• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 12 mars 2011

Archive pour le 12 mars, 2011

LADDH: Conférence/ LA RUE ARABE, EMEUTES, REVOLTES OU REVOLUTION ?

laddh.gifDans le monde arabe la rue a parlé, en Algérie, en Tunisie, en Egypte, à Bahreïn, au Yémen, au Maroc. Presque au même moment. Pourquoi ?

 


La LADDH-section d’Annaba s’est posée la question et ouvre le débat.

 

Besoin de liberté, rejet des dictatures de vieillards, inégalités sociales, violations de droits de l’homme, chômage et désespoir des jeunes allant jusqu’à l’émigration des harraga et, maintenant, des scènes insupportables de l’immolation par le feu sur la place publique.

 

Comment expliquer cette situation ? Pour
la LADDH la solution passe par La défense et le respect des droits de l’homme, piliers de la démocratie.

 

La conférence débat publique sera animée par :

(Lire la suite)

Ksentini refuse de recevoir les familles de disparus

farouk913133533.jpgCe vendredi 11 mars 2011, les familles de disparus avaient RDV avec le Président de la Commission Nationale Consultative pour la Protection et la Promotion des Droits de l’Homme (CNCPPDH), Me Farouk Ksentini mais à leur arrivée le représentant de l’institution nationale des droits de l’Homme a pris la fuite.

Après avoir multiplié au cours des derniers mois les propos visant à réduire le mouvement des familles de disparus en Algérie à «une vieille dame et sa fille» déclarant que l’association n’existait pas et que le dossier des disparus était clôt en dépit d’une «poignée de marginales» qui s’obstinent à demander Vérité et Justice, Me Farouk Ksentini n’a plus reçu les familles de disparus à la CNCPPDH depuis près d’une année.

(Lire la suite)

CHARTE DE LA COORDINATION NATIONALE POUR LE CHANGEMENT ET LA DEMOCRATIE

bouchachi.bmpLa Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie (CNCD) est un espace autonome regroupant des syndicats, des associations et mouvements de la société civile.

Imprégnés de l’esprit de la Déclaration du 1er novembre 1954 et du Congrès de la Soummam, les organisations et mouvements membres de la CNCD ; se reconnaissent dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le pacte International relatif aux Droits Civils et politiques et le Pacte International relatif aux Droits Sociaux Economiques et Culturels.

Les organisations et mouvements sous signataires, tout en usant de moyens de lutte pacifiques, s’engagent à :

(Lire la suite)

CNCD: Une quarantaine de manifestants, selon l’AFP

copiedecncd.jpgUne quarantaine de manifestants ont tenté à nouveau samedi 12 mars, à l’appel d’une faction de
la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), une marche dans Alger mais ont été bloqués par un important dispositif policier. 
Vêtus de casques et de boucliers, les forces anti-émeutes ont encerclé
la Place du 1er Mai dans le centre-ville et filtré tout passage sous une pluie battante.

 

Ils ont ainsi empêché l’arrivée du président du RCD, Saïd Sadi qu’ils ont poussé jusque dans les locaux de l’hôpital Mustapha tout proche, avant qu’il n’en reparte à bord de son véhicule. Des manifestants ont tenté en vain de forcer le cordon pour libérer Saïd Sadi lors d’échauffourées qui n’ont fait aucun blessé.

  

« Y en a marre de ce pouvoir » 

  

 » Y en a marre de ce pouvoir »,  ont crié les manifestants encerclés par quelque 400 policiers sur la place, où la circulation passait néanmoins. Ils arboraient une photo du président algérien Abdelaziz Bouteflika serrant la main du Premier ministre israélien Ehud Barak en 1999 pour les obsèques du roi Hassan II du Maroc. L’Algérie, qui considère la cause palestinienne comme une cause nationale, ne reconnaît pas l’Etat d’Israël qu’elle a combattu lors de la guerre du Kippour en 1973 aux côtés des Egyptiens. AFP

Sadi ne risque pas de prendre un coup de couteau

copiedecncd2.jpg

Ali Yahia Abdennour ce matin à la « marche » de la CNCD

copiedecncd.jpg

30 personnes à la « marche » de la CNCD

Trente personnes ont tenté de marcher ce matin à la Place du 1er Mai à Alger à l’appel de la CNCD, version Said Sadi. Les quelques manifestants ont été empêchés par le dipositif de sécurité mis en place par la DGSN. Le président du RCD a été poussé par les policiers vers l’hôpital Mustapha avant de fermer le portail. El Mouhtarem

Les enfants de Hocine Aït-Ahmed forcés à l’exil, la fille de Benchicou travaillait à Khalifa TV

En réponse à l’article publié aujourd’hui dans le Soir d’Algérie par Mohamed Benchicou, ancien directeur du Matin, intitulé  »Comment Aït-Ahmed tente de sauver Bouteflika ».Image de prévisualisation YouTube

Le PT: « Dans quel camp se trouvait N. Aït Hamouda, en 1980, lorsque la répression s’est abattue sur le Printemps berbère ? »

aithamouda.jpgExtait d’une réponse publiée dans Le Soir d’Algérie

 

« Celui qui était chargé de la mission de contrôleur du parti unique jusqu’en 1983, N. Aït Hamouda devra aussi s’expliquer devant la justice et apporter la moindre preuve au sujet des propos diffamatoires qu’il porte à l’encontre de R. Youssef Tazibt.

 

(…) A qui appartient, entre autres résidences privées, la luxueuse villa située à quelques dizaines de mètres de la résidence d’Etat Djnane El Mithaq ?

 

Quel responsable politique se cache derrière la société privée qui intervient en Algérie, avec diverses complicités, dans notamment l’importation du matériel médical destiné aux hôpitaux à commencer par celui de Tizi-Ouzou et qui cherche à détenir le monopole dans ce secteur si juteux ?

 

Dans quel camp se trouvait N. Aït Hamouda, en 1980, lorsque la répression s’est abattue sur le Printemps berbère ? Comment expliquer qu’après avoir appelé au boycott de l’année scolaire en Kabylie en 1995, les enfants des principaux dirigeants de ce parti aient suivi leur scolarité normalement à Alger et pour certains carrément à l’étranger ?

 

Qu’en est-il du prétendu soutien du RCD à la révolution tunisienne, puisque le président de ce parti entretenait des relations privilégiées avec le RCD de Ben Ali et fêtait, chaque année à Tunis, l’anniversaire de sa prise du pouvoir ?

 

L’ex-Premier ministre M. Ghannouchi, qui vient d’être chassé par la révolution tunisienne, n’a-t-il pas été l’invité d’honneur à une rencontre du RCD de Sadi, organisée à Alger au début des années 2000 ?

 

Le porte-parole du RCD et son président oseront-ils déclarer aussi qu’ils sont solidaires du peuple libyen alors qu’ils étaient fiers d’avoir rencontré M. Kadhafi en privé lors de sa visite en Algérie en mars 2007 ? (…)

 

 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER