• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 16 février 2011

Archive pour le 16 février, 2011

المحترم … هنا أكتب كمواطن بعيداً من مقص الرقابة

الجزائر – رضا شنوف

على رغم أن التدوين في الجزائر يعتبر مساحة جديدة للتعبير عن آراء رواده، ولم يعرف بعد انتشاراً بالقدر الذي تشهده الدول المجاورة، كتونس والمغرب ومصر أو بعض دول الخليج العربي، إلا أن التدوين يسير بخطى ثابتة وله رواده.

هده المعاينة الأولى يسردها الصحافي الجزائري صاحب مدونة «الجزائر السياسية» الذي يقدم نفسه فيها تحت اسم «المحترم»، ويقول انها اصبحت موطنه البديل للتعبير عن آرائه والمساحة الحرة التي يتجرد فيها من كل القيود ومقص الرقابة التي تمارس عليه عندما يزاول مهنته كصحافي محترف.

وفي تعريف «الجزائر السياسية»، يقول «المحترم» إنه أنشأها في شهر أيار (مايو) من عام 2007، وهي تهتم بالمواضيع السياسية والاقتصادية والاجتماعية، إضافة إلى القضايا المتعلقة بحقوق الإنسان والحريات. وعن مدى انتشارها يوضح أنها «تجلب ما معدله خمسة آلاف زائر يومياً، هذا في الحالات العادية ، لكن في الحالات التي تشهد فيها الجزائر أحداثاً يصل عدد الزوار من داخل البلاد وخارجها إلى ما بين 12 ألف و15 ألف زائر».

أما الدوافع الكامنة وراء اللجوء إلى التدوين، فيقول «المحترم»: «لا توجد استقلالية تامة في الصحافة الجزائرية، فأنت لا تستطيع أن تبدي رأيك في الأحداث وتنشر المعلومة التي تريد، الأمر الذي شجعني على اللجوء إلى التدوين». ويضيف:» أنا الآن أكتب في مدونتي المعلومة كصحافي ومواطن يعطي رأيه في الأحداث ويتناول المعلومة بكل حرية ووفق تصور خاص، على خلاف الصحافي المحترف الذي يطاله مقص الرقابة بحكم أنه ليس هو من يقرر الخط الافتتاحي للجريدة، ما يجعلنا تحت رحمة الرقابة الذاتية في صحفنا، والتدوين هو النافذة التي نتنفس منها».

ويستشهد صاحب احدى أقدم المدونات التي تعنى بالشأن السياسي في الجزائر، بالمسيرة التي نظمتها «التنسيقية الوطنية من اجل التغيير» في الجزائر العاصمة يوم 12 شباط (فبراير) الماضي، فيقول :»هناك صحف جندت نفسها للإعلان عن هذه المسيرة، في حين أن صحفاً في الجهة المقابلة عملت على تحطيمها. بالنسبة الي كجزائري و كصحافي، لم أشارك في المسيرة، لكني أبديت رأيي في مدونتي بعيداً من تطرف كلا الطرفين، تاركاً الحكم للقارئ»، معتبراً أن هذا الخط الوسطي هو الذي ينقص في الجزائر.

النضال الالكتروني غير منتشر بعد

واللافت أن صاحب مدونة «الجزائر السياسية» ينفي وجود أي ضغوط تمارس على المدونين من قبل السلطات، مُرْجِعاً السبب إلى أن «الإنترنت في الجزائر ليست ملجأ الشباب المقموع الباحث عن التعبير عن آرائه، كما هي الحال في دول المنطقة التي تشهد قمعاً ومراقبة للإنترنت على غرار ما كنا نشهده في تونس». ويتابع في سياق تحليله للوضع في الجزائر فيقول: «يشاع استخدام الانترنت في الجزائر في ميادين محددة، او كما نسميه، الاستعمال التقليدي، مثل البحث عن عمل أو المحادثة أو زيارة مواقع التواصل الاجتماعي، لكنه لا يستخدم كوسيلة للتعبئة السياسية».

لكن «المحترم» لا ينفي في الوقت نفسه احتمال أن تتغير هذه الحرية على الشبكة إذا ما تحولت مكاناً للتعبئة السياسية، ويقول: «في اليوم الذي تصبح هذه الوسيلة مساحة للنشاط السياسي، فانا واثق بأنه ستتم ممارسة ضغوط من قبل السلطة على المدونين». ويعزو عدم انتشار التدوين في الجزائر، وخصوصاً السياسي منه، إلى الانتشار النسبي للإنترنت في الجزائر، بالإضافة إلى كون الجزائري ليس ميالاً الى ثقافة الكتابة، بل الى الثقافة الشفوية، بحكم انه يستطيع أن يعبر عن آرائه السياسية في المقهى، ويوجه انتقاداته للساسة وسياستهم، لكنه لا يضع ذلك حبراً على ورق، لذا فهذا لا يعني «أننا نعيش الديموقراطية الحقيقة بل شبه ديموقراطية».

http://international.daralhayat.com/internationalarticle/233972

Algérie : Le Canard Enchaîné épingle Cherif Rahmani

cherifrahmani3900.jpgLe journal satirique français Le Canard Enchaîné a indiqué dans son dernier numéro paru mercredi que le ministre algérien de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, Chérif Rahmani, possède plusieurs biens immobiliers dans le très chic XVIe arrondissement de Paris. Un appartement de 85 m² rue Singer, un studio de 20 m² rue Lekain et un deux pièces de 31 m² rue des Sablons.

Ces trois propriétés sont regroupées au sein d’une société civile immobilière, la SCI Fomm, détenue par l’épouse de M. Rahmani, révèle l’hebdomadaire français. Ils ont été acquis dans les années 90 par des proches du ministre (y compris son chauffeur), précise la même source, puis intégrés dans diverses SCI qui on finalement atterri dans les mains de madame Rahmani.

Algérie: levée de l’état d’urgence avant la fin du mois

ouyahiaposture.jpgLa levée de l’état d’urgence en Algérie instauré en 1992 interviendra avant la fin février, a déclaré mercredi le Premier ministre Ahmed Ouyahia au cours d’une réunion regroupant les leaders des trois partis de la coalition présidentielle, le FLN, le RND et le MSP.

« La levée de l’état d’urgence interviendra avant la fin du mois en cours » a t-il déclaré dans son discours en précisant que « plusieurs décisions concernant le logement, l’emploi et la gestion de l’administration » seront également annoncées sans donner plus de détails.

Ainsi Mr Medelci l’avoue…l’Etat de Droit absent depuis 19 ans !

medelci.jpgKhoukoum Samy pour « Algérie Politique »

Sur Europe 1, Mourad MEDELCI, Ministre algérien des Affaires étrangères estime que l’Algérie « ne suivra pas la voie de la Tunisie et de l’Egypte », a-t-il déclaré lundi 14 février. Avant de préciser que l’état d’urgence, instauré en 1992, serait levé « dans les jours prochains »…

Mais tout le monde sait que début février, alors qu’un soulèvement populaire venait de faire tomber le régime Ben Ali à Tunis et qu’un autre menaçait le président égyptien Hosni Moubarak, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a annoncé février la levée prochaine de l’état d’urgence. Serait-il un hasard et une position indissociable de ces événements ? Certainement pas ! Serait-il une réponse aux demandes légitimes et à répétitions de nos concitoyens broyés par l’injustice et la Hogra ? Non plus.

(Lire la suite)

Lettre ouverte à Mostefa BOUCHACHI, Président de la LADDH

bouchachilyes01312529.jpgPar Kamel Daoud, vice président de la LADDH

Monsieur le Président, cher ami,

Parce qu’il n’existe pas de débat au sein des structures nationales de la Ligue depuis plusieurs mois, je me trouve dans l’obligation de rendre publique ma position en ma qualité de vice-président de la LADDH.

Raisonnablement faut quitter la Coordination pour le Changement et la Démocratie qui va dans tous les sens et dans la surenchère. Il est clair que la Ligue n’a ni l’expérience ni les moyens humains ou matériels de gérer des marches à répétition. Pour le moment n’y a pas de révolution à attendre de la rue algérienne. La rue a sa propre dynamique (émeute ou révolution, violente ou pacifique, ça dépend) et dans ce cas nous n’avons plus qu’à nous rhabiller et à nous fondre dans le peuple car de nouvelles forces, d’autres structures apparaitront, comme en Tunisie, comme en Égypte. Il serait alors dérisoire de nous prendre pour des meneurs de foules.

Pour le moment rien n’est tel: on fait seulement, involontairement peut-être, le jeu d’un clan du pouvoir contre un autre clan: la gestion par « les services » contre les effets d’annonce de Bouteflika (destinés d’ailleurs à l’étranger plus qu’à nous).

Comme il est clair que le DRS contrôle parfaitement le processus policier de manipulation à travers le RCD (Saadi a déclaré publiquement qu’il a rencontré récemment Toufiq qui lui a dit que l’Algérie va mal ).

La CN(R)CD est un jouet entre le DRS et Bouteflika: le départ de ce dernier est déjà programmé, de préférence avec le consentement de la foule (du peuple ?) C’est une question de timing et de choix du successeur.

La LADDH va perdre son âme si elle s’obstine dans cette démarche.
Notre boulot est de défendre les droits de l’homme, de les faire respecter, de dénoncer leurs violations et c’est déjà beaucoup pour notre organisation actuelle. Pour le moment nous devons nous en tenir là. L’action au sein des partis politiques ne fait pas partie de notre cahier des charges sauf modification de nos statuts. A chacun son travail.

Ni la CN(R)CD ni la LADDH seule ne tiennent l’avenir de la démocratie et des droits de l’homme entre leurs mains face à un pouvoir qui a déjà prouvé ses capacités de nuisance particulièrement répressives. La réalité est cruelle mais c’est la réalité du moment.

Je suis désolé d’être aussi direct par le canal des médias mais je n’ai pas eu d’autre choix.

CNCD: Réapproprions les espaces publics

bouchachilyes01312529.jpgLa CNCD salue l’adhésion populaire a la marche du 12 février. Malgré le dispositif de guerre dans et autour de la capitale, des milliers de citoyens ont brisés le mur de la peur. Et salue en particulier l’engagement des citoyens d’Alger soucieux de l’avenir de leur pays, qui ont veillés au bon déroulement de cette manifestation.
 
La CNCD rend hommage à tous les Algériennes et Algériens sortis exprimer leur volonté de changement dans plusieurs villes algériennes, ainsi qu’a la mobilisation de la communauté algérienne a l’étranger.

(Lire la suite)

Paris: Les journalistes d’El Watan et du Soir d’Algérie indésirables

Mohamed Chekkar pour « Algérie Politique »

Les mauvaises langues pourront les retourner sept fois dans la bouche et y faire un nœud. Eh oui, décidemment, les deux journalistes Nadjia Bouzaghrane et Khadidja Baba Ahmed, respectivement, journalistes d’El Watan et du Soir d’Algérie à Paris, sont désormais persona non grata auprès du Collectif parisien de soutien à la CNCD. Et pour cause: Leur couverture du rassemblement organisé par ce collectif, samedi passé à la placce de la République, n’a pas été du goût de certains organisateurs.

Par ailleurs, et devant l’échec de la manifestation  d’Alger, le collectif parisien a décidé d’agir en dehors de la CNDC.

 

Conférence à Paris: «Situation actuelle des luttes en Algérie, enjeux et perspectives »

omarbenderra.jpgL’Union des Etudiant Algériens de France organise, le 18 février 2011 à 15 heures, à l’Université Paris VIII Saint-Denis Amphi X, une rencontre-débat sur la «situation actuelle des luttes en Algérie, enjeux et perspectives».  

Avec: Omar BENDERRA, économiste, José GARCON, journaliste et Samir BOUAKOUIR, représentant du CALD. 
Avec le soutien : UNEF, CALD (Collectif Algérien pour la Liberté et la Démocratie), CISA (Comité International de Soutien au Syndicalisme autonome Algérien).

Photo: Omar Benderra

Marseille : Rassemblement unitaire de soutien aux peuples algérien et marocain

degage.jpgLe collectif Solidarité Maghreb organise ce dimanche 20 février à Marseille un rassemblement unitaire en solidarité avec les peuples algérien et marocain.

Ce rassemblement interviendra en soutien à la marche prévue à Alger le samedi 19 février et au rassemblement prévu le 20 février au Maroc. Dans les deux pays des appels à des changements démocratiques sont lancés par la société civile.

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER