Khalil Ezzaouia* du FDLT: « Que tombent les dictatures au Maghreb »

 

dsc0359.jpg«Alors que personne ne l’avait pressenti, lors de notre dernière rencontre en 2008 avec Hocine Aït Ahmed, il s’est montré très confiant quant à un changement dans les pays du Maghreb. Le peuple tunisien s’est révolté et a vaincu, et nous espérons de même pour les autres pays du Maghreb.

 

Dans un premier temps, le peuple tunisien a eu raison du dictateur, dans un deuxième temps, il a eu raison du gouvernement, maintenant il va mener au bout sa lutte pour une réelle démocratie en constituant un Conseil de la révolution devant organiser des élections libres. La Révolution algérienne a toujours été un exemple pour nous.

 

Le peuple algérien a versé un lourd tribut durant la guerre pour la Libération puis durant les années 1990, nous souhaitons réellement qu’il arrivera à atteindre son objectif démocratique. Notre slogan sera celui d’un Maghreb des peuples défendant un Etat de droit. Que vive le Maghreb et que tombent les dictatures.»

*Chargé des relations internationales  du FDLT (Tunisie)

Source El Watan

Commentaires

  1. NARMOTARD dit :

    « Khalil Ezzaouia du FDLT: Que tombent les dictatures au Maghreb », dites-vous.

    Si les dictatures ont commencé par tomber en Amérique du Sud, malgré leur installation et leur soutient par les puissances impérialistes de l’Amérique du Nord et de l’Europe, il faut s’attendre à ce que celles du Maghreb et d’ailleurs suive, grâce au langage commun de la solidarité humaine qui lie les peuples entre eux.

    Le Maghrébin de toujours, le militant de la démocratie et des droits de la personne, Hocine Aït Ahmed est réconfortant et visionnaire dans cette évolution sociale qu’il a bien étudiée.

    Vive le Grand Maghreb démocratique des peuples libres, souverains et heureux.

  2. Moumen dit :

    VIGILANCE !!!VIGILANCE!!!VIGILANCE!!!Nos frères Tunisiens et Maghrébins ne doivent pas tomber dans les scénarios qui ont permis a nos dictateurs de récupérer le terrain gagné avec notre Révolution en octobre 1988.

  3. Dr. Amina/Amin dit :

    History repeats itself!

    ces 3 freres pays
    Maroc-Algerie-Tunisie ont le meme destin… c’etait la Numidie!

    demain sera la Lybie, Mauretanie et pourquoi pas le grand maghreb des peuple avec l’Egypte… meme le West sahara sera integré alors on aura plus ce probleme inter-maghrebin crée uniquement pour diviser … nous y reviendrons!
    Ce sera la Numidie de nos G-parents et aieuls.

    La question de la decolonisation etait travaillé deja avant 1955 juste apres l’arrivée de Mr. Ait-Ahmed Hocine qui trouva des revolutionnaires nord africain au Caire et activa l’ouverture du bureau du Maghreb pour prendre la route vers Bandong qui ouvrira le chemin de l’ONU le bureau du FLN et ce qui en suit… la liberation du Maroc de la Tunisie puis l’Algerie…

    «Alors que personne ne l’avait pressenti, lors de notre dernière rencontre en 2008 avec Hocine Aït Ahmed, il s’est montré très confiant quant à un changement dans les pays du Maghreb.

    Aujourd’hui nous en 2011 et la Tunisie a eu son changement qu’avait predit Mr. Ait-Ahmed Hocine en 2008.

    je vous laisse deguster ce qui suit, bonne lecture!

    Le Pere de la diplomatie Algerienne
    Ait-Ahmed Hocine

    Conférence de Bandung

    Nasser au côté de Khrouchtchev
    Sukarno, celui-ci accueillit la conférence”Une Conférence des Nations Afro-Asiatiques convoquée par les gouvernements de Birmanie, de Ceylan, de l’Inde, d’Indonésie et du Pakistan s’est réunie à Bandoeng du 18 au 24 avril 1955″[1].

    Les cinq puissances invitantes de Bandung (avril 1955) – l’Inde, Ceylan (l’actuel Sri Lanka), le Pakistan, la Birmanie et l’Indonésie – s’étaient réunies à Colombo, du 5 avril au 2 mai 1954, pour chercher les moyens d’accélérer la conclusion de la paix en Indochine. Les cinq prennent alors position contre les essais nucléaires, la politique des blocs et le colonialisme et se prononcent pour l’admission de la République populaire de Chine aux Nations unies.

    Quelques mois plus tard, en décembre 1954, les cinq de Colombo se retrouvent à Bogor, localité proche de la capitale indonésienne, pour décider des derniers préparatifs de la conférence, et, notamment, pour établir la liste des pays à inviter à prendre part à la création d’une zone de paix fondée sur les principes de la coexistence pacifique. Vingt-cinq pays, dont la Chine et la République démocratique du Viêt Nam, sont invités, et, parmi eux, seule la Fédération d’Afrique centrale décline l’invitation.

    Les Nations participantes

    Vingt neuf pays se rendront à la conférence:

    quinze pays d’Asie
    (Afghanistan, Birmanie, Royaume du Cambodge, Ceylan, République populaire de Chine, Inde, Indonésie, Japon, Royaume du Laos, Népal, Pakistan, Philippines,Thaïlande, République démocratique du Viêt Nam, État du Viêt Nam),

    neuf du Moyen-Orient
    (Arabie saoudite, Égypte, Iran, Royaume d’Irak, Jordanie, Liban, Syrie, Turquie et Yémen)

    et six pays africains
    (Côte-de-l’Or (l’actuel Ghana), Éthiopie, Libéria, Soudan, Somalia et Libye) ce qui reflète le fait que la plus grande partie de ce continent est encore colonisée.

    Le Japon est le seul pays industrialisé à assister à la conférence.

    ==========================

    Les personnalités participantes

    Chou En-Lai

    Hocine Aït Ahmed

    Gamal Abdel Nasser

    Jawaharlal Nehru

    Soekarno, Sukarno, né Kusno Sosrodihardjo

    Norodom Sihanouk

    =================

    Contrairement à ce que l’on pourrait croire, compte tenu des évolutions ultérieures du mouvement des pays non-alignés, Tito, président de la République fédérale socialiste de Yougoslavie, n’a pas participé à la conférence

    Résolution finale

    Nehru en 1954
    Le communiqué final[3] de la conférence de Bandung, inspiré par l’Indien Nehru, est marqué par le neutralisme et les principes de la coexistence pacifique mais peine à déterminer une ligne commune face aux « Grands » : aux non-engagés (Inde et Égypte), s’opposent, d’un côté, les pro-occidentaux, les pays du Pacte de Bagdad, de l’OTAN ou de l’OTASE (Irak, Iran, Japon, Pakistan, Philippines et Turquie), et de l’autre, les pays ayant adopté le régime communiste (la Chine communiste et République populaire du Viêt Nam).

    Outre le fait que la conférence de Bandung marque l’entrée du Tiers monde sur la scène internationale, la conférence a condamné la colonisation et l’impérialisme en général, et en particulier l’apartheid en Afrique du Sud, et la France qui est la première puissance coloniale en Afrique. Les pays signataires appellent les pays encore colonisés à lutter pour leur indépendance mais la solution pacifique et la recherche de la négociation doivent être préférées. Ils rappellent également leur volonté de ne pas appartenir à l’un ou l’autre des deux blocs en pleine guerre froide opposant les États-Unis et le bloc soviétique

    Conséquences

    La conférence a contribué à l’accélération du processus de “décolonisation” et à l’émergence d’un nouveau groupe de pays qui feront partie du « Tiers-Monde » entre le bloc communiste et le bloc occidental.

    Dans la continuité, la conférence de Belgrade qui réunira certains de ces pays en 1961, posera les bases du mouvement des non-alignés. Cependant la conférence a mis en lumière les divisions existantes entre les pays plutôt proches d’un des deux blocs ou préférant le non-alignement.

    Le “non-alignement” est la position de certains etats qui refusent de se ranger dans l’un ou l’autre des deux blocs, celui de l’Ouest ou celui de l’Est.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Bandung

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER