentale entre la pauvreté et la misère? On dit que la misère est l’état où la pauvreté ne serait plus contenue dans les limites de la dignité ou autrement dit, lorsqu’au moyen d’une interprétation univoque du droit et de sa négation universalisée, elle s’accommode des transgressions aux barrières de la simple moralité jusqu‘à livrer de pauvres enfants parfois en bas âge à l‘exploitation sexuelle et aux trafics d‘organes en bandes organisées.

    Dix neuf ans de vacuité morale et juridique au cours desquels des pratiques que l’on croyait jusque là étrangères à notre société ont fait irruption dans notre vie de tous les jours comme les kidnappings et la traite des blanches où de pauvres jeunes filles sont capturées puis séquestrées pour être livrées à la prostitution… Dix neuf ans que l’état d’urgence sévit sur le commun des Algériens sans que l’on ne vous entende proférer ne serait-ce qu’une seule remarque ou autre réflexion quant à l’opportunité de son maintien et de son renouvellement systématique et voilà que vous vous rappelez à notre bon souvenir par une sortie pour le moins inhabituelle sur l’état de l’Algérie et ce qui préoccuperait selon vous, les Algériens…

    Qu’ont fait les Algériens pour mériter d’en arriver là? On n’a jamais vu cela, même pas à l’époque coloniale!
    Et justement à ce propos Madame, je me souviens d’une scène à la Mairie d’El Biar en 1997 juste avant mon départ définitif quand une vieille femme a tancé un « Moudjahid » qui venait de la bousculer devant le Guichet où elle avait observé une file de pas moins de deux heures en lui lançant à la face:
    - Ecarte toi et ferme ta gueule, je suis un Moudjahid!
    Ce à quoi la vieille dame avait répondu d’un air résigné:
    - Maâlich, Rouh ya oulidi, França tendeb Aâlik! Hiya Wella Oudjouhkoum……
    Ceci pour vous signifier chère Madame, toute l’estime dans laquelle vous tient aujourd’hui le peuple Algérien, je veux dire vous et ceux de votre clan non par un déni de l’histoire ni du sacrifice de nos Martyrs mais pour ce que vous êtes devenus c’est-à-dire les prédateurs avides et insatiables toujours prets à n’importe quelle compromission, pour peu qu’elle vous permette de jouer dans la cour des vainqueurs quittes pour cela, à anticiper les évènements voire, jusqu’à renier vos propres convictions ou à défaut, ce qui serait sensé en tenir lieu soit au final, une formidable flexibilité au moyen de laquelle feu votre Mari et en l’occurrence Rabah Bitat avait un jour prêté allégeance aux dirigeants du F.I.S. alors dans sa pleine époque de gloire.

    C’était avant le coup d’état du 11 Janvier 1992 date fatidique à laquelle le clan des Moudjahidine s’est blotti sous la férule des Généraux et du D.R.S. auxquels il a prêté une obédience au plus offrant et plus que douteuse offrant ainsi une pseudo-légitimité historique au service exclusif d’un protecteur à la fois puissant et généreux. Une histoire et puisque c’est de cela qu’il s’agit, pour le moins curieuse où votre protecteur et mentor d’alors et en l’occurrence Mohamed Lamari n’était pas moins qu’un sous-officier Parachutiste du 3° R.P.C. lors de la bataille d’Alger et à ce propos, il n’était pas le seul: les Colonels Touati et Ali Tounsi étaient également de la fête…. C’est dire si à Alger, les vestes se retournent plus vite que les ombres…..

    Dites moi Madame Bitat, qu’est devenue la petite jeune fille bon chic bon genre, au teint clair et aux allures de jeune fille instruite et bien élevée que l’on a vue aux côtés de Yacef Saadi et sous le regard narquois de Babouche dans le film d’actualités tourné lors de votre arrestation par les paras du Colonel Godard? Personnellement, j’ai du mal à croire que cette jeune fille au regard si intelligent et effrayé ait pu un jour vendre son âme au diable au point de s’allier avec les pires prédateurs de la nation Algérienne… Et pourquoi? Par communion d’intérets ou par simple esprit de clan? Puisque c’est de cela qu’il s’agissait Madame Bitat, un clan régnant sans partage sur une Algérie où il n’y avait de place que pour vous les Moudjahidine envers et contre tous les autres, c’est-à-dire envers et contre cette populace ignare et insipide qui ne méritait tout au plus que votre profond mépris…

    Je parle de ce même clan qui a salué l’arrêt du processus électoral en 1992 et sous la protection duquel vous et les vôtres avez pendant près de cinquante ans littéralement déféqué sur les Algériens en vous prévalant de votre qualité de Moudjahidine alors qu’on espérait dans ce contexte d’hystérie collective le voir garder suffisamment de bon sens pour s’opposer à la folie sanguinaire du pouvoir des Généraux génocidaires d’Alger avec son bilan effarant de 300 000 morts et cinq cent Milles déplacés sans parler des disparus dont le nombre est aujourd’hui est estimé à 30 000 dont 7000 ont été reconnus par les pouvoirs publics.

    On espérait entendre votre voix faire pour le moins intellectuellement barrage à cette orgie économique dont le seul mérite a été de dilapider sans compter les ressources énergétiques du peuple Algérien hypothéquant par là et même gravement, toute stratégie de développement pour des générations à venir. Une orgie de dépenses que le pouvoir a l’impudeur autant que le formidable culot de travestir sous de faux bilans financiers pour donner à l’extérieur l’image d’une stabilité économique à défaut de légitimité populaire…

    Mais au lieu de cela, vous avez préféré Madame tendre la main à un petit usurpateur de première génération et en l’occurrence Mr Bouteflika protégé à bout de bras par des Généraux génocidaires pour profiter de ses « largesses » en faisant rebaptiser l’Aéroport de Annaba du nom de votre défunt mari Mr Rabah Bitat. Un nom particulièrement vomi par les Algériens et qui sonne bizarrement pour un ancien patriote comme un symbole de l’oppression, de l’usurpation et du mépris mais de cela vous n’avez cure, puisqu’après tout, venant de la populace et donc de si bas, n’est-ce pas qu’on n’est jamais sali que par de la matière fécale?

    Mais il y a pire que cela Madame, votre appel de dernière minute à la levée de l‘état d‘urgence saupoudré à cette manière de mettre un orteil dans l‘opposition juste pour paraître dans l‘air du temps, sonne aux oreilles des Algériens comme un attentat à la pudeur…

    Cordialement,
    Iskander DEBACHE (Journaliste en exil).

    http://www.lematindz.net/news/3724-pas-aux-algeriens-madame-bitat.html

    Quelque soit les manoeuvres des uns et autres, Dieu merci il y’a un ange gardien du temple Algerie qui s’appelle depuis sa creation en 1963 á nos jours le FFS.

    Le FFS UNIQUE opposition aux regimes mercenaires depuis 1962 á nos jours veille et garde un OEIL vigilent et il entrera au moment propice pour une algerie de droit de justice et de la vraie democratie qu’il militait depuis sa creation.

    Il y’a trop de harkiyas et goumiyas le peuple sait qui-est-qui.

    VIVE ALGERIE
    VIVE LE PEUPLE
    VIVE FFS
    Gloire á nos valeureux martyrs allah yerhamhoum

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER