• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 5 mars 2011

Archive pour le 5 mars, 2011

Marche de la CNCD-Oran: Plusieurs journalistes interpellés

rsf.jpgUne demie-  heure avant l’horaire fixé de la marche à laquelle a appelé la CNCD-Oran, une centaine de personnes ont été interpellés dont, une dizaine de journalistes exerçant dans différents organes de presse privée. Ils ont été «cueillis» l’un après l’autre, ce qui suppose que les services de police étaient instruits de les empêcher coûte que coûte d’exercer leur métier. En effet ces derniers ont à maintes reprises exhibés leurs cartes professionnelles et autres ordres de mission, signifiant de vive voix aux agents de police qui procédaient à leur arrestation qu’ils étaient là dans le cadre de l’exercice de leur  profession.

En dépit de cela, ils furent embarqués dans des fourgons de police et conduit au niveau de plusieurs commissariats de la ville.

Par ailleurs, les journalistes arrêtés tiennent à dénoncer, de la manière la plus vive, le fait  qu’ils aient été désignés sur place, les policiers ayant  fait appel à la «collaboration» d’un journaliste connu par toute la profession pour ses accointances avec les services de renseignements. Les journalistes victimes d’entraves  graves, dénoncent énergiquement cet abus de pouvoir, contredisant les prétendus discours d’une liberté de la presse en Algérie.

Liste des organes des journalistes arrêtés ce jour samedi  5 mars à Oran :

Le Soir d’Algérie, Liberté, Le Quotidien d’Oran, El Watan, L’Expression, La Tribune, La Voix de l’Oranie

A quoi joue Said Sadi ?

manifrcdmadania.jpgLe président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Said Sadin’arrive toujours pas à mobiliser. Après l’échec de la manifestation du 26 février (une centaine de personnes rassemblées à la Place des martyrs à Alger), Sadi a appellé au nom de la CNCD à trois marches aujourd‘hui samedi dans la capitale 

 

Ainsi, à Ain El Beniane, où devait démarrer une marche vers Bab El Oued, il n’y avait que 10 personnes dont l’ancien négociateur avec le gouvernement Ouyahia, Belaid Abrika, et le vice-président de l’APN, Nouredinne Aït-Hamouda.

 

 

Dans la commune de Belcourt, où devait démarrer une autre manifestation, il n’y avait, selon des témoins, qu‘une soixantaine de personnes autour de AliYahia Abdennour, président d’honneur de la LADDH, qui, faut-il le rappeler, s’est retirée de la CNCD. Enfin, dans la commune d’El Madania, Said Sadiétait à la tête d’un regroupement de 20 personnes qui se sont retrouvés face à des dizaines de jeunes, certes manipulées, venues chasser les manifestants. D’ailleurs, selon El Watan,   »Le président du RCD a failli être lynché par des dizaines de jeunes chauffés à blanc et brandissant des banderoles en faveur du Président Bouteflika ». 

 

 

Au lieu d’essayer de comprendre les raisons de la non adhésion des Algériens aux dernières manifestations, le chef du RCD, persiste dans une stratégie d’affrontements qui risque de mettre en danger la vie de ses militants.   Selon un homme politique algérien, qui a connu de près le président du RCD,  Sadi joue son va tout. « Etant mégalomane, Sadi a perdu le sens des réalités. En cherchant à manifester tout le temps, il essaye de gommer l’image d’un complaisant envers le pouvoir, ensuite, il aime ses situations où ça lui permet de faire de l’esbroufe médiatique et, enfin, il cherche à pousser le pouvoir à faire l’irréparable – tirer sur la foule – pour lancer le grand incendie.  

 

 

Sadi veut arriver au pouvoir à n’importe quel prix. Il est obsédé par cet objectif et son âge. Plus il avance dans la vie, plus, il voit la perspective lui échapper. Et maintenant l’étau se resserre autour de lui sur ses 22 ans à la tête du parti. La question lui est ouvertement posée. Sadi, s’il peut se retourner contre ses n’importe qui, y compris le pouvoir, pour accéder aux affaires, il le fera », explique notre interlocuteur. El Mouhtarem

Photo d’El Mouhtarem. Sadi aujourd’hui à El Madania

Karim Tabbou: « Pour le FFS, la priorité est la reconstruction du lien entre les Algériens »

ffs.jpgMeeting à la salle « ATLAS » – Alger le 4 mars 2011

« Hier, les peuples du Maghreb se sont libérés du joug colonial, chacun de nos pays a suivi sa propre voie pour accéder à l’indépendance. Tout au long de leurs luttes la solidarité maghrébine n’a jamais était démentie. Un demi- siècle plus tard les peuples maghrébins n’ont pas encore pu concrétiser toutes leurs aspirations de dignité, de liberté, de justice et de bien-être.
 Aujourd’hui, c’est l’ensemble des pays de la rive sud de la méditerranée qui se mettent en mouvement pour changer leur présent et pour assurer leur avenir. Aujourd’hui, ces peuples veulent changer leurs vies et leurs conditions de vie. Les évènements qui se déroulent en Tunisie, en Libye, en Egypte, au Bahrein, au Yemen et ailleurs montrent que les peuples veulent et peuvent lutter et vaincre.

Il est difficile aujourd’hui de définir les contours et la portée de ces changements. Est-ce que l’ordre mondial est en train de changer sous la pression des peuples ou bien ces peuples sont-ils inscrits dans une démarche programmée ?

(Lire la suite)

12

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER