Pourquoi le FFS a regardé «le train» passer ?

cndc.jpgPar Kamel Daoud, vice président de la LADDH

Vous ne vous êtes pas posé la question ? Et pourtant. Il a assisté à la première rencontre en faisant confiance à ceux qui y ont représenté la LADDH, le Snapap et les familles de disparus. Ils ont écouté aussi ceux qui ont poussé à la surenchère, ils ont vu arriver le RCD par différents canaux (y compris avec celle qui a essayé de pirater Amnesty), ils ont vu arriver des anciens ministres en mal d’une nouvelle virginité politique, et aussi des journalistes (dont on connaît l’autonomie) sans compter les taupes probables du DRS, et ils ont vite compris, parce que c’était cousu de fil blanc et, comme d’habitude, ils se sont méfié, la ficelle était trop grosse.

Quelques heures plus tard, ils ont poliment quitté la table de la CNCD. Les militants habitués à être à l’écoute des revendications de la population auraient du comprendre qu‘il y avait anguille sous roche. En plus organiser une marche dans la capitale, en plein état d’urgence, annoncée 3 semaines à l’avance, sans préparation, sans concertation sérieuse avec leur base, sans slogans préalablement définis, alors qu’on garde encore en mémoire la sauvage répression du printemps noir à l’entrée d’Alger. Et puis l’assassinat de Mohamed Boudiaf, 200 000 morts, les massacres, les exécutions sommaires, la torture, le couvre feu, comment peut-on oublier ? Nous ne sommes ni le premier novembre 1954, ni en octobre 1988.

Les militants de la démocratie, toutes générations confondues, sont maintenant endurcis : ils ont l’expérience et ils n’ont pas perdu leur lucidité. Ils savent combien il est difficile d’organiser une marche publique combien peut coûter cher une confrontation frontale avec le régime en victimes et aussi en acquis politiques. On n’a pas le droit de lancer une marche publique « la fleur au fusil » puis constater son échec. Maintenant il va falloir remonter la pente.

La suite des évènements a donné raison au FFS car nous ne sommes ni en Tunisie ni au Caire ni à Bahrein ni même en Libye. La rue a ses règles et aussi ses risques. En matière de lutte pour les droits de l’homme et la démocratie peut-être sommes nous plus près de nos frères de combat marocains que de nos frères arabes de l’Est.
Et nous avons compris quand, au lendemain du flop de la seconde marche  (plutôt le sit-in des flics), le FFS a annoncé qu’il soutient les revendications des étudiants. Un vrai combat politique vient de commencer. 

Commentaires

  1. NARMOTARD dit :

    « Pourquoi le FFS a regardé « le train » passer?, dites-vous.

    Parce que tout simplement, ce train-là se trouvait sur le rail, à voie étroite, qui conduit vers une destination autre que celle où aboutit le rail, à voie large, donc plus sûre, choisi par le FFS.
    Ce choix, judicieux et constamment justifié dans sa pertinence par l’histoire de l’Algérie, s’explique par le long parcours politique et éthique avantageusement expérimenté par le FFS.

    Merci professeur Kamel DAOUD pour sa pertinente et logique analyse.

  2. peuple le seul opposant dit :

    pour une Algérie libre et démocrate

  3. FFS dit :

    Vous êtes ici : Actualité >> Le Parti 19/02/2011
    Communiqué

    L’avenir de l’élite de la jeunesse Algérienne constitue une des priorités politiques du FFS.

    Le FFS soutient le mouvement de contestation estudiantine qui secoue actuellement les universités du pays.

    Le FFS soutient le mouvement de contestation estudiantine qui secoue actuellement les universités du pays.

    Ce mouvement a pris de l’ampleur, il a pour origine le rejet par les étudiantes et les étudiants du Décret présidentiel n° 10-315 du 13 décembre 2010 modifiant et complétant le décret n° 07-304 du 29 septembre 2007 fixant la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires.

    Leurs professeurs approuvent ce rejet, et soutiennent leurs étudiants. Actuellement les revendications se sont élargies aux passerelles entre l’ancien système et le système LMD, et les possibilités de progression du corps des ingénieurs.

    Le FFS a depuis plusieurs mois alerté l’opinion publique sur l’absurdité et l’incohérence des mesures prises par le gouvernement lors de la rentrée universitaire et averti quant aux risques de pourrissement et de dérapage au sein des universités.

    Le FFS estime que les étudiantes et les étudiants n’ont pas à payer le prix des erreurs du gouvernement.

    L’avenir de l’élite de la jeunesse Algérienne constitue une des priorités politiques du FFS.

    Dans cet esprit le FFS s’associe à la demande de retrait du Décret n° 10-315.

    Le FFS préconise l’association de toutes les instances qualifiées de la communauté universitaire dans l’évaluation et la reconnaissance des diplômes, dans le but d’harmoniser les cursus universitaires.

    Le secrétariat national, le vendredi 19 Février 2011.

  4. s.lamrous dit :

    Très bonne analyse du Professeur DAOUD,bien aiguillée et digne d’un visionnaire politique.Il vient de nous faire une démonstration magistrale en donnant des raisons précises et justes qui ont conduit le FFS à son retrait immédiat d’un concerto qui ne le regarde pas du fait qu’il est savamment orchestré par des maitres de la manipulation.En effet,la présence des éléments du RCD à cette coordination est jugée inopportune lorsqu’on l’on sait les desseins de cette formation politique qui ne cherche qu’à soigner un show politique.Le FFS ne peut participer à des activités mal cogitées.

  5. arezki oukavache dit :

    Quelque soit l’initiative en Algérie on verra toujours anguille sous roche: il y a du DRS, du pouvoir…etc.
    Ce genre d’analyse est usée à la trame.Il faut faire les réunions, les marches secrètement et de préférence sur la planète MARS pour être sûr de ne pas être infiltré.Il faut même partir de nuit, sans demande d’autorisation,sinon nous serons accusé de vouloir quitter la planète Terre illégalement.

  6. AB dit :

    Je ne vois pas comment le FFS aurait-il raison par la simple raison que la marche aurait été un échec, si tant est qu’on puisse parler d’échec au regard des forces de l’ordre dépêchés par les autorités . Est-ce que le fait que Sadi réclame la levée de l’état d’urgence fait de cette exigence une idée suspecte ou périmée? Pourtant le FFS l’avait revendiquée bien avant le RCD.
    Il me semble que ce qui joue le plus dans cette positions du FFS et de ses alliés comme Mehri, c’est la volonté de se distinguer à tout prix de leurs adversaires en disant à qui veut les entendre qu’ils défendent le seul discours où il conviendrait de chercher un recette pour l’Algérie. Autrement dit, ils cherchent à s’assurer le monopole de l’opposition. Sinon comment expliquer qu’ils n’adhèrent pas aux mots d’ordre de la CNCD qui sont de nature à susciter le consensus le plus large parmi toutes les mouvances de l’opposition!

  7. Hachimi dit :

    Très éclairant!

  8. yidir dit :

    bien dit Mr Kamel Daoud:… le FFS a annoncé qu’il soutient les revendications des étudiants.
    soutenir, oui! mais repecher des personnes ou des partis ,jamais!c’est le contraire qui est exigé maintenant et ici.

  9. Ameziane dit :

    C’est clair et net : pas question de s’
    allier aux »alliers »du Régime militaire.
    La CNCD(2011)ressemble à la CNSA(1991),
    ça ne fait aucun doute.Les marches étaient un fiasco,c’est certain. Etc,etc.

    Mais combien de gens comrendront ce raisonnement,la position qui en découle?

    Y’a-t-il une autre voie que la rue? Non et non.Du Maroc jusqu’à Bahrein,la rue a été le lieu de l’action,de la communion,
    de la protestation.

    Se parler,parler à soi-meme est aussi suicidaire que de s’allier aux alliés
    de la Junte.

    La solution, c’est d’organiser parallèlement des seet-in,des marches,
    ailleurs,en d’autres lieux,nous devons avoir le courage de mesurer notre champs d’audience réel.

    Bien sur il nous faut dénoncer le Régime criminel et ses allier,mais il faut aussi aller aude-là de la dénonciation,
    il faut passer à l’action,l’action dans la rue, comme partout ailleurs….

    Nous laisser doubler « à gauche », c’est abandonner le peuple qu’on dit défendre.

    Il ne faut pas ajouter la confusion à la confusion,à l’obscurité,au brouillard
    tant affectionnés par les Généraux ciminels qui aiment avancer masqués…par Sadi & Cie!

  10. samia dit :

    quand on est un simple citoyen qui veut exprimer son ras le bol du pouvoir, des partis politiques défaillants depuis si longtemps et qui ne veut être récupéré ni manipulé par aucun d’entre eux, comment on fait? faut-il être militant du FFS pour lui demander de faire contre poids face aux tentatives sans cesse renouvelées de faire rallier notre refus du pouvoir à des desseins autres que les siens? ne pouvons-nous pas juste exprimer notre avis, notre refus en tant que citoyen alors que nous n’avons aucun recours, aucun canal d’expression? Pourquoi ne nous appuyez-vous pas sur une chose aussi simple? les raisons invoquées sont trop politiciennes et c’est exactement cela que nous refusons aujourd’hui, quitte à être instrumentalisé par un Said Saadi que nous abhorrons, vu que personne ne veut le contrer!

  11. Benramdane dit :

    Ouf!!! Heureusement que le ffs est la. Et il est la depuis 1963, et depuis, jamais rien de grave n’est arrive a l’algerie . Et depuis 1989 et le « retour » en Algérie du chef, rien de grave n’est arrive a la démocratie algérienne. Jamais la police politique du régime n’a été aussi « faible » que depuis que le ffs évente ses coups et ses complices. Jamais les putchistes de l’aln et l’anp n’ont eues de forces démocratiques en face de leurs chars les empêchant le commettre leurs coups d’état. Et cela Grace a qui??? A la grande clairvoyance du ffs. Et si l’algerie échappera a la grosse arnaQue « pseudo-révolutionnaire », signée laddh, syndicats autonomes et autres associations de disparus mais surtout rcd,tous a la botte du drs, ça sera Grace a la clairvoyance du ffs et de son leader qui préfère une transition concoctée par de grands démocrates tels que boutéfas,mehri et d’autres ex qui ont envoyé des jeunes algériens défier des chars dans les rues d’alger en octobre pour hâter une autre transition. Mais ça c’est une autre histoire.

  12. karim2380 dit :

    Le FFS n’est pas le bureau de tabac du coin et c’est bien comme c5a.

  13. Ahmed dit :

    Aux Sieurs Benramdane et Said
    Etes-vous venu aux deux marches? Moi j’étais et j’ai découvert et beaucoup de ceux qui sont venus étaient atteint de la même maladie que le FFS… Le FFS n’a pas marche, mais nous on s’est « forcé »… Mais en se parlant, on a découvert que nous étions dégouté d’avoir Said Sadi dans les parages, nous étions convaincus qu’il suffit que ce type soit dans un mouvement pour que celui-ci devienne sans crédit… Cette maladie du FFS, comme vous l’appeler, nous l’avons aussi. Elle ne relève pas du délire, elle découle de faits établis et de liens, désormais documentés grâce à Wikileaks, de Sadi avec la « surveillance nationale ». Peut-être que MM Benramdane et Said sont des militants du RCD et qu’ils ne le voient pas en raison de leur « amour aveugle »… Mais cela vous passera… Je ne suis pas membre du FFS, mais j’avoue que sa « maladie » présumée, je la partage… Je ne me forcerai plus désormais. Là où se trouve Sadi, je n’irais pas… Sa simple présence me dispense d’analyse. Il y a deux marches et deux échecs pour le démontrer encore une fois… En outre, je préfère un million de fois un Mehri, avec ce type, il n’y a pas de tromperies sur la marchandise

  14. AHMEDI dit :

    SAADI A RATER L AVION , LE FFS LE TRAIN et le peuple l avenir

  15. B. Amar dit :

    « En plus organiser une marche dans la capitale, en plein état d’urgence, annoncée 3 semaines à l’avance, sans préparation, sans concertation sérieuse avec leur base, sans slogans préalablement définis, alors qu’on garde encore en mémoire la sauvage répression du printemps noir à l’entrée d’Alger. Et puis l’assassinat de Mohamed Boudiaf, 200 000 morts, les massacres, les exécutions sommaires, la torture, le couvre feu, comment peut-on oublier ? Nous ne sommes ni le premier novembre 1954, ni en octobre 1988. »
    On impose l’état d’urgence, alors il ne faut pas marcher
    On a assassiné Boudiaf alors le peuple doit abdiquer
    Il y a eu 200.000 morts pendant la guerre civile, le peuple doit se terrer
    On torture et on exécute sommairement, alors il faut se la fermer
    Il y a le couvre feu et la torture, il faut caresser le régime qui pratique ces manière atroces.
    Mais bon Dieu toutes ces pratiques abominables appellent les personnes sensées à la rébellion immédiate !
    D’après vous Dr Kamel Daoud, pourquoi il y a eu le 1er Novembre qui a ébranlé la puissance coloniale appuyée par l’OTAN ?
    Pourquoi il y a eu le 5 octobre 1988 ?
    Si on suivrait votre raisonnement, l’Algérie serait en ce temps occupée par la France, et encore peut être que ça aurait été mieux que ce régime de banane.
    Ben M’hidi et ses frères de combats, doivent se retourner dans leurs tombes en ce moment.
    Pour terminer, le FFS n’a pas l’intention de soutenir le « Changement » pour la simple raison que son leader a été claire dans sa lettre de soutien à Abdelhamid Mehri , je le cite : « J’espère moi aussi, comme tu le dis si bien, que le cinquantenaire de l’indépendance verra de nouveau le peuple algérien fier de son passé et rassuré sur son avenir »
    Franchement, voit-on dans le régime actuel, une assurance pour l’avenir des algériens ?
    On arriverait jamais à faire du neuf avec des vieux usés jusqu’à la corde. Laissez l’Algérie à sa jeunesse, elle n’est ni avare, ni incompétente, comme celle de Novembre, avec son énergie elle réalisera l’impossible. Ne dit-on pas que l’impossible n’est pas français ? Alors pourquoi cet impossible ne pourrait pas être algérien aussi ?

  16. B. Amar dit :

    RECTIFICATION DU MON MESSAGE PRECEDENT:

    Ne dit-on pas que l’impossible n’est pas français ? Alors pourquoi donner à cet impossible la nationalité algérienne?

  17. abdenour dit :

    Si le FFS était si sûr que le match était « mebyou3″ et que la ficelle blanche était aussi grosse que les lignes d’amarrage des portes-conteneurs, il est de son devoir de détruire cette machination et de dévoiler les complots qui se trament par derrière les rideaux. IL SE DOIT DE PULVERISER LA CNCD.

    Mais pour que le FFS puissent voir, il aurait fallu qu’il ouvre les yeux qu’il en soit doter de cet organe sensoriel propre à la vision.

  18. Amokrane dit :

    @ Said
    Tu ne fais que semer la confusion, propager le mensonge, la rumeur, la propagande, de manière DRSiste.

    Tu es certainement un dirigeant du
    RCD qui, donc, émarge au DRS. Comme Nordine AIT HMAOUDA et d’autres .
    Le livre de Sadi traite du MALG, le
    Clan Boutef-Zerhouni-Koudjetti,et ne
    constitue pas une attaque contre le
    le DRS(néo-MALG)de ses Maitres Toufik,
    Djébbar,Tartag et autres criminels qui
    sont responsables de 230 000 morts,
    20 000 disparus, 40 000 veuves, 350 000
    orphelins, combien d’assassinats politiques :journalistes,écrivains, opposants,etc, la manupulation des extremistes islamistes,création des maquis, meurtes des Moines de Thivhirine,la persécution des Chrétiens et des Juifs, la manipulation des
    extrémistes séparatistes, la destruction du MCB, ler démantellement de la LADDH,les attaques contre le FFS…

    Le RCD est né dans les Bureaux de Belkheir et Ayyat, c’est une officine,une agence,une succurasale de la SM-DRS…

    On pourra vous croire le jour où Sadi & Cie fassent leur mea culpa sur les tractations secrètes de 1988 et d’avant
    avec Belkheir, quand ils apportent un démenti contre Ferhat et Ait Larbi surr leurs accusations directes lancées dans le le livre  » Avril 80…Ed. Koukou  »
    Il y’avait aussi la Déclaration des 11
    Animateurs du MCB en Février 89,d’autres accusations sur les accointances du RCD et ses dirigeants avec la SM-DRS…

  19. Kader ZERROU dit :

    Le FFS préfère les TGV aux trains de banlieue ! Outres les accidents de parcours et les incidents techniques propres à ces derniers, ils offrent aussi le désavantage de l’insécurité ! Ils ne sont pas fiables.
    C’est pour cela sans doute qu’il serait plus judicieux d’attendre le TGV de l’Histoire, qui n’est pas encore passé sur la place d’Alger, autrement plus efficace et plus sûr pour nous embarquer vers la destination du changement démocratique véritable.
    En attendant, restons sur le quai de la gare et tâchons de composter nos billets avant d’embarquer le moment venu…

  20. barakat kourti dit :

    @ Ahmed je l’est déjà dit dans ce blog si sadi va au paradis j’irai volontier en enfer tout en souriant

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER