• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 26 février 2011

Archive pour le 26 février, 2011

Said Said monte sur un véhicule de la police avec ses gardes du corps (flics) !

sadi2.jpg

Un garde du corps avec une valise blindée à la main  ! Cinéma ta3 lhit ! 

PT: « Ait Hamouda, l’enfant gâté du parti unique »

aitha.jpgDans une réponse parue aujourd’hui dans Le Soir d’Algérie, le Parti des travailleurs a rappelé au député du RCD, Nouredinne AIt Hamouda son passé d’enfant gâté du système du parti unique. « Il reste que l’éthique et la morale politiques exigeraient qu’il restitue tous les privilèges et biens difficiles à recenser dont la résidence à Club-des- Pins que «le régime» qu’il veut chasser lui a consentis, en sa qualité d’enfant gâté du système du parti unique », écrit la direction du PT.  

Le parti de Louisa Hanoune a rappelé également au député du RCD la participation de son parti au gouvernement de Bouteflika de 1999 à 2001 « non pas comme «observateur» (sic !) mais bien pour y appliquer entre autres, l’état d’urgence, le refus d’agrément de nouveaux partis, et l’interdiction, voire la répression des marches dans Alger dont celle en soutien à la 2e Intifada palestinienne, dans laquelle la SG du PT a reçu des coups, le PT n’a jamais partagé le pouvoir, car fidèle à sa conception de la démocratie ». El Mouhtarem 

Meeting du FFS à Alger: communiqué de la section de Béjaia

logoalgerie.jpgDans un communiqué rendu public aujourd’hui, la section du FFS de la commune de Béjaia informe l’ensemble des militants sympathisants du parti ainsi que les citoyennes et citoyens de l’ouverture d’une permanence au niveau du siège de la section sis à la cité 5 juillet (Quartier Daouadji). La permanence est assurée pour l’inscription des participants au meeting du FFS qui sera animé le vendredi 04 mars 2011 à 14H30 à la salle ATLAS Bab El Oued Alger. Selon le communiqué signé par le premier secrétaire de la section, Karim Bourai, les participants peuvent se rapprocher du siège du parti ou appeler au 0795. 078 868. El Mouhtarem

Marche de la CNCD: Est-il possible d’arrêter le fiasco ?

sadi1.jpgL’appel de la CNCD version Said Sadi à une marche aujourd’hui à Alger n’a pas été écouté par les Algériens. En effet, ce matin à la Place des Martyrs, il n’ y avait, selon les journalistes présents sur les lieux, qu’une centaine de personnes. Le dispositif sécuritaire mis en place par le général Hamel n’explique pas à lui seul le refus des Algériens de suivre des aventuriers qui sont intéressés, de l’avis de beaucoup d’Algériens, plutôt par la médiatisation que par le changement du système. Lors de la « marche » du 19 février, les dirigeants du RCD ont préféré sur-médiatiser l’agression (acte condamnable) par la police du député Tahar Besbas que de rendre compte de l’action menée par plusieurs organisations. Demain, nous risquons de revivre le même scénario: médiatiser la blessure du député de Tipaza, Khendek. Les organisateurs de la « marche » doivent s’arrêter un moment pour évaluer les trois dernières manifestations, réfléchir à d’autres moyens de lutte et tenter d’expliquer la non adhésion des Algériens à ces actions de rue. El Mouhtarem

Photo: El Watan

L’Algérie dément l’utilisation d’avions militaires pour transporter des mercenaires en Libye

kadafi.jpgL’Algérie dément de « la manière la plus catégorique » les allégations mensongères sur l’utilisation d’avions militaires algériens pour transporter des mercenaires en Libye, indique samedi le ministère des Affaires étrangères. « Le ministère des Affaires étrangères dément, de la manière la plus catégorique, les allégations mensongères colportées par certains sites électroniques ainsi que par certaines chaînes de télévision satellitaires sur une prétendue utilisation d’avions militaires algériens pour transporter des mercenaires en Libye », précise le communiqué. « Ces allégations insidieuses vont à l’encontre de la position doctrinale, bien connue, de l’Algérie qui récuse, de manière absolue, l’ingérence dans les affaires intérieures des Etats », souligne le ministère. APS 

 

Nouvelle manifestation à Alger

manif1.jpgUne centaine de manifestants pour un changement politique en Algérie ont été bloqués samedi par la police dès leur arrivée au lieu de rendez-vous dans le centre d’Alger. Le président du RCD, le député Saïd Sadi, s’est retrouvé encerclé, avant même l’heure prévue du début de la marche, 11h00, par les forces de l’ordre sur la Place des Martyrs.

Les forces de l’ordre ont réussi à repousser vers le front de mer tout proche les partisans du RCD réunis sous la bannière de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), un mouvement né il y a un mois mais déjà scindé en deux.
Le périmètre de la Place des Martyrs était quadrillé par les forces de l’ordre. Tous les accès piétons ont été bouclés par des centaines de policiers, dotés de casques et de boucliers, pour empêcher tout rassemblement. Au dessus du centre de la capitale, un hélicoptère tournoyait depuis le début de la matinée. Synthèse/ AFP

Rachid Boudjedra: « Le système algérien n’est pas dictatorial »

rachidboudjedratimimounl1175x130.jpegDans un entretien accordé au quotidien El Watan http://www.elwatan.com/entretien/rachid-boudjedra-pour-la-revolution-mais-pas-comme-ca-26-02-2011-113515_121.php, l’écrivain Rachid Boudjedra qualifie le pouvoir algérien de rentier, d’autoritaire, mais pas de dictarotial. «Les revendications de ces marches (CNDC) sont politiques et uniquement politiques. On demande la démocratie mais qu’est ce que la démocratie ? Je suis contre ce pouvoir depuis 1962 qui est le même en fin de compte; un pouvoir rentier, autoritaire, pas du tout dictatorial comme on le dit (…) Il y a des espaces de démocratie et d’expression évidentes dans notre pays », souligne Boudjedra.  Il n’ y a pas une censure officielle sur tel livre… 

L’intellectuel Boudjedra ne vit-il pas en Algérie ? A-t-il oublié qu’en 2009, les services de sécurité avaient procédé à la saisie du livre «Poutakhine, journal presque intime d’un naufragé» de Mehdi Djazairi, à l’occasion de l’inauguration du Salon international du livre d’Alger ? A-t-il oublié la censure du livre de Mohamed Benchicou, « Les géoles d’Alger » ? Selon Rachid Boudjedra, il y a des espaces de libertés et de démocratie évidents dans notre pays. Il y a une grande liberté de création. Mes livres passent de chez moi à l’imprimerie (…) Nous n’avons pas une censure officielle sur tel livre, tel film ».  (…) « Et puis nous avons une presse libre. Personne ne peut en douter. Il y a des poursuites en diffamation mais ça, c’est justement le jeu démocratique. Ce concept de la démocratie qui est bradé comme un épouvantail reste flou », ajoute l’ami de Khalida Toumi.  El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER