Les familles de disparus ont marché malgré la répression policière

famillesdesdisparusalgeriens200.jpgLes mères de disparus on rejoint la manifestation pour le changement et la démocratie avant 11h. Elles sont  parvenues, avec plusieurs dizaines d’autres qui les ont rejoint spontanément, à marcher malgré les importants dispositifs de police.

Plus nombreux et plus violents que la semaine passée, les policiers ont tout fait pour empêcher les groupes de se former place du 1er mai et de marcher comme prévu. Les manifestants continuent cependant d’être présents sur la place malgré la violence policière.

Les mères de disparus ont, quant à elles, réussi à passer et à marcher en direction de la maison de la presse, accompagnées d’autres représentants de victimes d’octobre 88, de 2001, des victimes de terrorisme et de plusieurs dizaines de jeunes qui les ont rejoint. Leur slogan : « Ouladna, kadiyatena, hata chai mai khaoufna » (Nos enfants sont notre cause. Rien ne nous fait peur).

Les marcheurs ont certes été encerclés par la police qui les suivait de près alors qu’ils étaient en direction de la Maison de la Presse à plusieurs centaines de mètres de la place du 1er mai. La police a tenté de les disperser et les a forcés à reculer vers l’autoroute en frappant violemment les jeunes qui protégeaient les mères de disparus. Malgré cela, le groupe de plus de 50 personnes a continué à marcher sur l’avenue de l’ALN avec les photos de leurs disparus, en scandant leurs slogans. Leur action est une victoire et un exemple de détermination.

Il faut dire que les mères de disparus ont l’habitude de se rassembler chaque mercredi depuis plus de 10 ans et que malgré les coups, les arrestations, les dispersions violentes régulièrement essuyés, elles tiennent bon et se rassemblent encore devant la CNAS, non loin de la CNCPPDH qui leur est interdite depuis plusieurs mois. Rien ne peut les arrêter car elles savent que la Vérité et la Justice, la démocratie et l’Etat de droit se gagneront par la détermination et le courage. 

Commentaires

  1. la est le probleme dit :

    on attend parfois de l’histoire qu’elle rassemble et mobilise une population et qu’elle enracine un sentiment national,s’élabore alors,au prix d’effacements mémoriels et de déni de la diversité sociale et culturelle,un mythe national qui rejette toute possibilité de constructions plurielles et opposées au passé en même temps qu’il exclut toute forme alternative de récit identitaire. Il en résulte des visions unitaires et unanimistes qui,prenant appui sur la langue et la religion,enjambent des périodes telles que les périodes coloniales.

  2. Amazigh dit :

    dabords,toute mes condoleance ou victime des famille des disparu
    ensuite en etant kabyle je suis a 100% pour avoir notre autonomie fedéral comme les plan de ben mhedi et abane en penser a faire lors du congrer de la soummam
    nos idiot avec les reste des algérien ce converge du coup on prend notre autonomie comme ça on vous laisse tranquille et vous de meme
    PS: je suis en aucun cas partisant du MAK mais ça reste la seul solution pour nous kabyle pour sortir du gofre on a pas besoin du petrol essaion de travaillé d’eduqué puis de construire avec notre savoir l’un des leader pay de l’afrique , la suisse est aussi petite qu’une mouche et qui aussi grande par rapport a l’algerie toute entiere

  3. Ameziane dit :

    Les Familles des disparus,
    Les Syndicats autonomes,
    L’Opposition représentative,historique
    oppositionnels ,
    les AUTONOMES ET INDEPENDANTS

    doivent immédiatement organiser des
    marches, forums, meetings,etc pour
    ne pas laisser le « monopole » de la
    protestation aux faux opposants et
    pseudo-démocrates…

    sinon ce serait la confusion, l’
    obscurité et le brouillard…

    l’illisibilité….et ce serait
    dangereux , grave !

    Pas de temps à perdre !
    Fini l’hésitation, le silence et l’
    inaction !

    sinon LA LEGITIMITE sera à jamais
    du coté de CEUX QUI ONT ALLUME LA
    BRECHE !

  4. slam dit :

    Le problème des disparitions forcées font partie du lot de méfaits organisés lors de la décennie « rouge ».Assassinats individuels,collectifs et disparitions forcées sont l’œuvre de clans qui ont en définitive la même option ,celle de semer le doute entre les populations algériennes.La confusion,l’amalgame organisé,la vindicte sont tous des artifices destinés à terroriser la population algérienne afin de la mettre au pas et la rendre docile,immobilisée,paralysée,incapable de réagir et prendre en mains sa destinée.La population algérienne est si traumatisée qu’elle a peur de s’exprimer librement!

  5. Allah Akbar! dit :

    @ Ameziane: Ce sont les familles des disparus, les syndicats autonomes et l’opposition représentative qui essayent de marcher!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER