Algérie: des milliers de gardes communaux marchent dans Alger

gardecommunale.jpgDes milliers de gardes communaux ont forcé plusieurs cordons de police lundi à Alger et marché jusqu’à l’Assemblée populaire nationale (APN) pour réclamer une hausse de salaire. Les manifestants, plus de 10.000 selon les organisateurs, qui s’étaient réunis sans incident dès 09H00, place des Martyrs au centre d’Alger, ont réussi a atteindre le siège de l’APN.

Les gardes communaux ont été ensuite encerclés par des renforts de police dépêchés à la hâte sur les lieux. Les manifestants, dont la majorité portaient leurs uniformes de combat, scandaient notamment: « Nous réclamons une hausse des salaires et des indemnités de service à l’instar de tous les autres corps de sécurité« , a dit à l’AFP, Cherif Abdelkader, garde communal à Chlef.

Les manifestants exigent que cette augmentation s’applique rétroactivement à partir de 1994, date de la création de ce corps, qui compte actuellement quelque 93.000 hommes, selon M. Abdelkader. « Nous n’avons droit qu’à 21 jours de congé par an. Nous participons à des opérations de ratissage de maquis sans casques, ni gilets pare-balles« , a dit un autre garde. 

La décision de marcher vers l’APN a été prise après qu’une délégation d’une dizaine de gardes envoyée par les manifestants pour rencontrer le Premier ministre Ahmed Ouyahia soit revenue bredouille, selon des protestataires. « On a proposé à la délégation une entrevue avec le ministre de l’Intérieur Dahou Oukld Kablia mais ses membres ont refusé« , a précisé un garde. Selon des manifestants, quelque 4.400 gardes communaux ont été tués depuis 1994 dans des violences impliquant des groupes armés en Algérie. AFP/ Synsthèse  

Commentaires

  1. levetoi algerie dit :

    bah ouiiii! voila que la MILICE du pouvoir demande aussi sa part du gateau,ya pas de raison que les HARKIS de l an 2000 ne profite pas de la vache ALGERIE,pendant ce temps ceux qui sont ni harkis ni miliciens rongent leurs ongles en lorgnant un bac a sardine de 3 jrs a 200 DA le kg

  2. lounis dit :

    malheureux ces gens se sont donner corps et ames pour ce pays

  3. sidi aich dit :

    Décidément ,même les miliciens du régime font du tapage pour acquérir leur part de gâteau algérien!Attention ! Warning ! Il n’y a plus de « Baltaguiya » ! Ils se sont mis en marche contre leur employeur!

  4. ab dit :

    ils ont raison se ne sont pas de la chaire a canon mais des citoyens, ils doivent être intégrés a l’armée ou au commune en tant que police municipale avec un statut.

  5. Salah dit :

    Ils ont combattu le terrorisme dans les moments les plus difficiles, au moment ou said Saadi qui a participé avec les généraux à arr^eter le processus démocratique la coule bien en France, chez son ami Léotard!
    Ils mérient un statut et des indemnités pour les années qu’ils ont servis!

  6. Messabih dit :

    L’etat clanique et militaire de Bouteflika,ne peut faire obstacle aux revendications legitimes d’un corps de securite comme les gardes communaux ,qui a payé le prix fort dans la lutte contre le terrorisme, et pour leur pays .
    Ils sont des milliers de famille qui ont perdu des parents ,des freres et soueur dans cette lutte contre le mal.

  7. El hadi dit :

    Ces gens méritent respect et considération, rappelons nous les années ou les gens se terraient chez eux à partir de 20H ou le père se méfiait de son fils et le fils de son propre frère et Dieu merci Le pays a retrouvé un peu plus de sérénité et de sécurité grâce entre autres aux militaires de l’ANP aux policiers et aux GLD qui ont payé un lourd tribu, les planqués de l’époque à
    club des pins et à Moretti fanfaronnent plusieurs années après et touchent des pensions se chiffrant à des centaines de milliers de dinars, alors que les gens qui étaient aux premières lignes face à la horde des sanguinaires subissent actuellement les aléas de la cherté de la vie, ne méritent ils pas de la considération au moins autant que les rentiers du système?
    Bien qu’ayant quitté le pays en 1986, je suis à la loupe son évolution et je constate que beaucoup de gens ont la mémoire courte ou sélective sinon comment peut on traiter de collaborateur quelqu’un qui s’est dévoué et qui a mis en danger la vie de ses proches pour combattre les pires ennemis qu’a connu l’Algérie
    Les soldats,les policiers, les GLD,les cadres,les ouvriers,LES FEMMES avaient bravé tous les dangers et avaient continué leur mission chacun dans son poste de travail dans la pire des conditions et méritent le respect et la CONSIDERATION

    Noblesse oblige on glorifie actuellement les révolutions des autres mais a-t-on oublié les positions de certains pays frères qui déclaraient à tous ceux qui veulent les écouter que leur pays ne ressemble pas à l’Algérie? a-t-on oublié les hommes d’affaires (valets de Ben Ali) qui appelaient les investisseurs à quitter le pays « des sauvages et des sanguinaires » pour investir dans le pays civilisé et sécurisé.. ardh essalam? n’avaient ils pas trouvé des associés algériens qui les ont aidé en jouant les rabateurs. OUI pour la solidarité NON pour l’oubli; a-t-on oublié la mise en quarantaine du pays par ceux que l’Algérie avait hébergé nourri armé et imposé sur la scène internationale? OUI au droit de critiquer, de dénoncer le clientélisme, la corruption, l’abus de pouvoir, l’escroquerie, et la démagogie NON à l’humiliation de ceux qui ont mis leur vie en danger pour servir leur pays comme l’ont fait les chouhadas et les authentiques moudjahidines d’avant 1962.
    Certains propos proférés sur ce blog sont inacceptables sauf si ceux qui les prononcent étaient sur le front opposé pendant la période noire…

  8. pico dit :

    @ El Hadi
    Bravo pour vos propos !
    Ce que disent certains est franchement honteux…

  9. KARIM dit :

    LES GARDES COMMUNAUX SONT DES HOMMES ET NON PAS DES MILICES ILS ONT SERVI L’ALGERIE COMME ELLE LE MERITE

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER